Jugé pour diffamation publique envers les placiers de Grenoble, Le Dauphiné libéré se défend… sans témoins

sep article
93 € par an pour louer un vélo : et si c

REPORTAGE – Suite à la parution de deux articles, l’un dans Le Dauphiné libéré, l’autre dans le journal de l’Union de quartier Berriat-Saint-Bruno-Europole, six placiers du service de la Ville de Grenoble se sont constitués partie civile dans leur plainte contre X pour « diffamation publique ». L’audience avait lieu ce mercredi 19 décembre.

 

 

Aucun des témoins de l'article du Dauphiné libéré accusant les placiers de corruption ne s'est présenté au tribunal correctionnel. Verdict le 23 janvier.Tribunal correctionnel de Grenoble © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

Tribunal correctionnel de Grenoble. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Le tribunal correctionnel examinait, ce mercredi 19 décembre, l’affaire opposant les placiers de la Ville de Grenoble à Christophe Tostain, directeur de publication du Dauphiné libéré.

 

Le journal de l’Union de quartier Berriat-Saint-Bruno-Europole a pour sa part échappé à la justice car les faits étaient prescrits au moment du dépôt de la plainte, le 16 juin 2017.

 

 

Des placiers en colère qui réclament réparation

 

Les placiers de la Ville de Grenoble sont très remontés contre les auteurs de ces deux articles concernant leur profession. Profession qui consiste à attribuer quotidiennement aux commerçants non sédentaires des emplacements délimités et, en fonction de l’emprise de l’étal, à encaisser le paiement pour le droit de place.

 

"Vous ne pouvez pas imaginer comment on peut brasser de l'argent quand on est placier" Extrait d'un témoignage d'un ancien placier dans l'enquête du Dauphiné libéré en ligne et dans ses pages, le 14 avril 2017

« Vous ne pouvez pas imaginer comment on peut brasser de l’argent quand on est placier » Extrait d’un témoignage d’un ancien placier dans l’enquête du Dauphiné libéré, en ligne et dans ses pages, le 14 avril 2017

Ces articles ont en effet entaché leur réputation, affirment les placiers. Dans ceux-ci, et notoirement dans celui publié par Le Dauphiné libéré, des témoins anonymes ainsi qu’une productrice qui a bien voulu être citée, affirment que certains « se font graisser la patte » par des commerçants, moyennant une bonne place sur les marchés.

 

Des propos mensongers et diffamatoires, dénoncent les placiers, qui réclament réparation pour le préjudice moral.

 

Car le mal est fait, tempête leur avocat, Maître Bernard Boulloud. Depuis la sortie de ces articles, les placiers font à longueur de temps l’objet de moqueries et de réflexions désobligeantes.

 

 

« Les témoins m’ont tous claqué entre les mains »

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
1848 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.