CVCM : Grenoble à cœur dépose un recours au tribunal administratif

sep article

FOCUS – Grenoble à cœur ne désarme pas. Toujours opposée au projet Cœurs de ville cœurs de Métropole (CVCM) de la Métro, l’association porte devant le tribunal administratif de Grenoble un recours pour entraver les travaux, sur le point de débuter. Et obtenir, dans un second temps peut-être, la remise en cause du projet dans sa forme actuelle.

 

 

 

Le bras de fer conti­nue, et Grenoble à cœur n’a pas l’in­ten­tion de flé­chir. Opposé au pro­jet Cœurs de ville cœurs de Métropole (CVCM) porté par la Métro, le col­lec­tif vient de chan­ger de sta­tut pour se consti­tuer en asso­cia­tion loi 1901. Et annonce le dépôt d’un recours devant le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble, dans l’es­poir de blo­quer les tra­vaux qui doivent com­men­cer sous peu.

 

L'association Grenoble à coeur et son avocat. De gauche à droite : Dominique Grand, Cyril Sarrasi, Me Bernard Boulloud, Olivier et François Bazes © Florent Mathieu - Place Gre'net

L’association Grenoble à cœur et son avo­cat. De gauche à droite, Dominique Grand, Cyril Sarrasi, Me Bernard Boulloud, Olivier et François Bazes. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Olivier, secré­taire de l’as­so­cia­tion Grenoble à cœur, l’af­firme : « Ça n’a jamais été l’ob­jec­tif de l’as­so­cia­tion de dépo­ser un recours. Nous avions demandé un mora­toire d’un an pour que soit faite l’é­tude des consé­quences du pro­jet CVCM, et que soit étu­diée l’al­ter­na­tive que nous pro­po­sons. Cette demande a été refu­sée. Et quand il n’y a ni concer­ta­tion ni écoute, ça se ter­mine mal­heu­reu­se­ment au tri­bu­nal. »

 

Déposé le lundi 3 avril, le recours est porté par Grenoble à cœur mais aussi, insiste l’as­so­cia­tion, par 119 requé­rants indi­vi­duels : « des habi­tants, des com­mer­çants, des pro­fes­sions libé­rales et des arti­sans ». 119 per­sonnes cen­sées repré­sen­ter Grenoble, des grands bou­le­vards jus­qu’aux quais de Saint-Laurent.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
4793 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Ces réac­tions sont pitoyables. je pour­rais insis­ter sur la récu­pé­ra­tion poli­tique des oppo­si­tions, du conser­va­tisme ambiant de ces gens qui cherchent à gar­der le plus de bagnoles pos­sible dans des « zones de ren­contre » dont le résul­tat n’est jamais gagnant pour per­sonne (voi­tures et pié­tons coha­bitent mal en centre dense, ça ne va pas chan­ger demain) ou sur le fait que ces recours partent de bases juri­diques pathé­tiques (le fon­de­ment envi­ron­ne­men­tal…). Sur le fait que mettre une piste cyclable sur Gambetta ne fera pas faire faire un « détour » aux cyclistes pour limi­ter la pol­lu­tion de l’air, mais ces der­niers pren­dront tou­jours le che­min le plus court : Agutte Sembat. On recon­nait ceux qui ne prennent pas sou­vent le vélo…
    Mais deux choses me gênent le plus ici :
    – ces recours en per­ma­nence coûtent très cher à tout le monde. Quand on voit la droite faire ces dis­cus­sions en jus­tice au niveau local et dans le même temps vou­loir « libé­rer les tri­bu­naux des affaires inutiles » en par­lant des pro­cé­dures envi­ron­ne­men­tales au niveau natio­nal, per­met­tez moi d’ap­pe­ler ça de l’hy­po­cri­sie.
    – On entend ici sou­vent par­ler de l’op­po­si­tion au pro­jet, mais peu de ceux qui sont d’ac­cord avec. Pourtant, l’ADTC, asso­cia­tion oeu­vrant depuis long­temps dans l’ag­glo dit « oui » à CVCM. De plus, la concer­ta­tion orga­ni­sée par la Métro a fait com­prendre que le pro­jet était glo­ba­le­ment accepté, même si des inquié­tudes res­taient quant à la fer­me­ture le Sembat aux voi­tures. J’aimerais avoir du débat de fond, pas juste savoir que des gens se lancent dans des batailles juri­diques…

    sep article
    • +1
      en lisany vos com­men­taires vous z etes plein de bon sens
      Merci

      sep article
  2. Je peux me trom­per, mais il me sem­blait qu’une asso­cia­tion ne pou­vait ester en jus­tice qu’au bout de 5 ans d’exis­tence. Donc, Grenoble à coeur devrait être débouté.

    sep article
    • Le but n’est pas d’en­tra­ver ! Mais qui a écrit ce cha­peau, qu’on le lui fasse por­ter !
      Le but est la sus­pen­sion de la déli­bé­ra­tion afin que les tra­vaux ne com­mencent pas avant que les études pré­vues par la loi qui n’ont pas été réa­li­sée parce que deal poli­tique sur l’A480 le soient.
      Aucune entrave, juste faire valoir ses droits et s’as­su­rer que la loi soit res­pec­tée !

      sep article
      • FM

        07/04/2017
        23:19

        « Entraver : Empêcher de se faire, de se déve­lop­per. » (Petit Robert). Je vous remer­cie­rais, même sous cou­vert de bon mot, d’é­vi­ter les attaques per­son­nelles. Je choi­sis moi-même les cha­peaux que je porte.

        sep article
    • 119 per­sonnes qui attaquent à titre indi­vi­duel, ça compte pour du beurre ?
      Et non, une asso­cia­tion a inté­rêt à agir dès sa consti­tu­tion et c’est d’ailleurs comme cela que les actions de groupe se font, en consti­tuant une asso­cia­tion – de vic­times, d’ha­bi­tants etc.

      sep article
    • Les 5 ans c’est pour les asso­cia­tions de défense de vic­times.
      1 an pour les asso­cia­tions de défense des consom­ma­teurs
      Bon, on verra si les recours sont rece­vables et ce que déci­dera le T.A.

      sep article