Les Conseils citoyens indépendants sont désertés ? Le Cluq propose de les supprimer

sep article

DÉCRYPTAGE – Faut-il supprimer les conseils citoyens indépendants (CCI), initiés par la majorité d’Eric Piolle, au motif qu’ils vivotent pour certains ? La question mérite sérieusement d’être posée d’après le Comité de liaison des unions de quartier (Cluq). Mais un comité élu pour redonner un coup de fouet au fonctionnement des CCI ne l’entend pas de cette oreille. Et compte bien remettre sur les rails cet outil de démocratie locale pour le renouvellement des effectifs, en juin prochain. 

 

 

Nouveau bras de fer entre les (jeunes et frêles) conseils citoyens indépendants et les unions de quartier à Grenoble. Y a-t-il bien de la place pour deux ?Assises Citoyennes. © Joel Kermabon - placegrenet.fr

Débat lors des Assises Citoyennes. © Joel Kermabon – placegrenet.fr

Instance participative initiée par la majorité d’Eric Piolle, maire écologiste, et porté par l’adjoint à la démocratie locale Pascal Clouaire, les conseils citoyens indépendants (CCI) ne fonctionnent pas aussi bien qu’attendu.

 

La Ville a entamé, cet été, un processus de co-construction pour refonder le dispositif. Sauf que ledit processus est remis en question par le Comité de liaison des unions de quartier (Cluq). Ce dernier regrette par ailleurs que le comité de refondation refuse d’examiner sa proposition… de supprimer les conseils citoyens, au profit des unions de quartier. « Hors de question et même hors sujet ! », leur rétorquent les membres de ces conseils, qui siègent dans le comité de refondation. Lequel planche sur l’écriture d’une nouvelle charte de fonctionnement.

 

 

Le coup de gueule du Cluq

 

De fait, la coupe est pleine pour le Cluq, qui jette l’éponge et se retire du processus de refondation consistant à revoir le fonctionnement des sept CCI. Il l’a d’ailleurs annoncé publiquement le 9 février dernier.

 

Le Comité de Liaison des Unions de Quartier (Cluq), le vendredi 9 février 2018 © Séverine Cattiaux - Placegrenet.fr

Le Comité de liaison des unions de quartier (Cluq), le 9 février 2018 © Séverine Cattiaux – Placegrenet.fr

 

Lancés il y a trois ans, les conseils citoyens indépendants devaient être un outil de la démocratie censé dynamiser la participation des habitants, mais il peine à y parvenir. Pour le Cluq, les CCI ont échoué. Il faut tourner la page et repartir de l’existant : les unions de quartier. Celles-ci ont fait leur preuve, ne comptent pas leurs heures et se mobilisent pour répondre aux demandes des habitants : lutte contre le bruit, contre le départ de bureau de poste, organisation de fêtes de quartier, d’expositions culturelles (projet Irrérérence) ou diffusion d’informations.

 

Les quartiers Île verte et Championnet risquent de perdre leurs bureaux de poste. Soutenus par des élus grenoblois, syndicats et usagers se mobilisent.

Les quartiers Île verte et Championnet risquent de perdre leurs bureaux de poste. Soutenus par des élus grenoblois, syndicats, unions de quartier et usagers se mobilisent.

Pour autant, faut-il fusionner les CCI dans les UQ ? Une solution que refusent d’examiner les membres des conseils citoyens qui participent à l’écriture de la nouvelle charte.

 

Remettant autant en cause le processus de refondation que les pistes en cours, le Cluq se retire donc du comité où il avait sa place et vient d’adresser une lettre ouverture, vendredi dernier, au maire Eric Piolle.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2598 visites | 12 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 12
  1. Les CCI ont échoué et essayent de s’inventer un rôle bidon parce que ça leur rapporte des subventions.

    sep article
  2. Bonjour sc
    Il faudrait expliquer aux Grenoblois pourquoi nous avons payé une association de Valence pour mettre en place ces conseils citoyens…..
    Le frère de Mr Bodinie David ……il faut informer la population que la mairie ne travail en famille.

    ALLONS-QUARTIERS
    BENYOUB.A

    sep article
  3. Bonjour sc,
    Comme vous avez pu le remarquer les différentes formes de représentations citoyennes étaient faussées et infiltrées par un politique omnipotent….
    Notre concept que vous pouvez nommer comme il vous plaira ccs,cci ont pour but de redonner du pouvoir d’agir a la population…..
    Nous avons reçu les représentants du ministère de la ville afin d’expliquer notre concept.
    Les CCI ou CCS comme il vous conviendra devaient s’accompagner de la maîtrise des subventions afin de travailler avec les associations qui apportent vraiment un plus aux quartiers.
    Le ministère de la ville Après son tour de France n’a gardé que cette idee de CCI/CCS que nous avions présente…
    Après que d’autres les rebatisent tables de quartiers cela ne me derange pas mais que l’on ne parle pas avec nous pour la mise en place sur Grenoble et son agglomération cela est difficile a comprendre.
    Je n’ai jamais reçu de coup de téléphone de sc pour lui rendre compte de notre travail ni même du crieur de la Villeneuve…..
    Tout ceci est quand même bizarre….on informe la population ou on informé a moitié…..
    Vos références ne citent pas le travail effectué par ALLONS-QUARTIERS …..tout ceci avec la volonté d’éloigner et de faire taire la voix des quartiers…..
    BENYOUB.A

    sep article
  4. Les CCI sont à l’image de l’opacité et des méthodes de la pieuvre verte et rouge locale, qui s’infiltre partout, noyaute toutes les instances Grenobloise et Métropolitaine, cherchant à court-circuiter tous ceux dont les avis diffèrent. Ils créent de faux réseaux citoyens et collectifs, qui sont en réalité de vrais supports aux municipalités et amis, à des fins électorales et de postes juteux donc car souvent cumulés, exemple élu municipal et métropolitain pour ne citer que ceux-ci. Tout cela au dépend des Grenoblois qui sont pris pour de naïfs crétins.

    sep article
    • votre post (on ne peut appeler ça un « commentaire ») est plutôt injurieux, parlant de « pieuvre verte et rouge, qui s’infiltre partout … » digne d’un perdant qui n’a pas encore digéré que ses chouchous aient perdu les élections.
      Evidemment, pour les opposants, il faut soutenir les unions de quartiers, elles aussi en perte de vitesse depuis longtemps, mais tellement inféodées à l’ancienne municipalité !
      Franchement, je trouve cette pub pour le cluq assez indigeste.
      C’est mon avis et je le partage

      sep article
    • Et c’est la loi qui imposéle’cumul entre mandats municipaux et metropolitains (liste unique et vote unique pour les 2 élections) !

      sep article
  5. Bonjour
    De plus j’ai croisé la personne qui a essaye de mettre en place les CCI…
    La volonté de nous éloigner de la mise en place était réelle de la part de la municipalité.
    Ne pas oublier que nous avons refusé de travailler avec cette gauche misérabiliste pour les municipales….Nous ne pouvions pas travailler avec nos bourreaux….beaucoup de responsables associatifs de travailleurs sociaux qui ont mis le secteur 6 dans l’état actuel…
    Il ne fallait pas être ne a Saint cyr pour savoir que ces personnes n’avaient pas le début de la solution.
    Comme pour payer la paix sociale il ne connaissent que la politique du chéquier….

    « ALLONS-QUARTIERS »
    BENYOUB.A

    sep article
  6. Bonjour

    Nous n’avons jamais compris pourquoi les journalistes Grenoblois ne nous avez jamais contacté pour en savoir plus sur les CCI…Beaucoup de Grenoblois ne savent pas tout ça.
    Des médias qui parlent de CCI s’en parler et faire intervenir notre association « ALLONS-QUARTIERS » nous a paru illogique voir contre productif.

    ALLONS-QUARTIERS
    BENYOUB.A

    sep article
  7. Bonjour

    Ce ne sont pas les personnes ayant créé cette idée de Conseils Citoyens Indépendants qui les ont mis en place…..Nous avons élaboré cette idée nous l’avons pense et surtout nous avons fait en sorte qu’elle soit prise en compte par le ministère de la ville de l’époque.
    A lire :
    http://www.communique-de-presse-gratuit.com/allonsquartiers/127755-allons-quartiers-a-propos-des-rapports-sur-les-banlieues.html

    Le pire de tout est le manque d’information de la part de Médias qui ont participé à mentir aux Grenoblois sur l’origine de ces CCI.
    ALLONS-QUARTIERS
    BENYOUB.A

    sep article
    • SC

      14/02/2018
      21:12

      Bonjour Monsieur Benyoub,

      Vous évoquez les « conseils citoyens » lancés par la loi Lamy, qui s’est basée en partie sur le rapport Bacqué-Menmache. Ces conseils citoyens ont été mis en place dans les quartiers prioritaires. Cf. http://www.ville.gouv.fr/?les-conseils-citoyens

      Il est probable que la majorité d’Eric Piolle s’en soit inspiré pour mettre en place un outil de démocratie locale, qu’elle a appelé « conseils citoyens indépendants » sur tous les secteurs, en supplément des « conseils citoyens » loi Lamy, baptisés « tables de quartier ».

      L’infographie du Crieur permet de bien visualiser les choses : http://www.lecrieur.net/tout-comprendre-aux-tables-de-quartier/

      Ces CCI ont aussi remplacé les Conseils consultatifs de secteur (dont vous parlez dans votre communiqué de 2013). Les CCS avaient été lancés en 2002 par le maire PS Michel Destot, afin de se conformer à la loi Vaillant du 27 février de la même année.

      Voilà, on aurait menti à quel moment, là ?

      sep article
  8. J’y suis allée…en dehors des exposés de la puissance publique locale, j’ai rapidement compris qu’il s’agissait de légitimer des décisions politiques traitées dans des instances opaques de la majorité par des citoyens grenoblois.

    D’une façon générale, étant particulièrement déçue par les annonces et la réalité de l’action politique de l’équipe Piolle – et plus particulièrement de l’ADES et de certains élus du Front de Gauche – , il me semble aujourd’hui naturel de chercher plutôt à organiser un début d’opposition pour construire de nouvelles idées pour les élections de 2020, ainsi si des comités se montent ou des rencontres se montent ce sera pour construire quelque chose de différent.

    Car si je suis prête à signer pour Piolle de nouveau, ce sera avec des modérés (socialistes et des centristes), sinon ce sera un vote ailleurs comme d’ailleurs la plupart des couples que je fréquente.
    Ainsi le refet de l’épuisement des conseils citoyens est aussi le reflet d’un épuisement des militants et sympatisants d’un mouvement initial au bénéfice d’autres mouvements.

    sep article
  9. Ils n’ont surtout aucune existence légale et ne servent à rien…

    sep article