Précarité énergétique, coupures d’énergie dans les squats : GEG répond aux accusations

sep article



Rassemblée devant les locaux de Gaz électricité de Grenoble (GEG) ce mercredi 15 novembre, une vingtaine de militants de différents collectifs entendaient notamment dénoncer les coupures d’électricité dans deux squats grenoblois. L’entreprise mise en cause a réagi dans la soirée, via un communiqué passablement agacé rappelant son engagement contre la précarité énergétique.

 

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Gaz élec­tri­cité de Grenoble (GEG) n’a pas appré­cié le ras­sem­ble­ment qui s’est tenu devant ses locaux place Robert-Schuman à Grenoble, ce mer­credi 15 novembre. Autour d’une tente et d’un bra­sero, des mili­tants du Dal, de l’Assemblée des mal-logés ou encore des Lanceurs de tuiles dénon­çaient la pré­ca­rité éner­gé­tique, et notam­ment les cou­pures d’élec­tri­cité dans deux squats gre­no­blois, rue Jay et rue des Alliés.

 

Rassemblement devant GEG le 15 novembre 2017 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Rassemblement devant GEG le 15 novembre 2017 © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« GEG consi­dère qu’il est impor­tant de ne pas tirer de ces deux cas par­ti­cu­liers des conclu­sions qui ne repré­sentent pas la réa­lité de ses enga­ge­ments », écrit l’en­tre­prise dans un com­mu­ni­qué, dif­fusé dans la soi­rée du 15 novembre. GEG veut mettre en valeur, en réponse aux accu­sa­tions des asso­cia­tions, son « rôle actif et reconnu natio­na­le­ment […] dans la lutte contre la pré­ca­rité éner­gé­tique. »

 

 

« Des actions variées et adaptées à la diversité des situations »

 

Et l’en­tre­prise de mettre en avant ses dis­po­si­tifs d’aide ou de pré­ven­tion à l’in­ten­tion de ses clients en dif­fi­cul­tés. Des « actions variées et adap­tées à la diver­sité des situa­tions » : conseils sur les démarches, éche­lon­ne­ment des paie­ments, accès aux tarifs sociaux, ou encore réa­li­sa­tion de diag­nos­tics éner­gé­tiques en par­te­na­riat avec Ulisse.

 

Siège de GEG place Robert Schuman © Florent Mathieu - Place Gre'net

Siège de GEG place Robert Schuman © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Ainsi qu’elle l’a­vait fait en mai 2017 à l’oc­ca­sion d’une pré­sen­ta­tion à la presse et aux acteurs de la soli­da­rité, GEG rap­pelle encore l’exis­tence de son pôle Énergie soli­daire, aux­quels sont atta­chés trois sala­riés. « GEG est le seul four­nis­seur d’éner­gie fran­çais à offrir un tel niveau d’ac­com­pa­gne­ment de ses clients en pré­ca­rité », clame-t-elle enfin, pas­sa­ble­ment remon­tée.

 

 

Les deux squats en question

 

Quid de la situa­tion des deux squats ? Si le com­mu­ni­qué pré­cise que GEG res­pecte « à la lettre » la loi Brottes, inter­di­sant des cou­pures d’éner­gie chez les par­ti­cu­liers durant la trêve hiver­nale, elle rap­pelle que les cou­pures sur les bran­che­ments frau­du­leux ne sont pas concer­nées. De sur­croît lorsque les bran­che­ments « mettent en péril la sécu­rité des habi­tants ». Ce qui serait le cas pour le squat de la rue des Alliés, « bran­che­ment illé­gal et dan­ge­reux ».

 

Intervention de la police durant toute une journée au squat du 106 de la rue des Alliés, lundi 30 octobre 2017. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

L’intervention de GEG rue des Alliés a dû se faire sous escorte poli­cière © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Quant à la rue Jay, « il s’a­git d’une cou­pure réa­li­sée suite à un impayé très élevé (plus d’un an de fac­tures non hono­rées) et d’un non-res­pect de l’é­che­lon­ne­ment de dettes, contrac­tua­lisé entre le client et GEG », écrit l’en­tre­prise. Un élé­ment de réponse que le pré­sident de Gaz élec­tri­cité de Grenoble et adjoint à la Ville Vincent Fristot nous avait déjà confié en octobre.

 

« Toutefois, les échanges ne sont pas rom­pus et GEG a reçu et entendu le col­lec­tif, le 7 novembre der­nier », fait encore savoir l’en­tre­prise. Avant de mettre en valeur son « métier d’ac­cueil [et] de conseils », « tra­vail exi­geant [qui] requiert pro­fes­sion­na­lisme, dis­cer­ne­ment et huma­nité dans le trai­te­ment des situa­tions ». Et de conclure par une for­mule lapi­daire : « GEG tient à sou­li­gner le sérieux et l’en­ga­ge­ment dont font preuve ses sala­riés au quo­ti­dien. Rien d’autre. »

 

FM

 

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
1584 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.