Les bibliothécaires en lutte lors de l'annonce de la montée à Paris d'une délégation à l'occasion du Salon du livre. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Grenoble : les biblio­thé­caires en lutte portent leur com­bat au niveau national

Grenoble : les biblio­thé­caires en lutte portent leur com­bat au niveau national

FOCUS – L’intersyndicale CGT-FO-Sud et CNT des agents ter­ri­to­riaux de la ville de Grenoble a annoncé, ce lundi 13 mars, le dépôt d’un pré­avis de grève pour l’ensemble des agents les 24 et 25 mars 2017. Dans le même temps, une délé­ga­tion d’agents du réseau des biblio­thèques de Grenoble se ren­dra au Salon du livre de Paris pour ren­con­trer des biblio­thé­caires en lutte dans d’autres col­lec­ti­vi­tés ainsi qu’Annick Girardin, la ministre de la Fonction publique.

Au premier plan, Philippe Candegabe, secrétaire général FO. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Au pre­mier plan, Philippe Candegabe, secré­taire géné­ral FO. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Nous avons lancé une sous­crip­tion sur Internet qui ren­contre un énorme suc­cès. Le départ sur Paris d’une délé­ga­tion de plus de 30 agents aura bien lieu dans la nuit du 23 au 24 mars », déclare Philippe Candegabe, secré­taire géné­ral FO Ville de Grenoble. De fait, la sous­crip­tion lan­cée a déjà per­mis de réunir près de 800 euros.

Une somme qui se rap­proche des 1 000 euros visés pour ce dépla­ce­ment des biblio­thé­caires de Grenoble en lutte au Salon du livre de Paris. Leur objec­tif ? Faire entendre leurs voix dans des médias autres que locaux et ainsi don­ner à leur com­bat une dimen­sion nationale.

Ce n’est d’ailleurs pas la seule annonce de l’in­ter­syn­di­cale CGT-FO-Sud et CNT des agents ter­ri­to­riaux de la Ville de Grenoble. Cette der­nière confirme éga­le­ment qu’un pré­avis de grève concer­nant l’en­semble des agents muni­ci­paux pour ces pro­chains 24 et 25 mars a été déposé. En cause, l’in­ter­mi­nable conflit qui oppose depuis neuf mois les syn­di­cats ter­ri­to­riaux à la muni­ci­pa­lité sur son plan de sau­ve­garde des ser­vices publics.

« Nous déci­dons de por­ter au niveau natio­nal notre combat ! »

« Depuis neuf mois, nous menons la lutte par divers moyens. Grève, ras­sem­ble­ments, trac­tage, péti­tion, inter­pel­la­tion des élus […] Face à l’in­flexi­bi­lité de notre employeur, nous déci­dons de por­ter au niveau natio­nal notre com­bat », déclare après avoir empoi­gné un porte-voix une des biblio­thé­caire pré­sentes. Comment ? « En envoyant, sur un temps de grève le 24 mars, une délé­ga­tion au Salon du livre de Paris et au minis­tère de la Fonction publique », pré­cise l’agent de la ville. De fait, selon cette der­nière, il n’y a pas qu’à Grenoble « que les biblio­thèques sont sacri­fiées sur l’au­tel des logiques comp­tables et ges­tion­naires ».

Les bibliothécaires en lutte lors de l'annonce de la montée à Paris d'une délégation à l'occasion du Salon du livre. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les biblio­thé­caires en lutte lors de l’an­nonce de la mon­tée à Paris d’une délé­ga­tion à l’oc­ca­sion du Salon du livre. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Partout en France, les col­lec­ti­vi­tés cherchent à faire des éco­no­mies sur la culture en fer­mant des éta­blis­se­ments, en rédui­sant les bud­gets et en sup­pri­mant des postes », déplore la biblio­thé­caire en lutte. Raison pour laquelle cette der­nière tient à affir­mer l’en­tière soli­da­rité des agents biblio­thé­caires de Grenoble avec leurs col­lègues d’autres villes, notam­ment ceux de Clamart, Aubagne, Chambéry, Saint-Étienne… « Un coup porté contre l’une d’entre elles est un coup porté contre tous », explique-t-elle encore.

Ce sont bien là toutes les rai­sons consti­tu­tives de l’appel qu’a­vaient lancé ce 20 février les biblio­thé­caires en lutte de Grenoble à tous leurs col­lègues, ou autres pro­fes­sion­nels de la lec­ture publique, aux prises avec des dif­fi­cul­tés similaires.

« Nous leur deman­dons de nous rejoindre le 24 mars au Salon du livre de Paris et au minis­tère de la Fonction publique pour lut­ter, se battre et gagner », résume la biblio­thé­caire. Quant à la manière dont se dérou­lera ce dépla­ce­ment de la délé­ga­tion gre­no­bloise à Paris, une autre biblio­thé­caire pré­sente nous en livre le détail.

