Le bidonville Esmonin évacué à Grenoble. Et après ?

sep article



REPORTAGE VIDÉO – L’évacuation du bidonville de l’avenue Esmonin s’est déroulée dès 6 heures du matin, ce mercredi 29 juillet. Annoncée depuis la mi-mai, l’opération a été déclenchée suite à un arrêté d’expulsion pris par Éric Piolle, le maire de Grenoble, ce lundi 27 juillet. Personne ne devrait dormir dehors…

 

 

 

Un cordon de CRS infranchissable. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Cordon de CRS infran­chis­sable. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Dès 6 heures du matin ce mer­credi 29 juillet, un impor­tant dis­po­si­tif poli­cier com­posé de 150 CRS et gardes mobiles ver­rouillait les abords du bidon­ville de l’a­ve­nue Esmonin.

 

Une bar­rière très effi­cace, ren­for­cée par les véhi­cules de ser­vice, qui a rendu toute approche impos­sible, can­ton­nant presse, sym­pa­thi­sants, rive­rains et curieux de l’autre côté de l’a­ve­nue.

 

 

En face, dans le camp, une grande acti­vité régnait, les habi­tants du bidon­ville réunis­sant rapi­de­ment des affaires, avant de s’ins­tal­ler dans des bus, sous le regard des enfants un peu hébé­tés devant toute cette agi­ta­tion. L’évacuation s’est dérou­lée dans le calme. Sur le coup de 9 h 30, les occu­pants encore sur place ont été pris en charge, avant que les pel­le­teuses n’entrent en action.

 

Annoncé depuis la mi-mai, le déman­tè­le­ment était très attendu par les rive­rains. D’ailleurs, quelques-uns d’entre eux, pré­sents sur les lieux, ne man­quaient pas de mar­quer leur satis­fac­tion de voir enfin leurs “pro­blèmes” s’é­loi­gner, même si beau­coup posaient la ques­tion : pour com­bien de temps ? L’empathie était par ailleurs éga­le­ment visible chez la plu­part des per­sonnes pré­sentes. Beaucoup s’inquiétaient en effet de savoir où et com­ment les familles expul­sées allaient être relo­gées.

 

 

Réalisation Joël Kermabon

 

 

 

Six personnes placées en centre de rétention

 

 

Ne pas expul­ser sans pro­po­ser des solu­tions d’ac­com­pa­gne­ment et d’hé­ber­ge­ment. Cétait un enga­ge­ment du maire de Grenoble. Ainsi que nous le rela­tions dans un pré­cé­dent article, l’élu s’é­tait engagé à deman­der l’ap­pli­ca­tion de la cir­cu­laire inter­mi­nis­té­rielle du 26 août 2012 ou cir­cu­laire Valls.

 

Avant d'embarquer dans les bus. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Avant d’embarquer dans les bus. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Un enga­ge­ment suivi d’ef­fets qui a per­mis de trou­ver quelques solu­tions pour les per­sonnes éva­cuées. Un tiers d’entre-elles envi­ron ont ainsi été prises en charge par la ville. Elles seront relo­gées dans les pré­fa­bri­qués du Rondeau.

 

Un autre tiers a été pris en charge par le CCAS, sachant que des négo­cia­tions sont ouvertes avec l’État afin qu’il aug­mente sa par­ti­ci­pa­tion. Cinquante-trois per­sonnes, dont trente-trois mineurs, ont déjà été prises en charge par ce der­nier.

 

 

Enfin, six adultes en situa­tion irré­gu­lière au regard du droit au séjour en France ont été pla­cés en centre de réten­tion admi­nis­tra­tive en vue d’être ren­voyés vers leur pays d’origine.

 

 

 

Le compte n’y est pas

 

 

Mis à part les per­sonnes héber­gées au Rondeau, toutes les autres ont été conduites, dans un pre­mier temps, au centre sco­laire Élisée Chatin. Elles seront ensuite diri­gées vers dif­fé­rents hôtels, dans l’at­tente de relo­ge­ments.

 

Il faut partir ! © Joël Kermabon - Place Gre'net

Il faut par­tir ! © Joël Kermabon – Place Gre’net

La ville de Grenoble pré­cise : « Pour ceux qui vont être pris en charge par l’État, l’hô­tel est une situa­tion tran­si­toire. Nous réflé­chis­sons ensemble à un dis­po­si­tif qui soit beau­coup plus pérenne que l’hô­tel et puisse per­mettre d’in­sé­rer les gens ».

 

Pour autant, le compte n’y est pas. Un pré­cé­dent dénom­bre­ment avait comp­ta­bi­lisé envi­ron 385 per­sonnes sur le site.

 

 

 

Au final, seules 142 per­sonnes, dont soixante-dix mineurs (dix-neuf familles dénom­brées), selon la pré­fec­ture de l’Isère, auront été éva­cuées et redi­ri­gées vers des solu­tions de relo­ge­ment. Selon la repré­sen­tante d’une asso­cia­tion, beau­coup ont pris les devants et sont par­tis du camp avant l’ar­ri­vée des forces de l’ordre.

 

 

 

« L’illégalité c’est le juge qui la définit ! »

 

 

Quid des sou­tiens métro­po­li­tain et dépar­te­men­tal ? Bien qu’Éric Piolle ait sou­haité ardem­ment que la ques­tion du relo­ge­ment puisse être trai­tée à l’échelle de la Métropole et du dépar­te­ment, aucune des com­munes la com­po­sant n’a joué le jeu en pre­nant des familles en charge. Pas plus que le Conseil dépar­te­men­tal qui n’a rien pro­posé. Au final, l’État et la ville de Grenoble se sont retrou­vés bien seuls regrette-t-on au cabi­net du maire.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Quant aux deux excep­tions d’illé­ga­lité de la pro­cé­dure d’ex­pul­sion – cf. vidéo – rele­vées par Jo Briant, porte-parole de la Coordination isé­roise de soli­da­rité avec les étran­gers migrants (Cisem), la ville de Grenoble met les points sur les i. « L’illégalité c’est le juge qui la défi­nit. Les asso­cia­tions auraient pu faire un recours dès le lundi soir devant le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif, un référé liberté ».

 

Pour ce qui concerne la noti­fi­ca­tion d’ex­pul­sion, la muni­ci­pa­lité crie à la dés­in­for­ma­tion : « Elle a été faite dans les règles par l’huis­sier qui a dis­tri­bué les noti­fi­ca­tions en main propre aux per­sonnes pré­sentes dans le camp lors de son pas­sage, elle n’a pas seule­ment été pla­car­dée, c’est un vrai men­songe ! ». 

 

Allant même plus loin, le cabi­net jus­ti­fie l’u­ti­li­sa­tion d’un tel arrêté. « Si l’État a déblo­qué des fonds c’est grâce à l’in­ter­pel­la­tion de François Hollande par Éric Piolle, c’est ce qui a condi­tionné le fait que nous soyons passé par un arrêté. » En effet, étant sûre d’ob­te­nir des fonds et donc des solu­tions de relo­ge­ment, la ville a ainsi pu pré­ci­pi­ter le mou­ve­ment et enga­ger la pro­cé­dure d’ex­pul­sion. « Cela ne ser­vait à rien de faire durer la mise en dan­ger des gens dans le bidon­ville », sou­ligne la ville de Grenoble.

 

 

Joël Kermabon

 

 

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
6872 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Ping : Grenoble : la candidature d’Eric Piolle ne fait pas l’unanimité – ★ infoLibertaire.net

  2. Th

    03/08/2015
    7:57

    La situa­tion est dif­fi­cile pour tout le monde. Ceux qui paient des impôts sont las­sés d’en payer, ceux qui n’en payent aime­raient être en situa­tion d’en payer. Ceux qui occupent un petit loge­ment en vou­draient un plus grand, etc… que dire dans gens qui dorment dans la rue. Je passe sou­vent sur l’a­ve­nue Esmonin et les condi­tions de vie de ces gens et de leurs enfants (gaz d’é­chap­pe­ments, froid l’hi­ver, cani­cule cet été…) étaient vrai­ment déplo­rables. A cela se sont rajou­tés les pro­blèmes de mafia et d’in­sé­cu­rité. Qu’est ce que le maire pou­vait faire de plus/mieux ? Il a prit la bonne déci­sion au bon moment.
    Concernant le manque de loge­ment dans l’ag­glo, il y aurait appa­rem­ment plus de 8,000 loge­ments vacants http://rue89.nouvelobs.com/2014/02/27/carte-commune-est-pleine-logements-vides-250251. L’encadrement des loyers qui va entrer en vigueur dans l’ag­glo en 2016 est la bonne réponse parce que si les gens ne peuvent pas accé­der aux loge­ments c’est que les prix sont trop éle­vés, non qu’il en manque.

    sep article
  3. C’est n’im­porte Quoi eux il sont relo­ger y’a des per­sonnes Qui vive dans de mau­vaise situa­tion pck soit disant pas assez de loge­ment. il non rien a payer, les fran­çais nous on serais mis a la rue il aurais pas fait tout un cinéma a publier des article,les rou­main ne paye rien nous on galère, il vole les gens il viol leur soeur de 5ans et on rien ” ou es la jus­tice …

    sep article
  4. Je suis d’ac­cord il faut s’oc­cu­per des citoyen qui paie des impôts avant les rou­main j’a­vais fait plu­sieurs demandes pour avoir un loge­ment et je n’est jamais rien eux et moi je paie mes impôts comme tout citoyen merci de faire atten­tion à ce témoi­gnage cars je connais des per­sonnes âgées obligé de vivre avec leur filles il sont même pas leur indé­pen­dance

    sep article
  5. Je trouve que c’est inad­mis­sible que l’Europe soit deve­nue un espace que les Étrangers loin de notre culture enva­hissent des pays déjà en dif­fi­culté. De nom­breuses depuis des années attendent un loge­ment social qui tra­vaillent et sont obli­gées de dor­mir dans leur voi­ture, est ce nor­mal ? Non. Toutes ces per­sonnes qui sont logées, qui ne payent pas d’im­pôts logées dans des hôtels. Qui paient tout cela, nous les grands connards de Français, qui avons bien trimé à qui Mr Fillon a réduit la valeur du point de retraite pour le don­ner à qui, aux étran­gers ? Il y en a marre.
    Que les poli­tiques s’oc­cupent d’a­bord de leurs conci­toyens avant de s’oc­cu­per des autres.
    Les Roms ne paient pas les trams, les bus etc..
    Ou est pas­sée notre jus­tice
    Il y en a marre

    sep article
  6. Dans un sens en début d’an­née, puis un autre un juin, puis une demande vers le Président, puis fina­le­ment un arrêté Municipal, Le Maire s’est emmêlé les pin­ceaux, et évi­dem­ment l’ar­rêté est pris entre juillet et aout à une période où les déci­sions passent et finissent par s’ou­blier.

    Il va fal­loir agir dans le domaine social et dans le loge­ment, car à force de concer­ta­tion on n’a­vance peu, et les pro­jets immo sont sans cesse retar­dés. Quant aux Aires du Voyage, la Métro va devoir elle aussi réagir, sauf qu’elle suit le rythme de Sénateur gre­no­blois sur cer­tains sujets dif­fi­ciles, à suivre.

    sep article
  7. on devrait d’a­bord s’oc­cu­per à relo­ger les jeunes adultes obli­gés de vivre chez leur parents et qui attendent des pro­po­si­tions de loge­ments depuis de nom­breuses années et je conseille­rai à ces gens de dépo­ser une plainte contre les bailleurs sociaux pour les années d’at­tentes ne leur
    per­met­tant pas une cer­taine auto­no­mie et les han­di­ca­pant dans leur vie social.
    d’ailleurs je connais des per­sonnes qui vont faire cette démarche auprès du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif.

    sep article