Manifestation pour les salaires et les droits sociaux du 10 novembre 2022 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Grève pour les salaires et les mini­mas sociaux : un mil­lier de mani­fes­tants à Grenoble

Grève pour les salaires et les mini­mas sociaux : un mil­lier de mani­fes­tants à Grenoble

FOCUS – Répondant à l’ap­pel à la grève inter­pro­fes­sion­nelle et à la mobi­li­sa­tion d’une inter­syn­di­cale isé­roise, envi­ron un mil­lier de per­sonnes ont mani­festé, ce jeudi 10 novembre 2022 à Grenoble, pour une reva­lo­ri­sa­tion des salaires, des pen­sions de retraite et des mini­mas sociaux. Mais aussi pour le départ à la retraite à 60 ans à taux plein, 32 heures de tra­vail heb­do­ma­daires ainsi que le retrait de la réforme de l’Assurance chô­mage. Une mobi­li­sa­tion en baisse par rap­port à la précédente.

Après la jour­née de grève et de mani­fes­ta­tion du 18 octobre 2022, l’in­ter­syn­di­cale CGT, FSU, Solidaires, CNT, UEG, Unef, MNL et IEL sou­hai­tait « ampli­fier le mou­ve­ment », en appe­lant à une nou­velle mobi­li­sa­tion en faveur des salaires ce jeudi 10 novembre 2022 en Isère.

Mais à Grenoble, moins d’un mil­lier de mani­fes­tants1Ils étaient 850 selon les auto­ri­tés ; les orga­ni­sa­tions syn­di­cales n’ont fourni aucun chiffre. ont défilé depuis l’a­ve­nue Alsace-Lorraine en direc­tion de la place de Verdun pour reven­di­quer prin­ci­pa­le­ment une aug­men­ta­tion géné­ra­li­sée des salaires et défendre les droits sociaux. Soit deux fois moins de par­ti­ci­pants que pour la mani­fes­ta­tion en faveur du pou­voir d’a­chat du 29 sep­tembre 2022 qui avait réuni plus de 2 000 mani­fes­tants selon la police, 5 000 pour les organisateurs.

« Nous reven­di­quons le 15, 32, 60 », explique Élisa Balestrieri, res­pon­sable de la com­mu­ni­ca­tion de la CGT en Isère. En l’oc­cur­rence, 15 euros de l’heure pour les salaires, 32 heures de tra­vail par semaine et le départ à la retraite à 60 ans.

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Ce que nous deman­dons, c’est une hausse géné­ra­li­sée et pérenne des salaires, et non pas des primes, pour répondre à l’in­fla­tion qui est pas­sée à 6,2 %, pré­cise la syn­di­ca­liste. De l’argent, il y en a, donc la redis­tri­bu­tion c’est pos­sible. Et, outre les salaires, c’est aussi l’aug­men­ta­tion des mini­mas sociaux et des pen­sions de retraite que nous récla­mons. »

De plus, pour­suit-elle, « là, nous sommes sur les salaires mais, dans pas long­temps, il va y avoir la réforme des retraites et il nous faut main­te­nir la pres­sion pour que les sala­riés ne partent pas à 65 ans ». 

« C’est de plus en plus dur de vivre au quotidien »

Dans les rangs, outre des qui­dams, des per­son­nels de l’Université Grenoble-Alpes (UGA), de Schneider Electric, des repré­sen­tants de la culture, des poli­tiques, retrai­tés, lycéens, syn­di­ca­listes et aussi quelques gilets jaunes, dont Jacques du groupe de Crolles. « Nous sommes là parce que ce mou­ve­ment pour les salaires est impor­tant, confie-t-il. Il y a une infla­tion qui va galo­pant et, encore une fois, c’est le capi­tal qui va sor­tir ren­forcé de l’his­toire et, nous, nous allons devoir payer les pots cas­sés. »

Fonctionnaire, Véronique n’au­rait man­qué pour rien au monde cette mani­fes­ta­tion. « Il y a une aug­men­ta­tion phé­no­mé­nale des prix. C’est de plus en plus dur de vivre au quo­ti­dien et il est évident que les salaires doivent se voir aug­men­tés pour que les gens puissent vivre décem­ment », expose-t-elle.

Et de prendre sa propre situa­tion en exemple. « Nous sommes beau­coup à ne tou­cher que le Smic et, avec l’in­fla­tion, nous sommes dans l’o­bli­ga­tion de prio­ri­ser nos achats au point d’al­ler jus­qu’à cal­cu­ler ce qu’on achète pour man­ger, de faire des choix dras­tiques », se désole la fonctionnaire.

