Des déchets radio­ac­tifs sous la Bastille

Des déchets radio­ac­tifs sous la Bastille

REPORTAGE – Les déchets radio­ac­tifs révé­lés par un ancien tra­vailleur sous-trai­tant du nucléaire sur le site de l’an­cien ins­ti­tut de géo­lo­gie de Dolomieu, sur les contre­forts de la Bastille, sont-ils dan­ge­reux ? Pour l’Université Joseph-Fourier, les risques sont minimes. 

Institut Dolomieu déchets radioactifs sous la Bastille à Grenoble

© Véronique Serre – pla​ce​gre​net​.fr

De l’u­ra­nium radio­ac­tif à deux pas du centre-ville ? Adossé aux flancs de la Bastille, l’an­cien ins­ti­tut de géo­lo­gie de Dolomieu conti­nue inexo­ra­ble­ment de se déla­brer. Mais le site n’est pas seule­ment à l’a­ban­don. Il est aussi conta­miné. Et radioactif. 
Sur le che­min qui borde le bâti­ment, où les détri­tus ne laissent guère pla­ner de doutes quant à la fré­quen­ta­tion des lieux, de dis­crètes traces jaunes. De l’u­ra­ni­nite, un miné­ral hau­te­ment radioactif ?
Jusqu’à sa fer­me­ture en 2011, l’ins­ti­tut, de par ses acti­vi­tés d’en­sei­gne­ment et de recherche, a abrité une impo­sante col­lec­tion de pierres et de miné­raux. Et notam­ment de l’u­ra­nium natu­rel avec un taux d’en­ri­chis­se­ment supé­rieur aux valeurs communes.
Pourquoi et com­ment des pous­sières radio­ac­tives ont pu échap­per aux mesures de confi­ne­ment et atter­rir sur la voie publique ?
“Le che­min est conta­miné, l’ins­ti­tut est contaminé”

© Véronique Serre - placegrenet.fr

De l’u­ra­ni­nite, mine­rai hau­te­ment radio­ac­tif ? C’est ce que laissent à pen­ser les traces jau­nâtres trou­vées sur le sen­tier aux abords du bâti­ment © Véronique Serre – pla​ce​gre​net​.fr

« Le che­min est conta­miné à de très fortes valeurs », sou­ligne celui que l’on appel­lera Anthony *. L’homme a tra­vaillé durant l’été 2013 pour le compte de D&S, une entre­prise pri­vée de sous-trai­tance du nucléaire, sur le chan­tier de déman­tè­le­ment et de décon­ta­mi­na­tion de l’é­ta­blis­se­ment de l’Université Joseph-Fourier ainsi que sur celui du Lama (labo­ra­toire d’a­na­lyse de maté­riaux actifs) du CEA de Grenoble, où il a été irra­dié le 23 août dernier. 
Chargé de tra­vaux en mesure nucléaire et en déman­tè­le­ment, Anthony dénonce aujourd’­hui le laxisme qui entoure ces chan­tiers à hauts risques et le manque de compétences.
Pour le jeune homme, la conta­mi­na­tion du site uni­ver­si­taire serait plus impor­tante que ce que les mesures ini­tiales, préa­lables au chan­tier de décon­ta­mi­na­tion, ont révélé en mars 2013. 
L’été der­nier, il avise ses supé­rieurs, ainsi que l’u­ni­ver­sité Joseph-Fourier. Y retourne en sep­tembre puis les 16 et 17 jan­vier 2014 accom­pa­gné, cette fois, de rédac­teurs du jour­nal sati­rique Le Postillon. Et équipé d’ap­pa­reils de mesures. Après sept heures de tra­vail, le constat est, pour eux, sans appel. “On a retrouvé plein d’en­droits conta­mi­nés”. Jusqu’à vingt fois le seuil. 
Poubelle emballée nucléaire Institut Dolomieu déchets radioactifs sous la Bastille à Grenoble

Dans la grotte, des déchets radio­ac­tifs condi­tion­nés. Le Postillon y a mesuré des valeurs entre 200 et 400 microsieverts/heure à l’in­té­rieur. Derrière la porte, fer­mée à clef, les valeurs tombent à 2 microsieverts/heure © Véronique Serre – pla​ce​gre​net​.fr

Des déchets radio­ac­tifs entre­po­sés dans une grotte
Quelques mètres en contre­bas, entre le Musée dau­phi­nois et la rési­dence uni­ver­si­taire du Rabot, il n’est pas dif­fi­cile d’ac­cé­der à une grotte où sont entre­po­sés des déchets et matières radioactifs.
Une porte métal­lique barre l’en­trée mais une meur­trière per­met de jeter un œil à l’in­té­rieur et, plus loin, en se contor­sion­nant un peu, on peut même y pénétrer…
A l’in­té­rieur, des déchets plas­tiques, com­bi­nai­sons, gants, lin­gettes… Mais aussi du liquide conta­miné, des gra­vats et un fût décan­teur. Des déchets certes triés et condi­tion­nés mais sur une zone peu sécu­ri­sée… Et entre­po­sés à côté d’autres caisses de mine­rais, plus anciens. Contaminés eux aussi ? 

déchets nucélaies radioactifs sous la Bastille à Grenoble

© Véronique Serre – pla​ce​gre​net​.fr

« Si je reste près de cette caisse une heure, je prends la valeur limite que fixe la régle­men­ta­tion inter­na­tio­nale. » Selon les mesures effec­tuées par Le Postillon, l’ir­ra­dia­tion y est par endroit “3 000 fois supé­rieure à celle que l’on trouve en temps nor­mal”.
Le rap­port de fin d’in­ter­ven­tion rédigé par D & S est lapi­daire. « Aucune mesure n’a révélé de conta­mi­na­tion fixée qui soit supé­rieure à 0,4 becquerel/cm² **, la mesure maxi­male détec­tée sur toute la sur­face de la pièce étant de 0,18 Becquerel par cm² », conclut le document. 
Faut-il sécu­ri­ser les lieux ?
Pour Anthony, la conta­mi­na­tion ne fait aucun doute. « On est au-des­sus des seuils tolé­rés. Il y a un risque. En tout cas, il faut faire quelque chose. Le che­min est conta­miné, l’ins­ti­tut est conta­miné. On est sur un lieu public où il faut empê­cher l’ac­cès. »
Y a‑t-il véri­ta­ble­ment dan­ger ? Pour Benoît Marc, PDG de D & S, « il n’y a pas de pro­blème de santé publique ». Les valeurs rele­vées sont-elles exa­gé­rées ? au des­sus des seuils ? 
Pour le pré­sident de la CRIIRAD, Roland Desbordes, les mesures réa­li­sées ont été faites cor­rec­te­ment et jus­ti­fient de mettre en place un dis­po­si­tif d’ur­gence pour sécu­ri­ser les lieux.

Alors que Europe Ecologie Les Verts réclame une exper­tise contra­dic­toire ***, le site n’a­vait, hier soir, pas fait l’ob­jet de mesures de sécu­rité complémentaires. 
Sacs plastiques nucléaire déchets radioactifs sous la Bastille à Grenoble

Déchets plas­tiques mais aussi liquides radio­ac­tifs et gra­vats sont entre­po­sés dans la grotte avant leur éva­cua­tion par l’ANDRA © Véronique Serre – pla​ce​gre​net​.fr

Interpellé par Europe Écologie Les Verts de l’Isère ***, le pré­fet n’a­vait hier soir pas réagi à l’en­quête publiée dans Le Postillon. Et, hier après-midi, n’im­porte qui pou­vait encore péné­trer sur les lieux contaminés.
A ses risques et périls ? Contactée, l’Université Joseph-Fourier s’est vou­lue ras­su­rante. Selon elle, les risques sont “minimes”. Et le chan­tier de décon­ta­mi­na­tion suit son cours. « On ne va pas lais­ser les déchets sur les contre­forts de la Bastille ! »
Les déchets entre­po­sés dans la grotte devraient être éva­cués par l’Agence natio­nale de déchets radio­ac­tifs (Andra) dans les pro­chains mois… Quant à la zone radio­ac­tive de 20 cm² (infé­rieure à 18,2 micro­sie­verts par heure) à l’ex­té­rieur du bâti­ment, elle sera décon­ta­mi­née à comp­ter de ce ven­dredi 31 janvier.
Patricia Cerinsek
* L’identité a été modi­fiée afin de pré­ser­ver l’anonymat.
** L’Agence inter­na­tio­nale de l’éner­gie ato­mique (AIEA ) recom­mande de ne pas dépas­ser 0,4 Becquerel/cm² pour les émet­teurs alpha afin de pro­té­ger les per­sonnes et l’en­vi­ron­ne­ment des effets des rayon­ne­ments pen­dant le trans­port (4 Becquerels par cm² pour les émet­teurs beta, gamma et de faible toxicité).
*** Europe Écologie Les Verts a, dans un com­mu­ni­qué, demandé au pré­fet de l’Isère d’en­ga­ger sans délai des exper­tises indé­pen­dantes afin d’é­va­luer l’am­pleur de la radio­ac­ti­vité et de la conta­mi­na­tion du site, ainsi qu’une enquête pour com­prendre les rai­sons et res­pon­sa­bi­li­tés d’un tel sto­ckage dans un lieu si peu sécu­risé. Et de pré­ci­ser : « Dans l’at­tente des résul­tats, par mesure de pré­cau­tion, nous deman­dons aux auto­ri­tés de sécu­ri­ser l’en­semble du site concerné afin d’é­vi­ter tout risque poten­tiel de conta­mi­na­tion des per­sonnes. »

Roland Desbordes Criirad

A lire aussi sur Place Gre’net
L’interview de Roland Desbordes de la Criirad :
CEA : “Des gens ont pu être conta­mi­nés avant”

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Les adjoints Gilles Namur et Margot Belair, Bertrand Raynaud (Alp’Études), Quentin De Neeff ( directeur de projet en mission d’aménagement des espaces publics), Frédéric Cacciali (pour la Sages) et Nathalie Durand (direction de l’urbanisme et de l’aménagement). © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : de nou­veaux espaces publics quar­tier Flaubert pour le trans­for­mer et l’a­dap­ter au chan­ge­ment climatique

FOCUS - À l'occasion d'une visite guidée organisée sur site, la Ville de Grenoble a présenté, le 10 juillet 2024, ce que va devenir le Lire plus

Le nou­veau centre de tri Athanor de La Tronche va trai­ter les déchets de 740 000 habi­tants de la région grenobloise

FOCUS - Le nouveau centre de tri Athanor a officiellement été inauguré mardi 9 juillet 2024 par les sept intercommunalités partenaires pour sa réalisation, depuis Lire plus

Les Sept Laux : l’Association jus­tice ani­maux Savoie s’op­pose à la tenue de toro-pis­cine et lâchers de vachettes dans la station

FLASH INFO - L'Association justice animaux Savoie (Ajas) dénonce la tenue des festivités camarguaises, prévues samedi 6 juillet 2024 dans la station des Sept Laux. Lire plus

Construit par Linkcity, Suez, soutenus en partie par les finances publiques et géré par Grenoble Habitat, l'immeuble ABC qui devait être autonome en énergie et en eau, n'a pas rempli ses objectifs. © Séverine Cattiaux- Place Gre'net
Les loca­taires de l’immeuble ABC « auto­nome » sur l’écocité Presqu’île à Grenoble déchantent : « On a l’impression de s’être fait avoir »

ENQUÊTE - Dans l'écoquartier Cambridge à Grenoble, l'immeuble d'habitation ABC devait être le "premier concept de bâtiment autonome" en France. Quatre ans plus tard, les Lire plus

La Métropole de Grenoble lance ses Débats pour le climat, placés sous la thématique de l'alimentation
La Métropole de Grenoble lance ses Débats pour le cli­mat, pla­cés sous le thème de l’alimentation

FLASH INFO - La Métropole de Grenoble lance la première édition des Débats pour le climat. Une série de rendez-vous, qui s'étaleront sur plusieurs mois Lire plus

Lors de la crue du Vénéon, un torrent de boue et de rochers a ravagé le hameau de la Bérarde, en Oisans. DR
Crue tor­ren­tielle du Vénéon : la soli­da­rité s’or­ga­nise pour sou­te­nir les vic­times de la catastrophe

FOCUS - Après les crues torrentielles qui ont ravagé la vallée du Vénéon, la solidarité s'organise pour soutenir les victimes de la catastrophe. Le Département Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !