Actualité

Tribunal correctionnel de Lyon DR

Une cau­tion de 500 000 euros payée en liquide pour un tra­fi­quant gre­no­blois… 33 per­sonnes jugées à Lyon pour blanchiment

Une cau­tion de 500 000 euros payée en liquide pour un tra­fi­quant gre­no­blois… 33 per­sonnes jugées à Lyon pour blanchiment

EN BREF – Trente-trois per­sonnes com­pa­raissent à par­tir du mer­credi 3 avril 2024 devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Lyon, pour répondre de blan­chi­ment. La jus­tice leur reproche d’a­voir par­ti­cipé, en juin 2016, au paie­ment – en liquide et en billets de 500 euros – de la cau­tion de 500 000 euros fixée pour la libé­ra­tion d’un impor­tant tra­fi­quant de stu­pé­fiants gre­no­blois, alors en attente de juge­ment. Le pro­cès doit durer une semaine et demie.

Un tra­fi­quant gre­no­blois libéré grâce au paie­ment d’une cau­tion de 500 000 euros en liquide… L’histoire avait fait grand bruit à l’é­poque. Près de huit ans après les faits, le pro­cès de cette affaire peu com­mune s’ouvre mer­credi 3 avril 2024 devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Lyon, où 33 per­sonnes (23 hommes et 10 femmes) doivent répondre, jus­qu’à la fin de la semaine sui­vante, de blan­chi­ment du pro­duit d’un tra­fic de stu­pé­fiants et d’as­so­cia­tion de malfaiteurs.

Trafic à Grenoble, caution de 500 000 euros et 33 prévenus à Lyon

Le pro­cès de 33 per­sonnes, soup­çon­nées d’a­voir par­ti­cipé au paie­ment de la cau­tion de 500 000 euros ayant per­mis de libé­rer un tra­fi­quant gre­no­blois, en 2017, s’est ouvert le 3 avril 2024 devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Lyon. © Eric Messel – Creative Commons

Tous les pré­ve­nus sont sus­pec­tés d’a­voir contri­bué, à des degrés divers, à la libé­ra­tion de Mehdi Boulenouane, en juin 2016. Un homme qui était consi­déré comme le “boss” du très lucra­tif point de deal du quar­tier Mistral. Ce Grenoblois tout juste tren­te­naire se trou­vait alors en déten­tion pro­vi­soire, dans l’at­tente de son juge­ment, prévu quelques mois plus tard, dans un vaste dos­sier de tra­fic de drogue et d’armes et – déjà – de blan­chi­ment d’argent.

Une cau­tion payée en billets de 500 euros à l’al­lure suspecte

Mais le 6 juin 2016, le per­son­nel du tri­bu­nal judi­ciaire de Lyon avait vu défi­ler à la régie pas moins de 29 per­sonnes, venues payer, inté­gra­le­ment en espèces et en cou­pures de 500 euros, la cau­tion de 500 000 euros fixée par la jus­tice. Le tout moyen­nant des ver­se­ments indi­vi­duels de 7 000 à 70 000 euros, selon les cas.

Outre le nombre anor­ma­le­ment élevé de dona­teurs et le mon­tant colos­sal réglé au total, un autre point avait attiré l’at­ten­tion des enquê­teurs : l’al­lure sus­pecte des billets de 500 euros, tous humides et sen­tant for­te­ment l’al­cool ou le sol­vant, « comme si on avait voulu effa­cer des empreintes ou de l’ADN », avait sou­li­gné le pro­cu­reur de Lyon, cité par France Bleu Isère. Un pro­cédé indui­sant obli­ga­toi­re­ment « une concer­ta­tion préa­lable », d’a­près le magistrat.

Trafic à Grenoble, caution de 500 000 euros et 33 prévenus à Lyon

La cau­tion a été payée inté­gra­le­ment en espèces et en billets de 500 euros, dont la forte odeur d’al­cool ou de sol­vant a immé­dia­te­ment alerté les enquê­teurs. © Lionel Allorge, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Le par­quet avait aus­si­tôt fait appel mais celui-ci étant non sus­pen­sif, Mehdi Boulenouane était sorti de déten­tion le 7 juin 2016. Un répit seule­ment pro­vi­soire pour lui. Une enquête pour blan­chi­ment avait en effet été ouverte dans la fou­lée, tan­dis que la cour d’ap­pel de Lyon avait infirmé, le 16 juin, la déci­sion de mise en liberté contre le paie­ment d’une cau­tion, rap­porte Le Dauphiné libéré.

Donateurs et orga­ni­sa­teurs à la barre du tribunal

Un man­dat d’ar­rêt avait donc été déli­vré contre Mehdi Boulenouane, dont la cavale avait pris fin deux mois après. Interpellé en août 2016 au péage de Voreppe, le Grenoblois avait été de nou­veau écroué, avant d’être condamné, en octobre de la même année, à dix ans de pri­son pour son impli­ca­tion dans l’af­faire initiale.

Huit ans après, ce der­nier, âgé désor­mais de 38 ans, com­pa­raît libre devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Lyon, ayant béné­fi­cié, peu avant l’ou­ver­ture du pro­cès, d’un amé­na­ge­ment de peine en déten­tion à domi­cile sous bra­ce­let élec­tro­nique, indique Le Dauphiné libéré. Parmi ses 32 co-pré­ve­nus, figurent 28 des 29 « géné­reux dona­teurs » de 2016, pour reprendre le qua­li­fi­ca­tif alors employé par Me David Metaxas, l’un des avo­cats de Mehdi Boulenouane.

Le 29e indi­vidu a en effet pu jus­ti­fier la pro­ve­nance de son don par un gain au casino, selon le quo­ti­dien régio­nal. Quant aux quatre der­nières per­sonnes jugées en avril 2024, celles-ci sont soup­çon­nées d’a­voir orga­nisé le paie­ment. Des pré­ve­nus qui encourent tous une peine de dix ans d’emprisonnement. Mais leurs avo­cats entendent poin­ter la contra­dic­tion d’un sys­tème fixant le mon­tant d’une cau­tion « pour ensuite venir se poser la ques­tion de l’origine des fonds ».

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Une mise en scène des dealers de Mistral relance le débat sur les trafics et la sécurité à Grenoble
Une mise en scène des dea­lers de Mistral relance le débat sur les tra­fics et la sécu­rité à Grenoble

  FOCUS — Une vidéo mettant en scène des dealers du quartier Mistral équipés d'armes de guerre relance le débat sur la sécurité et le Lire plus

Quatre trafiquants présumés seront jugés suite à la saisie de milliers de sachets plastique destinés aux acheteurs de cannabis dans le quartier Mistral.
Trafic de can­na­bis : quatre gre­no­blois bien­tôt jugés après la sai­sie de mil­liers de sachets estam­pillés Mistral 38

  FIL INFO - Douze personnes ont été interpellées à Grenoble après la découverte à l'aéroport de Lyon de milliers de sacs plastique spécialement destinés Lire plus

© DDSP 38
Mistral : cinq sus­pects mis en exa­men après la sai­sie d’une tren­taine de kilos de can­na­bis et d’un arse­nal d’armes

FOCUS - Deux nouveaux suspects - une femme de 20 ans et un homme de 28 ans - ont été interpellés, ce jeudi 5 mai Lire plus

Traite d'êtres humains : l'affaire des restaurants isérois devant la justice
Traite d’êtres humains : le tri­bu­nal de Lyon juge durant deux semaines l’af­faire des res­tau­rants du Sud-Est

FOCUS - Le procès de la tentaculaire affaire de traite d'êtres humains dans le Sud-Est de la France s'est ouvert ce lundi 6 décembre 2021 Lire plus

Contrôles des établissements touristiques en Isère sur l'été 2020: beaucoup d'anomalies, peu de fermetures
Trafic de drogue, blan­chi­ment, grosses cylin­drées… Le point de deal du Carrare déman­telé à Échirolles, six mises en examen

EN BREF - Au terme d'une longue enquête, visant à l'origine une société de location de véhicules étrangers de grosses cylindrées, les gendarmes ont réalisé, Lire plus

Palais de justice de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : un homme condamné à cinq ans de pri­son pour tra­fic de stu­pé­fiants et blan­chi­ment d’argent

FLASH INFO - Un trafiquant de stupéfiants multirécidiviste a été condamné, mardi 7 mars 2023, à cinq ans de prison, par le tribunal correctionnel de Lire plus

Flash Info

|

12/04

14h06

|

|

12/04

13h33

|

|

11/04

12h01

|

|

10/04

19h58

|

|

10/04

16h43

|

|

09/04

16h21

|

|

09/04

15h20

|

|

09/04

10h46

|

|

08/04

22h04

|

|

08/04

11h54

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF : Les stages en immer­sion d’Éric Piolle

Société| « Violeur à la trot­ti­nette » à Grenoble : le sus­pect mis en exa­men et placé en déten­tion provisoire

Culture| Plus de 120 œuvres de Joan Miró à décou­vrir au Musée de Grenoble du 20 avril au 21 juillet 2024

Agenda

Je partage !