Manifestation en faveur des migrants sur le pont Saint-Laurent à Grenoble le 25 avril 2015. © Antoine Back - Twitter

Grenoble ville soli­daire : quasi consen­sus sur fond de divergences

Grenoble ville soli­daire : quasi consen­sus sur fond de divergences

DÉCRYPTAGE - La municipalité de Grenoble a fait savoir, lundi 7 septembre, qu'elle rejoignait le réseau des villes solidaires, volontaires pour l'accueil de réfugiés. D'où sa convocation à une réunion de travail, ce samedi 12 septembre, par le ministère de l'Intérieur avec toutes les autres villes s'étant portées volontaires. Retour sur cette décision avec les acteurs politiques et associatifs locaux.

 

 

 

Manifestation en faveur des migrants sur le pont Saint-Laurent à Grenoble le 25 avril 2015. © Antoine Back - Twitter

Manifestation en faveur des migrants sur le pont Saint-Laurent à Grenoble le 25 avril 2015. © Antoine Back - Twitter

Entre manifestations et communiqués, beaucoup demandaient à la ville de Grenoble de se positionner sur la question de l'accueil des migrants. A commencer par les associations militantes.

 

Le 6 septembre dernier, c'est le Mouvement des jeunes socialistes (MJS) de l'Isère qui a embrayé, en adressant une lettre ouverte à Éric Piolle, maire de Grenoble.

 

Une missive suivie le lendemain d'un communiqué du groupe « Rassemblement de Gauche et de progrès » de la Ville de Grenoble (PS - PRG - Go Citoyenneté - Société civile), dénonçant un « silence assourdissant », alors que l'État français venait de confirmer l'accueil de 24.000 demandeurs d'asile en deux ans sur son territoire. « Cette attitude nous interpelle et n’est pas à la hauteur de la tradition d’accueil et d’ouverture au monde de la ville de Grenoble », précisait le groupe d'opposition.

 

 

 

Coordonner les « énergies positives »

 

 

« Faisons ensemble ! », a répondu Claude Coutaz, conseiller municipal de la majorité de Grenoble, lorsqu'il a convié la presse le 7 septembre dernier. Une réunion improvisée visant à annoncer que Grenoble devenait une « ville solidaire » s'engageant à accueillir des migrants sur son sol.

 

Il s'agira pour la Ville de coordonner les « énergies positives » qui s'expriment, sur Grenoble comme ailleurs, depuis l'électrochoc produit par la diffusion de la photo du petit Aylan, retrouvé noyé sur une plage turque. À cet effet, la municipalité de Grenoble va créer une plateforme de coordination entre associations, œuvres caritatives et citoyens désirant apporter leur concours à l'accueil de réfugiés.

 

« La prise de conscience a touché tout le monde, quelles que soient les idées politiques ou l'engagement militant que l'on peut avoir », insiste le conseiller municipal, mettant en avant les initiatives ou les volontés isolées qui ne savent pas vers qui se tourner mais ne demandent qu'à pouvoir se concrétiser.

 

C'est pourquoi le réseau associatif grenoblois a été invité à une rencontre avec la municipalité le jeudi 10 septembre, afin de livrer un travail de concertation et de « définir ensemble les contours de cette plateforme ».

 

Le même jour, Grenoble-Alpes Métropole rejoignait le mouvement des villes solidaires. La Métropole propose de « coordonner les initiatives et propositions provenant des communes et des citoyens afin d’accueillir dignement les familles de réfugiés et de déployer rapidement des actions concrètes (hébergement, accompagnement social et insertion) ». Elle entend également « mobiliser ses moyens propres en activant ses dispositifs d’accompagnement social et d’insertion ».

 

 

 

Méfiance vis-à-vis du ministère de l'Intérieur

 

 

Mais la coordination se joue également au niveau national. D'où la convocation par le ministère de l'Intérieur, ce samedi 12 septembre, de toutes les villes s'étant portées volontaires à une réunion du Réseau des villes solidaires. Une réunion à laquelle participe Françoise Cloteau, vice-présidente de la Métropole en charge de l’hébergement. La municipalité grenobloise se rend, pour sa part, à cette réunion non sans afficher une certaine méfiance.

 

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 74 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Législatives 2024 : 6 900 à 8 500 per­sonnes ont défilé à Grenoble pour « la mani­fes­ta­tion uni­taire contre l’ex­trême droite »

REPORTAGE - Entre 6 900 et 8 500 personnes (selon la police ou les syndicats) ont défilé dans les rues de Grenoble, samedi 15 juin 2024, Lire plus

Hémicycle de l'assemblée nationale CC-BY-SA 3.0 Richard Ying et Tangui Morlier
Législatives 2024 : Front popu­laire, Renaissance, LR, RN… Les pre­mières can­di­da­tures confir­mées en Isère

FOCUS - À deux jours de la date limite de dépôt des candidatures, dimanche 16 juin 2024, les candidats investis pour les élections législatives des Lire plus

Viol en réunion d’une étu­diante à Bordeaux : le pro­cès aux assises des cinq ex-rug­by­men du FCG sera-t-il reporté ?

FOCUS - Cinq anciens joueurs du FCG doivent comparaître à partir de lundi 17 juin 2024 devant la cour d'assises de la Gironde, sept ans Lire plus

Législatives 2024 : mani­fes­ta­tion uni­taire et inter­syn­di­cale « contre l’ex­trême droite » samedi 15 juin à Grenoble

EN BREF - À deux semaines du premier tour des législatives anticipées, des manifestations "contre l'extrême droite" sont prévues partout en France, samedi 15 juin Lire plus

"Je vais assumer plus clairement ma sensibilité social-démocrate": Émilie Chalas candidate sur la troisième circonscription de l'Isère
« Je vais assu­mer plus clai­re­ment ma sen­si­bi­lité social-démo­crate » : Émilie Chalas can­di­date sur la 3e cir­cons­crip­tion de l’Isère

FOCUS - Émilie Chalas annonce avoir reçu l'investiture de la majorité présidentielle pour se porter candidate aux élections législatives sur la troisième circonscription de l'Isère. Lire plus

La Métropole renouvelle sa convention avec TéléGrenoble avec une participation à hauteur de 300 000 euros la première année
La Métropole renou­velle sa conven­tion avec TéléGrenoble avec, à la clé, 300 000 euros pour l’an­née 2024 – 2025

FOCUS - La Métropole de Grenoble a voté à la quasi-unanimité le renouvellement de sa convention avec TéléGrenoble sur une période de trois ans avec, Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !