Grève aux urgences de Grenoble à compter du 1er novembre face aux difficultés de prise en charge des patients

Grève aux urgences de Grenoble à comp­ter du 1er novembre 2022 face aux dif­fi­cul­tés de prise en charge des patients

Grève aux urgences de Grenoble à comp­ter du 1er novembre 2022 face aux dif­fi­cul­tés de prise en charge des patients

FOCUS – La CGT du CHU de Grenoble appelle les per­son­nels des urgences adultes du site Nord à la grève illi­mi­tée à comp­ter du mardi 1er novembre 2022. En cause ? La stag­na­tion des patients en nombre dans le ser­vice, avec en toile de fond le manque de per­son­nels pour répondre à la demande.

« Si la situa­tion avant l’été était dra­ma­tique, la situa­tion actuelle est une réelle mise en dan­ger pour le per­son­nel et les patients ». Ainsi s’ex­prime le syn­di­cat CGT du CHU Grenoble Alpes, qui annonce un mou­ve­ment de grève illi­mi­tée à comp­ter du mardi 1er novembre sur le site des urgences adultes de l’hô­pi­tal Nord. La reven­di­ca­tion ? « L’arrêt de la stag­na­tion des patients au ser­vice des urgences au-delà de 12 heures de pré­sence ».

La CGT du CHU de Grenoble appelle à la grève illimitée des personnels des urgences adultes du site Nord à compter du mardi 1er novembre. © Florent Mathieu - Place Gre'net

La CGT du CHU de Grenoble appelle à la grève illi­mi­tée des per­son­nels des urgences adultes du site Nord à comp­ter du mardi 1er novembre. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Par manque de per­son­nels, les urgences sont en effet satu­rées, explique Sara Fernandez Alejo, secré­taire géné­rale CGT du CHU Grenoble-Alpes. « La capa­cité est de 55 patients en même temps, et tous les jours il y a plus de 65 patients pré­sents en même temps. Avant, le nombre de patients dimi­nuait la nuit, mais il ne dimi­nue plus : on se retrouve avec 50 patients tou­jours pré­sents à 8 heures du matin », décrit-elle.

« Soit des solu­tions sont trou­vées, soit le per­son­nel va partir »

Résultat ? « Les équipes ne peuvent plus tenir avec cette capa­cité. Ça fait des mois qu’elles tiennent très dif­fi­ci­le­ment, mais là elles arrivent à bout », pour­suit la syn­di­ca­liste. Qui rap­pelle les nom­breuses alertes adres­sées aux auto­ri­tés, du maire de Grenoble à l’Agence régio­nale de santé, en pas­sant bien sûr par la direc­tion du CHU. « On l’a fait à tel­le­ment de reprises que l’on ne sait plus com­ment faire ! ».

Mouvement de grève des urgences de Grenoble, ici en 2019. © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

Mouvement de grève des urgences de Grenoble, ici en 2019. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

Et la CGT n’est guère impres­sion­née par les quelques réponses qui ont pu lui par­ve­nir. « Une ving­taine de recom­man­da­tions ont vu le jour [via deux audits, ndlr], mais aucune n’ap­porte à ce jour de solu­tion à court terme », écrit le syn­di­cat. Exemple : « L’ARS nous dit sim­ple­ment d’ou­vrir des lits d’a­val. Mais avec quel per­son­nel ? », s’a­gace Sara Fernandez Alejo.

Le mou­ve­ment de grève n’aura pas d’in­ci­dence sur le fonc­tion­ne­ment des urgences ou la prise en charge des patients. « Les per­son­nels sont assi­gnés, donc en soi il n’y a pas de réper­cus­sion », concède la syn­di­ca­liste. Mais, ajoute-t-elle, le mou­ve­ment a pour objec­tif d’a­ler­ter sur la gra­vité de la situa­tion. Et de la résu­mer en une for­mule : « Soit des solu­tions sont trou­vées d’ici un mois, soit le per­son­nel va par­tir ».

Un fonc­tion­ne­ment des urgences tou­jours « adapté »

Les dif­fi­cul­tés d’ac­cueil dans les urgences ne concernent pas que le CHU de Grenoble. « Ça fait des mois que les urgences de Grenoble sont les seules à garan­tir une prise en charge 24 heures sur 24. La cli­nique mutua­liste est fer­mée, les urgences de Voiron aussi, et la Clinique des Cèdres tient la nuit, mais avec des limi­ta­tions par rap­port à la gra­vité et le nombre de per­sonnes », explique Sara Fernandez Alejo.

En juin 2022, la direction du CHU Grenoble-Alpes annonçait le recours au fonctionnement adapté pour les urgences nocturnes, à l'image de l'hôpital de Voiron. © Florent Mathieu - Place Gre'net

En juin 2022, la direc­tion du CHU Grenoble-Alpes annon­çait le recours au fonc­tion­ne­ment adapté pour les urgences noc­turnes, à l’i­mage de l’hô­pi­tal de Voiron. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Plus pré­ci­sé­ment, les urgences de Voiron fonc­tionnent avec un sys­tème de “tri” des patients préa­lable, en pas­sant par le 15. Tout comme les urgences de Grenoble depuis juin 2022. Un fonc­tion­ne­ment « adapté » pour la direc­tion… et « dégradé » pour la CGT. Pour qui la mesure n’a, de plus, pas per­mis d’a­mé­lio­rer sen­si­ble­ment la situation.

Et de dénon­cer des dan­gers inhé­rents à ce mode de fonc­tion­ne­ment, de plus en plus géné­ra­lisé sur l’en­semble du ter­ri­toire natio­nal. Un délé­gué CGT relate le cas d’une per­sonne souf­frant de maux de ventre, non pris en charge par les urgences de Voiron après son appel au 15. « Il n’a pas passé le tri, on a pensé à des dif­fi­cul­tés intes­ti­nales sans gra­vité, en fait c’é­tait une péri­to­nite », explique-t-il.

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Les Urgences nocturnes du CHU Grenoble-Alpes en fonctionnement “adapté” face au manque d'effectifs
Les urgences noc­turnes du CHU Grenoble-Alpes en mode de fonc­tion­ne­ment “adapté” faute d’ef­fec­tifs suffisants

FOCUS - La rumeur courrait depuis plusieurs jours, voire plusieurs semaines: comme plusieurs autres services en France, les urgences nocturnes du CHU Grenoble-Alpes passent en Lire plus

Grève aux urgences de Grenoble à compter du 1er novembre face aux difficultés de prise en charge des patients
Urgences « adap­tées » : la Ville de Grenoble et les séna­teurs Michel Savin et Frédérique Puissat réagissent

FLASH INFO – Alors que le service des urgences (nocturnes) du CHU Grenoble-Alpes passe en fonctionnement "adapté" à compter du lundi 27 juin, des réactions Lire plus

Urgences et système de santé: pour la CGT Isère, "la population n’aura jamais été autant en danger"
Urgences et sys­tème de santé : pour la CGT Isère, « la popu­la­tion n’aura jamais été autant en danger »

EN BREF - La CGT Isère dresse un bilan peu reluisant, à ses yeux, de “l'adaptation” du fonctionnement des urgences la nuit, à Voiron comme Lire plus

Grève aux urgences de Grenoble à compter du 1er novembre face aux difficultés de prise en charge des patients
Services d’ur­gences : le CHU Grenoble-Alpes rap­pelle les bons gestes pour un fonc­tion­ne­ment opti­mal durant l’été

FLASH INFO - Période estivale et fréquentation touristique obligent, le CHU Grenoble-Alpes rappelle les bons gestes à avoir dans les établissements de santé. D'autant que Lire plus

Voiron: les urgences toujours soumises à des "adaptations", soignants et usagers appellent à la mobilisation
Les urgences de l’hô­pi­tal de Voiron tou­jours sou­mises à des « adap­ta­tions » : soi­gnants et usa­gers appellent à la mobilisation

EN BREF - Nouvelle "adaptation" du service des urgences de l'hôpital de Voiron : celui-ci ne procédera à aucune admission (sauf exceptions) les nuits du Lire plus

Action du Collectif Santé Voironnais samedi 9 avril pour dénon­cer le fonc­tion­ne­ment per­turbé des urgences de Voiron

FLASH INFO – À l'appel du Collectif Santé Voironnais, une quarantaine de personnes se sont rassemblées sur le rond-point de la Brunerie à Voiron samedi Lire plus

Flash Info

|

02/12

9h15

|

|

02/12

8h06

|

|

01/12

18h57

|

|

01/12

17h21

|

|

30/11

12h11

|

|

30/11

9h58

|

|

30/11

0h38

|

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

|

28/11

10h48

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

Flash info| Des « coups de pouce mobi­lité » en décembre sur Grenoble, avec gra­tuité des trans­ports en com­mun deux samedis

Société| Affaire Marie-Thérèse Bonfanti : le crâne décou­vert à La Buissière, sur les lieux indi­qués par le sus­pect du meurtre, est bien celui de la mère de famille disparue

Agenda

Je partage !