Les pelleteuses rasent le camp. © Joël Kermabon - placegrenet.fr

Campement Esmonin : un démantèlement qui passe mal

Campement Esmonin : un démantèlement qui passe mal

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE – Après l’évacuation du camp illicite de l’avenue Edmond Esmonin, interrogations et critiques fusent. Certaines associations sont vent debout contre « une expulsion injustifiable », tandis que l’opposition municipale dénonce une gestion irresponsable du dossier. État des lieux après le passage des pelleteuses.

 

 

 

Les pelleteuses rasent le camp. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les pel­le­teuses rasent le camp. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Du bidon­ville de l’a­ve­nue Esmonin qua­si­ment plus rien ne sub­siste. Les débris des cabanes ont presque tous été enle­vés, de gros blocs de pierre les rem­pla­çant pour dis­sua­der toute nou­velle ten­ta­tive d’ins­tal­la­tion. Il ne reste plus aucun signe indi­quant que, quelques jours plus tôt, plus de trois cents per­sonnes “habi­taient” là.

 

Certes, sous un pauvre toit « mais un toit quand même », rétorquent les sym­pa­thi­sants et, com­paré à la rue, c’é­tait tou­jours ça.

 

Après ce que cer­tains n’hé­sitent pas à qua­li­fier de « sale bou­lot », les réac­tions sont vives. De la cri­tique de la méthode, où se rejoignent asso­cia­tions et oppo­si­tion muni­ci­pale, en pas­sant par l’o­pi­nion des rive­rains jus­qu’aux folles rumeurs aux relents xéno­phobes des réseaux sociaux, quelques élé­ments de décryp­tage de cette situa­tion com­plexe s’imposent.

 

 

 

« Existe-t-il des expulsions justifiables ? »

 

 

Au len­de­main de l’é­va­cua­tion et de la des­truc­tion du camp, la ville de Grenoble se féli­ci­tait, dans un com­mu­ni­qué, d’a­voir mené « une éva­cua­tion inévi­table et néces­saire qui s’est dérou­lée dans le calme, le res­pect des per­sonnes et de la loi ». Selon la muni­ci­pa­lité,   « les per­sonnes éva­cuées ont pu être accom­pa­gnées indi­vi­duel­le­ment et se sont vu pro­po­ser des solu­tions de relo­ge­ment. Personne n’a dormi dans la rue le soir-même et n’y dor­mira dans les jours à venir ». Le tout, selon elle, grâce à la mobi­li­sa­tion de l’ensemble des acteurs : la ville de Grenoble et son CCAS, l’État et les asso­cia­tions partenaires.

 

De gauche à droite : Jo Briant (Cisem), Yvon Sellier (Patate Chaude)

Jo Briant (Cisem) et Yvon Sellier (La Patate chaude). © JK

Un avis que ne par­tagent pas les asso­cia­tions impli­quées. Jo Briant avait donné le ton durant l’é­va­cua­tion, dénon­çant l’illégalité de la pro­cé­dure et la  « vio­lence sym­bo­lique » du dis­po­si­tif poli­cier mis en place. Lui emboî­tant le pas, les col­lec­tifs Hébergement-loge­ment, Réseau et édu­ca­tion sans fron­tières (RESF) et La Patate chaude ont, quant à eux, dénoncé une « expul­sion injus­ti­fiable, pour peu qu’il puisse exis­ter des expul­sions jus­ti­fiables ».

 

 

Et ces der­niers d’en­fon­cer le clou : « Comme toutes les expul­sions, cette der­nière est vio­lente et sor­dide, et ceci est peut-être accen­tué encore par le fait que la mai­rie a voulu en faire une expul­sion “à visage humain” ». Quant au rôle joué par le CCAS dans cette éva­cua­tion, les col­lec­tifs n’en démordent pas : « Le rôle d’un CCAS n’est pas de prê­ter main forte à une action poli­cière. Les per­sonnes du bidon­ville d’Esmonin devaient être pro­té­gées via le droit com­mun, en atten­dant des pro­po­si­tions de loge­ment ».

 

 

 

« Pas de caravanes dans notre quartier ! »

 

 

« Le déman­tè­le­ment, nous l’a­vons appris par la presse !, s’in­surge Sébastien Baudouin, rive­rain et membre du col­lec­tif Plein soleil. C’est le seul outil de com­mu­ni­ca­tion qui est uti­lisé par la Ville. Nous sommes des rive­rains, des citoyens et nous avions le droit d’être infor­més. » Et ce der­nier de tem­pé­rer : « Éric Piolle a enfin pris ses res­pon­sa­bi­li­tés ! Nous ne pou­vons que nous féli­ci­ter de cette déci­sion d’é­va­cua­tion que nous atten­dions depuis plus d’une année. Nous n’en pou­vions plus de voir notre quar­tier deve­nir une vraie pou­belle, tan­dis que les tra­fics et la pros­ti­tu­tion pre­naient de l’ampleur ».

