Blocages en série sur le campus de Grenoble « contre la sélection à l’université »

sep article



FOCUS – La mobilisation contre la loi d’Orientation et de réussite des étudiants semble prendre de l’ampleur à l’Université Grenoble-Alpes. Après avoir élargi leur action de blocage à l’ex-université Stendhal, les quelques centaines de manifestants réunis en assemblée générale ont voté l’occupation d’un autre édifice du campus grenoblois, ce lundi 9 avril, avant que les forces de l’ordre n’interviennent. Ce mardi 10 avril, le mouvement s’est poursuivi avec une nouvelle occupation…

 

 

Les jours se suivent et se res­semblent à l’u­ni­ver­sité Grenoble-Alpes. Lundi 9 avril au matin, ils étaient plus de cinq cents, selon les syn­di­cats, à s’être regrou­pés sur le cam­pus de Saint-Martin‑d’Hères. Assis devant les portes blo­quées du bâti­ment Stendhal, le groupe d’é­tu­diants de l’UGA qui, depuis mardi der­nier, se mobi­lise contre la réforme de l’ac­cès à l’u­ni­ver­sité a tenu une nou­velle assem­blée géné­rale, à 12 h 30.

 

Les jours se suivent et se ressemblent sur le campus grenoblois, où une occupation succède à une autre, contre la réforme de l'accès à la fac.

Plus de cinq cents mani­fes­tants, dont un cer­tain nombre de lycéens, ont par­ti­cipé à l’as­sem­blée géné­rale ce lundi 9 avril. DR

 

L’objectif ? Faire le bilan des actions réa­li­sées au cours des jours pré­cé­dents, dont le blo­cage de l’UFR Arts & Sciences humaines (Arsh)… mais aussi lan­cer une concer­ta­tion col­lec­tive sur les pro­jets à venir.

 

 

Après le blocage de Stendhal, l’occupation d’un bâtiment sur le campus

 

À l’issue de cette « agora démo­cra­tique » – pour reprendre les termes d’un jeune acti­viste – le col­lec­tif de mani­fes­tants a décidé de pro­cé­der à l’occupation d’un autre édi­fice de l’université. En l’occurrence, l’Espace euro­péen des Sciences sociales, ou bâti­ment Simone Veil.

 

Blocage de l'université Stendhal © Giovanna Crippa- Place Gre’net

Après l’ARSH, le blo­cage s’est élargi aux bâti­ments de l’ex-uni­ver­sité Stendhal. © Giovanna Crippa- Place Gre’net

En début d’a­près-midi, les oppo­sants à la loi Vidal ont ainsi “envahi” l’im­meuble et déclen­ché l’a­larme incen­die, inter­rom­pant par là-même tous les cours. « L’idée est d’avoir un lieu où se retrou­ver, s’organiser et créer du lien. Par ailleurs, nous pro­je­tons de mettre en place des groupes de tra­vail pour pré­pa­rer les par­tiels », expliquent deux étu­diants gré­vistes s’é­tant impro­vi­sés sen­ti­nelles de cette for­te­resse à peine conquise.

 

Et de pré­ci­ser : « Certains pro­fes­seurs pro­po­se­ront éga­le­ment des ate­liers et des cours alter­na­tifs. »

 

 

Les examens approchent… et la grogne ne faiblit pas

 

La pro­po­si­tion ne suf­fit pour­tant pas à faire taire les polé­miques. À l’heure où les exa­mens approchent, l’in­quié­tude s’ac­croît chez cer­tains étu­diants. Tous les cours qui auraient dû se tenir dans les bâti­ments blo­qués ont été dépla­cés ailleurs. Et il revien­dra aux ensei­gnants de déci­der de deman­der ou non une salle alter­na­tive pour la tenue des épreuves des par­tiels.

