Les pelleteuses rasent le camp. © Joël Kermabon - placegrenet.fr

Campement Esmonin : un déman­tè­le­ment qui passe mal

Campement Esmonin : un déman­tè­le­ment qui passe mal

DÉCRYPTAGE - Après l'évacuation du camp illicite de l'avenue Edmond Esmonin, interrogations et critiques fusent. Certaines associations sont vent debout contre « une expulsion injustifiable », tandis que l'opposition municipale dénonce une gestion irresponsable du dossier. État des lieux après le passage des pelleteuses.

 

 

 

Les pelleteuses rasent le camp. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les pelleteuses rasent le camp. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Du bidonville de l'avenue Esmonin quasiment plus rien ne subsiste. Les débris des cabanes ont presque tous été enlevés, de gros blocs de pierre les remplaçant pour dissuader toute nouvelle tentative d'installation. Il ne reste plus aucun signe indiquant que, quelques jours plus tôt, plus de trois cents personnes “habitaient” là.

 

Certes, sous un pauvre toit « mais un toit quand même », rétorquent les sympathisants et, comparé à la rue, c'était toujours ça.

 

Après ce que certains n'hésitent pas à qualifier de « sale boulot », les réactions sont vives. De la critique de la méthode, où se rejoignent associations et opposition municipale, en passant par l'opinion des riverains jusqu'aux folles rumeurs aux relents xénophobes des réseaux sociaux, quelques éléments de décryptage de cette situation complexe s'imposent.

 

 

 

« Existe-t-il des expulsions justifiables ? »

 

 

Au lendemain de l'évacuation et de la destruction du camp, la ville de Grenoble se félicitait, dans un communiqué, d'avoir mené « une évacuation inévitable et nécessaire qui s'est déroulée dans le calme, le respect des personnes et de la loi ». Selon la municipalité,   « les personnes évacuées ont pu être accompagnées individuellement et se sont vu proposer des solutions de relogement. Personne n'a dormi dans la rue le soir-même et n'y dormira dans les jours à venir ». Le tout, selon elle, grâce à la mobilisation de l’ensemble des acteurs : la ville de Grenoble et son CCAS, l’État et les associations partenaires.

 

De gauche à droite : Jo Briant (Cisem), Yvon Sellier (Patate Chaude)

Jo Briant (Cisem) et Yvon Sellier (La Patate chaude). © JK

Un avis que ne partagent pas les associations impliquées. Jo Briant avait donné le ton durant l'évacuation, dénonçant l’illégalité de la procédure et la  « violence symbolique » du dispositif policier mis en place. Lui emboîtant le pas, les collectifs Hébergement-logement, Réseau et éducation sans frontières (RESF) et La Patate chaude ont, quant à eux, dénoncé une « expulsion injustifiable, pour peu qu'il puisse exister des expulsions justifiables ».

 

 

Et ces derniers d'enfoncer le clou : « Comme toutes les expulsions, cette dernière est violente et sordide, et ceci est peut-être accentué encore par le fait que la mairie a voulu en faire une expulsion “à visage humain” ». Quant au rôle joué par le CCAS dans cette évacuation, les collectifs n'en démordent pas : « Le rôle d'un CCAS n'est pas de prêter main forte à une action policière. Les personnes du bidonville d'Esmonin devaient être protégées via le droit commun, en attendant des propositions de logement ».

 

 

 

« Pas de caravanes dans notre quartier ! »

 

 

« Le démantèlement, nous l'avons appris par la presse !, s'insurge Sébastien Baudouin, riverain et membre du collectif Plein soleil. C'est le seul outil de communication qui est utilisé par la Ville. Nous sommes des riverains, des citoyens et nous avions le droit d'être informés. » Et ce dernier de tempérer : « Éric Piolle a enfin pris ses responsabilités ! Nous ne pouvons que nous féliciter de cette décision d'évacuation que nous attendions depuis plus d'une année. Nous n'en pouvions plus de voir notre quartier devenir une vraie poubelle, tandis que les trafics et la prostitution prenaient de l'ampleur ».

 

A gauche, Sébastien Baudouin, riverain et membre collectif Plein Soleil. © Joël Kermabon - Place Gre'net

A gauche, Sébastien Baudouin, riverain et membre collectif Plein Soleil. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Bien que temporairement satisfait, le riverain reste néanmoins dubitatif. « Nous savons – Alain Denoyelle [l'adjoint aux solidarités, ndlr] nous l'a confirmé –, qu'il est dans les projets de la Ville d'installer des caravanes dans le quartier. Nous n'en voulons pas ! », s'inquiète-t-il. Sébastien Baudouin en est convaincu, « cela va légitimer la présence de ces gens, les inciter à revenir. S'il faut démanteler à nouveau dans quelques mois, tout ça n'aura servi à rien ! ».

 

 

 

Pour Alain Denoyelle, adjoint aux solidarités et vice-président du CCAS, il y a malentendu. L'aire d’accueil envisagée est celle sur laquelle le Centre communal a installé depuis 2013 des marabouts où les occupants n'ont pas été évacués. « Il y a des réflexions sur le devenir de cette aire qui est officiellement reconnue par l'État comme une aire d'accueil des gens du voyage. Elle a donc vocation à recueillir des personnes [donc des caravanes, ndlr]  mais rien n'est acté quand à son développement », tient à souligner l'élu.

 

 

 

Une évacuation « inéluctable mais trop tardive »

 

 

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 52 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Chronique Place Gre'net - RCF : La colère de la MJC - Théâtre Prémol
Chronique Place Gre’net – RCF : La colère de la MJC – Théâtre Prémol

CHRONIQUE - Place Gre'net s'associe à la radio RCF Isère chaque lundi midi dans la chronique L'Écho des médias. Notre objectif? Revenir sur une actualité, Lire plus

Rassemblement contre la tansphobie, le dimanche 26 mai 2024 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : plus de 150 per­sonnes ont par­ti­cipé à un ras­sem­ble­ment contre la transphobie

FOCUS - À l'appel du mouvement Contre offensive trans 38 et d'autres associations et collectifs, près de 150 personnes se sont rassemblées rue Félix-Poulat, dimanche Lire plus

Jeudi 23 mai 2024, des représentants de la Métropole et de la Ville de Grenoble visitaient les locaux de l'association Ça déménage. © Joël Kermabon - Place Gre'net
L’association gre­no­bloise Ça démé­nage qui aide les vic­times de vio­lences à quit­ter leur conjoint s’ins­talle à Sassenage

FOCUS - Aider les femmes victimes de violences conjugales à partir de chez elles et leur fournir au maximum ce dont elles ont besoin pour Lire plus

Après restauration, la chapelle Saint-Paul-de-Beauvert à Grenoble rouvre ses portes aux fidèles
Après res­tau­ra­tion, la cha­pelle Saint-Paul-de-Beauvert à Grenoble a rou­vert ses portes aux fidèles

FLASH INFO - La chapelle Saint-Paul-de-Beauvert, avenue Léon-Blum à Grenoble, a rouvert ses portes le samedi 18 mai 2024, après des travaux de restauration menés Lire plus

De gauche à droite : Rida Ghalloudi (Sages), Mathieu Tovenatti (Ogic), Savinien De Pizzol, (agence Dumétier), Isabelle Peters, première adjointe de la Ville de Grenoble et Margot Belair, déléguée à l'Urbanisme lors de la présentation du projet de réhabilitation des Volets Verts de l'Abbaye. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Réhabilitation de la cité des Volets verts : « Nous nous bat­trons jusqu’au bout contre ce projet ! »

REPORTAGE - La Ville de Grenoble organisait, mercredi 22 mai 2024, une réunion publique d'information sur la réhabilitation de la cité des Volets verts dans Lire plus

Le comité local Attac 38 donne le coup d'envoi à une nouvelle campagne appelant à taxer les plus riches
Le comité local Attac 38 lance une nou­velle cam­pagne appe­lant à taxer les plus riches

FLASH INFO - Des militants du comité local Attac 38 se sont donné rendez-vous devant l'hôtel des impôts de Grenoble, avenue Rhin-et-Danube, jeudi 23 mai Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !