Grenoble annonce avoir livré une centaine de repas aux migrants hébergés au Patio sur le campus. Une livraison faite contre l'avis des militants sur place…

Tribune libre : « Multiplions les soli­da­ri­tés avec les per­sonnes exilées ! »

Tribune libre : « Multiplions les soli­da­ri­tés avec les per­sonnes exilées ! »

TRIBUNE LIBRE – Depuis le 5 décembre 2017, plu­sieurs dizaines de migrants sont héber­gés sur le cam­pus de Saint-Martin-d’Hères au sein du bâti­ment Le Patio. Soutenus par le col­lec­tif du Patio Solidaire, qui a récem­ment lancé une col­lecte en ligne, ils ont obtenu du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de l’Université Grenoble-Alpes de pou­voir demeu­rer sur place jus­qu’à la fin de la trêve hiver­nale. Tandis que des mobi­li­sa­tions simi­laires voient le jour par­tout en France, le Patio Solidaire et d’autres “occu­pants” de Lyon, Nantes ou Poitiers, lancent un appel à la solidarité. 

Militants du Patio solidaire et « occupants » d'autres villes de France appellent à la convergence des solidarités avec les personnes migrantes.Le Patio Solidaire © Manuel Pavard - Place Gre'net

Le Patio soli­daire © Manuel Pavard – Place Gre’net

Le mou­ve­ment d’occupation qui agite les uni­ver­si­tés et les villes de France nous montre chaque jour un peu plus que les per­sonnes exi­lées ne sont pas accueillies mais chas­sées, triées, cri­mi­na­li­sées. Parvenu.e.s à pas­ser les fron­tières de l’Europe for­te­resse, les exilé.e.s sont confronté.e.s à une poli­tique migra­toire qui assume publi­que­ment la pri­va­tion de leurs droits fondamentaux.

Être exilé.e en France aujourd’hui, c’est se voir refu­ser le droit au loge­ment, au tra­vail, à la sco­la­ri­sa­tion. C’est être la cible d’un har­cè­le­ment quo­ti­dien fait de vio­lences poli­cières et bureau­cra­tiques. C’est devoir jus­ti­fier à l’infini les causes d’un exil tou­jours consi­déré avec sus­pi­cion. C’est être réduit à un ensemble d’assignations dis­cri­mi­nantes qui dis­tinguent notam­ment “migrants éco­no­miques”, “migrants poli­tiques” ou “mineurs iso­lés étran­gers”. C’est vivre en per­ma­nence dans l’angoisse d’une expul­sion bru­tale via la pro­cé­dure Dublin, laquelle empêche tout pro­jet d’installation dans le pays choisi.

Aux fron­tières et dans les villes, le “délit de soli­da­rité” est employé par le gou­ver­ne­ment pour com­battre juri­di­que­ment et poli­ciè­re­ment les per­sonnes qui les sou­tiennent. Médias et dis­cours poli­tiques entre­tiennent un cli­mat anxio­gène qui divise la popu­la­tion en fai­sant des exilé.e.s les nou­veaux “enne­mis inté­rieurs” (ter­ro­ristes, vio­leurs, cri­mi­nels, res­pon­sables du chô­mage…), jus­ti­fiant le déve­lop­pe­ment d’un État poli­cier. Cette situa­tion est la conti­nuité des poli­tiques colo­niales, racistes et impé­ria­listes qui ont fait de la France une “puis­sance mon­diale”. La “Françàfric”, le franc CFA, les dettes injustes et les ventes d’armes aux dic­ta­tures ne sont que des exemples de ces poli­tiques qui assurent le main­tien d’un mode de vie extrê­me­ment vorace en res­sources entre­te­nant misère éco­no­mique, guerres et bou­le­ver­se­ments climatiques.

À contre-cou­rant d’une société tou­jours plus individualiste

De Villars-les-Dombes à Briançon, des métro­poles aux cam­pagnes, nous sommes nom­breux-ses à nous orga­ni­ser contre leur cynisme, à construire des soli­da­ri­tés par nos dif­fé­rentes luttes. Nos occu­pa­tions ne s’inscrivent pas dans des démarches huma­ni­taires, pater­na­listes et édu­ca­tives. Nous ne deman­dons pas la cha­rité, mais exi­geons l’égalité et la jus­tice. Ces lieux de ren­contre sont des labo­ra­toires d’auto-organisation, des espaces d’échange de savoir-faire qui bou­le­versent quo­ti­diens et pra­tiques d’accueil. Par la décons­truc­tion des logiques de domi­na­tion, ainsi que par l’action col­lec­tive, nous tis­sons de nou­velles manières de vivre ensemble.

Partant du constat de l’échec des poli­tiques publiques, nous pro­po­sons une alter­na­tive soli­daire, bâtie avec l’expérience de toutes et tous. Nous réaf­fir­mons l’inconditionnalité de l’accueil et des droits inalié­nables pour toutes les per­sonnes, qu’elles soient deman­deuses d’asile, sans-papier, sans-abris, mineures ou majeures. Aucune fron­tière n’empêchera jamais les peuples de déci­der du lieu sur lequel ils sou­haitent vivre. Pourquoi lorsqu’un fran­çais migre vers un pays afri­cain pour tra­vailler, il est nommé “expa­trié” plu­tôt que ”migrant économique” ?

Nos pra­tiques sou­haitent aller à contre-cou­rant d’une société tou­jours plus indi­vi­dua­liste, cris­pée et anxieuse. Nous dénon­çons ensemble le dis­cours de la peur, omni­pré­sent et mani­pu­la­teur. Discours qui par­ti­cipe de la déshu­ma­ni­sa­tion des exilé.e.s, envisagé.e.s comme des enva­his­seurs ainsi qu’à l’inscription de l’état d’urgence dans le droit commun.

Un réseau de soli­da­ri­tés inter-occu­pa­tions et inter-villes

En 2016, l’INSEE recen­sait 2,9 mil­lions de loge­ments vides en France. L’Etat peut les réqui­si­tion­ner. A l’inverse, Lyon Métropole, comme d’autres agglo­mé­ra­tions, fait le choix de dépen­ser 1,8 mil­lions d’euros pour la sur­veillance de ses bâti­ments vides. L’exclusion spec­ta­cu­laire dont sont vic­times toutes les per­sonnes sans-abri n’est pas une fata­lité mais un choix politique.

Nous appe­lons à déve­lop­per un réseau de soli­da­ri­tés inter-occu­pa­tions et inter-villes. Il s’agit main­te­nant de sus­ci­ter une prise de conscience col­lec­tive. Nous appe­lons à pour­suivre et étendre les mou­ve­ments d’occupation dans les uni­ver­si­tés et ailleurs. Toutes les com­pé­tences sont néces­saires dans cette lutte qui se joue au quo­ti­dien. L’expérience nous apprend que la déso­béis­sance civile est une stra­té­gie effi­cace. Que chacun.e s’empare de ces ques­tions. Elles nous concernent tous.tes

Nous appe­lons aussi à une conver­gence des luttes entre le mou­ve­ment contre la réforme de l’université et nos mou­ve­ments d’occupation. Ce sont les mêmes action­naires, poli­tiques et médias qui ont inté­rêt à sélec­tion­ner, que ce soit aux fron­tières de l’État ou à celles de la fac. Leurs inté­rêts com­muns entre­tiennent le racisme sys­té­mique et divisent celles et ceux qui subissent leur poli­tique. Inspirons-nous des Nantais.e.s qui occupent aujourd’hui un châ­teau construit pour les négriers ; réqui­si­tion­nons les 11 mil­lions de loge­ments vides que compte l’Europe ; retrou­vons-nous chaque fois que l’occasion d’exiger l’égalité se pré­sente, comme ce sera le cas le 17 mars dans de nom­breuses villes françaises !

***

Rappel : Les tri­bunes publiées sur Place Gre’net ont pour voca­tion de nour­rir le débat et de contri­buer à un échange construc­tif entre citoyens d’o­pi­nions diverses. Les pro­pos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opi­nions des jour­na­listes ou de la rédac­tion et n’engagent que leur auteur.

Vous sou­hai­tez nous sou­mettre une tri­bune ? Merci de prendre au préa­lable connais­sance de la charte les régis­sant.

Place Gre'net

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Grenoble : les écoles Chorier et Berriat occu­pées à leur tour par des parents d’é­lèves pour mettre à l’a­bri des enfants dor­mant à la rue

FOCUS - Suivant l'appel lancé cet automne par plusieurs organisations, des parents d'élèves des écoles maternelles Chorier et Berriat, à Grenoble, occupent respectivement les deux Lire plus

De gauche à droite : Françoise Bouchaud, militante associative, Martine Faure Saint-Aman, association la Cimade, Monique Vuaillat du collectif Migrants en Isère et Bernard Poyet, association Apardap. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Expulsions d’é­tran­gers en situa­tion irré­gu­lière : le col­lec­tif Migrants en Isère juge la cir­cu­laire de Gérald Darmanin « liberticide »

FOCUS - Le collectif Migrants en Isère a dénoncé, ce 9 décembre 2022, la circulaire de Gérald Darmanin, ministre de l’lntérieur, enjoignant aux préfets de Lire plus

Tribune libre | "Grenoble Capitale verte 2022: Alors, on se souviendra de quelque chose?"
Tribune libre | « Grenoble Capitale verte 2022 : Alors, on se sou­vien­dra de quelque chose ? »

TRIBUNE LIBRE - Après sa tribune "Grenoble capitale verte: Alors, on pourra en tirer des enseignements?", publiée sur Place Gre'net au mois de janvier 2022, Lire plus

Plusieurs organisations (Cisem, Cimade, Collectif Malherbe, Dal 38, Ecole ici et maintenant, Intersyndicale enfants migrants, RESF 38) ont lancé, mercredi 2 novembre 2022, à l'école Malherbe, un appel à occuper les écoles pour mettre à l'abri les enfants à la rue. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : plu­sieurs orga­ni­sa­tions lancent un appel à occu­per les écoles pour mettre à l’a­bri les enfants dor­mant à la rue

FOCUS - Plusieurs associations et collectifs ont organisé, ce mercredi 2 novembre 2022, une conférence de presse à l'école Malherbe à Grenoble, occupée depuis le Lire plus

TRIBUNE | Thomas Brilmaker, méde­cin à Grenoble : « Cauchemars, fris­sons et tur­bu­lette… le 115 ne répond pas » 

TRIBUNE LIBRE - Thomas Brilmaker travaille, en tant qu'expatrié, comme médecin généraliste à Grenoble depuis un an. Il a partagé avec Place Gre'net cette lettre Lire plus

Guerre en Ukraine : alors que le conflit se pour­suit, la Ville de Grenoble appelle de nou­veau à la solidarité

FLASH INFO - La guerre en Ukraine entre dans son sixième mois. Des milliers d’Ukrainiens sont morts et des millions se sont exilés. Face à Lire plus

Flash Info

|

30/01

19h26

|

|

30/01

18h22

|

|

30/01

17h46

|

|

30/01

17h10

|

|

30/01

12h18

|

|

28/01

17h12

|

|

27/01

8h30

|

|

25/01

16h10

|

|

25/01

15h18

|

|

25/01

11h21

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence qui a beau­coup fait par­ler d’elle »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 53 : « Une drôle de polé­mique autour des pigeons à Grenoble »

Abonnement| Les loups bien pré­sents en Isère, y com­pris dans le nord du dépar­te­ment, avec 22 meutes recen­sées en 2022

Agenda

Je partage !