Actualité

L’Université Grenoble-Alpes main­tient son esti­ma­tion d’un mil­lion d’eu­ros de dégra­da­tions et porte plainte

L’Université Grenoble-Alpes main­tient son esti­ma­tion d’un mil­lion d’eu­ros de dégra­da­tions et porte plainte

FIL INFO – Après avoir estimé “à chaud” les dégra­da­tions du Centre de langues vivantes à un mil­lion d’eu­ros, l’Université Grenoble-Alpes per­siste et signe dans son esti­ma­tion. Tout en annon­çant une remise en état a minima du bâti­ment à hau­teur de 600 000 euros, pour per­mettre une réou­ver­ture d’ici jan­vier 2019 au plus tard.

Le 25 mai, le Centre de langues vivantes (CLV) sur le cam­pus de Saint-Martin-d’Hères était déblo­qué après plu­sieurs semaines d’oc­cu­pa­tion par des étu­diants oppo­sés au Plan uni­ver­sité du gou­ver­ne­ment. Découvrant un bâti­ment méti­cu­leu­se­ment tagué et dégradé, le direc­teur géné­ral des ser­vices de l’Université Grenoble-Alpes (UGA) Joris Benelle évo­quait alors des dégâts repré­sen­tant un coût de plus d’un mil­lion d’euros.

Le Centre de langues vivantes tagué après occupation. DR L'Université de Grenoble maintient son estimation d'un million d'euros de dégradations au CLV et table sur des travaux a minima pour une réouverture rapide.

Le Centre de langues vivantes tagué après occu­pa­tion. DR

Plusieurs jours après les faits, l’UGA confirme à peu de choses près cette esti­ma­tion “à chaud”. « Le mon­tant d’une remise en état com­plète et à neuf de l’é­qui­pe­ment s’é­lève à un mil­lion d’eu­ros », écrit ainsi l’Université, expli­quant se baser sur « un coût de remise en état com­pris entre 300 € et 500 € le m2, soit entre 810 000 € et 1 350 000 € pour 2 700 m2 ». Une four­chette pour le moins large, donc.

Une remise en état a minima pour 600 000 euros

Toutefois, l’UGA indique encore avoir pro­cédé à une autre esti­ma­tion, « mini­male » cette fois, du coût d’une remise en état « décente » du CLV. Et ceci afin de per­mettre une réou­ver­ture pour le mois de jan­vier 2019 au plus tard, espère-t-elle.

Le Centre de langues vivantes tagué après occupation. DR L'Université de Grenoble maintient son estimation d'un million d'euros de dégradations au CLV et table sur des travaux a minima pour une réouverture rapide.

Le Centre de langues vivantes tagué après occu­pa­tion. DR

La somme avan­cée est cette fois très pré­cise : 606 420 € TTC, pour « effa­cer toutes les traces de dégra­da­tions visibles et répa­rer une par­tie des consé­quences sur la struc­ture du bâti­ment ». Une remise en état a minima, semble donc évo­quer l’UGA, alors qu’une réno­va­tion com­plète du CLV à hau­teur de 1,3 mil­lions d’eu­ros était d’ores et déjà pro­gram­mée pour 2020.

L’UGA annonce avoir déposé plainte

En quelques jours, la ques­tion du CLV a concen­tré beau­coup de ten­sions, entre condam­na­tions des dégâts et appel de l’État à sou­te­nir l’UGA. Mais aussi autour de la contes­ta­tion du chiffre avancé par l’Université, notam­ment sur les réseaux sociaux, par des mili­tants accu­sant le pré­sident de l’UGA Patrick Lévy de vou­loir détour­ner l’at­ten­tion des reven­di­ca­tions. Tout en sus­pec­tant les médias, Place Gre’net inclus, de faire de la « pro­pa­gande » en « pren[ant] pour argent comp­tant » les décla­ra­tions de l’Université.

Occupation du bâtiment de la présidence par les étudiants de l'UGA, le 3 Avril 2018. © Léa Raymond - Place Gre'net

Occupation du bâti­ment de la pré­si­dence par les étu­diants de l’UGA, le 3 Avril 2018. © Léa Raymond – Place Gre’net

Une ten­sion qui ne risque pas de retom­ber de sitôt puisque l’UGA annonce avoir porté plainte contre les per­sonnes res­pon­sables des dégra­da­tions, dési­gnées comme « des actes qui portent atteinte aux biens publics ».

La plainte n’a rien d’une sur­prise : en avril, l’Université avait déjà déposé plainte suite aux dégra­da­tions sur­ve­nues durant l’oc­cu­pa­tion du bâti­ment de sa pré­si­dence. Et se voyait déjà repro­cher de cher­cher à détour­ner l’at­ten­tion des reven­di­ca­tions, tout en essayant de cri­mi­na­li­ser le mou­ve­ment étudiant.

FM

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Usine_STMicroelectronics_Crolles. © Artechnic
STMicroelectronics : une nou­velle enquête publique en pré­vi­sion pour le pro­jet d’ex­ten­sion de l’u­sine de Crolles

FOCUS - Rebondissement pour le projet d'agrandissement de l'usine STMicroelectronics de Crolles. L'industriel a répondu aux conclusions de la Commission nationale du débat public (CNDP) Lire plus

Réserve natu­relle des Hauts de Chartreuse : un iti­né­raire de ran­don­née auto­risé sur les terres pri­vées du marquis

FOCUS - Après un an de conflit opposant les randonneurs au marquis Bruno de Quinsonas-Oudinot, propriétaire d'une partie de la Réserve naturelle des Hauts de Lire plus

Auvergne-Rhône-Alpes : élu député, Laurent Wauquiez quitte la Région en lais­sant « ses cas­se­roles », selon l’opposition

FOCUS - Élu député de Haute-Loire le 7 juillet 2024, Laurent Wauquiez devrait quitter la présidence de la Région Auvergne-Rhône-Alpes durant l'été, en vertu du Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : ras­sem­ble­ment contre la trans­pho­bie en hom­mage à Géraldine et Angélina, deux femmes trans assassinées

FLASH INFO - Les associations Déviations et Organisation de solidarité trans’ Grenoble ont organisé, mardi 16 juillet 2024, un rassemblement en mémoire de Géraldine et Lire plus

La stratégie de la Métropole envers les commerçants et l'attractivité commerciale en débat au conseil métropolitain
Attractivité com­mer­ciale : vifs débats autour de la stra­té­gie de la Métropole de Grenoble

FOCUS - Le conseil métropolitain de Grenoble a adopté, le 5 juillet 2024, une délibération-cadre sur la "stratégie d'intervention pour relever les défis d'une attractivité Lire plus

Les adjoints Gilles Namur et Margot Belair, Bertrand Raynaud (Alp’Études), Quentin De Neeff ( directeur de projet en mission d’aménagement des espaces publics), Frédéric Cacciali (pour la Sages) et Nathalie Durand (direction de l’urbanisme et de l’aménagement). © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : de nou­veaux espaces publics quar­tier Flaubert pour le trans­for­mer et l’a­dap­ter au chan­ge­ment climatique

FOCUS - À l'occasion d'une visite guidée organisée sur site, la Ville de Grenoble a présenté, le 10 juillet 2024, ce que va devenir le Lire plus

Flash Info

|

17/07

19h01

|

|

16/07

19h53

|

|

14/07

11h04

|

|

10/07

15h12

|

|

09/07

15h36

|

|

09/07

11h24

|

|

07/07

10h36

|

|

05/07

19h12

|

|

05/07

11h23

|

|

04/07

18h57

|

Les plus lus

Culture| Festivités du 14 juillet : feux d’ar­ti­fice, bals, concerts et ani­ma­tions dans les com­munes de la métro­pole grenobloise

Politique| Grenoble : deux ex-élus attaquent la déli­bé­ra­tion octroyant un ter­rain de la Ville à moi­tié prix pour un « pseudo-habi­tat participatif »

A écouter| La Ville de Grenoble met un local flam­bant neuf à la dis­po­si­tion des livreurs de repas à domicile

Agenda

Je partage !