La Métro et Un toit pour tous lancent un appel aux bénévoles pour la Nuit de la solidarité

sep article



FIL INFO – En lien avec l’association Un toit pour tous, Grenoble-Alpes Métropole organise une Nuit de la solidarité le mercredi 30 janvier. Elle recherche à cet effet des bénévoles pour participer à des maraudes, visant à mieux connaître le profil et le nombre réel de personnes sans-abris sur Grenoble et son agglomération. Et, en premier lieu, des « invisibles », qui échappent au radar des dispositifs d’accompagnement. 

 

 

L'appel aux bénévoles pour la Nuit de la solidarité © Grenoble-Alpes Métropole

L’appel aux béné­voles pour la Nuit de la soli­da­rité © Grenoble-Alpes Métropole

C’est une pre­mière en Isère : Grenoble-Alpes Métropole, en lien avec Un toit pour tous, orga­nise une Nuit de la soli­da­rité, le mer­credi 30 jan­vier.

 

À cet effet, l’as­so­cia­tion lance un appel aux béné­voles, invi­tés à rejoindre les équipes qui par­cour­ront Grenoble et son agglo­mé­ra­tion à la ren­contre des per­sonnes sans domi­cile. Les ins­crits se retrou­ve­ront à 18 heures pour suivre une petite for­ma­tion, avant leur départ à pied dans les rues de la ville.

 

Il ne s’a­git pas pour autant de maraudes “clas­siques”, telles que celles réa­li­sées par le Samu social ou le col­lec­tif Help SDF. L’objectif de la Nuit de la soli­da­rité est de mieux connaître le pro­fil des hommes et des femmes, par­fois avec enfants, en grande pré­ca­rité.

 

« De nom­breuses per­sonnes en situa­tion d’errance res­tent invi­sibles ou mécon­nues », explique en effet Un toit pour tous. Des invi­sibles qui n’ont sou­vent pas connais­sance des aides ou des dis­po­si­tifs pou­vant les accom­pa­gner.

 

 

Des expériences concluantes à Paris et Metz

 

Le but est éga­le­ment de contri­buer à la mise en place des poli­tiques de loge­ment menées par la Métropole. « Cette enquête a voca­tion à pro­duire des effets sur la construc­tion des poli­tiques publiques en termes d’accès au loge­ment notam­ment », écrit ainsi Grenoble-Alpes Métropole dans la défi­ni­tion du pro­jet de Nuit de la soli­da­rité. Le besoin de connais­sance du ter­rain est d’au­tant plus néces­saire que la Métro par­ti­cipe au plan gou­ver­ne­men­tal Logement d’a­bord.

 

Au cours d'une maraude du Samu Social. La Nuit de la solidarité, pour sa part, veut surtout mieux identifier le public en grande précarité sur l'agglomération grenobloise © Romain Chevalier - Vinci

Au cours d’une maraude du Samu Social. La Nuit de la soli­da­rité, pour sa part, veut sur­tout mieux iden­ti­fier le public en grande pré­ca­rité sur l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise © Romain Chevalier – Vinci

 

La Nuit de la soli­da­rité n’est pas un concept nou­veau : les villes de Paris et de Metz ont déjà orga­nisé des ren­dez-vous simi­laires en 2018. La capi­tale renou­velle par ailleurs l’i­ni­tia­tive cette année. Et pour cause : l’i­ni­tia­tive aurait iden­ti­fié, selon Marianne, « soixante fois plus de SDF » que ne l’an­noncent les chiffres gou­ver­ne­men­taux. À Metz, les 300 béné­voles impli­qués ont éga­le­ment per­mis une meilleure appré­hen­sion du nombre de sans-abris, relate La Semaine.

 

 

Les informations récoltées seront rendues publiques

 

Le prin­cipe de la Nuit de la soli­da­rité est simple : au cours de leur maraude, les équipes pré­sentent un ques­tion­naire aux sans-abris ren­con­trés. Chaque per­sonne est libre de répondre ou non, avec l’as­su­rance de son ano­ny­mat. Les infor­ma­tions col­lec­tées seront, par la suite, trai­tées par les ser­vices de la Métro, avant d’être ren­dues publiques. Hors frais logis­tiques, le bud­get glo­bal de l’o­pé­ra­tion est estimé à envi­ron 45 000 euros.

 

Le collectif grenoblois Help SDF effectue également des maraudes pouv venir en aide aux personnes en grande précarité © Anaïs Mariotti - Place Gre'net

Le col­lec­tif gre­no­blois Help SDF effec­tue éga­le­ment des maraudes pour venir en aide aux per­sonnes en grande pré­ca­rité. © Anaïs Mariotti – Place Gre’net

 

Comment par­ti­ci­per ? Les volon­taires sont invi­tés à rem­plir le for­mu­laire d’ins­crip­tion en ligne. En pré­ci­sant notam­ment, pour les besoins de com­po­si­tion des équipes, s’ils pos­sèdent une expé­rience dans le domaine du social, le type de mis­sion auquel ils pré­fèrent par­ti­ci­per, ou le sec­teur sur lequel ils sou­haitent inter­ve­nir. Tous les pro­fils sont les bien­ve­nus, à condi­tion d’a­voir au moins 18 ans et, natu­rel­le­ment, d’ac­cep­ter de s’ins­crire dans une démarche éthique res­pec­tueuse des per­sonnes.

 

FM

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2479 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.