Les autoroutes à vélos n’ont pas leur place dans le centre-ville de Grenoble, selon deux Unions d’habitants

sep article

FIL INFO – L’Union des habitants du centre-ville (UHCV) et l’Union de quartier Championnet-Bonne-Condorcet-Hoche (CBCH) mettent en garde les élus de la Métropole de Grenoble et du SMTC contre les conflits d’usage et les dangers potentiels que pose la mise en service d’autoroutes à vélos dans le centre-ville. Et s’alarment en particulier du franchissement d’une piste bidirectionnelle pour vélos sur le cours Lafontaine, devant l’entrée du lycée Champollion, fréquenté par 1 900 lycéens.

 

 

Chronovélo Cours Lafontaine DR

Chronovélo cours Lafontaine DR

« Développer le vélo en ville, bien sûr », les militants de l’Union des habitants du centre-ville ( UHCV ) et de l’Union de quartier Championnet-Bonne-Condorcet-Hoche sont pour.

 

En revanche, ils s’opposent aux autoroutes à vélos, qu’ils jugent incompatibles avec un contexte urbain dense.

 

Une lubie ? Visiblement pas. Cette conviction, les militants de l’UHCV et de CBCH se la sont forgée sur la base de recommandations d’organismes officiels (Céréma, FFVélo) qui déconseillent la mise en place de pistes bidirectionnelles pour vélos en centre-ville.

 

 

« Un sérieux problème de sécurité »

 

C’est pourtant une voie cyclable rapide de quatre mètres qu’envisage d’aménager la Métropole et le SMTC sur le cours Lafontaine, où se trouve, autre difficulté selon l’UHCV et l’UQ CBCH, l’entrée principale du lycée Champollion.

 

L'UHCV alerte contre les conflits d'usage et les dangers potentiels que pose la mise en service d'autoroutes à vélos en centre-ville à Grenoble.Entrée du lycée Champollion à Grenoble, Cours Lafontaine DR

Entrée du lycée Champollion à Grenoble, cours Lafontaine. DR

« Rien n’y oblige et […] il n’y a pas eu de concertation pour le décider », se rebiffent les deux Unions d’habitants, qui battent en brèche ce projet. « Le passage d’une autoroute à vélos devant [les] portes [du lycée] crée un sérieux problème de sécurité, tant pour eux [les lycéens] que pour les cyclistes », s’alarment les deux Unions.

 

Aujourd’hui, des barrières de sécurité parviennent à peine à contenir les lycéens sur le trottoir. « Il est irréaliste de croire qu’elles puissent être supprimées », estiment les habitants.

 

 

Une « bordure en dur » problématique

 

La mise en place de cette piste bidirectionnelle apparaît en contradiction avec la volonté même d’apaisement du centre-ville, regrettent les militants associatifs. Qui plus est, la construction d’une « bordure en dur » telle qu’annoncée, séparant le flux des vélos et celui des voitures, serait, toujours selon les deux associations, un nouvel obstacle à la traversée de la chaussée par les piétons, les poussettes etc. Sans compter que ladite bordure présenterait un risque potentiel d’accident pour les cyclistes eux-mêmes.

 

L'UHCV alerte contre les conflits d'usage et les dangers potentiels que pose la mise en service d'autoroutes à vélos en centre-ville à Grenoble.Esquisse du projet de Chronovélo, piste bidirectionnelle, passant sur le Cours Lafontaine, parvis du Lycée Champollion à Grenoble. DR

Esquisse du projet de Chronovélo, piste bidirectionnelle, passant sur le cours Lafontaine, parvis du Lycée Champollion à Grenoble. DR

Présentée à la mi-2018, l’esquisse du projet fait également tiquer les habitants sur deux points : les porteurs du projet n’ont pas prévu de parkings à vélos pour les lycéens.

 

Ils pointent et déplorent en outre l’absence d’un « feu à bouton poussoir que les piétons pourraient activer pour stopper le trafic autos-vélos et pouvoir traverser ».

 

Maîtres d’œuvre du plan, Chronovélo, les élus de la Métropole et du SMTC reverront-ils leur copie suite aux remarques et arguments avancés par l’UHCV et l’Union de quartier CBCH? À suivre.

 

SC

 

commentez lire les commentaires
4924 visites | 29 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 29
  1. Je ne savais pas qu’on pouvait insulter les commentateurs ici.

    Un fait certain affligeant, c’est comment les supports habituels sur cette page, de la municipalité Piolle, font tout comme à leurs habitudes afin de tenter de décrédibiliser la parole d’unions de quartiers ou s’investissent des bénévoles, dans l’objectif du bien des grenoblois.

    Lorsque la municipalité Piolle co-construira réellement comme elle l’avait promis pour les élections 2014, les projets seront mieux ficelés et remporteront l’adhésion par des compromis, au lieu de faire semblant et d’imposer sans études d’impact indépendante.

    Il n’y a qu’à voir aujourd’hui les conséquences désastreuses de cvcm, ils pourraient apprendre en échouant? Mais non.

    sep article
    • MB

      08/11/2018
      12:56

      Bonjour,
      Un commentaire injurieux était effectivement passé à travers les mailles. Nous venons de le modérer suite à votre signalement.
      Bonne journée,

      sep article
  2. il ne s’agit pas s’opposer à des aménagements qui facilitent la circulation, pour tous d’ailleurs…. mais de voir comment il pourrait être modifié pour convenir au mieux, et à tous…. en tous cas certaines composantes de ce projet tel que présenté ici ne conviennent pas du tout, tel que cette bordure en dur au centre de la rue, pour délimiter les usages ???? beaucoup trop dangereux et totalement inadapté !!!… Par ailleurs, il y a aussi et encore beaucoup trop de ‘minéral’ dans ce projet ! …. Il faut arrêter de continuer à ‘minéraliser’ les rues, qui plus est avec des surfaces de couleur claire, ou certains bitumes, qui renvoient la chaleur…. sur les usagers, dans les périodes de canicule (devenues maintenant -et malheureusement- fréquentes, de même que durables…)…cet aspect doit être également pris en compte (mettre moins de surfaces ou de matériaux ‘en dur’, et plus de végétal (arbustes de type lauriers, qui restent verts toute l’année, conviendraient très bien, ici, notamment…) …..

    sep article
    • Je propose de virer la circulation motorisée ainsi que la file de stationnement sur tout le cours Lafontaine pour avoir suffisamment d’espaces pour les modes actifs et mettre de la végétation.
      C’est bon comme ça ? Vous faites cette proposition ?

      sep article
      • merci (svp) de ne pas caricaturer à l’excès mes propos, comme vous le faîtes….
        et votre ton énervé et dénigratoire ça suffit vous aussi !!!…..
        pour ce qui est de l’aménagement de la rue (esquisse 1), je maintiens qu’une bordure en dur ne conviendrait pas du (notamment pour risques élevés de chutes graves dessus… vraiment si difficile à comprendre, cela ????…) ; après ce peut être une bordure grillagée, ou même rien du tout, dans la mesure où les vitesses de circulation seraient alors devenues très limitées, de fait, dans cette rue, tant pour les voitures que pour les cyclistes (souhait ou demande maintenus également ici, pour raisons déjà amplement données ailleurs dans ce forum…..) …..
        pour ce qui est du plus de végétation souhaitée (et souhaitable), ce serait surtout pour le plateau piéton (esquisse 2) ……
        NB mes commentaires s’arrêtent là maintenant, je n’ai plus le temps de continuer cette discussion, que j’ai trouvée néanmoins globalement intéressante (avec remerciements à place grenet de l’avoir proposée) – cordialement dch38

        sep article
        • Hahahahah, j’ai vexé le monsieur ou la dame ! Mais si vous ne supportez pas la contestation, il ne faut pas répondre et encore moins s’épancher ici !

          Posez-vous la question de savoir, pourquoi, en 2018, tout aménagement qu’il soit piétonnier ou cyclable nécessite encore des bordures et des potelets en-veux-tu-en-voilà ?

          Et allez faire un tour en Hollande où les aménagements cyclables sont séparés physiquement de la chaussée des véhicules motorisés par des bordures en dur. Et pourtant, que je sache, la Hollande n’est pas un pays où les cyclistes tuent et blessent en nombre les piétons. Alors pourquoi ce qui marche très bien ailleurs ne fonctionnerait pas à Grenoble ? Parce qu’on a encore trop de personnes pour qui, comme disait Pompidou, la bagnole est la panacée ?

          sep article
  3. C’est pour moi une très bonne chose de créer des aménagements sécurisés pour les cyclistes et c’est clairement une bonne chose de pouvoir se déplacer en vélo dans une ville telle que Grenoble.
    Je me déplace à Grenoble à pied, en vélo, en tram et aussi en voiture…

    Je suis donc:
    – Piéton: j’utilise les trottoirs et les passages piétons.
    – cycliste: j’utilise les pistes cyclables
    – automobiliste: j’utilise les routes …

    Il y a à Grenoble beaucoup trop de mélange des genres…
    Il me parait indispensable que: avant de donner à des cyclistes une « autoroute » il faudrait leur apprendre à circuler sur une simple route et même circuler TOUT COURT:
    – Feu rouge: tu t’arrêtes
    – Trottoirs: réservé aux piétons.
    – Le fait d’être un cycliste et/ou un écolo ne te donne aucun droit supplémentaire…

    Autre chose:
    petit florilège des réponses reçues quand tu fais remarquer à certains cyclistes que leurs comportements n’est pas adapté:
    – Un doigt bien haut (d’une fille petite vingtaine lorsque elle est 10m plus loin)
    – J’t’emmerde (d’une autre fille petite vingtaine à la même distance)
    – Et alors t’es de la police ! (à ma femme et moi non présent)
    – J’te crève salope (d’un quadra à ma femme et moi non présent)
    J’en passe et des meilleures….!

    Un dimanche je marche sur le trottoir Cours Berriat (entre Gambetta et Jean Jaurès: soit dit en passant les pistes cyclables les plus larges de la ville !) Un dimanche calme, pas une voiture à l’horizon. 3 cyclistes sont présents:
    1 en plein milieu sur la voie réservée aux voitures (à la limite, il n’y a personne !)
    Et 1 sur chaque trottoir !!!!!!!

    METROPOLE APAISEE ???….J’EN RIGOLE ENCORE….!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Sans parler des Deliveroo et Uber Eats qui parce qu’ils sont sous pression estiment avoir le droit de rouler partout à n’importe quelle vitesse….

    Et Puisqu’il en faut pour tout le monde:
    QUAND VOUS ÊTES EN VOITURE ET QU’IL Y A DES BOUCHONS. AVANT DE TRAVERSER UN CROISEMENT, REGARDEZ DEVANT VOUS ET ESTIMEZ SI VOUS POUVEZ AVANCER SANS VOUS RETROUVER EN PLEIN MILIEU ET FAIRE CHIER TOUT LE MONDE…..C’EST INSUPPORTABLE !!!

    sep article
    • Je vous rassure, on a le même comportement avec les automobilistes. Des agressions de cyclistes par des automobilistes, j’en subis régulièrement. Une fois, je suis même tombé de vélo car un piéton traversait au feu rouge. Et à Grenoble, ce n’est pas le pire… on est même plutôt «apaisés» justement, par rapport à d’autres villes.

      Les comportements que vous avez vu et décrits ne sont pas tolérables. Pour autant, est-ce un argument pour empêcher le développement des vélos et infras qui vont avec ? NON, ABSOLUMENT PAS. Si on applique les raisonnements que l’on tient sur les cyclistes en ce moment aux autres usagers, cela pourrait donner :
      «Les automobilistes se garent n’importe où, certains brûlent les feux orange et rouge, il ne faut pas créer de routes !»
      «Les piétons traversent n’importe où, il ne faut pas élargir les trottoirs !»

      Bref, vous comprenez bien que c’est complètement stupide et même démago de se positionner contre une infrastructure car certains de ses usagers se comporteraient mal. Au contraire, c’est en donnant à chacun sa juste place et en la faisant respecter que cela évoluera dans le bon sens.

      Vis-à-vis de Berriat, je vous fais part de ma remarque en tant que cycliste : les bandes cyclables, qui sont loin d’être les plus larges de la ville d’ailleurs, sont surtout les plus souvent utilisés comme parking minute ou comme livraison, alors même que des places de livraisons existent. Les doigts et autres insultes fusent également, et je me demande quand viendront les coups de poing de la part des bagnolards. Pas étonnant (même si cela n’est pas bien je suis d’accord) que certains cyclistes prennent le trottoir, ils sont mis en danger sur leurs propres infrastructures…

      D’ailleurs, quand «les cyclistes font n’importe quoi», c’est la fin du monde et il ne faudrait surtout pas développer le vélo. En revanche, la quantité de voitures garées sur les pistes et bandes cyclables, c’est «car on ne peut plus se garer», donc il faut plus de parkings. 2 poids, 2 mesures malheureusement trop courant, que l’on retrouve de partout dans nos sociétés du tout-voiture.

      sep article
    • Ben 100% d accord
      Surtout sur le manque de civisme pour pour gratter 10 cm qq couillons en voiture bloquent tout un carrefour.
      A la lecture des différents commentaires c est vraiment le civisme / cohabitation qui pose soucis.
      Une autre solution serait d aligner les scooters livreurs sur les trottoirs, d aligner les cyclistes qui grilles les feux et les automobilistes sur les places.
      Pis une fois tout le monde bien assomme peut ils qu ils pourront vivre ensemble, histoire d éviter à une commune et agglo au bord du dépôt de bilan des travaux ( et aligner = sanctionner, des amendes à la clef sinles gens ne savent pas se comportant correctement sans qu il faille taper sur le portefeuille )

      sep article
  4. Mais ils sont très forts à l’UHCV et CBCH ! Ca me fait penser tout de suite à Audiard et la réplique de Monsieur Fernand alias Lino Ventura : « les c..s, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît »
    Mais bien sûr, les vélos, c’est hyper dangereux. C’est pas comme les voitures. [Modéré : propos injurieux]
    Il faut sortir ces gens de leurs réflexes du XXème siècle, de la période du tout-voiture, de l’époque Pompidou !

    sep article
    • je ne suis pas sûre que certains des commentateurs ou commentatrices, ici, connaissent vraiment bien la pratique du vélo, notamment en centre ville, et de façon régulière… par ailleurs, je ne vois pas que dénigrer -voire même insulter (ici)- les gens qui énoncent- à juste titre- des problématiques liées au vélo en ville , et à sa ‘cohabitation’ avec les autres modes de déplacement…. soit très positif …. il s’agit ici de voir si les aménagements tels qu’actuellement envisagés seraient bien adaptés à l’emplacement prévu, et aussi dans l’intérêt général… ou si des modifications doivent y être apportées (je pense pour ma part que oui)…. car oui il y a une mixité des usages de la rue et des façons d’y circuler, de même qu’il y a des personnes qui se déplacent facilement à pied, ou à vélo…. et d’autres moins bien ….. et aussi que c’est mieux de prendre en compte les difficultés avant d’engager des travaux (généralement couteux, et difficilement réversibles….), qu’après ……

      sep article
      • Ha bon ? Mais pourquoi on a JAMAIS entendu ces tristes individus lorsque la rue était composée de DEUX files de circulation pour les voitures avec une limitation de la vitesse à 50 km/h ??? Pourtant, le lycée était déjà là. Il y a comme un petit souci de cohérence dans le discours de ces gens. Les voitures à 50 km/h ne créaient pas de danger mais maintenant des vélos à 20 km/h, houlala, danger. C’est du grand n’importe quoi !

        sep article
  5. Bonjour. Je suis un pro-cycliste qui n’utilise jamais la voiture pour venir en centre-ville (pour moi c’est une source de stress et une perte de temps énorme, sans compter la pollution).
    L’idée de faire des autoroutes à vélos en ville part d’une bonne intention, à l’instar de ce qui est fait dans d’autres pays comme l’Allemagne et la Hollande par exemple. A condition que cela n’ajoute pas de gêne ou de conflits avec les autres usagers plus vulnérables, comme les piétons.
    Ce qui me dérange c’est la bordure en dur. Chaque cycliste sait bien qu’une bande cyclable délimitée par un simple trait de peinture ne protège rien du tout.
    Une séparation physique apporte une réelle sécurité en évite les franchissements par des véhicules irrespectueux. Mais il ne faut pas que cette bordure soit une source d’accidents pour le cycliste. Si vous regardez bien les photos (Chronovélo sur le site France3) et observez en ville, on voit beaucoup de traces de pneu qui montent sur la bordure: pourquoi ? Que s’est-il passé ? Accident ? Défaut d’éclairage ? Sauts intempestifs par jeu ?
    A l’inverse, je suggère de matérialiser cette séparation par des bornes déformables régulièrement espacées, par exemple des plots en plastique de 80cm de haut implantés tous les 3m. Ainsi en cas de déport brusque, le cycliste risque moins d’être déséquilibré ou de chuter et la voiture n’aura rien à part quelques rayures sur la carrosserie.
    Pour plus de civilité et de respect mutuel sur les chaussées !

    sep article
  6. Le problème des vélos en ville est surtout qu’ils roulent trop vite (non seulement en centre-ville d’ailleurs, mais aussi dans d’autres secteurs, même sur voies dédiées, notamment lorsque celles-ci sont très occupées, ou aux carrefours, etc….), en plus d’autres incivilités telles que doubler par la droite, chicanes, non utilisation de la sonnette, etc….
    Circuler à vélo en ville devient ainsi de plus en stressant (et risqué !), voire même décourageant… Aussi, et ce quels que soient les aménagements prévus, je pense qu’il faudrait maintenant –et rapidement-, tout comme pour les voitures, en limiter la vitesse…
    Pour le dire autrement, faire du vélo en ville doit être conçu comme un moyen de déplacement, et pas pour des performances de vitesse, ou sportives …..
    Par ailleurs, je pense que les avis des 2 unions de quartier devraient être entendus….
    Notamment en ce qui concerne les ‘bordures en dur’ qui en effet ne sont pas du tout adaptées à la situation, en plus d’être très dangereuses, etc….
    A ce sujet, ne pourrait-on pas envisager à la place plutôt une haie (qui permettrait, dans le même temps, de rajouter encore un peu plus de végétation en ville, qui en manque encore beaucoup….) ? …..

    sep article
    • Hahaha, « les vélos roulent trop vite » Mais on lit de tout dans le coin !!!! Mieux qu’au bar PMU !
      Et les voitures qui roulent à 50km/h sur des axes limités à 30km/h (au hasard, rue Ampère, rue Pierre Sémard avec les radars pédagogiques qui clignotent sans cesse), c’est quoi ? D’inoffensifs objets d’une tonne et demie mûs par des gens raisonnables de ces mêmes UQ ?
      Il faut arrêter le délire et ne pas se tromper de cible. En ville, le danger est créé par l’omniprésence de la voiture qu’elle roule (trop souvent à des vitesses inadaptées), ou qu’elle stationne (sur trottoirs, aménagements cyclables, passages pour piétons)

      sep article
  7. Une blague.
    J’invite ces braves gens des UQ à sortir un peu de leur quartier justement. À aller voir comment ça marche dans des pays où le vélo fait partie des aménagements de voirie depuis longtemps. Et là, il s’apercevront que les conflits d’usage piétons-vélos sont souvent largement exagérés en France par les opposants aux pistes cyclables.
    Pour rappel : chaque année, un seul piéton est tué par un cycliste en moyenne en France selon les chiffres de la sécurité routière. Un seul cycliste est également tué par un piéton. Les autres cyclistes et piétons tués le sont par des motorisés… mais ça serait l’autoroute à vélos qui poserait le plus de problèmes ? on a le droit de rigoler non ?
    Pour autant, il y a bien des soucis de cohabitation entre cyclistes et piétons qu’il ne faut pas négliger. C’est justement l’objectif du projet : offrir la place nécessaire aux cyclistes avec une piste continue et directe plus que rapide, et assurer la place des piétons avec une traversée largement améliorée où la priorité est donnée aux piétons — et que les cyclistes devront respecter, on est d’accord.
    Second point : la bordure. Je ne vois pas où est le problème. Les piétons peuvent l’enjamber, les poussettes et handicapés n’étant pas gênés car elle est interrompue à l’endroit de la traversée. En revanche, vu les comportements dangeureux des bagnolards qui se garent souvent sur les pistes cyclables et les trottoirs, ce n’est pas une bordure qu’il faut, c’est une grille avec des pics pour assurer la sécurité des cyclistes et le respect des pistes… je suis curieux de savoir ce que pensent les UQ de ce phénomène récurrent et bien plus dangereux que les conflits d’usage entre piétons et cyclistes. Ce comportement serait-il toléré dans l’imaginaire collectif ? Ça rappelle le débat sur la place des vélos en libre service à Paris sur les trottoirs alors même que ceux-ci sont envahis de scooters depuis 15 ans.
    Troisième point : le feu à bouton poussoir. Pourquoi pas. Cependant, il y aura déjà des feux à proximité du lycée, à chaque extrémité du cours Lafontaine. Ils assureront un certain battement aux piétons désirant traverser.
    Bref, ce discours sonne un peu comme trop souvent en France : «les vélos oui, mais surtout ne pas trop leur laisser de place». C’est ce discours qui donne généralement les pires aménagements, notamment les pistes cyclables sur trottoir qui sont une vraie plaie pour piétons et cyclistes… et que l’on retrouve citée presque en exemple par Grenoble à Coeur au sujet de la piste de Gambetta. Pendant ce temps, 75% des trajets de moins de 3km sont faits en voiture dans la métropole, un non-sens absolu qui lui aussi semble ne pas gêner grand monde à part les «écolos-dogmatiques», forcément pro-piolle, qui vont tuer le commerce et blablabla.

    Aussi, je suis curieux de connaître une position alternative des UQ, et d’avoir l’avis de l’ADTC sur le projet. Ces derniers me semblent bien plus fiables quand il s’agit de parler de conflits d’usage piétons-cycles, vu qu’ils souhaitent le développement des 2 modes de transport. Au détriment bien sûr de la voiture individuelle, qui est le moyen de transport le moins pertinent et le plus dangereux en centre-ville.

    sep article
  8. Pathétique que cette même UQ ne soit pas inquiète par la présence de voitures au même endroit qui polluent nos jeunes lycéens et qui représente un risque d’accident bien plus important !
    Chaque année, de nombreux piétons sont tués/blessés par des voitures, alors que c’est très rare par des cyclistes de par les masses et la vitesse. Cela fonctionne dans de nombreux pays européens, Hollande, Belgique, Danemark et même Allemagne… Alors cela va aussi fonctionner à Grenoble ! Vivement le futur !

    sep article
  9. Faire passer une autoroute à vélos là où il y a des piétons partout en masse, il faut vraiment être ni piéton ni cycliste et complètement débile pour vouloir faire ça !

    sep article
    • Perso, j’avais compris que les vélos auraient leur autoroute et les piétons la leur, les trottoirs, et qu’ils ne se mélangeaient donc pas.
      Ce sera beaucoup plus sécurisant pour les lycéens que le passage actuel des voitures.

      sep article
      • Ben c’est parce que vous avez pas compris que pour aller au lycée les élèves doivent traverser la rue et qu’il y aura l’autoroute à vélos en plus des voitures. Mais je vous comprends, avec l’idéologie c’est comme avec les œillères, on comprend pas tout.

        sep article
        • C’est vrai qu’il est plus dangereux d’être renversé par un vélo que par une voiture 😉

          sep article
          • ????? un accrochage entre un cycliste et un piéton, de même qu’entre 2 cyclistes (qui plus est si lors de la chute il y a heurt sur… une bordure en dur, par exemple (! )… ) peut être aussi dangereux qu’avec un choc avec une voiture roulant à vitesse réduite (tel que obligé en ville maintenant) …. même problème aussi avec les trottinettes (dont la circulation devrait être, d’ailleurs, bientôt réglementée) ..….

            sep article
            • on attend les calculs d’énergie cinétique pour le prouver. Pour rappel : E=1/2*masse*vitesse au carré. Alors franchement, j’ai du mal à voir où des cyclistes de 70kg + 20kg de vélo à 25km/h seraient autant voire plus dangereux pour les piétons que des bagnoles de 2 tonnes, à vitesse potentiellement plus importante.
              La science de comptoir faite au doigt mouillé dans les réunions des UQ, ça suffit.

              sep article
              • oh là !… vos remarques méprisantes (de même que très discourtoises, pour ne pas dire plus !!!…) vis-à-vis des unions de quartier (dont je ne fais pas partie, d’ailleurs, soit dit en passant) ou des personnes qui ne sont pas d’accord avec certaines composantes du projet, ça suffit aussi !… Personne ici n’est contre le développement du vélo en ville, ni contre le ré-aménagement de cette rue (qui s’avère en effet maintenant plus que nécessaire, que ce soit pour une meilleure circulation des cyclistes et autres usagers, que tout autant pour ce qui en est de l’espace dédié aux entrées/sorties du lycée….)… Il s’agit ‘juste’ ici de faire en sorte que le projet envisagé convienne au mieux et à tous, en terme de facilités et de sécurité de circulation, non ?…. c’est en tous cas pour cela que j’ai souhaité participer à cette discussion – que j’ai trouvé néanmoins intéressante, globalement…- pas pour y lire ce genre de remarques totalement déplacées, de même que non avenues !!!…….

                sep article
  10. Il est clair que les détracteurs de cette conférence n’ont pas pris le soin de lire l’article et d’aller plus loin dans l’analyse. Ou alors pour certain (comme d’hab) ils le font exprès pour faire passer ses 2 unions de quartiers pour des anti-vélos, en toute manipulation.

    sep article
    • Ce qui est clair c’est qu’on avait jamais entendu ces unions de quartier défendrent les piétons quand avant 2011 le cours Lafontaine était à deux voies de circulation automobile et que la vitesse limite était à 50 km/h.
      Une inquiétude sélective ?

      sep article
  11. C’est pas grenoble à coeur soutenu par uhcv qui propose une piste cyclable bidirectionnelle sur Gambetta ? (clairement il faut une piste cyclable boulevard Gambetta mais en plus de celle d’Agutte Sembat et pas pour la remplacer)

    Et à propos des bordures, elles seront beaucoup plus franchissables que le stationnement voiture actuel le long de Champollion sur le cours Lafontaine et par ailleurs, ces bordures seront interrompus aux passages piétons.

    Puisque l’uhcv est pour développer le vélo, quelles sont ces propositions sur ce sujet ?

    on pourrait avoir les liens vers les documents FFvélo ou cerema indiquant ces préconisations ?

    sep article
  12. « une bordure en dur (…) serait (…) un nouvel obstacle à la traversée de la chaussée par les piétons, les poussettes etc.  »
    C’est surtout que ca va obliger les gens à respecter le code de la route et donc de traverser sur les passages pietons. Ben merde alors !

    sep article
  13. ???!!!

    le seul point que je retiens est cette immondice:
    « la construction d’une « bordure en dur » telle qu’annoncée, séparant le flux des vélos et celui des voitures, serait, toujours selon l’Union, un nouvel obstacle à la traversée de la chaussée par les piétons, les poussettes etc. »

    J’ai eu peur tant de temps cours Berriat quand je doublais un cycliste et que je conduisais.

    Il faut des espaces distincts. C’est tout.
    Plus de vélos n’importe ou, plus de voiture en double file sur les voies de vélo.
    Le pourcentage de cyclistes et d’automobilistes inciviles et trop important encore.

    La vraie question réside dans le partage de l’espace public et des modalités.

    sep article