« On entre dans des méthodes comme à France Télécom »

Autre annonce de ce lundi 13 mars, le dépôt par l’intersyndicale CGT-FO-Sud et CNT des agents ter­ri­to­riaux de la ville de Grenoble d’un pré­avis de grève recon­duc­tible, ces 24 et 25 mars, contre le plan de sau­ve­garde des ser­vices publics concocté par la municipalité.

« Ce plan de sau­ve­garde est un plan toxique pour les tra­vailleurs, du point de vue de la santé puis­qu’on entre dans des méthodes comme à France Télécom où l’on est dans une perte de sens de notre tra­vail mais aussi dans une fuite impor­tante d’ef­fec­tifs », explique Denis Bagarry du syn­di­cat Sud ter­ri­to­riaux de la ville de Grenoble.

Denis Bagarry, syndicat Sud territoriaux de la ville de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Denis Bagarry, syn­di­cat Sud ter­ri­to­riaux de la ville de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce der­nier, qui décrit « une situa­tion extrê­me­ment ten­due dans les ser­vices », en veut pour preuve le départ volon­taire, chaque année, de 75 agents, aux­quels s’a­joutent les départs aidés finan­cés par la Ville. Sans comp­ter les départs « en masse » de nombre de chefs de ser­vices, signe révé­la­teur, selon le syn­di­ca­liste, « d’une situa­tion très dégra­dée ».

Dans ses reven­di­ca­tions, le pré­avis de grève est d’ailleurs sans ambi­guïté. L’intersyndicale demande le retrait pur et simple du plan de sau­ve­garde. Aux motifs qu’il serait « un plan aso­cial et de souf­france, inac­cep­table par les sup­pres­sions de postes, la sup­pres­sion des ren­forts, des rem­pla­ce­ments, la dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail, la sup­pres­sion des mis­sions de ser­vice public, les fins de contrats, les fer­me­tures d’é­ta­blis­se­ments et les réor­ga­ni­sa­tions suc­ces­sives », est-il indi­qué dans le document.

« C’est pour cela que nous [l’in­ter­syn­di­cale, ndlr] appe­lons l’en­semble de nos cama­rades à faire grève les 24 et 25 mars mais aussi à appor­ter leur sou­tien à nos col­lègues qui montent à Paris », conclut Denis Bagarry.

Joël Kermabon

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Grenoble : sept nou­veaux bus élec­triques mis en cir­cu­la­tion sur les lignes C3 et C4 du réseau M Tag

FOCUS - Le Smmag et M Tag ont présenté, lundi 22 avril 2024, au dépôt d'Eybens, les sept nouveaux bus électriques mis en circulation prochainement Lire plus

Risques présents et habitants inquiets: le Rapport annuel sur les risques et la résilience (Rarre) livre ses conclusions
Risques envi­ron­ne­men­taux, éco­no­miques ou sociaux : les habi­tants de la région gre­no­bloise majo­ri­tai­re­ment inquiets

FOCUS - L'Agence d'urbanisme de la région grenobloise et l'Atelier des futurs ont présenté le Rarre. Autrement dit, le Rapport annuel sur les risques et Lire plus

Joan Miró, Bleu II, 4 mars 1961 © Succession Miró / ADAGP, Paris 2024 © Collection Centre Pompidou, Musée national d’art moderne - Crédit photo : Centre Pompidou, MNAM-CCI/Audrey Laurans/Dist. RMN-GP
“Miró, un bra­sier de signes” : 130 chefs‑d’œuvre du peintre cata­lan, dont le trip­tyque des Bleu, expo­sés au musée de Grenoble

FOCUS - L'artiste catalan Joan Miró est à l’honneur au musée de Grenoble du 20 avril au 21 juillet 2024 avec une grande exposition temporaire Lire plus

Le PCF André Chassaigne et le RN Jordan Bardella s'invitent à la Foire de printemps de Beaucroissant 2024
Beaucroissant : Marc Fesneau, le PCF André Chassaigne et le RN Jordan Bardella s’in­vitent à la Foire de prin­temps 2024

FLASH INFO - La Foire de printemps de Beaucroissant est de retour pour sa 53e édition, les samedi 20 et dimanche 21 avril 2024. Version Lire plus

M’Hamed Benharouga, Nathalie Levrat, Michel Vendra et Antoine Aufragne (Just). © Florent Mathieu - Place Gre'net
La Ville de Sassenage s’al­lie à Just pour mettre en place une mutuelle communale

FOCUS - La Ville de Sassenage a signé une convention avec la mutuelle Just pour la mise en place d'une mutuelle communale, afin de permettre Lire plus

Grenoble en sixième position des villes "où il fait bon vivre avec son chien", selon 30 millions d'amis
Grenoble, sixième ville « où il fait bon vivre avec son chien », selon 30 mil­lions d’amis

FLASH INFO - La Ville de Grenoble arrive 6e parmi les villes de plus de 100 000 habitants "où il fait bon vivre avec son chien". Créé Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !