Deux sénateurs de l’Isère appellent l’État à soutenir l’Université de Grenoble suite aux dégradations

sep article

FIL INFO – Suite aux dégradations commises dans le bâtiment du Centre de langues vivantes (CLV) sur le campus de Saint-Martin-d’Hères, les sénateurs Les Républicains de l’Isère Frédérique Puissat et Michel Savin appellent l’État à soutenir, y compris financièrement, l’Université Grenoble-Alpes pour les travaux de réhabilitation à venir.

 

 

Après le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, c’est au tour des sénateurs de l’Isère Frédérique Puissat et Michel Savin de réagir aux dégradations constatées après le déblocage du Centre de langues vivantes (CLV), sur le campus de Saint-Martin-d’Hères. Dans un courrier adressé à la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal, les deux parlementaires Les Républicains appellent l’État à apporter son soutien à l’Université Grenoble-Alpes (UGA).

 

Michel Savin et Frédérique Puissat, sénateurs LR de l'Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Michel Savin et Frédérique Puissat, sénateurs LR de l’Isère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Rappelant que les dégâts sont, pour l’heure, estimés par l’UGA à environ un million d’euros, Frédérique Puissat et Michel Savin regrette qu’une pareille somme soit « consacré[e] à réparer les dérives d’une minorité d’étudiants qui ont perturbé les partiels [et] semé le chaos ». Cet argent, estiment-ils, « aurait pu être utilisé pour soutenir la recherche ou améliorer les conditions d’études des étudiants ».

 

 

Un soutien financier de l’État

 

C’est pourquoi les deux sénateurs affirment leur soutien au président de l’UGA Patrick Lévy dans son dépôt de plainte, jugeant que « les responsables de ces saccages […] doivent assumer les conséquences de leurs actes ». Et attendent de l’État « son plein et entier soutien à l’Université Grenoble-Alpes, notamment financier, afin d’assurer la prise en charge de la totalité des travaux ». Des travaux qui relèvent, écrivent-ils encore, d’une « urgence qui n’est plus à démontrer ».

 

Le Centre de langues vivantes (CLV) et ses nombreuses dégradations. DR

Le Centre de langues vivantes (CLV) et ses nombreuses dégradations. DR

 

L’enjeu est de taille, insistent les parlementaires. Qui considèrent, à l’instar de la Région, que l’UGA « contribue au rayonnement et à l’attractivité [du] territoire », et mettent en avant les investissements de l’UGA pour la recherche et l’innovation. « Il est […] de la responsabilité de tous les acteurs de permettre la réhabilitation des infrastructures dans les plus brefs délais », concluent-ils.

 

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1320 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.