Dans les rangs, des personnels de l'Université Grenoble-Alpes ont également fait part de leur colère. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Dans les rangs, des per­son­nels de l’Université Grenoble-Alpes ont éga­le­ment fait part de leur colère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Quelques ran­gées plus loin, sous une ban­nière de sala­riés de l’UGA, défi­lait Émile, thé­sard en infor­ma­tique. « Nous avons eu une aug­men­ta­tion de 3,5 % du point d’in­dice des fonc­tion­naires mais ce n’est que la moi­tié de l’in­fla­tion. C’est ridi­cule !, estime-t-il. Tout autant que l’est la situa­tion des vaca­taires payés à l’heure d’en­sei­gne­ment effec­tuée et qui se retrouvent, en fin de mois, avec un salaire en-des­sous du Smic. »

Passer aux 32 heures pour « redis­tri­buer le tra­vail et la richesse des entre­prises »

Un groupe de lycéens défi­laient éga­le­ment avec toute la fougue de leur jeu­nesse. « Nous avons rejoint la mobi­li­sa­tion parce que nous voyons bien les dif­fi­cul­tés que tra­versent nos parents, tou­chés par l’aug­men­ta­tion du coût de la vie et par les bas salaires », explique Nathan. Mais sur­tout, ce qui a poussé les lycéens à des­cendre dans la rue, com­plète-t-il, c’est la réforme des lycées pro­fes­sion­nels, « qui va géné­rer beau­coup d’i­né­ga­li­tés et ame­ner beau­coup de “chair à patrons” dans les entre­prises ».

Les lycéens ont également fait entendre leurs voix. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les lycéens ont éga­le­ment fait entendre leurs voix. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Et jus­te­ment, à pro­pos des chefs d’en­tre­prise, « quand on sait qu’il y en a qui par­viennent à s’aug­men­ter de 15 à 30 %, même dans les PME, et que les sala­riés peinent à obte­nir des aug­men­ta­tions, c’est bien qu’il y a un pro­blème de redis­tri­bu­tion de l’argent ! », s’in­digne Élisa Balestrieri. Selon elle, pas­ser aux 32 heures de tra­vail heb­do­ma­daires per­met­trait « de redis­tri­buer et le tra­vail et la richesse des entre­prises ».

D’ailleurs, « nous avons dans nos car­tons depuis des années un vrai pro­jet à pro­po­ser au gou­ver­ne­ment, rap­pelle la syn­di­ca­liste. De même que pour l’é­ga­lité sala­riale entre hommes et femmes, ainsi que pour le départ à la retraite à taux plein. Ce ne sont pas des fan­tasmes de la CGT, c’est vrai­ment pos­sible ! »

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

© Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : nou­velle jour­née de grève et mani­fes­ta­tion pour les salaires et les droits sociaux ce jeudi 10 novembre 2022

FLASH INFO - L'intersyndicale iséroise (CGT, FSU, Solidaires, CNT, UEG, Unef, MNL, IEL) appelle à une nouvelle journée de grève et de mobilisation, ce jeudi Lire plus

Grève du personnel de la Maison d'accueil spécialisée Le Champ Rond, à Saint-Ismier, dans le cadre d'un mouvement national des salariés du groupe Oxance. DR
Mas Le Champ Rond à Saint-Ismier : les sala­riés du groupe Oxance en grève pour une reva­lo­ri­sa­tion des salaires

EN BREF - Les salariés de la Maison d'accueil spécialisée (Mas) Le Champ Rond, à Saint-Ismier, étaient en grève ce jeudi 27 octobre 2022, dans Lire plus

98% des salariés de la clinique du Dauphiné, à Seyssins, sont en grève depuis ce mercredi 12 octobre 2022 pour réclamer une revalorisation salariale et protester contre la gouvernance du groupe Orpea, qui a racheté l'établissement en 2020. © Laure Drillat
Clinique du Dauphiné à Seyssins : les sala­riés, amers, ont mis fin à la grève après un accord signé « sous la pres­sion » de la direction

FOCUS - Les salariés de la clinique psychiatrique du Dauphiné, à Seyssins, en grève illimitée depuis le 13 octobre 2022 pour réclamer une revalorisation des Lire plus

© Manuel Pavard - Place Gre'net
Journée de grève inter­pro­fes­sion­nelle à Grenoble : plu­sieurs ras­sem­ble­ments et actions et de nom­breux sec­teurs mobilisés

REPORTAGE VIDÉO - L'intersyndicale iséroise appelait à une nouvelle journée de grève et mobilisation, ce mardi 18 octobre 2022, dans le cadre d'un mouvement national Lire plus

Manifestation à Grenoble le 29 septembre dans le cadre du mouvement interprofessionnel pour le pouvoir d'achat
Manifestation à Grenoble le 29 sep­tembre dans le cadre du mou­ve­ment inter­pro­fes­sion­nel pour le pou­voir d’achat

EN BREF - L'intersyndicale iséroise appelle les salariés à participer au mouvement national de grève et de manifestation interprofessionnelles en faveur du pouvoir d'achat du Lire plus

Grève et manifestation devant l'IMT de Grenoble pour réclamer une hausse du point d'indice des salariés de la CCI
Grève et mani­fes­ta­tion devant l’IMT de Grenoble pour récla­mer une hausse du point d’in­dice des sala­riés de la CCI

FLASH INFO - Une cinquantaine de salariés de l'IMT de Grenoble (Institut des métiers et techniques) ont manifesté leur colère devant les grilles de l'établissement, Lire plus

Flash Info

|

06/12

8h01

|

|

05/12

15h08

|

|

03/12

12h09

|

|

02/12

9h15

|

|

02/12

8h06

|

|

01/12

18h57

|

|

01/12

17h21

|

|

30/11

12h11

|

|

30/11

9h58

|

|

30/11

0h38

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 49 : « Le RER métro­po­li­tain grenoblois »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

Flash info| Des « coups de pouce mobi­lité » en décembre sur Grenoble, avec gra­tuité des trans­ports en com­mun deux samedis

Agenda

Je partage !