Élargissement de l’A480 : le maire de Grenoble réclame deux arbres plantés pour un de coupé…

sep article



FIL INFO – Le passage de deux à trois voies de l’A480 acté, les marges de manœuvre du maire écologiste de Grenoble, initialement pas vraiment convaincu par le projet porté par l’État et Area, sont étroites. Objectif désormais ? Pousser la société autoroutière à planter deux fois plus d’arbres qu’elle n’en coupe…

 

 

A Grenoble, la question de la sécurité et des violences dans l'agglomération agite la classe politique. Mais, pour l'heure, rien ne bouge...

Eric Piolle © Yuliya Ruzhechka

Dans un cour­rier adressé le 21 février au PDG d’Area, le maire éco­lo­giste de Grenoble demande à la société auto­rou­tière, conces­sion­naire et maître d’ou­vrage du pro­jet d’é­lar­gis­se­ment de l’A480, de mettre les bou­chées doubles en matière de reboi­se­ment. Pour chaque arbre ou arbuste coupé, Eric Piolle en réclame deux nou­veaux. Plantés sur site, le long de l’axe auto­rou­tier et en pleine terre.

 

Faute d’être par­venu à véri­ta­ble­ment peser dans le dos­sier, le maire de Grenoble en est-il quitte à rogner les bas-côtés ? Eric Piolle avait, dès 2014, posé ses condi­tions. Elles étaient ins­crites noir sur blanc dans ses pro­messes de cam­pagne : faire de l’A480 un bou­le­vard urbain avec une vitesse limi­tée à 70 km/h et sans aug­men­ta­tion de l’emprise fon­cière.

 

 

Objectif désormais ? Mieux insérer le projet dans la paysage

 

Pour la vitesse, c’est à moi­tié gagné. Le 21 février, le pré­fet de l’Isère a fina­le­ment signé l’ar­rêté abais­sant de 20 kilomètres/heure la vitesse maxi­male auto­ri­sée. Mais sur 3,5 kilo­mètres, soit la moi­tié du tron­çon concerné par l’é­lar­gis­se­ment. C’est du reste ce qui était prévu dans le pro­to­cole d’in­ten­tion signé en novembre 2016.

 

L'A 480, concédée à Area (APRR/Eiffage) va être réaménagée et notamment pour passer en deux fois trois voies sur 7 kilomètres dans sa partie urbaine, dans la traversée de Grenoble © Area

© Area

Pour ce qui est de l’emprise fon­cière, c’est raté. En pas­sant de deux à trois voies, et de 22 à 27 mètres de large, l’A480 va bel et bien empié­ter au centre mais aussi sur les bas-côtés. Et, au pas­sage, détruire près de 6 hec­tares d’es­paces boi­sés.

 

Alors que le pro­jet a reçu l’a­val du pré­fet puis la vali­da­tion du juge des réfé­rés*, les marges de manœuvre du maire de Grenoble sont pour le moins étroites.

 

Objectif désor­mais ? « Revoir à la hausse les ambi­tions d’in­ser­tion urbaine et pay­sa­gère du pro­jet », sou­ligne Eric Piolle dans sa mis­sive.

 

« Le bas­sin gre­no­blois est régu­liè­re­ment frappé par des épi­sodes de pol­lu­tion de l’air. Le réamé­na­ge­ment de l’A480 en bou­le­vard métro­po­li­tain sera béné­fique pour le ter­ri­toire, les usa­gers de la route comme pour les rive­rains s’il per­met la réduc­tion de la pol­lu­tion sonore, visuelle et atmo­sphé­rique sur son tracé », conclut le maire de Grenoble. Bientôt converti ?

 

PC

 

 

  • * Un second recours au fond, doit encore être exa­miné par le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble.
commentez lire les commentaires
3193 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Le cynisme de ce mec n’ a pas de limites ! Pour ses « auto­routes à vélo » il a abattu des cen­taines, voire plus que mille arbres à Grenoble !!! Est-ce qu’il a pensé de replan­ter le double ?!

    sep article
  2. Faite ce que je dis, pas ce que je fais. Les Grenoblois attendent qu’Eric Piolle plante 2 fois plus d’arbres qu’il en fait abattre par­tout notam­ment en centre ville, et pas que.

    sep article