Travailler autrement, produire et consommer local… Le Mois de l’Économie sociale et solidaire s’annonce riche dans l’agglomération

sep article

EN BREF — La onzième édition du Mois de l’Économie sociale et solidaire se tient sur l’agglomération grenobloise du 1er au 30 novembre. De nombreux temps de rendez-vous et d’échanges avec le réseau des structures de l’ESS grenobloise, qui veut s’adresser au public le plus large possible et espère susciter des adhésions… voire des vocations.

 

 

Repenser le travail, produire et consommer local, opter pour une monnaie alternative, aborder la voiture autrement… Autant de thématiques, parmi de nombreuses autres, qui seront au cœur de la 11e édition du Mois de l’Économie sociale et solidaire (ESS) sur la métropole grenobloise, qui se tient du 1er au 30 novembre 2018.

 

La onzième édition du Mois de l'Économie sociale et solidaire (ESS) de l'agglomération grenobloise se tient du 1er au 30 novembre 2018.Les acteurs de l'ESS grenobloise présentent le Mois de l'Économie sociale et solidaire © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les acteurs de l’ESS grenobloise lors de la présentation du Mois de l’Économie sociale et solidaire. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Le Mois de l’ESS ? « Une démarche locale inscrite dans un événement national », explique Marine Leloup, membre d’Alpes solidaires. L’association gère le site Internet du même nom, en lien avec Le Bon Plan, et structure ce temps d’échanges sur l’agglomération grenobloise. Pour proposer, au total, vingt-huit occasions aux Grenoblois de découvrir différentes facette de l’ESS, à retrouver dans le détail sur le programme mis en ligne.

 

 

Des passerelles pour toucher le public le plus large possible

 

La profusion même des rendez-vous est une marque de bonne santé que salue Marine Leloup. « Sur la métropole, il n’y avait pas une grande dynamique les dix années précédentes », se souvient-elle. C’est en 2016 qu’un réseau s’est véritablement coordonné pour créer un événement « plus massif et qui ait du sens », capable d’établir des passerelles entre les différentes structures ou disciplines, ainsi que de mutualiser l’effort de communication.

 

Affiche du mois de l'ESS. DR

Affiche du mois de l’ESS. DR

Une volonté d’unir les compétences qui se ressent dans le programme, lorsque la « banque éthique » la Nef et l’épicerie coopérative l’Élefan invitent à venir à leur rencontre le même soir, le mardi 13 novembre, à la Maison des habitants du bois d’Artas. Ou lorsque l’épicerie La Bonne Pioche présente dans ses locaux Energ’Y citoyenne, société de promotion de l’énergie renouvelable et d’accompagnement vers la consommation d’électricité locale.

 

Autant de mélanges qui permettent, espèrent les partenaires de l’événement, de toucher le plus de monde possible. Le grand public naturellement, outre les acteurs de l’ESS, mais aussi ceux qui hésitent à se lancer dans l’aventure et ne connaissent pas toute l’étendue des initiatives.

 

Notamment un public en situation de précarité, moins prompt à se tourner vers l’ESS, mais susceptible d’en bénéficier à travers des structures comme l’épicerie solidaire Épisol ou le réseau d’échange de services L’Accorderie.

 

 

Trouver un emploi qui a du sens

 

Trois thématiques seront mises en valeur à l’occasion de ce mois de l’ESS. En premier lieu, une thématique « Travailler autrement » afin « de mettre en valeur la possibilité pour le public de trouver un emploi qui a du sens et répond à une vocation d’utilité sociale, et [de] voir comment l’ESS peut m’aider à trouver un emploi », explique Marine Leloup.

 

Julien De Leiris évoque sa structure Ronalpia © Florent Mathieu - Place Gre'net

Julien de Leiris évoque sa structure Ronalpia. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

L’occasion de savoir comment s’insérer au sein de l’ESS via une structure comme Ronalpia, un incubateur et accompagnateur d’entrepreneurs sociaux qui a notamment aidé l’association Entourage à s’installer sur la région grenobloise. Ou grâce aux Cigales, club d’investisseurs citoyens qui permet de lever des fonds pour soutenir des projets d’entreprise en construction, comme ce fut le cas pour le réseau de voitures partagées Citiz.

 

 

L’ESS, modèle économique de demain ?

 

Deuxième thématique : « L’ESS au quotidien », ou comment l’Économie sociale et solidaire peut influer sur la vie de tous les jours. Que ce soit à travers la monnaie locale, avec les journées portes ouvertes organisées par Le Cairn tous les jeudis du mois, ou la question du réemploi avec le collectif Deuxième Acte sur le Marché de Noël de l’ESS à compter du 23 novembre.

 

Marine Leloup, Alpes Solidaires © Florent Mathieu - Place Gre'net

Marine Leloup d’Alpes solidaires. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Sans oublier les actions de solidarité envers les personnes sans abris ou en situation de grande précarité. Entourage organise ainsi un débat autour du documentaire Comme tout le monde, le samedi 3 novembre à la Maison des habitants Chorier-Berriat.

 

La dernière thématique, « Réflexions sur l’ESS », est pour sa part l’occasion de trois rendez-vous : un retour sur l’ESS au sein du quartier Villeneuve Village olympique le 8 novembre, et une évocation de l’histoire de l’ESS à Grenoble le 13. Tandis qu’un séminaire organisé dans les locaux de Sciences-Po Grenoble le 23 novembre posera la question cruciale : l’ESS, qui représente aujourd’hui 10 % du PIB national, est-elle le modèle économique des entreprises de demain ?

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
1298 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.