 

Suite à l’é­va­cua­tion de l’é­di­fice occupé, un cor­tège formé par une cen­taine d’é­tu­diants a tra­versé le cam­pus en reven­di­quant la démis­sion de Patrick Lévy © Giovanna Crippa- Place Gre’net

« Au bout de deux absences, on est consi­dé­rés comme défaillants. Cela veut dire que nous devrons pas­ser les exa­mens en ses­sion de rat­tra­page », s’a­larme une jeune fille s’ap­prê­tant à entrer dans une biblio­thèque uni­ver­si­taire. Et de pour­suivre : « Ils [les mani­fes­tants ndlr] ciblent l’ad­mi­nis­tra­tion mais, de cette manière, il ne font qu’embêter les étu­diants. Il y a aussi d’autres moyens de mani­fes­ter. »

 

Même son de cloche du côté des étu­diants de droite qui, par le biais d’un com­mu­ni­qué cosi­gné par les Jeunes Républicains de l’Isère et le Syndicat Uni Grenoble (Union natio­nale inter-uni­ver­si­taire), ont reven­di­qué leur droit d”« aller en cours » afin d”« obte­nir un diplôme valo­ri­sant ».

 

« Le but est qu’il y ait le moins de cours pos­sible pour qu’un plus grand nombre de per­sonnes puisse se mobi­li­ser », rétorquent de leur côté les membres du syn­di­cat Solidaires étu­diant-e‑s Grenoble. C’est pour­quoi, lors de l’as­sem­blée géné­rale, les mani­fes­tants ont éga­le­ment voté pour le blo­cage de la cel­lule ADE. Entendez par-là la plate-forme char­gée des emplois du temps des étu­diants… mais aussi, en ce temps de mobi­li­sa­tion, du dépla­ce­ment des cours dans les bâti­ments “res­ca­pés” du cam­pus.

 

 

Les étudiants évacués par la police

 

« On a fait plu­sieurs fois des enva­his­se­ments au sein du conseil d’administration pour pou­voir enga­ger un dia­logue », sou­ligne par ailleurs un petit groupe de mani­fes­tants. « Le blo­cage », jugent-ils, serait « la seule manière de se faire écou­ter ». Une pro­po­si­tion de “dia­logue” que, pour sa part, la direc­tion de l’UGA semble pour l’heure réfu­ter.

 

Après avoir demandé aux mili­tants de quit­ter l’é­di­fice occupé, les forces de l’ordre les en ont fina­le­ment éva­cués en fin d’a­près-midi. Une fois dehors, ils ont choisi de recu­ler paci­fi­que­ment bras des­sus bras des­sous, tout en for­mant un cor­don humain.

 

Assis devant le bâti­ment de la pré­si­dence, les étu­diants mobi­li­sés contre la loi Vidal ont tenu un comité de mobi­li­sa­tion, ce lundi 10 avril au soir. © Giovanna Crippa- Place Gre’net

 

Banderoles et méga­phone à la main, le cor­tège s’est ensuite dirigé vers le bâti­ment de la pré­si­dence pour exi­ger la démis­sion du pré­sident de l’u­ni­ver­sité Patrick Lévy. Là, les étu­diants, assis en cercle, se sont concer­tés sur la suite de la pro­tes­ta­tion. Verdict ? Le blo­cage est recon­duit jus­qu’au jeudi 12 avril, jour où une nou­velle assem­blée géné­rale sera convo­quée.

 

Un appel au ras­sem­ble­ment que les syn­di­cats adressent éga­le­ment aux ensei­gnants-cher­cheurs de l’UGA. Dans une lettre ouverte par­ta­gée sur les réseaux sociaux, ils invitent en effet le per­son­nel ensei­gnant à « joindre et à sou­te­nir les étu­diants dans ce mou­ve­ment ».

 

 

Une mobilisation toujours en cours…

 

À la tom­bée de la nuit, un groupe de contre-mani­fes­tants est à son tour entré en action pour « libé­rer » les locaux blo­qués. Tout le maté­riel ayant servi pour créer les bar­ri­cades a donc été déplacé dans l’UFR Arsh.

 

Les jours se suivent et se ressemblent à l'université Grenoble-Alpes où une occupation succède à une autre, contre la réforme de l'accès à la fac.

Depuis cet après-midi, le centre de langues vivantes a été éga­le­ment occupé par les mani­fes­tants. DR

Loin de se décou­ra­ger, ce mardi au matin, les par­ti­sans du mou­ve­ment de contes­ta­tion ont vite barré tous les accès de Stendhal, y com­pris ceux du bâti­ment Veil.

 

Un comité de mobi­li­sa­tion a ensuite eu lieu. L’occasion pour l’ad­mi­nis­tra­tion de l’UGA d’an­non­cer par la voix du direc­teur géné­ral des ser­vices Joris Benelle qu’elle met­trait à dis­po­si­tion des mani­fes­tants jus­qu’à 17 heures une salle d’am­phi­théâtre dans le centre de langues vivantes.

 

Malgré l’an­nonce d’une pos­sible arri­vée de la police, les étu­diants gré­vistes ont ignoré cet « ulti­ma­tum », relate un porte-parole de Solidaires étu­diant-e‑s Grenoble. Côte à côte avec des per­son­nels-ensei­gnants de l’u­ni­ver­sité, eux aussi réunis en assem­blée géné­rale le matin même, ils ont ainsi pour­suivi l’oc­cu­pa­tion du centre de langues vivantes. Quelques syn­di­ca­listes de l’UGA et deux élus de la Région les ont éga­le­ment rejoints, en fin d’a­près-midi, en signe de soli­da­rité. Installés dans les locaux occu­pés, la cen­taine de mani­fes­tants ont alors entamé une dis­cus­sion sur les étapes sui­vantes  de la contes­ta­tion.

 

 

L’UGA contre « toute forme de violence, intrusion ou occupation nocturne illégales »

 

La direc­tion condamne de son côté « avec la plus grande fer­meté les actes de vio­lence et les dégra­da­tions », a indi­qué le pré­sident Patrick Lévy dans un cour­riel adressé au per­son­nel. Et celui-ci a rap­pelé sa volonté de « tout » mettre « en œuvre pour assu­rer la sécu­rité des biens et des per­sonnes et main­te­nir le fonc­tion­ne­ment nor­mal de l’établissement ».

 

intervention de la police à l'UGA, lundi 9 avril © Giovanna Crippa- Place Gre’net

L’occupation du bâti­ment Simone Veil s’est ter­mi­née avec l’in­ter­ven­tion des poli­ciers anti­émeutes, ce lundi 9 avril. © Giovanna Crippa- Place Gre’net

Une manière de jus­ti­fier la pré­sence de la police sur le cam­pus ? La pré­si­dence – déclare-t-il – sera en effet « intran­si­geante vis-à-vis de toute forme de vio­lence, intru­sion ou occu­pa­tion noc­turne illé­gales dans les locaux de notre éta­blis­se­ment, tout en res­tant ouverte et dis­po­nible pour échan­ger avec tous les étu­diants prêts au dia­logue ».

 

Concernant le dérou­le­ment des cours, « la majeure par­tie des ensei­gne­ments a été main­te­nue et délo­ca­li­sée dans d’autres locaux afin de ne pas por­ter pré­ju­dice à une très grande majo­rité des d’é­tu­diants qui sou­haitent sim­ple­ment pour­suivre leur année uni­ver­si­taire dans les meilleures condi­tions pos­sibles », affirme Patrick Lévy.

 

Avant d’a­jou­ter : « Une par­tie de l’ad­mi­nis­tra­tion est éga­le­ment impac­tée par le blo­cage de Stendhal et fait face à des dif­fi­cul­tés notam­ment dans le trai­te­ment de la paie des per­son­nels non titu­laires de notre éta­blis­se­ment ». Un pro­blème que la direc­tion géné­rale ainsi que les ser­vices des com­po­santes cherchent à résoudre, assure le pré­sident de l’UGA. Qui conclut : « À l’Université Grenoble-Alpes, notre enga­ge­ment est d’orienter les étu­diants, non de les sélec­tion­ner. »

 

Giovanna Crippa, cor­res­pon­dante à Saint-Martin-d’Hères

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
6075 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Dehors la racaille de gauche. Fainéants et dic­ta­teurs qui se réclament « révo­lu­tion­naires » . La colo­nie de vacances qu’ils ont ins­tallé est crade comme pas pos­sible.

    sep article