Le pylône intermédiaire du téléphérique de la Bastille sera paré aux couleurs de l'indice Atmo pour informer sur la qualité de l'air à Grenoble. © Auriane Poillet - Vile de Grenoble

Un pylône des bulles de la Bastille indique par sa cou­leur la qua­lité de l’air pré­vue à Grenoble

Un pylône des bulles de la Bastille indique par sa cou­leur la qua­lité de l’air pré­vue à Grenoble

FOCUS - Après une expérimentation sur la tour Perret, c'est au tour du pylône intermédiaire du téléphérique de la Bastille de devenir le phare de la qualité de l'air à Grenoble. Ainsi, illuminé tous les soirs à l'une des six couleurs de l'indice Atmo, permettra-t-il aux Grenoblois de connaître l'état de l'air prévu sur la ville pour le lendemain, sur une échelle allant de bon à extrêmement mauvais. De quoi, espèrent aussi les partenaires du projet, favoriser le changement de comportement des citoyens de l'agglomération pour améliorer la qualité de l'air qu'ils respirent.

Il y a quasiment un an, jour pour jour, la partie haute de la tour Perret s'illuminait tous les soirs de 19 à 23 heures durant quatre mois aux couleurs de l'indice de la qualité de l'air Atmo. Après cette expérimentation, c'est désormais au tour du pylône intermédiaire du téléphérique de la Bastille de devenir le phare de la qualité de l'air prévue le lendemain sur l'agglomération grenobloise.

Ainsi, illuminé tous les soirs de 19 à 23 heures4Minuit les vendredi et samedi., du bleu au magenta – de bon à extrêmement mauvais – le pylône, visible du plus grand nombre, va-t-il informer de manière pérenne les citoyens de l'agglomération sur la qualité de l'air qu'ils respirent.

Grenoble : un pylône de la Bastille indique la qualité de l'air prévue. Claus Habfast, président de la Régie du téléphérique de Grenoble et conseiller municipal adjoint à la Montagne lors de la présentation du dispositif lumineux mis en œuvre sur le pylône intermédiaire du téléphérique de la Bastille pour indiquer la valeur de l'indice Atmo. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Claus Habfast, président de la Régie du téléphérique de Grenoble et conseiller municipal adjoint à la Montagne lors de la présentation du dispositif lumineux mis en œuvre sur le pylône intermédiaire du téléphérique de la Bastille pour indiquer la valeur de l'indice Atmo. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Vendredi 10 février 2023, à la gare haute du téléphérique, des représentants d'Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, de la Ville de Grenoble, de Grenoble-Alpes Métropole et de la Régie du téléphérique ont présenté les grandes lignes de ce dispositif d'information sur la pollution de l'air.

L'occasion pour Claus Habfast, président de la régie, qui introduisait la présentation, de rappeler combien ce projet s'inscrivait « dans les éco-engagements » de la Ville de Grenoble à travers « sa politique de développement durable et soutenable » en écho au titre de Capitale verte européenne 2022.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 69 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Joël Kermabon

Auteur

2 réflexions sur « Un pylône des bulles de la Bastille indique par sa cou­leur la qua­lité de l’air pré­vue à Grenoble »

  1. Tout rouge !
    Comme quoi le titre « ville verte euro­péenne » est tota­le­ment bidon !!!
    Il est vrai que Piolle, expert en bonie­ments- bétonne la ville SANS aucune com­pen­sa­tion car­bone, et favo­rise les embouteillages…

    sep article
  2. Encore une escro­que­rie de la ville
    On amuse plu­tôt que de prendre de vrais initiatives.
    Un nou­vel affi­chage pour témoi­gner de l’i­nac­tion poli­tique et de la culpa­bi­li­sa­tion des habi­tants. Bravo quelle belle avan­cée. Quelle audace !
    Mais qu’at­tend t on à Grenoble pour enfin ne plus faire Semblant. Assez de cet mai­rie qui se déres­pon­sa­bi­lise en cher­chant des acteurs exté­rieurs tous en fai­sant croire qu’elle s’in­ves­tit pour ses habi­tants, comme par exemple pour le bud­get participatif…
    Mais reve­nons sur le sujet de la qua­lité de l’air. quelques idées qui auraient pu être mise en place avec un peu de cou­rage voir peut être d’ambition :
    Des trans­ports en com­muns moins chers ou pour­quoi pas gra­tuit dans le centre ville
    L’intégralité des trans­ports en com­mun sans émis­sion de CO2
    Idem pour les véhi­cules et maté­riels d’en­tre­tien de la ville
    La mise en place de char­geur pour véhi­cule élec­trique plus puis­sant et sur­tout avec des prix au kw contrôlés
    Des places de sta­tion­ne­ment gra­tuite pour les voi­tures electriques
    La mise en place obli­ga­toire de borne de recharge dans tous les par­kings silos de la ville
    La mise au norme des bornes de recharge qui était des­ti­nées aux voi­tu­rettes élec­trique en auto­par­ta­gés il y a des années
    Des voi­tures en auto­par­ta­gés uni­que­ment zéro émission
    Un tarif de sta­tion­ne­ment plus impor­tant pour les SUV et les pick ups déguisé en véhi­cules pro­fes­sion­nels, ou les véhi­cules les plus pol­luants. L’interdiction des cam­pings cars en ville.
    La créa­tion de places de sta­tion­ne­ment perméable
    La réduc­tion des places de sta­tion­ne­ment des centres ville pour l’u­sage unique aux habitants.
    Le rem­pla­ce­ment des sta­tions ser­vices par des sta­tions de bornes de recharge rapide à coûts contrô­lés et équipé pour l’au­to­pro­duc­tion (pan­neaux solaires)
    La sécu­ri­sa­tion des pistes cyclables
    La réduc­tion des espaces en enrobé
    La créa­tion de chi­cane vege­tales sur la voi­rie pour réduire la vitesse et déchar­ger les réseaux enterré
    Des aides pour les habi­tants pour l’a­chat de véhi­cules zéro émissions
    Des aides pour l’ins­tal­la­tion de cap­teurs photovoltaiques

    Et je ne parles pas de tout ce que il pour­rait être fait sur les déchets, la pro­preté urbaine…

    Bref il me semble que la volonté poli­tique n’est pas à la hauteur

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La signature de la révision du Plan de protection de l'atmosphère Grenoble Alpes Dauphiné 2022 - 2027 se déroulait dans l'un des salons de la préfecture de l'Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Qualité de l’air : un nou­veau Plan de pro­tec­tion de l’atmosphère Grenoble Alpes Dauphiné 2022 – 27 adopté

FOCUS - Laurent Prévost, préfet de l'Isère a signé, ce 16 décembre 2022, la révision du Plan de protection de l'atmosphère (PPA) Grenoble Alpes Dauphiné Lire plus

Bilan Atmo Auvergne-Rhône-Alpes pour 2021: l'amélioration de la qualité de l'air se confirme... sur le long terme
La qua­lité de l’air s’a­mé­liore en Auvergne-Rhône-Alpes mais l’Isère reste parmi les dépar­te­ments les plus pollués

FOCUS - Atmo Auvergne-Rhône-Alpes dresse le bilan de la qualité de l'air en 2021 sur la région en général, et chaque département en particulier. Ses Lire plus

Pont-de-Claix déploie des "Messagers de l'énergie et de la qualité de l'air" pour accompagner les propriétaires
Pont-de-Claix déploie des « Messagers de l’éner­gie et de la qua­lité de l’air » pour accom­pa­gner les propriétaires

 FLASH INFO – "Améliorer la lisibilité des aides proposées sur le territoire et accompagner les propriétaires". tel est l'objectif des "Messagers de l'énergie et de Lire plus

Éclairage de la partie haute de la tour Perret aux couleurs de l'indice de qualité de l'air Atmo. Ici la couleur jaune correspond à un indice "dégradé". © Aurianne Poillet - Ville de Grenoble
Qualité de l’air à Grenoble : la tour Perret trans­for­mée en phare va affi­cher les cou­leurs de l’in­dice Atmo

REPORTAGE VIDÉO - Depuis ce 11 février 2022, la partie haute de la tour Perret s'illumine tous les soirs de 19 à 23 heures aux Lire plus

En ville, le diesel pollue car le filtre à particules est souvent inopérant. Pollution carbone
Qualité de l’air : où en est la Métropole de Grenoble après un an de man­dat et d’i­ni­tia­tives concer­nant la ZFE ?

FOCUS - Face aux récentes critiques concernant sa gestion de la qualité de l'air, la métropole de Grenoble fait le bilan d'une première année de Lire plus

Alors que la Ville de Grenoble se penche sur la qualité de l'air, le président de la Métropole recadre les débats municipaux.
Qualité de l’air : quand le pré­sident de la Métropole de Grenoble se mêle des débats municipaux

  FIL INFO - Dans un courrier adressé au maire de Grenoble Éric Piolle, le président de la Métropole Christophe Ferrari appelle à un travail Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !