'Nuit", que le Théâtre municipal de Grenoble présentera le 8 novembre 2023. Une création dansée avec sept femmes au plateau. © Grégory Batardon

Théâtre muni­ci­pal de Grenoble : trois pla­teaux, un pro­gramme 2023 – 2024 très éclec­tique et… une feuille de route autour des transitions

Théâtre muni­ci­pal de Grenoble : trois pla­teaux, un pro­gramme 2023 – 2024 très éclec­tique et… une feuille de route autour des transitions

FOCUS – Un pro­gramme copieux attend le public du Théâtre muni­ci­pal de Grenoble pour la sai­son 2023 – 2024 : une grosse tren­taine de spec­tacles. Du théâtre bien sûr, mais aussi du cirque et de la danse. Ce dans le res­pect d’une charte des tran­si­tions : cli­ma­tique, démo­cra­tique et en faveur de « l’é­ga­lité femmes-hommes ». Petit avant-goût de ce qui va arri­ver dès la toute fin de l’été.

Quels artistes joue­ront sur les trois pla­teaux (Grand Théâtre, Théâtre 145 et Théâtre de Poche) du Théâtre muni­ci­pal de Grenoble en 2023 – 2024 ? De nou­veaux venus, bien sûr, mais aussi des visages fami­liers. Après un lan­ce­ment fes­tif, le 15 sep­tembre, le TMG conti­nuera en effet de tra­vailler avec les artistes asso­ciés de la sai­son pré­cé­dente.

La com­pa­gnie Les Veilleurs d’Émilie Le Roux pro­lon­gera en par­ti­cu­lier son tra­vail autour du sen­ti­ment d’i­na­dap­ta­tion. Entre autres temps forts, elle enta­mera la créa­tion de Laughton, un texte sur les rela­tions fami­liales et les injonc­tions quant à la place de cha­cun. Des sujets sen­sibles qui seront abor­dés lors d’une ren­contre avec des jeunes.

Un moment rare : Ouvrir les trappes, un spectacle d'Émeline Nguyen, plonge le public dans les lieux insolites du Grand Théâtre. Rendez-vous les 1er et 2 décembre 2023. © TMG

Un moment rare : Ouvrir les trappes, un spec­tacle d’Émeline Nguyen, plonge le public dans les lieux inso­lites du Grand Théâtre. Rendez-vous les 1er et 2 décembre 2023. © TMG

Le TMG pour­suit éga­le­ment son asso­cia­tion avec La Guetteuse, la com­pa­gnie d’Émeline Nguyen. La met­teuse en scène pré­voit de pour­suivre ses recherches sur le thème de la viri­lité. Elle a des pro­jets plein ses car­tons (dont un escape game !). Au pla­teau, elle pro­po­sera notam­ment O.N.O., en hom­mage à Yoko Ono, et la reprise d’Ouvrir les trappes, créé dans les cou­lisses du Grand Théâtre. Sans oublier un bal en fin de sai­son !

La Compagnie des Gentils four­mille elle aussi d’i­dées. Ces joyeux lurons se sont connus il y a 17 ans sur les bancs du Conservatoire de Grenoble. Ils annoncent notam­ment deux créa­tions au TMG lors de la sai­son. Tout doit dis­pa­raître ?, d’a­bord, pour une relec­ture des mythes grecs en mode lou­foque. Show Muse go on, ensuite, où Comédie et Tragédie s’af­frontent dans un duel chanté volon­tai­re­ment ridicule.

Une fois encore, TMG rime avec diver­sité (des esthétiques)

Jusqu’à la fin de 2023, la pro­gram­ma­tion du Théâtre muni­ci­pal s’a­vère réso­lu­ment éclec­tique. Avec du cirque et de la danse, par exemple, et la com­pa­gnie Lapsus pour Le Chant du ver­tige, un spec­tacle avec acro­bates, jon­gleurs et dan­seurs appa­rem­ment très immer­sif. Autre choix pos­sible : Nuit, avec sept comé­diennes. S’annonce ainsi « une belle entrée en matière pour décou­vrir le Fuitt-Fuitt, phi­lo­so­phie du mou­ve­ment créée par les cho­ré­graphes Laurence Yadi et Nicolas Cantillon ».

Olivier Masson doit-il mourir ? Question cruciale et titre d'une pièce consacrée au sujet sensible de l'euthanasie, que le Théâtre municipal programme le 21 novembre 2023. © Simon Gosselin

Olivier Masson doit-il mou­rir ? Question cru­ciale et titre d’une pièce consa­crée au sujet sen­sible de l’eu­tha­na­sie, que le Théâtre muni­ci­pal pro­gramme le 21 novembre 2023. © Simon Gosselin

Dans un tout autre genre, Olivier Masson doit-il mou­rir ? pro­met de secouer les consciences. « Sous la forme d’un pro­cès fic­tion­nel, cette pièce pose la ques­tion de l’eu­tha­na­sie », dévoile le TMG. Pas ques­tion d’im­po­ser un point de vue au public, mais bien de l’ai­der à réflé­chir et débattre. Pour plus de légè­reté, on pourra aussi décou­vrir Nez à nez. Une pièce déam­bu­la­toire qui sol­li­cite par­ti­cu­liè­re­ment le sens olfac­tif. De quoi être étonné !

Ensuite, en 2024, acti­va­tion des zygo­ma­tiques à pré­voir autour d’À quoi servent les points-vir­gules, une perle signée Serge Papagalli. Ce savou­reux duo réunit une femme opti­miste et un homme déses­péré, qui se rap­pro­che­ront (ou pas) au fil de la représentation.

Retour à la noir­ceur ensuite, le 13 février, avec Le Néther, œuvre d’an­ti­ci­pa­tion por­tée par le col­lec­tif gre­no­blois Le Théâtre du Risque. L’occasion de s’in­ter­ro­ger sur les limites juri­diques du monde vir­tuel. D’autres spec­tacles par­le­ront de la mar­gi­na­lité, des petits riens qui font la vie ou encore des consé­quences de la colo­ni­sa­tion. Avec du théâtre engagé, donc, mais aussi de la poé­sie et de la musique.

Des scènes en route vers les transitions

La ligne artis­tique du Théâtre muni­ci­pal ? Elle figure en exergue du guide pour la sai­son 2023 – 2024 : « La fonc­tion de l’ar­tiste est fort claire. Il doit ouvrir un ate­lier et y prendre en répa­ra­tion le monde, par frag­ments, comme il vient. » Cette cita­tion du poète et écri­vain Francis Ponge (1899−1988) qui pré­cède les édi­tos de Lucille Lheureux, adjointe aux Cultures, et de Delphine Gouard, direc­trice des trois scènes de la Ville, est une façon d’in­tro­duire « un théâtre de ser­vice public ».

Le Théâtre municipal de Grenoble se propose de prendre soin de son public. Le 16 septembre, il proposera A little piece of care, "une flânerie chorégraphique" pour danseuse et invité(e). DR

Le Théâtre muni­ci­pal de Grenoble se pro­pose de prendre soin de son public. Le 16 sep­tembre, il pro­po­sera A Little piece of care, « une flâ­ne­rie cho­ré­gra­phique » pour dan­seuse et invité(e). DR

Nouveauté cette année : le TMG a par­ti­cipé à la rédac­tion d’une charte des tran­si­tions avec d’autres opé­ra­teurs cultu­rels muni­ci­paux. Et, au niveau de l’aire gre­no­bloise, avec des acteurs du spec­tacle vivant regroupé au sein d’un réseau : les VerdoYantes. L’impact attendu ? Du point de vue de la tran­si­tion cli­ma­tique, une mutua­li­sa­tion des tour­nées et la pro­mo­tion de repas végé­ta­riens, bio et locaux ser­vis aux artistes et aux techniciens.

Pour la tran­si­tion démo­cra­tique, le TMG veut mettre en place un chan­tier ouvert au public. Objectifs : la végé­ta­li­sa­tion des abords du Théâtre de Poche et la confec­tion de mobi­lier urbain. Pour la tran­si­tion vers « l’é­ga­lité femmes-hommes », enfin, sa direc­tion indique avoir reçu 52 % de créa­trices parmi tous les auteurs, met­teurs en scène et cho­ré­graphes venus depuis trois ans.

Martin de Kerimel

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Musée en musique annonce la prochaine édition de sa Folle Nuit le 20 janvier. Avec, entre autres, le Trio SR9, spécialiste du marimba. © Claudia Hansen
Musée en musique ouvrira sa sai­son 2023 – 2024 avec Maria Callas et Jean-François Zygel

FOCUS – En vacances du 7 au 27 août 2023, l'association grenobloise Musée en musique prépare déjà sa rentrée. Au programme, le 16 septembre : Lire plus

L'Espace 600 termine sa saison 2022-2023 et enchaîne presque aussitôt avec une programmation estivale, à partir du 22 juin. Avec notamment un drôle de concert, Plastic Boum Boum, le 21 juillet. © Frantz Lys
Spectacle jeune public : l’Espace 600 enchaîne avec un pro­gram­ma­tion esti­vale et sa sai­son 2023 – 2024

FOCUS - Salle de spectacle de référence pour le jeune public située dans le quartier de la Villeneuve à Grenoble, l'Espace 600 poursuit sa saison avec Lire plus

Les salariés de la MC2 lancent un mouvement de grève illimité à compter du mardi 7 novembre au soir
Saison cultu­relle 2023 – 2024 : la MC2 veut célé­brer l’o­lym­pisme et s’af­firme en poids lourd

FOCUS - Près de 80 spectacles seront à l'affiche de la MC2 au cours de la saison 2023-2024, à partir du 17 septembre. Une saison Lire plus

Sur la musique de Bach, la compagnie espagnole Mal Pelo associe deux quatuors musicaux et huit danseurs. L'idée ? Explorer la relation entre espace, musique et mouvement. © Tristán Pérez-Martín
Saison cultu­relle 2023 – 2024 : de beaux moments atten­dus à la Rampe et à la Ponatière d’Échirolles

FOCUS – Elle ouvrira sa prochaine saison le 3 octobre 2023 autour d'un spectacle musical et de jonglerie, Nos Matins intérieurs. Joséfa Gallardo, la directrice Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !