Conseils citoyens indépendants : la Ville de Grenoble propose une formation certifiante

Conseils citoyens indépendants : la Ville de Grenoble propose une formation certifiante

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – C’est une demande des CCI eux-mêmes, affirme la municipalité de Grenoble. Les membres des Conseils citoyens indépendants se voient proposer une formation par Sciences-Po Grenoble afin de les aider dans leur participation à la politique publique. Et peut-être décrocher un « certificat d’action citoyenne ».

 

 

Assises Citoyennes 2014

Assises Citoyennes 2014 © Sylvain Frappat

« L’idée, c’est de sim­pli­fier. Et pour sim­pli­fier, il faut expli­quer la com­plexité ». C’est ainsi que Pascal Clouaire, adjoint de Grenoble en charge de la Démocratie locale, pré­sente la for­ma­tion pro­po­sée aux membres des Conseils citoyens indé­pen­dants (CCI). Un cur­sus assuré par Sciences-Po Grenoble qui peut même débou­cher sur un « cer­ti­fi­cat d’ac­tion citoyenne. »

 

Cette for­ma­tion, Pascal Clouaire assure que ce sont les CCI eux-mêmes qui en ont fait la demande. « Les habi­tués de la par­ti­ci­pa­tion connaissent très bien le fonc­tion­ne­ment ins­ti­tu­tion­nel, mais les autres arrivent dans des ins­tances que la Ville a voulu indé­pen­dantes, avec une com­plète auto­no­mie d’ac­tion et d’or­ga­ni­sa­tion. Et ils sont per­dus ! »

 

 

 

« Aider les citoyens à jouer un rôle »

 

 

Philippe Teillet, direc­teur des Études pour les Masters à Sciences-Po Grenoble et res­pon­sable de cette for­ma­tion, va dans le même sens. « Il y a des gens qui connaissent bien les rouages des villes, des inter­com­mu­na­li­tés, des métro­poles. Et d’autres, plus nom­breux, qui sont loin de tout ça ou qui ont des connais­sances par­tielles. »

 

« L’idée, conti­nue Philippe Teillet, c’est d’ai­der ces citoyens à jouer un rôle actif en ayant suf­fi­sam­ment d’in­for­ma­tion sur les ins­ti­tu­tions locales et les grands enjeux d’une ville comme Grenoble dans sa Métropole. »

 

Pascal Clouaire, Adjoint délégué à la Démocratie locale. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Pascal Clouaire, adjoint délé­gué à la Démocratie locale. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Et Pascal Clouaire de détailler les ques­tions à se poser. « Qu’est-ce qu’une ville, com­ment ça fonc­tionne ? Comment les déci­sions sont prises ? Quelles sont les com­pé­tences d’une ville par rap­port à une Métropole, ou les com­pé­tences d’une Métropole ? Ou encore, quels sont les liens entre une ville et une asso­cia­tion ? »

 

De “l’ins­truc­tion civique” à échelle locale néces­saire pour l’ad­joint de Grenoble. « C’est impor­tant de connaître le cir­cuit d’une déci­sion de poli­tique publique, sou­ligne-t-il. On sait quand il faut agir, où et avec qui. Quelle est la place d’un adjoint, d’un maire… À par­tir du moment où je connais les com­pé­tences de la ville, je sais quels sont mes inter­lo­cu­teurs si je veux déve­lop­per un pro­jet dans mon quar­tier. »

 

 

 

Un certificat de “bonne citoyenneté” ?

 

 

 

« Les élus sont valo­ri­sés par des indem­ni­tés, mais com­ment valo­ri­ser la par­ti­ci­pa­tion des habi­tants qui vont s’in­ves­tir et pas­ser du temps dans les construc­tions des poli­tiques publiques ? La cer­ti­fi­ca­tion vaut recon­nais­sance du temps passé et des com­pé­tences acquises », assure Pascal Clouaire. Libre ensuite à celui qui aura obtenu son cer­ti­fi­cat de le faire valoir ou non auprès de qui de droit.

 

Le Postillon se demande si la formation servira à trier les « bons et mauvais citoyens ». © Joël Kermabon - Place Grenet

Le Postillon se demande si la for­ma­tion ser­vira à trier les « bons et mau­vais citoyens ». © Joël Kermabon – Place Grenet

Cette notion de cer­ti­fi­ca­tion n’est pas sans sou­le­ver cer­taines raille­ries, relayées notam­ment par Le Postillon. Avec son style sar­cas­tique, la paru­tion sati­rique s’in­ter­roge sur ce cer­ti­fi­cat : « Peut-être ser­vira-t-il plus tard à trier les bons et mau­vais citoyens, ceux qui ont le droit de ren­trer dans le conseil muni­ci­pal et ceux qui doivent res­ter dehors dans les gaz lacry­mo­gènes ? »

 

Alors, un cer­ti­fi­cat de bonne ou de mau­vaise citoyen­neté ? La ques­tion fait lit­té­ra­le­ment bon­dir Pascal Clouaire. « C’est n’im­porte quoi ! Le sta­tut de citoyen n’a rien à voir avec le fait de suivre une for­ma­tion. La citoyen­neté c’est une qua­lité qui donne un cer­tain nombre de droits et de devoirs, on est citoyen et voilà. On ne remet pas en cause la Déclaration uni­ver­selle des Droits de l’Homme et du Citoyen. Évitons d’al­ler là-dedans, sur­tout en ce moment ! »

 

Reste qu’une for­ma­tion peut tou­jours aiguiller les pen­sées dans une direc­tion plu­tôt qu’une autre. Là encore, Pascal Clouaire conteste vigou­reu­se­ment. « La for­ma­tion a pour objec­tif de don­ner des infor­ma­tions, d’ex­pli­quer com­ment fonc­tionnent les choses. En même temps qu’on donne des expli­ca­tions, on donne la cri­tique des expli­ca­tions. Il ne s’a­git pas d’une expé­rience de for­ma­tion de mili­tants, mais de don­ner à com­prendre com­ment fonc­tionne le sys­tème. »

 

 

 

Formation… ou formatage ?

 

 

L’adjoint de Grenoble fait avant tout confiance aux membres des CCI eux-mêmes. « Ce sont des per­sonnes qui ont un sens cri­tique plu­tôt aiguisé. La for­ma­tion, c’est aussi un lieu de dis­cus­sion et d’é­change, où cha­cun enri­chit le débat avec son appa­reil cri­tique. C’est un lieu où l’on essaye de dis­tin­guer les faits des opi­nions, de faire la part des choses. » Sans risque de for­ma­tage ? « Ils s’en ren­draient compte ! », assure Pascal Clouaire.

 

Philippe Teillet, directeur des études Sciences-Po Grenoble © Sciences-Po

Philippe Teillet, direc­teur des études Sciences-Po Grenoble. © Sciences-Po

Philippe Teillet prend un recul d’u­ni­ver­si­taire sur la ques­tion. « On peut vite pas­ser de for­mer à for­ma­ter, c’est pos­sible. Mais ce n’est pas notre but : per­sonne n’a l’in­ten­tion de les for­ma­ter, mais au contraire de leur don­ner la capa­cité d’a­gir. Notre esprit c’est de don­ner des res­sources. J’entends bien que le risque est pos­sible, mais tout le monde est dans ce risque-là. On est plu­tôt à Sciences-Po sur une logique de for­mer un esprit cri­tique, quoi qu’en dise Le Postillon… »

 

 

 

Pourquoi Sciences-Po ?

 

 

Pourquoi le choix de Sciences-Po Grenoble ? « Sciences-Po s’est imposé natu­rel­le­ment, explique Pascal Clouaire. C’est l’é­cole qui a toutes les com­pé­tences requises pour réa­li­ser ce type de for­ma­tion, et toute la légi­ti­mité éga­le­ment pour réa­li­ser une cer­ti­fi­ca­tion. Ça nous parais­sait évident de nous adres­ser à Sciences-Po, tout comme on s’a­dresse à l’Institut de géo­gra­phie alpine quand il s’a­git de tra­vailler sur l’ur­ba­nisme… »

 

Sciences-Po Grenoble © Sciences-Po

Sciences-Po Grenoble. © Sciences-Po

 

Et l’élu de rap­pe­ler que tra­vailler sys­té­ma­ti­que­ment avec les com­pé­tences uni­ver­si­taires locales fai­sait par­tie des enga­ge­ments de cam­pagne du can­di­dat Piolle en 2014. L’engagement 66 sti­pu­lait en effet « l’in­ser­tion de l’u­ni­ver­sité dans la ville ». Mais Pascal Clouaire appa­raît lui-même dans l’or­ga­ni­gramme de Sciences-Po Grenoble, au titre de « chargé de mis­sion Développement de la péda­go­gie numé­rique ». Jouera-t-il un rôle dans les for­ma­tions des membres des CCI ? Absolument pas, assure-t-il.

 

« Cela ne fait pas par­tie de mes com­pé­tences. À Sciences-Po, je tra­vaille sur le numé­rique et je suis res­pon­sable du Master Transmedia. Je ras­sure tout le monde : je n’in­ter­viens ni de près, ni de loin dans cette for­ma­tion. Le choix de Sciences-Po Grenoble est logique et légi­time : on ne va pas d’a­dres­ser à Sciences-Po Lyon pour for­mer un cer­tain nombre de per­sonnes qui sont à Grenoble ! »

 

 

 

Un coût de 400 euros par candidats à la certification

 

 

Combien de per­sonnes ? Une ving­taine aura par­ti­cipé à la jour­née socle, selon le site de la Ville, quand les 7 CCI de Grenoble comptent entre 10 et 20 membres cha­cune. La for­ma­tion n’a, en effet, rien d’o­bli­ga­toire. Pascal Clouaire estime le coût de cette jour­née de for­ma­tion entre 500 et 1 000 euros, café compris.

 

Quant au suivi de la for­ma­tion cer­ti­fiante, le chiffre du nombre de par­ti­ci­pants n’est pas encore connu. C’est de lui que va par ailleurs dépendre le coût de cette for­ma­tion. Fixé à 400 euros par per­sonne s’il y a moins de cinq ins­crits, il passe à 300 euros au-des­sus. Une dif­fé­rence qui n’a rien de négli­geable, la Ville pre­nant en charge la quasi-tota­lité des frais engagés.

 

La formation certifiante comptait parmi les pistes évoquées lors du bilan des CCI un an après leur création. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

La for­ma­tion cer­ti­fiante comp­tait parmi les pistes évo­quées lors du bilan des CCI un an après leur créa­tion. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

80 euros res­tent donc à la charge du par­ti­ci­pant à la for­ma­tion. Mais les CCI peuvent éga­le­ment choi­sir de finan­cer cette part en pre­nant sur leurs fonds propres, pré­cise encore Pascal Clouaire. Qui ajoute que ces for­ma­tions seront assu­rées tous les ans, voire deux fois par an pour la “jour­née socle”, si le besoin se fait sentir.

 

« On y va de manière ité­ra­tive, conclut l’ad­joint à la Démocratie locale. Nous essayons une pre­mière for­ma­tion socle, nous allons faire la for­ma­tion cer­ti­fiante, puis une éva­lua­tion. Nous allons ajus­ter en per­ma­nence en réa­lité. C’est expé­ri­men­tal. Et je ne suis pas sûr qu’il y ait en France beau­coup de for­ma­tions comme celle-ci ! »

 

 

Florent Mathieu

 

 

DE LA JOURNÉE SOCLE À L’EXPOSÉ ORAL : PLUSIEURS ÉTAPES DE FORMATION

 

Concrètement, la for­ma­tion se com­pose en dif­fé­rentes étapes. La pre­mière repo­sait sur une jour­née de for­ma­tion « socle » qui s’est dérou­lée le samedi 7 jan­vier à la Maison des habi­tants Chorier. Une pro­fes­seure de Droit public à Sciences-Po Grenoble y a pré­senté le sys­tème ins­ti­tu­tion­nel local, autour des ques­tions de décen­tra­li­sa­tion, d’in­ter­com­mu­na­li­tés et de démo­cra­tie locale. « Un pro­gramme cocons­truit avec les CCI », assure Pascal Clouaire, qui évoque une « forte demande » autour de ces thématiques.

 

Mais les membres des CCI qui le dési­rent peuvent aller plus loin. Ainsi, l’é­tape sui­vante réside dans des « modules avan­cés » où seront abor­dées au cours de trois réunions des notions plus pré­cises. Les membres des CCI pour­ront éga­le­ment assis­ter à trois confé­rences orga­ni­sées par Sciences-Po Grenoble, parmi le “cata­logue” de confé­rences qu’elle propose.

 

Journée de formation socle pour les CCI samedi 7 janvier 2017. © Ville de Grenoble

Journée de for­ma­tion socle pour les CCI samedi 7 jan­vier 2017. © Ville de Grenoble

 

Enfin, les plus valeu­reux pour­ront s’en­ga­ger dans le « module de valo­ri­sa­tion d’en­ga­ge­ment citoyen ». « Le citoyen va faire le point sur ce qu’il a réa­lisé et les pro­jets qu’il a por­tés, explique Philippe Teillet. Il est accom­pa­gné par un tuteur de Sciences-Po et pré­sente un exposé oral. Cela per­met à la fois d’a­voir un accom­pa­gne­ment sur le fond avec un uni­ver­si­taire ou un cher­cheur, et aussi de don­ner une com­pé­tence à s’ex­pri­mer ora­le­ment. Et cela peut conduire à ce que l’on délivre un cer­ti­fi­cat d’ac­tion citoyenne, qui peut être valo­risé sur un CV pour celui qui en a besoin. » Un cer­ti­fi­cat – et sur­tout pas un diplôme – qui vaut recon­nais­sance des efforts accomplis.

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Alliance Citoyenne, Mois décolonial... Alain Carignon fustige une Grenoble "capitale de l'islamo-gauchisme"
Alliance Citoyenne, Mois décolonial… Alain Carignon fustige une Grenoble « capitale de l’islamo-gauchisme »

FLASH INFO — Alors que le maire de Grenoble adresse un courrier au chef de l'État pour alerter sur "l'ultra-droite", le groupe d'opposition municipale de Lire plus

Quand Christophe Ferrari remet au goût du jour la fusion possible entre Actis et Grenoble Habitat
Christophe Ferrari remet au goût du jour la fusion possible entre Actis et Grenoble Habitat

FOCUS - C'est une annonce du président de la Métropole qui n'est pas passée inaperçue. Au cours d'une prise de parole publique sur la question Lire plus

Grenoble annonce à l'association Peta avoir banni le foie gras des réceptions officielles et des cantines scolaires
Grenoble annonce à l’association Peta avoir banni le foie gras des réceptions officielles et des cantines scolaires

FLASH INFO — "À Grenoble, nous ne servons pas de foie gras lors des réceptions officielles et dans les cantines scolaires". Tel est le message Lire plus

Inauguration d'un Parcours des Arts grenoblois de la Bastille à Très-Cloîtres, samedi 27 novembre
Inauguration d’un Parcours des Arts grenoblois, de la Bastille à Très-Cloîtres, samedi 27 novembre

FLASH INFO — "Créer un lien visible entre différents lieux regroupés par une cohérence géographique et thématique". Telle est l'ambition du Parcours des Arts de Lire plus

La Ville de Grenoble et son CCAS lancent une Caravane des Droits dédiée à la jeunesse

FLASH INFO — Après le lancement de la Caravane des Droits en décembre 2019, le CCAS de Grenoble annonce une adaptation du dispositif aux jeunes, Lire plus

Manifestation aux flambeaux pour la Journée de lutte contre les violences faites aux femmes jeudi 25 novembre
Journée de lutte contre les violences faites aux femmes : de nombreux événements et une manifestation aux flambeaux

FIL INFO - La Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, jeudi 25 novembre, est l'occasion d'un certain nombre de manifestations et Lire plus

Flash Info

|

01/12

14h28

|

|

01/12

11h39

|

|

30/11

19h38

|

|

30/11

17h09

|

|

30/11

12h42

|

|

30/11

12h10

|

|

30/11

11h46

|

|

30/11

11h01

|

|

30/11

10h04

|

|

29/11

18h12

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin