L’élu d’Échirolles Mohamed Makni condamné à quatre mois de pri­son avec sur­sis pour « apo­lo­gie du terrorisme »

L’élu d’Échirolles Mohamed Makni condamné à quatre mois de pri­son avec sur­sis pour « apo­lo­gie du terrorisme »

EN BREF – Reconnu cou­pable « d’a­po­lo­gie du ter­ro­risme », l’élu d’Échirolles Mohamed Makni a été condamné, mardi 26 mars 2024, à quatre mois de pri­son avec sur­sis, par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grenoble, qui n’a tou­te­fois pas pro­noncé de peine d’i­né­li­gi­bi­lité. L’ancien adjoint échi­rol­lois – exclu depuis de la majo­rité – avait qua­li­fié l’at­taque du Hamas du 7 octobre « d’acte de résis­tance », sur les réseaux sociaux. Invoquant sa liberté d’ex­pres­sion, il a d’ores et déjà annoncé qu’il ferait appel.

Il a conti­nué à cla­mer son « inno­cence » à la sor­tie de la salle d’au­dience, mardi 26 mars 2024. Quelques minutes plus tôt, Mohamed Makni venait d’être reconnu cou­pable « d’a­po­lo­gie du ter­ro­risme » par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Grenoble. Lequel a condamné le conseiller muni­ci­pal d’Échirolles à quatre mois de pri­son avec sur­sis, mais sans pro­non­cer de peine d’i­né­li­gi­bi­lité ni d’ins­crip­tion au bul­le­tin numéro 2 de son casier judiciaire.

Échirolles : Mohamed Makni condamné pour apologie du terrorisme

Mohamed Makni et son avo­cate Me Elsa Marcel ont annoncé, mardi 26 mars 2024, qu’ils feraient appel de la condam­na­tion. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Les pro­pos repro­chés remontent aux heures sui­vant l’at­taque du Hamas et d’autres orga­ni­sa­tions pales­ti­niennes visant des civils et mili­taires israé­liens, le 7 octobre 2023. Des faits que Mohamed Makni, alors adjoint au maire d’Échirolles et adhé­rent au Parti socia­liste, avait qua­li­fiés « d’acte de résis­tance évident », fus­ti­geant « le mépris et l’ar­ro­gance » des Israéliens.

Mohamed Makni avait refusé la pro­po­si­tion de peine du parquet

Sa prose, pos­tée sur les réseaux sociaux, avait aus­si­tôt sus­cité une tem­pête média­tique et poli­tique, déclen­chant l’ou­ver­ture d’une enquête pour « apo­lo­gie du ter­ro­risme ». Exclu du PS et évincé de ses délé­ga­tions au sein de la majo­rité muni­ci­pale, l’élu de 73 ans avait ensuite refusé, le 17 novembre 2023, la pro­po­si­tion de peine du par­quet, dans le cadre d’une com­pa­ru­tion sur recon­nais­sance préa­lable de culpa­bi­lité (CRPC).

Mohamed Makni avait donc été ren­voyé devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel. Lors de l’au­dience, le 20 février 2024, le minis­tère public avait requis à son encontre quatre mois d’emprisonnement avec sur­sis, 800 euros d’a­mende dont 400 avec sur­sis, ainsi qu’un an d’i­né­li­gi­bi­lité, met­tant son juge­ment en déli­béré au 26 mars.

L’élu évoque « une cause juste » et « une condam­na­tion politique »

Les juges n’au­ront donc fina­le­ment suivi ces réqui­si­tions qu’en par­tie. Mais pour le conseiller muni­ci­pal, c’est la décep­tion qui pré­do­mi­nait, davan­tage que le sou­la­ge­ment d’a­voir échappé à une peine d’i­né­li­gi­bi­lité. « Inéligible ou pas, à mon âge… Je ne pré­tends pas à une car­rière poli­tique », a‑t-il réagi dans la fou­lée, au palais de justice.

Échirolles : Mohamed Makni condamné pour apologie du terrorisme

A la sor­tie de la salle d’au­dience, Mohamed Makni a dénoncé une « condam­na­tion poli­tique », se disant de nou­veau inno­cent. © Manuel Pavard – Place Gre’net

« Ce qui m’im­porte, c’est la liberté d’ex­pres­sion et ma soli­da­rité incon­di­tion­nelle avec la cause pales­ti­nienne », a mar­telé Mohamed Makni, assu­rant ne pas faire réfé­rence au Hamas à ce sujet. « Pour moi, il y a des colo­ni­sés et des colons », a‑t-il ajouté. « C’est une cause juste et dans ce que j’ai dit, rien ne peut ame­ner à l’a­po­lo­gie du ter­ro­risme. » Ainsi, pour lui, aucun doute : « C’est une condam­na­tion poli­tique, tout sim­ple­ment ! »

« Je suis inno­cent, (…) j’i­rai jus­qu’au bout »

Si Me Éric Hattab, avo­cat du Crif Grenoble-Dauphiné, par­tie civile dans ce dos­sier, a salué une déci­sion selon lui « évi­dente », sa consœur de la défense, Me Elsa Marcel, avait évi­dem­ment une lec­ture oppo­sée. « Cela relève de la liberté d’ex­pres­sion et d’un débat public légi­time », a estimé l’a­vo­cate de l’élu échi­rol­lois. « Une peine d’emprisonnement avec sur­sis, c’est une sanc­tion extrê­me­ment lourde pour avoir par­tagé une tri­bune sur les réseaux sociaux. »

Me Marcel et son client ont donc d’ores et déjà annoncé qu’ils feraient appel de cette condam­na­tion. « Je suis inno­cent », a répété Mohamed Makni, qui se pro­jette même déjà plus loin, le cas échéant : « On ne s’ar­rê­tera pas là. Cassation, cour euro­péenne… J’irai jus­qu’au bout ! »

Manuel Pavard

Auteur

2 réflexions sur « L’élu d’Échirolles Mohamed Makni condamné à quatre mois de pri­son avec sur­sis pour « apo­lo­gie du terrorisme » »

  1. Pas de géné­ra­li­sa­tion. En l’oc­cur­rence, il s’a­git bien d’un juge­ment poli­tique, et tout ce qu’il mérite est la recon­nais­sance de l’ab­sur­dité de l’ac­cu­sa­tion por­tée à son encontre, et du pré­ju­dice qui lui est fait.

    sep article
  2. Quand un cou­pable prend la pos­ture de l’in­no­cence et fait appel en disant être vic­time d’un juge­ment poli­tique, tout ce qu’il mérite est une aggra­va­tion la peine.

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Une tribune (et une collecte) en soutien à Mohamed Makni, accusé d'apologie du terrorisme
Une tri­bune (et une col­lecte) en sou­tien à Mohamed Makni, accusé d’a­po­lo­gie du terrorisme

FLASH INFO - Le conseiller municipal d'Échirolles Mohamed Makni annonce être convoqué le mardi 20 février 2024 par le tribunal de Grenoble pour répondre à Lire plus

Une tribune (et une collecte) en soutien à Mohamed Makni, accusé d'apologie du terrorisme
La Ville d’Échirolles annonce le retrait des délé­ga­tions de Mohamed Makni après ses pro­pos polé­miques sur le Hamas

FLASH INFO - Par voie de communiqué en date du 17 octobre 2023, la Ville d'Échirolles annonce le retrait des délégations de son élu Mohamed Lire plus

Une tribune (et une collecte) en soutien à Mohamed Makni, accusé d'apologie du terrorisme
Propos sur le Hamas de l’élu Mohamed Makni : le par­quet de Grenoble ouvre une enquête pour apo­lo­gie du terrorisme

FLASH INFO - Le parquet de Grenoble a ouvert une enquête pour "apologie du terrorisme" à l'encontre de l'élu échirollois Mohamed Makni suite à ses Lire plus

Une tribune (et une collecte) en soutien à Mohamed Makni, accusé d'apologie du terrorisme
L’élu échi­rol­lois Mohamed Makni loue les actes de « résis­tance » du Hamas et fus­tige les médias « sionistes »

FOCUS - Mohamed Makni, adjoint de la Ville d'Échirolles et membre du PS 38, ne mâche pas ses mots après les attaques du Hamas contre Lire plus

Tribune libre | Jérémie Giono (PCF 38) : « Proche-Orient : agir, com­prendre et avan­cer, pour une paix juste et durable »

TRIBUNE - Début février 2024, le bilan des bombardements israéliens sur Gaza, déclenchés le 7 octobre 2023 en réaction à l'attaque terroriste du Hamas, dépasse Lire plus

Une nouvelle manifestation civile contre le jumelage entre Grenoble et Rehovot a eu lieu lundi 25 mars devant le centre communal Camille Claudel. ©Anouk Dimitriou
Grenoble : nou­velle mani­fes­ta­tion contre le jume­lage Grenoble-Rehovot pen­dant le conseil municipal

FLASH INFO - Une nouvelle manifestation contre le jumelage entre Grenoble et Rehovot a eu lieu lundi 25 mars 2024 devant le centre communal d'action Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !