Fin des blocages sur le campus grenoblois… mais la mobilisation continue

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO – Après plusieurs semaines de blocages ou d’occupations de bâtiments, le mouvement étudiant opposé au Plan université du gouvernement a voté sa propre fin sur le campus lors d’une assemblée générale le mercredi 23 mai. Mais les syndicats comptent bien continuer à mener des actions ou participer à des mouvements. À commencer, ce samedi 26 mai, par la Marée populaire et la Marche des fiertés.

 

 

Le mou­ve­ment étu­diant qui s’est lar­ge­ment exprimé sur le cam­pus de Saint-Martin-d’Hères durant plu­sieurs semaines est-il ter­miné ? Mercredi 23 mai, une der­nière assem­blée géné­rale a en tout cas voté la fin des blo­cages de bâti­ments. Un vote assez natu­rel, à pré­sent que la plu­part des par­tiels sont ter­mi­nés et que l’an­née sco­laire touche à sa fin.

 

 

Trois manifestations dans les jours qui viennent

 

« Ce n’est pas que le mou­ve­ment n’existe plus, c’est qu’il part du cam­pus », rela­ti­vise Jean-Loup de Saint-Phalle, du syn­di­cat Solidaires étu­diants. Les mili­tants comptent en effet bien se mobi­li­ser, et ce dès le samedi 26 mai en par­ti­ci­pant à la Marée popu­laire, mou­ve­ment de mani­fes­ta­tion natio­nale dont la décli­nai­son gre­no­bloise pren­dra son départ à 10 heures place de la gare.

 

Les étudiants s'étaient joints à la manifestation de défense du service public du 22 mai 2018 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Des étu­diants s’é­taient joints à la mani­fes­ta­tion de défense du ser­vice public du 22 mai 2018 © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Solidaires étu­diants compte ensuite enchaî­ner avec la Marche des fier­tés, à par­tir de 14 h 30 depuis le parc Paul-Mistral. Le rap­port avec la mobi­li­sa­tion étu­diante ? « La fusion du régime des APL et des bourses menacent les gens les moins sou­te­nus par leurs parents, et les jeunes gens homo­sexuels en conflit avec leurs parents arrivent en tête », explique Jean-Loup de Saint-Phalle.

 

La mobi­li­sa­tion n’est pas ter­mi­née puisque le 31 mai les syn­di­cats étu­diants et lycées se réuni­ront devant le rec­to­rat de Grenoble pour une assem­blée géné­rale, en com­pa­gnie espèrent-ils de pro­fes­seurs. Objectif ? Rencontrer les lycéens et leur expli­quer tout le mal que les syn­di­cats étu­diants pensent du dis­po­si­tif Parcoursup. Quant au retour du mou­ve­ment sur le cam­pus, il est tou­jours prévu pour le 1er octobre, à l’oc­ca­sion d’une assem­blée géné­rale de ren­trée.

 

 

Le Centre de langues vivantes débloqué… mais dégradé

 

Pour l’heure, le der­nier bâti­ment occupé a été éva­cué. En l’oc­cur­rence, le Centre de langues vivantes (CLV), qui a tenu lieu de quar­tier géné­ral durant la mobi­li­sa­tion étu­diante. Les ser­vices de l’UGA ont décou­vert un local aux murs inté­gra­le­ment tagués et dont la salle infor­ma­tique a été soi­gneu­se­ment van­da­li­sée, ainsi que l’at­teste une vidéo tour­née par nos confrères du Dauphiné libéré et plu­sieurs pho­to­gra­phies cir­cu­lant sur les réseaux sociaux.

 

Le Centre de langues vivantes tagué après occupation. Photo prélevée sur les réseaux sociaux

Le Centre de langues vivantes tagué après occu­pa­tion. Photo pré­le­vée sur les réseaux sociaux

 

Des dégra­da­tions que Solidaires étu­diants ne cau­tionnent pas, tout en refu­sant de condam­ner leurs auteurs. « Nous ne sommes pas per­sua­dés que ça soit une bonne stra­té­gie de dégra­der les bâti­ments qu’on occupe. Ces tags ne sont pas du fait de l’as­sem­blée géné­rale, ce sont des per­sonnes qui ont pris indi­vi­duel­le­ment cette ini­tia­tive. Mais je n’ai pas envie de me déso­li­da­ri­ser de per­sonnes qui risquent beau­coup », com­mente Jean-Loup de Saint-Phalle.

 

 

Une tentative de diversion de l’UGA ?

 

Et le syn­di­ca­liste de pous­ser un coup de gueule : « Ce qui nous énerve, c’est que Patrick Lévy [le pré­sident de l’Université Grenoble Alpes, ndlr] ne parle que de ça ! ». Or pour Solidaires étu­diants, le pro­blème ne réside pas dans les dégra­da­tions, mais dans la poli­tique de l’UGA et dans l’at­ti­tude de son pré­sident. Et de citer le refus d’a­mé­na­ger les par­tiels, de dis­cu­ter avec les assem­blées géné­rales ou « une impli­ca­tion dans le Parcoursup un peu trop obéis­sante ».

 

Une assemblée générale sur le campus de Grenoble © Léa Raymond - Place Gre'net

Une assem­blée géné­rale sur le cam­pus de Grenoble © Léa Raymond – Place Gre’net

 

Et Jean-Loup de Saint-Phalle de conclure : « Le but de l’as­sem­blée géné­rale, c’est de dis­cu­ter de la loi Ore [Orientation et réus­site des étu­diants, ndlr], pas de la déco­ra­tion et du patri­moine de l’Université ! » Tandis que Joris Benelle, direc­teur géné­ral des ser­vices de l’UGA, chiffre le mon­tant des dégra­da­tions à plus d’un mil­lion d’eu­ros, et pré­voit une ouver­ture com­pli­quée pour la ren­trée de sep­tembre.

 

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
2328 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. sep article
    • FM

      26/05/2018
      23:01

      Bonjour. Plusieurs articles dans dif­fé­rents médias parlent des dégâts… et notam­ment celui sur lequel vous dépo­sez ce com­men­taire.

      sep article
  2. Bien évi­dem­ment ils partent pour prendre des vacances comme tous le monde, belle men­ta­lité dit donc.
    Et ils devraient avoir honte de l’é­tat dans lequel ils laissent les bâti­ments et ils devraient payer pour rem­bour­ser !

    sep article