Une mise en scène des dealers de Mistral relance le débat sur les trafics et la sécurité à Grenoble

Une mise en scène des dealers de Mistral relance le débat sur les trafics et la sécurité à Grenoble

Une mise en scène des dealers de Mistral relance le débat sur les trafics et la sécurité à Grenoble

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FOCUS — Une vidéo mettant en scène des dealers du quartier Mistral équipés d’armes de guerre relance le débat sur la sécurité et le trafic de stupéfiants à Grenoble. Si les opposants Émilie Chalas et Alain Carignon pourfendent la politique de la municipalité, l’adjointe à la Tranquillité publique Maud Tavel condamne les images et appelle à la « coordination ».

 

 

Envie d’a­che­ter votre haschich ou votre cocaïne entouré(e) de gros bras armés et cagou­lés ? C’est la (curieuse) pro­po­si­tion des dea­lers du quar­tier Mistral à Grenoble, via une mise en scène qui fait le tour des réseaux sociaux en cette fin de mois d’août. Visages mas­qués avec, pour cer­tains, des t‑shirts aux cou­leurs du quar­tier, les reven­deurs montent la garde armes de guerre à la main, tan­dis qu’un client vient au gui­chet cher­cher sa marchandise.

 

 

Une autre vidéo où les dea­lers exposent leurs mar­chan­dises face caméra a tout autant fait sen­sa­tion sur Internet. Et sou­levé une cer­taine incom­pré­hen­sion du côté de la jus­tice. Cité par le Dauphiné libéré, le pro­cu­reur de la République de Grenoble s’in­ter­roge ainsi « sur l’in­té­rêt de la dif­fu­sion de ces vidéos ». Pas très effi­caces au niveau publi­ci­taire, ni dis­sua­sives pour les forces de l’ordre.

 

Éric Vaillant semble pen­cher au final pour un mes­sage envoyé à des orga­ni­sa­tions rivales. Sur fond de règle­ments de comptes à répé­ti­tion dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. Des meurtres ou ten­ta­tives de meurtre par armes à feu, accom­pa­gnés par­fois de véri­tables guet-apens, qui laissent pen­ser que le tra­fic de stu­pé­fiants du ter­ri­toire gre­no­blois fait l’ob­jet d’im­por­tantes luttes de pou­voir clandestines.

 

 

Indignation de l’opposition municipale

 

Sans sur­prise, les vidéos sus­citent l’in­di­gna­tion de la part de l’op­po­si­tion muni­ci­pale gre­no­bloise. À com­men­cer par celle d’Émilie Chalas. Dans un com­mu­ni­qué, la conseillère muni­ci­pale (et dépu­tée LREM) fait part de sa « vive émo­tion » face aux images. « Elles disent qu’à Grenoble il y a des réseaux de tra­fic de stu­pé­fiants ins­tal­lés. […] Elles disent que l’on sait où ça se passe. Elles disent que ces réseaux ne sont pas inquié­tés », ana­lyse-t-elle.

 

Émilie Chalas exprime une « vive émotion » face aux vidéos © Corentin Bemol - Place Gre'net

Émilie Chalas exprime une « vive émo­tion » face aux vidéos © Corentin Bemol – Place Gre’net

 

Et d’at­ta­quer sans ambages le maire de Grenoble, très actif ce mois d’août dans les ras­sem­ble­ments poli­tiques esti­vaux. « Le maire de Grenoble effec­tue un tour de France des uni­ver­si­tés d’été et pré­fère s’intéresser à la cam­pagne pré­si­den­tielle », iro­nise la conseillère muni­ci­pale d’opposition. Pour qui Éric Piolle devrait s’ex­pri­mer sur « les vio­lences à Grenoble », avant de com­mu­ni­quer « sur toute sorte de sujet natio­nal et même inter­na­tio­nal ».

 

Alain Carignon ne dit pas autre chose. « Pendant qu’Éric Piolle fait sa pro­mo­tion per­son­nelle de caméra en caméra, Grenoble est en proie à une délin­quance endé­mique et à une ghet­toï­sa­tion accé­lé­rée et les Grenoblois aban­don­nés à leur triste sort », écrit le meilleur ennemi du maire de Grenoble. Tout en moquant « la réac­tion léni­fiante de la muni­ci­pa­lité qui condamne “les images” […] mais refuse tou­jours de s’attaquer à la source de cette délin­quance ».

 

 

Une « mise en scène pas acceptable » pour la Ville de Grenoble

 

« Réaction léni­fiante » ? La Ville de Grenoble n’a émis aucune posi­tion offi­cielle sur les fameuses vidéos. Notre demande concer­nant une pos­sible réac­tion est par ailleurs res­tée lettre morte. En revanche, l’ad­jointe à la Tranquillité publique a pris la parole dans Le Dauphiné libéré. « Cette mise en scène n’est pas accep­table et nous nous réjouis­sons que la jus­tice et la police s’en soient sai­sies très rapi­de­ment », a déclaré Maud Tavel à nos confrères.

 

Maud Tavel, adjointe à la Tranquillité publique de la Ville de Grenoble © Corentin Bemol - Place Gre'net

Maud Tavel, adjointe à la Tranquillité publique de la Ville de Grenoble © Corentin Bemol – Place Gre’net

Au-delà de l’é­ta­lage des armes et des pro­duits stu­pé­fiants, l’ad­jointe semble avant tout inquiète pour l’i­mage du quar­tier. Et émet « une pen­sée […] à tous ces acteurs qui se mobi­lisent pour essayer de trans­for­mer Mistral au quo­ti­dien. […] Or, ces vidéos viennent mettre à mal tous ces enga­ge­ments », dénonce encore l’é­lue. Quant aux cri­tiques adres­sées à la muni­ci­pa­lité et au maire de Grenoble sur les ques­tions de sécu­rité, Maud Tavel estime que « l’heure n’est pas à la divi­sion ». Et en appelle à la « coor­di­na­tion ».

 

Alain Carignon comme Émilie Chalas réclament, pour leur part, des poli­tiques plus offen­sives. Armement de la police muni­ci­pale et vidéo­sur­veillance sont au menu des deux com­mu­ni­qués. Avec en prime, côté Carignon, une atten­tion por­tée aux loge­ments sociaux : « Pourquoi le maire […], pré­sident d’Actis, n’intervient jamais quand les délin­quants qui menacent sont nom­mé­ment dési­gnés comme habi­tant dans des appar­te­ments qu’il leur a attri­bué ? »

 

 

Une approche différente de la municipalité grenobloise

 

« S’il y a bien un sujet qui a inter­pellé les Grenoblois durant la cam­pagne des élec­tions muni­ci­pales, c’est celui de la sécu­rité », consi­dère Émilie Chalas. Pour qui les récents évé­ne­ments confirment cette ten­dance. L’analyse est-elle la même du côté de la majo­rité ? Face aux ques­tions de sécu­rité, le maire de Grenoble a fré­quem­ment rap­pelé l’État à ses pré­ro­ga­tives. Et demandé une hausse des effec­tifs poli­ciers dans la capi­tale des Alpes.

 

Pour Éric Piolle, légaliser le cannabis (ici du haschich, résine de cannabis) permettrait de lutter contre les trafics. DR

Pour Éric Piolle, léga­li­ser le can­na­bis (ici du haschich, résine de can­na­bis) per­met­trait de lut­ter contre les tra­fics et les dea­lers. DR

 

Reste une approche sen­si­ble­ment dif­fé­rente. Quand deux per­sonnes sont tuées dans une fusillade devant une école du quar­tier Teisseire en 2016, Éric Piolle en appelle… à un débat sur la léga­li­sa­tion du can­na­bis. Une solu­tion, juge-t-il, pour lut­ter contre les tra­fics. En octobre 2019, Suzanne Dathe, conseillère métro­po­li­taine et muni­ci­pale, expli­quait pour sa part se sou­cier des condi­tions de tra­vail des dea­lers, « qua­si­ment des esclaves ».

 

Aujourd’hui encore, des membres de la majo­rité muni­ci­pale sont « fati­gués » de voir une Grenoble décrite comme un coupe-gorge. Lorsque Stéphane Gemmani réitère sa demande d’États géné­raux de la sécu­rité, l’ad­joint aux Finances de Grenoble Hakim Sabri s’a­gace sur Facebook : « Venir par­ler d’in­sé­cu­rité ou dire que n’im­porte quel Grenoblois peut-être abattu par balles au coin d’une rue, c’est créer de la polé­mique et salir et ter­nir l’i­mage de notre ville ».

 

Florent Mathieu

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

La Ville de Grenoble, les Brûleurs de Loups et l'association Label Ville ont inauguré, ce vendredi 3 septembre 2021, une patinoire installée place Grenette, du 4 au 24 décembre, pour soutenir les commerces et animer le centre-ville durant les fêtes de Noël. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : Une patinoire installée sur la place Grenette pour animer le centre-ville durant les fêtes

EN BREF - La Ville de Grenoble, les Brûleurs de Loups et l'association de commerçants Label Ville ont inauguré, ce vendredi 3 décembre 2021, une Lire plus

Les familles albanaises et macédoniennes expulsées du camp de l'Alliance sont parties, ce vendredi 3 décembre 2021, dans un car affrété par la préfecture, vers leur lieu d'hébergement d'urgence, un hôtel situé à Moirans. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : Les familles albanaises et macédoniennes de l’Alliance conduites dans un centre d’hébergement à Moirans

FOCUS - Après avoir passé la nuit à la Maison des habitants (MDH) du centre-ville, les Albanais et Macédoniens du camp de l'Alliance ont été Lire plus

Grenoble : Les familles du camp de l’Alliance mises à l’abri ce jeudi 2 décembre 2021 au soir et hébergées à partir du lendemain

DÉCRYPTAGE - Après une journée de négociations et de multiples rebondissements, les Albanais et Macédoniens expulsés du camp de l'Alliance ont finalement été mis à Lire plus

Actis-Grenoble Habitat: "Je ne veux pas privatiser quoi que ce soit", déclare Christophe Ferrari
Actis – Grenoble Habitat : « Je ne veux pas privatiser quoi que ce soit », déclare Christophe Ferrari

FOCUS - Alors que ses propos sur une fusion entre Actis et Grenoble Habitat ont fait bondir les élus et militants communistes, le président de Lire plus

Rassemblement ce 1er décembre 2021 au Jardin de Ville des bibliothécaires et agents de la Ville de Grenoble en lutte contre le passe sanitaire. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Bornes d’auto-contrôle dans les bibliothèques de Grenoble : une victoire en demi-teinte pour les opposants au passe sanitaire

FOCUS - Répondant à un appel national à la grève contre le passe sanitaire, des bibliothécaires et des agents de la Ville de Grenoble se Lire plus

Alliance Citoyenne, Mois décolonial... Alain Carignon fustige une Grenoble "capitale de l'islamo-gauchisme"
Alliance Citoyenne, Mois décolonial… Alain Carignon fustige une Grenoble « capitale de l’islamo-gauchisme »

FLASH INFO — Alors que le maire de Grenoble adresse un courrier au chef de l'État pour alerter sur "l'ultra-droite", le groupe d'opposition municipale de Lire plus

Flash Info

|

03/12

12h21

|

|

03/12

10h25

|

|

03/12

9h49

|

|

02/12

22h42

|

|

02/12

18h18

|

|

02/12

11h21

|

|

02/12

8h30

|

|

01/12

14h28

|

|

01/12

11h39

|

|

30/11

19h38

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin