Opposés à des aménagements cours Jean-Jaurès, des Grenoblois dénoncent une absence de réelle médiation de la part de la Ville

Aménagements cours Jean-Jaurès : des Grenoblois dénoncent une absence de réelle média­tion de la part de la Ville

Aménagements cours Jean-Jaurès : des Grenoblois dénoncent une absence de réelle média­tion de la part de la Ville

FOCUS – Opposés à des amé­na­ge­ments cours Jean-Jaurès qui sup­priment l’ac­cès tem­po­raire en voi­ture via un sys­tème de borne, des rive­rains déplorent l’ab­sence de réelle média­tion de la part de la Ville de Grenoble. À leurs yeux, le pro­ces­sus « d’in­ter­pel­la­tion citoyenne » n’a abouti qu’à des réunions où tout sem­blait décidé d’avance.

« Nous avons été mis devant le fait accom­pli ! » C’est ainsi que Michel Malœuvre, rive­rain du cours Jean-Jaurès à Grenoble, décrit la “média­tion” accom­pa­gnant la déci­sion de la Ville de Grenoble de mettre en place de nou­veaux amé­na­ge­ments sur la contre-allée du cours, entre Alsace-Lorraine et Berriat. Le prin­cipe ? La sup­pres­sion du droit d’ac­cès (tem­po­raire) en voi­ture des habi­tants, qui pou­vaient jus­qu’ici uti­li­ser une borne en l’ac­ti­vant avec un badge.

La contre-allée du cours Jean-Jaurès, entre Alsace-Lorraine et Berriat, a fait l'objet de travaux avec retrait des bornes d'accès en voiture réservées aux riverains. © Florent Mathieu - Place Gre'net

La contre-allée du cours Jean-Jaurès, entre Alsace-Lorraine et Berriat, a fait l’ob­jet de tra­vaux avec retrait des bornes d’ac­cès en voi­ture réser­vées aux rive­rains. © Florent Mathieu – Place Gre’net

En lieu et place, la Ville pro­pose des places de livrai­son, en pré­ci­sant que celles-ci peuvent éga­le­ment être uti­li­sées par les rive­rains pour des sta­tion­ne­ments limi­tés à 20 minutes. Mais pour Michel Malœuvre, le compte n’y est pas. Les fameuses places de livrai­son ne sont pas en nombre suf­fi­sant pour garan­tir un accès aux habi­ta­tions, et ne semblent pas vrai­ment adap­tées pour des per­sonnes à mobi­lité réduite, voire en fauteuil.

Pour les rive­rains, la média­tion n’en était pas une

Mais au-delà de son oppo­si­tion aux amé­na­ge­ments, Michel Malœuvre déplore la méthode. Il est rejoint en cela par son voi­sin Jean Joubert, avec lequel il a porté une « inter­pel­la­tion citoyenne » auprès de la Ville de Grenoble. Titrée « Droit à l’ac­cès véhi­cules aux rive­rains du cours Jean-Jaurès entre Berriat et Alsace Lorraine », celle-ci réclame le main­tien de l’ac­cès en voi­ture « pour faci­li­ter tout acte de la vie quo­ti­dienne ». Elle affiche au comp­teur 118 soutiens.

De gauche à droite, Jean Joubert et Michel Maloeuvre, deux riverains qui dénoncent l'absence de réelle médiation de la part de la Ville de Grenoble concernant les aménagements sur le cours Jean-Jaurès. © Florent Mathieu - Place Gre'net

De gauche à droite, Jean Joubert et Michel Malœuvre, deux rive­rains qui dénoncent l’ab­sence de réelle média­tion de la part de la Ville de Grenoble concer­nant les amé­na­ge­ments sur le cours Jean-Jaurès. © Florent Mathieu – Place Gre’net

En prin­cipe, l’in­ter­pel­la­tion citoyenne doit mener à une action de média­tion entre ceux qui l’ont dépo­sée et les ser­vices de la Ville. Mais aux yeux de Michel Malœuvre, la média­tion n’a pas eu lieu. « Un média­teur, c’est quel­qu’un chargé d’é­ta­blir un consen­sus entre les par­ties. Or, pour la Ville de Grenoble, il n’a jamais été ques­tion de consen­sus », considère-t-il.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 62 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Florent Mathieu

Auteur

4 réflexions sur « Aménagements cours Jean-Jaurès : des Grenoblois dénoncent une absence de réelle média­tion de la part de la Ville »

  1. J’habite, moi même, sur le Cours Jean Jaurès et je suis signa­taire de cette pétition,
    L’accès « tem­po­raire » aux immeubles en voi­ture a été donc sup­primé, par contre l’ac­cès « per­ma­nent » des vélos & trot­ti­nettes élec­triques au trot­toir, ça on n’y touche pas.
    Etre pié­ton sur le trot­toir, entre Berriat et Alsace Lorraine, équi­vaut à jouer à la rou­lette Russe. Vous êtes constam­ment frôlé, à des vitesses folles, par ces véhi­cules « moto­ri­sés », qui ne maî­trisent rien et ne font atten­tion à rien.
    Bref vous ris­quez votre vie en permanence.
    Moi, je n’emprunte ce bout de trot­toir que si je ne peux vrai­ment pas faire autre­ment, et j’ai bien conscience de jouer ma vie.

    sep article
  2. Je n habite pas Grenoble et j en suis très heu­reuse . Q u “attendre d’une mai­rie verte rouge.. les bobos qre­no­blois n ont que ce qu ils meritent … ville salle et dan­ge­reuse et impos­si­bi­lité d accé­der à son domi­cile en voi­ture .. ils sont tom­bés sur la tête !.quand vous avez plus de soixante dix ans , vous faites com­ment pour ren­trer chez-vous avec vos achats ?

    sep article
  3. Je com­prends pas. Avec 25% d’aug­men­ta­tion des impôts la mai­rie peut pas entre­te­nir les bornes d’accès ?????

    sep article
  4. Comme d’habitude…hélas !
    Je me suis tou­jours deman­dée le pour­quoi de ces réunions. Je pense à la « bonne conscience » car je ne vois pas autre phénomène.
    Ça n’a pas changé depuis des années déjà, car j’ai par­ti­cipé à ce genre de réunion d’où ils ne res­sort que bla-bla… les jeux semblent fait très long­temps en avance
    Hélas !

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La justice ordonne la suspension de l'arrêté organisant les piétonnisations Place(s) aux enfants sur Grenoble
La jus­tice ordonne la sus­pen­sion de l’ar­rêté orga­ni­sant les pié­ton­ni­sa­tions Place(s) aux enfants sur Grenoble

FIL INFO — Le tribunal administratif de Grenoble ordonne à la Ville de Grenoble la suspension de l'arrêté organisant les piétonnisations siglées Place(s) aux enfants. Lire plus

La justice annule (une fois encore) deux arrêtés de piétonnisation de la Ville de Grenoble pour des Places aux enfants
Jugement du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif sur la pié­ton­ni­sa­tion de la rue Cuvier : une vali­da­tion ou un camouflet ?

FOCUS - Saisi par un commerçant, le tribunal administratif de Grenoble a rendu son jugement sur la question de la piétonnisation de la rue Cuvier. Lire plus

La Ville de Grenoble lance une phase de concertation autour des usages de ses Place(s) aux enfants
Place(s) aux enfants : nou­velles polé­miques autour de la pié­ton­ni­sa­tion de plu­sieurs rues à Grenoble

FOCUS - Alors que la Ville de Grenoble vient de présenter (de nouveau) le déploiement du dispositif Place(s) aux enfants, la colère contre la piétonnisation d'une dizaine Lire plus

La Ville maintient le cap de la piétonnisation sur Sainte-Claire et Notre-Dame, malgré la proposition de zone de rencontre
La Ville main­tient le cap de la pié­ton­ni­sa­tion sur Sainte-Claire et Notre-Dame, mal­gré la pro­po­si­tion de zone de rencontre

  FOCUS - Alors que la piétonnisation du secteur Sainte-Claire et Notre-Dame de Grenoble est toujours prévue pour le 31 mai, des voix se font Lire plus

À Grenoble, la pié­ton­ni­sa­tion des sec­teurs Sainte-Claire et Notre-Dame se met (dou­ce­ment) en place

  FIL INFO — Annoncée pour le 31 mai, la piétonnisation des secteurs Sainte-Claire et Notre-Dame de Grenoble se met en place de façon progressive. Lire plus

La Ville de Grenoble relance ses piétonnisations estivales sur les quais, Championnet et cours Berriat
La Ville de Grenoble relance ses pié­ton­ni­sa­tions esti­vales sur les quais, Championnet et cours Berriat

FLASH INFO — La Ville de Grenoble donne le départ de ses "piétonnisations estivales" pour l'été 2021, à compter du samedi 3 juillet. "La dynamique Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !