Dans une tribune, l'ancien président du Réseau citoyen met en garde contre le risque que le mouvement devienne un supplétif de la municipalité en place.

Pour son ancien président, « le Réseau citoyen sort du coma mais se trompe d’objectif »

Pour son ancien président, « le Réseau citoyen sort du coma mais se trompe d’objectif »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

TRIBUNE LIBRE* – Michel Vernerey, président du Réseau citoyen jusqu’en 2016, s’étonne du positionnement de ce mouvement, partie composante de la majorité municipale de Grenoble, concernant le rejet par deux unions de quartier du réseau cyclable Chronovélo. Pour celui qui fut aussi un des membres fondateurs, le Réseau citoyen prend des positions publiques incompatibles avec le but qui a conduit à la création de ce courant de pensée lors des dernières municipales.

 

 

Michel Vernerey, ancien président et membre fondateur du Réseau citoyen

Michel Vernerey, pré­sident jus­qu’en 2016 et membre fon­da­teur du Réseau citoyen – DR

Dans un article daté du 3 novembre 2018 concer­nant un article paru dans Place Gre’net et un dans le Dauphiné libéré, le bureau du Réseau citoyen dénonce, sur son site, « la per­cep­tion sélec­tive des unions de quar­tier, Centre-ville et Championnet-Bonne-Condorcet-Hoche par rap­port aux Chronovélo ».

 

Cette ana­lyse très sub­jec­tive dénonce le « rejet des Chronovélo au centre-ville en géné­ral ». D’où vient cette opi­nion qui attri­bue d’office un cer­ti­fi­cat de non-citoyen­neté adressé à ces unions de quartier ?

 

La suite laisse autant per­plexe : ce serait une réac­tion trop tar­dive à des infor­ma­tions qui seraient connues depuis longtemps.

 

 

Pourtant est-il vrai­ment néces­saire de rap­pe­ler qu’aujourd’hui encore, nous ne connais­sons tou­jours pas le tracé pré­cis des voies pour vélos dans son intégralité ! (cours Berriat ou pas cours Berriat ? à moins que tout soit décidé en cati­mini mais nous n’osons pas y pen­ser). Donc si on demande un débat sur l’ensemble du pro­jet, c’est bien parce qu’il n’a pas eu lieu, ne vous en déplaise.

 

 

« Le Réseau fut une création artificielle mais parfaitement assumée »

 

Pour ne pas tom­ber dans un débat poli­ti­cien, je ne sou­li­gne­rai qu’un seul autre point. Le bureau du Réseau citoyen dit que les unions de quar­tier font un usage déli­béré du terme “auto­route” à vélo. C’est exact mais c’est la majo­rité muni­ci­pale qui a uti­lisé en pre­mier ce terme d’une manière elle aussi déli­bé­rée. Elle l’a aban­donné pour des rai­sons de com­mu­ni­ca­tion, mais il n’est pas scan­da­leux de le reprendre de cette manière. Rendons à César ce qui était à César.

 

Pourquoi ce titre pro­vo­ca­teur de « sor­tie du coma » ? Parce que le Réseau citoyen était un peu apa­thique et man­quait sin­gu­liè­re­ment d’expression publique mais quand il se réveille c’est pour se trom­per d’objectif. Le Réseau fut une créa­tion arti­fi­cielle mais par­fai­te­ment assumée.

 

Le Réseau citoyen en 2013 lors de son ouver­ture aux par­tis poli­tiques éco­lo­gistes gre­no­blois. © Victor Guilbert

 

En dehors de l’objectif élec­to­ral, il s’agissait d’apporter un esprit dif­fé­rent, c’est-à-dire en déca­lage avec le dis­cours mili­tant mais par­ta­geant à l’époque le désir de faire fonc­tion­ner le lien entre les citoyens et les élus, c’est-à-dire entre les inté­rêts par­ti­cu­liers et l’intérêt géné­ral. Nous avons obtenu cer­tains résul­tats mais le compte n’y est tou­jours pas.

 

Voir le Réseau citoyen se plaindre de trop de parole citoyenne est pro­pre­ment stu­pé­fiant alors qu’il devrait au contraire pro­mou­voir tou­jours plus d’expression citoyenne, fusse-t-elle désa­gréable à entendre. Le Réseau citoyen, cen­seur de la parole citoyenne ! Alors là, il vaut mieux le replon­ger dans le coma en atten­dant des jours meilleurs.

 

 

« L’écologie sans la citoyenneté est un jeu de dupes »

 

Naturellement, per­sonne n’est pro­prié­taire d’une struc­ture col­lec­tive ou d’une pen­sée com­mune, pas plus moi qu’un autre mais le Réseau citoyen prend un posi­tion­ne­ment de parti poli­tique qui le déloge de la légi­ti­mité qu’il ambitionnait.

 

Sa créa­tion par­ti­ci­pait d’un espoir de faire de la poli­tique autre­ment mais s’il devient juste un sup­plé­tif de la muni­ci­pa­lité en place, qu’il se posi­tionne clai­re­ment comme parti poli­tique inté­grant la majo­rité muni­ci­pale, quitte à perde sa spé­ci­fi­cité d’origine.

 

La citoyen­neté est un che­min escarpé qu’il convient de sau­ve­gar­der mal­gré les dif­fi­cul­tés qu’il y a à s’y main­te­nir mais c’était une vraie nou­veauté lors des der­nières muni­ci­pales. L’écologie sans la citoyen­neté est un jeu de dupes.

 

***

 

 

Rappel : Les tri­bunes publiées sur Place Gre’net ont pour voca­tion de nour­rir le débat et de contri­buer à un échange construc­tif entre citoyens d’opinions diverses. Les pro­pos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opi­nions des jour­na­listes ou de la rédac­tion et n’engagent que leur auteur. Vous sou­hai­tez nous sou­mettre une tri­bune ? Merci de prendre au préa­lable connais­sance de la charte les régissant.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Gre'net

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Christophe Ferrari et Yann Mongaburu. © Anissa Duport-Levanti - Placegrenet.fr
Métropole de Grenoble : “Et si la solution à la crise de gouvernance était de partager la présidence ?”

  TRIBUNE LIBRE – La réélection mouvementée de Christophe Ferrari à la présidence de la métropole grenobloise le 17 juillet 2020 a laissé un goût Lire plus

Femmes voilées de dos. ©Muriel Beaudoing - PlaceGrenet.fr
“Marche contre l’islamophobie” : « Nous sommes fiers que La France insoumise ait appelé à y participer »

TRIBUNE LIBRE -  Deux militants de la France insoumise en Isère se disent fiers que leur mouvement ait appelé, à travers ses élu(e)s, à participer Lire plus

Une Grenobloise relate le parcours du combattant pour les électeurs souhaitant voter pour une petite liste dépourvue de bulletins de vote dans les bureaux.
Petites listes : « Je n’ai toujours pas de bulletin A4 de 70 g/m² à mettre dans l’urne à deux jours des européennes »

  TRIBUNE LIBRE - À deux jours des élections européennes, une jeune Grenobloise a contacté la rédaction de Place Gre'net pour livrer son témoignage. Aude Lire plus

Nicole Belloubet, ministre de la Justice. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Indépendance de la justice : « Madame Belloubet, vous n’êtes pas la garde des sots » (nouvelle édition)

TRIBUNE LIBRE* - Les propos tenus dans la presse par Nicole Belloubet, garde des Sceaux, sur l'indépendance de la justice font une nouvelle fois réagir Pascal Lire plus

Flash Info

|

14/06

16h51

|

|

14/06

16h12

|

|

14/06

14h40

|

|

14/06

11h40

|

|

12/06

16h21

|

|

11/06

15h36

|

|

11/06

10h06

|

|

11/06

9h34

|

|

09/06

19h27

|

|

08/06

18h19

|

Les plus lus

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

À voir| Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

Culture| Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée dauphinois à l’occasion de sa réouverture

Culture| Grenoble Calling, une « histoire orale » du punk (et des punks) à Grenoble, des années 80 à nos jours

Abonnement| Régionales 2021 : la liste « Agir pour ne plus subir » souhaite faire entendre la voix des musulmans lors des élections

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin