CVCM : le moratoire réclamé par un collectif balayé par la Métro

sep article

Notre indépendance c

FOCUS – Le projet Cœurs de ville, cœurs de métropole ne sera pas suspendu, comme le réclame le collectif de commerçants et d’habitants Grenoble à cœur. C’est la réponse que leur a faite le président de la Métro, à quelques jours du bilan de la concertation. Modifié ? A la marge, et sur la base d’options prévues avant la concertation. Pas suffisant pour le collectif qui n’exclut pas de se tourner vers les tribunaux.

 

 

 

Un collectif d'habitants et de commerçants réclament la suspension du projet de piétonnisation du centre-ville. Et proposent des alternatives.

© Patricia Cerinsek

Le pro­jet Cœurs de ville, cœurs de métro­pole ne sera pas sus­pendu.

 

C’est la réponse qu’a faite le pré­sident de la Métropole, Christophe Ferrari, le 3 jan­vier dans un cour­rier adressé aux com­mer­çants du centre-ville qui récla­maient un mora­toire du pro­jet de pié­ton­ni­sa­tion des bou­le­vards Sembat, Rey et Lyautey.

 

Modifié ? Même pas. Ou à la marge. Pas ques­tion donc de main­te­nir la cir­cu­la­tion sur le bou­le­vard Agutte-Sembat. Le pro­jet de rendre pié­ton cet axe est la colonne ver­té­brale du pro­jet porté par la Métro, qui pré­voit éga­le­ment de fer­mer à la cir­cu­la­tion dans les rues Lakenal et Montorge et d’instaurer le double sens sur le bou­le­vard Gambetta.

 

 

Rien de neuf…

 

 

De ce plan de cir­cu­la­tion, le col­lec­tif qui s’est consti­tué en réac­tion à CVCM n’en veut pas. Il l’a fait savoir à plu­sieurs reprises. Par cour­rier notam­ment, ou en mani­fes­tant le 5 décembre devant l’hôtel de Ville de Grenoble. En pro­po­sant un contre-pro­jet aussi : celui de main­te­nir le tra­fic sur Sembat et Montorge, de faire du bou­le­vard Gambetta l’axe struc­tu­rant vélos et de revoir l’élargissement du sec­teur pié­ton avec les rive­rains et les usa­gers. Voire de rendre pié­tons le bou­le­vard Sembat et la rue Montorge les dimanches et jours fériés.

 

Simulations des reports de circulation par le cabinet d'études Transitec : moins d'un côté, plus de l'autre...

Simulations des reports de cir­cu­la­tion par le cabi­net d’é­tudes Transitec : moins d’un côté, plus de l’autre…

Mais de cette alter­na­tive, le pré­sident de la Métro* n’en veut visi­ble­ment pas non plus. Bref, pas ques­tion de tran­si­ger, ni de repous­ser le pro­jet. Le modi­fier ? A la marge alors. Et encore…

 

La pié­ton­ni­sa­tion de Sembat aban­don­née au droit de la place Victor-Hugo parce qu’elle « indui­sait de par le report de nom­breux bus et cars sur le bou­le­vard Gambetta une dégra­da­tion de l’accessibilité qui ne pou­vait être com­pen­sée ailleurs » ? C’est ce que pro­pose Christophe Ferrari. Rien de neuf en fait, cette option ayant déjà été pré­vue avant la concer­ta­tion.

 

 

Le collectif dénonce un « simulacre de concertation »

 

 

La cir­cu­la­tion est bien main­te­nue au nord, sur le bou­le­vard Édouard Rey, et au sud, sur le bou­le­vard Maréchal Lyautey, « afin notam­ment de faci­li­ter l’accès, res­pec­ti­ve­ment, aux par­king en ouvrage Philippeville et Chavant et Hoche ». Mais ce scé­na­rio avait aussi été prévu avant la concer­ta­tion.

 

Bref, rien de neuf. C’est ce que dénonce le col­lec­tif, après le « simu­lacre de concer­ta­tion » dont le bilan et les orien­ta­tions rete­nues seront pré­sen­tées ce jeudi 5 jan­vier.

 

Commerçants et unions de quartier réunis dans le collectif Grenoble à cœur contestent le projet de piétonnisation de CVCM et proposent des alternatives. crédit Patricia Cerinsek

Commerçants et unions de quar­tier réunis dans le col­lec­tif Grenoble à cœur contestent le pro­jet de pié­ton­ni­sa­tion de CVCM © Patricia Cerinsek

« La cou­pure à la cir­cu­la­tion de l’axe Sembat-Rey-Lyautey, est un choix sans dis­cus­sion pos­sible, sou­ligne le col­lec­tif. Ce choix était fixé avant tout début de concer­ta­tion et a été pré­senté comme irré­vo­cable à la concer­ta­tion ». Un « pas­sage en force » qui vise­rait à sup­pri­mer près de 50 % des véhi­cules du centre-ville mais entraî­ne­rait reports de cir­cu­la­tion et de pol­lu­tion, notam­ment vers les quar­tiers sud de la ville.

 

« Le plan de cir­cu­la­tion du centre-ville élargi étu­dié par Transitec repose sur l’hypothèse d’une baisse de la cir­cu­la­tion de 18 500 sur 141 200 dépla­ce­ments de véhi­cules par jour. Si on pro­longe la baisse obte­nue les années pas­sées, avec une offre accrue des trans­ports en com­mun, il fau­drait quatre à cinq ans pour arri­ver à ce résul­tat. Le pro­jet CVCM/Grenoble vou­drait obte­nir ce résul­tat en un tri­mestre. C’est impos­sible sans graves consé­quences. De même, l’hypothèse de départ de cette étude, d’une part de dépla­ce­ments cyclistes trois fois supé­rieure du jour au len­de­main, nous paraît tota­le­ment irréa­liste », note le col­lec­tif, qui réclame tou­jours un mora­toire du pro­jet. Et n’exclut pas de sai­sir la jus­tice.

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

* Contacté à plu­sieurs reprises, Christophe Ferrari n’a jamais donné suite à nos demandes d’interview.

 

commentez lire les commentaires
5218 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Ping : [Place Gre’Net] Grenoble élargit son centre-ville piéton : coup d’envoi dans un mois | Rassemblement Citoyen Solidaire Ecologiste (RCSE) Grenoble-Alpes Métropole

  2. Pour infor­ma­tion, quelle est la source des chiffres en cita­tion en fin d’ar­ticle ? On ne retrouve pas du tout ça dans les Annexes de l’é­tude dis­pos ici http://www.auvergne-rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/IMG/zip/dossier_partie2‑3.zip

    Et aussi dans le dos­sier de par­ti­ci­pa­tion de la Métro. Soit ‑20 800 en pro­jeté au centre, soit ‑14,7%. Et pas ‑50% comme votre inter­lo­cu­teur a tenté de bluf­fer à mon avis. Merci de véri­fier ces chiffres pour ne pas juste relayer des avis par­ti­sans.

    sep article
    • PC

      06/01/2017
      9:31

      Cette baisse de 50 % est l’es­ti­ma­tion faite par le col­lec­tif d’une évo­lu­tion à moyen terme du tra­fic. « Elle tient compte de la dif­fi­culté accrue d’ac­cès et de la réduc­tion des places de par­king par la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise », pré­cise Grenoble à cœur qui s’ap­puie pour cela sur les objec­tifs affi­chés par l’ADTC dans son livre blanc d’a­vril 2015. Ce rap­port demande l’ex­pé­ri­men­ta­tion d’une Zone à Trafic Limité sur Agutte Sembat avant exten­sion au bd Gambetta et la mise en place du prin­cipe 50/50 pour le par­tage de l’es­pace public (ratio maxi­mum de 50 % pour l’au­to­mo­bile _contre plus de 80 % en géné­ral aujourd’hui_ et de 50 % pour les autres modes de trans­port).

      La Métro table de son côté sur une baisse de près de 15 % du tra­fic, chiffre issu de l’é­tude Transitec. Les cal­culs sont contes­tés notam­ment par le col­lec­tif de com­mer­çants et d’ha­bi­tants mais aussi par les oppo­si­tions muni­ci­pale et métro­po­li­taine. Pour le col­lec­tif, les chiffres annon­cés par le cabi­net d’é­tudes ne sont qu’une esti­ma­tion « basse » de l’im­pact du nou­veau plan de cir­cu­la­tion. Les com­mer­çants et habi­tants estiment qu’à plus ou moins longue échéance, le nou­veau plan de cir­cu­la­tion se tra­duira par des reports de tra­fic, géné­rant des embou­teillages du centre ville dis­sua­sifs pour son accès. L’effet boule de neige en somme.

      sep article
      • Merci pour l’ex­pli­ca­tion et c’est donc bien une esti­ma­tion par­ti­sane faite par « Grenoble à Coeur ». Ont t‑ils les com­pé­tences pour affir­mer ça ? Quelle limite avec de la dés­in­for­ma­tion ? Je veux bien les croire mais il faut un peu plus de solide à mon sens.

        sep article
  3. « main­te­nir le tra­fic sur Sembat et Montorge, de faire du bou­le­vard Gambetta l’axe struc­tu­rant vélos »

    ??? pour­quoi les vélos sur Gambetta et pas sur Agutte Sembat ?
    Les oppo­sants ne vou­draient pas reprendre l’i­dée « fameuse » pour ne pas dire « fumeuse » de Carignon, vou­lant amé­na­ger un tun­nel payant sous Grenoble, que construi­rait son ami Bouygues ? et ils ne reprennent pas l’i­dée du tun­nel sous la Bastille ?
    Bref, je ne vois pas à quoi ser­vi­rait un mora­toire, puis­qu’il n’y a pas d’i­dées nou­velles dans les pro­po­si­tions, appa­rem­ment, si ce n’est dépla­cer sans rai­son l’axe vélo­ci­pé­dique qui ne serait plus relié aux axes exis­tants.

    sep article
  4. Au jeu du balais, vu que les com­mer­çants, le UQ concer­nées et le GAM s’en­traînent de manière inten­sive au Curling depuis près d’un an dans un lieu tenu secret, on verra qui sera balayé en 2020.

    Mais la jus­tice – admi­nis­tra­tive et pénale – s’en sera sans doute mêlée avant, ce qui n’empêchera pas le coup de balais quoi­qu’il arrive.

    sep article