 

A gauche, Sébastien Baudouin, riverain et membre collectif Plein Soleil. © Joël Kermabon - Place Gre'net

A gauche, Sébastien Baudouin, rive­rain et membre col­lec­tif Plein Soleil. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Bien que tem­po­rai­re­ment satis­fait, le rive­rain reste néan­moins dubi­ta­tif. « Nous savons – Alain Denoyelle [l’ad­joint aux soli­da­ri­tés, ndlr] nous l’a confirmé –, qu’il est dans les pro­jets de la Ville d’ins­tal­ler des cara­vanes dans le quar­tier. Nous n’en vou­lons pas ! », s’in­quiète-t-il. Sébastien Baudouin en est convaincu, « cela va légi­ti­mer la pré­sence de ces gens, les inci­ter à reve­nir. S’il faut déman­te­ler à nou­veau dans quelques mois, tout ça n’aura servi à rien ! ».

 

 

 

Pour Alain Denoyelle, adjoint aux soli­da­ri­tés et vice-pré­sident du CCAS, il y a mal­en­tendu. L’aire d’accueil envi­sa­gée est celle sur laquelle le Centre com­mu­nal a ins­tallé depuis 2013 des mara­bouts où les occu­pants n’ont pas été éva­cués. « Il y a des réflexions sur le deve­nir de cette aire qui est offi­ciel­le­ment recon­nue par l’État comme une aire d’ac­cueil des gens du voyage. Elle a donc voca­tion à recueillir des per­sonnes [donc des cara­vanes, ndlr]  mais rien n’est acté quand à son déve­lop­pe­ment », tient à sou­li­gner l’élu.

 

 

 

Une évacuation « inéluctable mais trop tardive »

 

 

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 52 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Mireille d'Ornano et ses 58 colistiers lors de la présentation de sa liste, samedi 29 février 2020, au parc Paul Mistral. © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net
La candidate de droite Mireille d’Ornano refuse tout rapprochement avec le RN

  FOCUS – Mireille d’Ornano, candidate de droite sans étiquette, a présenté sa liste samedi 29 février devant le monument des Diables bleus. L'occasion pour elle Lire plus

Sept candidats à Grenoble, deux minutes pour convaincreMairie de Grenoble
Après quatre désistements, sept candidats briguent le fauteuil de maire de Grenoble

  INFOGRAPHIE - Sur les onze candidats en lice pour s'assoir dans le fauteuil de maire de Grenoble le 23 mars prochain, il n'en reste Lire plus

Mireille d'Ornano entourée de ses colistiers (de gauche à droite) : Matthieu Baudoin, professeur de SVT, Benjamin Maté, étudiant en économie, Maxime Bardakji, étudiant en droit, et Alain Bonnet, ancien secrétaire départemental de Debout La France. © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net
Municipales à Grenoble : Mireille d’Ornano présente son programme éducation

  EN BREF – Pour redonner sa place à la jeunesse grenobloise, la candidate Mireille d’Ornano veut mettre l’accent sur l’éducation au civisme, remettre à Lire plus

De gauche à droite, Alain Carigon, Émilie Chalas, Olivier Noblecourt, Mireille d'Ornano et Éric Piolle ont participé à ce débat sur le sport à Grenoble. © Anissa Duport-Levanti - Place Grenet
Quelle place pour le sport à Grenoble ? Débat mouvementé entre cinq candidats aux municipales

  FOCUS – Cinq candidats aux élections municipales ont participé à un débat sur le thème "Quelle place pour le sport à Grenoble ? », organisé par Lire plus

Grenoble : un dernier conseil municipal sous le signe des attaques… à quelques semaines des municipales

  FOCUS - Un dernier conseil municipal de mandature sous le signe de la bienveillance, voire de la nostalgie ? Pas vraiment. À quelques semaines Lire plus

Municipales de Grenoble : Mireille d’Ornano dévoile ses propositions dans les domaines du social et de la santé

  FOCUS - Nouvelle salve de thématiques de campagne pour Mireille d'Ornano. Oubliés FN, RN et Patriotes, la candidate aux élections municipales de Grenoble se Lire plus

Flash Info

|

22/10

8h00

|

|

21/10

19h40

|

|

20/10

18h24

|

|

20/10

17h45

|

|

20/10

16h19

|

|

20/10

12h51

|

|

20/10

9h13

|

|

19/10

19h14

|

|

19/10

18h03

|

|

19/10

15h11

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin