Fête des tuiles (suite) : en 2014, Fusées avait collé des affiches pour la campagne d’Eric Piolle

sep article



EN BREF – Après s’être vu attribuer le marché de préfiguration de la Fête des tuiles en 2014, puis l’organisation des éditions 2015 et 2016 de cette même fête aujourd’hui dans le collimateur de la justice, des factures prouvent que l’association Fusées avait pris une part active dans la campagne du maire de Grenoble en 2014.

 

 

Défilé des géants lors de la fête des tuiles 2015 sur le cours Jean Jaurès à Grenoble. © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

Défilé des géants lors de la fête des tuiles 2015 sur le cours Jean-Jaurès à Grenoble. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Alors que le par­quet de Valence a ouvert une enquête pré­li­mi­naire pour favo­ri­tisme après l’at­tri­bu­tion à Fusées de mar­chés affé­rents aux édi­tions 2015 et 2016 de la Fête des tuiles, la ques­tion du lien entre cette asso­cia­tion et le maire de Grenoble est reve­nue sur la table des élus lors du conseil muni­ci­pal, le 18 juin.

 

En ques­tion, cinq fac­tures extraites des comptes de cam­pagne du maire de Grenoble émises par Fusées et ayant trait à des opé­ra­tions de col­lage d’af­fiches. En tout, 5 000 euros réglés par le man­da­taire finan­cier d’Eric Piolle à l’as­so­cia­tion qui n’a, d’a­près Matthieu Chamussy, pas fait que col­ler des affiches.

 

« Cette asso­cia­tion a aussi par­ti­cipé à l’or­ga­ni­sa­tion de soupes musi­cales sur vos mar­chés », a fait remar­quer le chef de file de l’op­po­si­tion de droite répu­bli­caine (Les Républicains- UDI et société civile ) à l’a­dresse d’Élisa Martin, la pre­mière adjointe pré­si­dant la séance en lieu et place du maire absent*.

 

Une asso­cia­tion qui se trou­vait, à tra­vers son codi­rec­teur Pascal Auclair, dans le comité de sou­tien d’Eric Piolle lors de cette cam­pagne 2014. Une asso­cia­tion qui s’est vu attri­buer en 2014, pour 19 400 euros, le mar­ché de pré­fi­gu­ra­tion de la Fête des tuiles. Avant d’ob­te­nir un an plus tard, sans mise en concur­rence, les deux mar­chés d’or­ga­ni­sa­tion des édi­tions 2015 et 2016 de cette même fête. Puis de dis­pa­raître de la cir­cu­la­tion…

 

 

Eric Piolle ne connaissait pas « vraiment » Fusées ?

 

« Pourquoi, à notre connais­sance, ce mar­ché de pré­fi­gu­ra­tion n’a pas fait l’ob­jet d’une infor­ma­tion au conseil muni­ci­pal en vertu du rendu acte, comme le dis­pose le code géné­ral des col­lec­ti­vité ter­ri­to­riales ? », s’est étonné Matthieu Chamussy. « Cela en dit davan­tage sur le lien qui vous unit avec cette asso­cia­tion et qui jette un ques­tion­ne­ment sup­plé­men­taire sur les condi­tions dans les­quelles elle a obtenu les mar­chés publics. »

 

Cliquez sur la vidéo pour entendre l’in­ter­ven­tion de Matthieu Chamussy :

 

 

En mai der­nier, en réac­tion à l’ou­ver­ture de l’en­quête pré­li­mi­naire, Eric Piolle avait à la ques­tion d’une jour­na­liste, répondu ne pas connaître « vrai­ment » l’as­so­cia­tion Fusées.

« Or, il y a deux per­sonnes qui y ont été dési­gnées par votre majo­rité au sein du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de la Régie 2C », a fait remar­quer Matthieu Chamussy.

 

Après l'annonce de l'ouverture d'une enquête préliminaire pour favoritisme dans l'attribution de marchés publics afférents à la Fête des tuiles, le maire de Grenoble Eric Piolle (EELV) réagit et dénonce une affaire strictement politique. (capture d'écran)

Eric Piolle

En 2016, Charline Chechirlian et Marielle Imbert, qui à l’é­poque tra­vaillaient toutes deux pour Fusées, avaient fina­le­ment quitté le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de la régie muni­ci­pale regrou­pant les deux salles du Ciel et de la Chaufferie, avant le vote actant sa liqui­da­tion.

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

* Une ins­truc­tion judi­ciaire étant en cours, le conseiller muni­ci­pal délé­gué aux ani­ma­tions Olivier Bertrand, appelé à répondre en séance du conseil muni­ci­pal, s’est refusé à tout com­men­taire.

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2646 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Cela dit, M. Chamussy devrait arrê­ter de faire le malin car il était au cou­rant de tout ça depuis 2015, comme toute l’op­po­si­tion, parce que le GAM l’a­vait mis au cou­rant.

    C’est d’ailleurs leur inac­tion qui nous avait poussé à dépo­ser une pre­mière plainte en 2015

    Or l’ar­ticle 40 du code pro­cé­dure rend com­plice tout élu ayant eu connais­sance de la com­mis­sion d’un poten­tiel délit ou d’un crime et qui ne l’a pas signalé au Procureur.

    Vous vou­lez qu’on rigole, M. Chamussy ?

    Elève Chamussy, arrê­tez votre récu­pé­ra­tion, tai­sez-vous et au piquet ! Fissa !

    https://groupedanalysemetropolitain.com/2018/06/19/fete-des-tuiles-fusees-a-colle-des-affiches-des-affiches-pour-eric-piolle-en-2014-non/

    sep article