Blocages à l’université Grenoble-Alpes : le débat s’intensifie et dépasse les frontières du campus

sep article

Notre indépendance c

EN BREF – Le bras de fer entre militants opposés à la loi Vidal et étudiants hostiles aux blocages semble se durcir à l’Université Grenoble-Alpes. Un nouvel affrontement entre les deux parties s’est en effet produit dans la nuit du 9 au 10 mai dernier, lorsqu’un groupe de contre-manifestants a entrepris une mission nocturne visant à “libérer” les bâtiments occupés du campus de Saint-Martin‑d’Hères.

 

 

Bastion des mili­tants gre­no­blois oppo­sés à la loi Vidal, le centre de langues vivantes (CLV) a été le théâtre d’un nou­vel épi­sode d’affrontements, la nuit de mer­credi à jeudi. « Pour la troi­sième fois » depuis le début de la mobi­li­sa­tion contre la réforme de l’accès à l‘université, une ving­taine d’étudiants non gré­vistes s’est en effet ren­due sur le cam­pus de Saint-Martin‑d’Hères pour y mener une action de déblo­cage.

 

 

Le comité anti-blocages… face aux gaz lacrymogènes

 

« Nous étions […] non armés et moti­vés par la seule volonté de libé­rer les bâti­ments », expliquent les membres du comité anti-blo­cages par le biais d’un com­mu­ni­qué. Qui enchaînent : « À notre arri­vée auprès du centre de langues vivantes, qui sert de squat aux mani­fes­tants depuis un mois, une soixan­taine de blo­queurs s’est inter­po­sée. »

 

 

« Malgré leur pré­ten­due volonté de se mon­trer paci­fiques », dénonce le texte, « ces der­niers ont lancé des objets pyro­tech­niques (feux d’artifice), cock­tails Molotov et autres pro­jec­tiles ». En l’espace de quelques minutes, les contre-mani­fes­tants ont alors choisi de faire marche arrière, et battu en retraite sous les tirs de gaz lacry­mo­gènes.

 

Certains d’entre eux – affirme le com­mu­ni­qué – auraient éga­le­ment reçu « des coups dans le dos ou les bras ». Raison pour laquelle les membres du comité menacent de « dépo­ser des recours devant le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble ».

 

 

Une vingtaine d’anti-bloqueurs, « certains cagoulés et armés de bâtons »

 

La contes­ta­tion étu­diante serait-elle donc en train de se radi­ca­li­ser ? Alors que le comité anti-blo­cages pointe du doigt la vio­lence « crois­sante et illé­gi­time » des gré­vistes, ces der­niers font pour leur part entendre un autre son de cloche.

 

Le bras de fer entre opposants à la loi Vidal et étudiants contre les blocages se durcit à l’Université Grenoble-Alpes suite à un autre épisode de déblocage

Le centre de langues vivantes est occupé depuis désor­mais plus d’un mois. © Giovanna Crippa

« Tout au long de la jour­née [à savoir, le mer­credi 9 mai, ndlr], plu­sieurs screens des anti-blo­cages ont fuité sur le net », écrivent les mili­tants sur les réseaux sociaux. « Face à la pos­sible mon­tée des ten­sions dénon­cée elle-même par des oppo­sants aux blo­cages, la sécu­rité du cam­pus est alors pré­ve­nue par les étudiant.e.s mobilisé.e.s, dans le but d’é­vi­ter les heurts ».

 

Vers 2 heures du matin – pour­suivent-ils – « une ving­taine d’anti-blo­queurs se pré­sentent sur le cam­pus, cer­tains cagou­lés et armés de bâtons, en hur­lant et en fai­sant un maxi­mum de bruit. Après plu­sieurs insultes à carac­tère homo­phobes ou sexistes, ils repar­ti­ront fina­le­ment la queue entre les jambes. »

 

Le début d’un ces­sez-le-feu durable ? Pas sûr… Après quelques heures de trêve, ce jeudi, au soir, « une voi­ture [a] fonc[é] sur les étu­diants mobi­li­sés », relatent les occu­pants du centre de langues vivantes. Aucun blessé n’est tou­te­fois à déplo­rer.

 

 

Des organisations politiques iséroises soutiennent la mobilisation étudiante

 

À l’heure où la grogne contre les blo­cages semble gagner du ter­rain sur le cam­pus de Saint-Martin‑d’Hères, des voix dénon­çant « la répres­sion à l’université » com­mencent en revanche à se lever dans le monde poli­tique isé­rois.

 

Suite aux vio­lences poli­cières sur­ve­nues à l’Université Grenoble-Alpes (UGA) pen­dant ces der­niers jours, plu­sieurs orga­ni­sa­tions poli­tiques ont ainsi affirmé leur « sou­tien à la mobi­li­sa­tion des étu­diant-e‑s et des per­son­nels du cam­pus de Grenoble-Alpes contre la réforme de l’université » et appellent à « pour­suivre et à étendre la mobi­li­sa­tion » au-delà des fron­tières du cam­pus. En l’occurrence, Ensemble, Europe Ecologie Les Verts, La France insou­mise, Générations, le nou­veau parti anti­ca­pi­ta­liste (NPA), le PCF, le Parti de Gauche et Pag 38.

 

L’intervention de la police lors du blo­cage de la gale­rie des amphis de ce lundi 7 mai. DR

 

« À Grenoble comme ailleurs » fus­tigent-elles dans un com­mu­ni­qué uni­taire « le gou­ver­ne­ment veut faire une démons­tra­tion de force et espère démo­bi­li­ser par la peur de la répres­sion. »

C’est pour­quoi, en soli­da­rité avec les mani­fes­tants de l’UGA, les dif­fé­rentes orga­ni­sa­tions réclament « l’arrêt des vio­lences poli­cières à l’encontre des étu­diant-e‑s et per­son­nels mobi­lisé-e‑s à l’université », ainsi que « le retrait de la loi Orientation et réus­site des étu­diants (Ore) ».

 

GC

 

 

 

commentez lire les commentaires
4970 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. C’est pour­quoi, en soli­da­rité avec les mani­fes­tants de l’UGA, les dif­fé­rentes orga­ni­sa­tions réclament « l’arrêt des vio­lences poli­cières à l’encontre des étu­diant-e‑s et per­son­nels mobi­lisé-e‑s à l’université », ainsi que « le retrait de la loi Orientation et réus­site des étu­diants (Ore) ».

    Corrigeons et amé­lio­rons : « C’est pour­quoi et donc et par consé­quent et en consé­quence et à la suite quoi et en consi­dé­ra­tion des pro­lé­go­mènes qui conduisent aux conclu­sions sub­sé­quentes, en soli­da­rité avec et en sou­tien de les mani­fes­tant-e‑s de l’UGA, les dif­fé­rentes orga­ni­sa­tions et orga­nismes divers réclament et demandent et exigent et requièrent « l’ar­rêt et la sto­pa­tion (et sur­tout la ces­sa­tion) des vio­lences poli­cières [pléo­nasme qui se répète] à l’en­contre et à la ren­contre des étu­diant-e‑s et per­son­nels et per­son­nelles mobi­lisé-e‑s à l’u­ni­ver­sité et dans l’Univers », ainsi que « le retrait de la loi Orientation et réus­site des étu­diants (Ore) ». [car au fond nous nous fou­tons tota­le­ment de la réus­site des étu­diants pourvu qu’ils aient la bonne orien­ta­tion : être CONTRE. »]

    sep article
  2. SVP. Il peut très bien y avoir des étu­diants anti loi Vidal parmi les étu­diants vou­lant pas­ser leurs exa­mens et ils ne sont pas for­cé­ment vio­lents. Il faut donc les dif­fé­ren­cier des quelques cagoules anti blo­queurs qui font le coup de force contre les squat­teurs blo­queurs non vio­lents

    sep article
    • Des « cagoules anti blo­queurs » contre des « squat­teurs blo­queurs non vio­lents » vous nous refaites du Monsieur Melanchon et ses cas­seurs d extrêmes droites du 1er mai ?
      Ok il y a des couillons de par­tout, mais n inver­sez pas le blo­cage, le non res­pect et la nui­sance,
      Un étu­diant peut rendre copie blanche avec contre cibou contre ça.
      Qu une mino­rité (et je reste poli, mino­rité étant le contraire de majo­rité, la on parle de 20 à 100 étu­diants) pour­rissent la vie de leurs col­lègues, stressent, empêchent les par­tiels (…) ce n’est pas violent ?
      Questionnez vous et lais­sez les cre­tins qui s existent sur exis­ter, regar­dez un peu mieux la situa­tion

      sep article