Belledonne : la faune sau­vage mena­cée par le réchauf­fe­ment cli­ma­tique… et le tourisme

Belledonne : la faune sau­vage mena­cée par le réchauf­fe­ment cli­ma­tique… et le tourisme

FOCUS – Une sai­son en enfer ? Et si, doré­na­vant, l’été mena­çait les ani­maux sau­vages des Alpes fran­çaises ? Entre séche­resses, tem­pé­ra­tures cani­cu­laires et tou­risme esti­val, la mon­tagne n’est pas épar­gnée par les acti­vi­tés humaines. Cette trans­for­ma­tion du pay­sage impacte l’en­semble du monde vivant. Poussée par la néces­sité, la faune tente de s’a­dap­ter… sans tou­jours y par­ve­nir. L’exemple de Belledonne.

« Le réchauf­fe­ment cli­ma­tique est par­ti­cu­liè­re­ment pro­noncé dans les zones de mon­tagne, et le mas­sif de Belledonne n’est pas épar­gné. » Un constat alar­mant, déjà dressé par l’Office natio­nal de la chasse et de la faune sau­vage (ONCFS) dans un rap­port de 2017. En trente ans, le mas­sif a ainsi connu une aug­men­ta­tion de 1,8 °C sur la période prin­ta­nière, dans le cadre du réchauf­fe­ment cli­ma­tique généré par les acti­vi­tés de l’homme.

Mais ce n’est pas tout… « Actuellement, les Alpes sont sou­mises à deux modi­fi­ca­tions pro­fondes et rapides », explique ce même rap­port. D’une part, le réchauf­fe­ment cli­ma­tique bou­le­verse pro­gres­si­ve­ment leur éco­sys­tème. Les gla­ciers dis­pa­raissent et la fonte nivale s’o­père de plus en plus tôt dans l’an­née, tan­dis que les séche­resses s’in­ten­si­fient. D’autre part, l’é­vo­lu­tion des acti­vi­tés humaines trans­forme rapi­de­ment les paysages.

Un chamois en haut d'un sommet de Belledonne.

Entre la sai­son tou­ris­tique et les vagues de séche­resse, les ani­maux sau­vages pri­vi­lé­gient la haute alti­tude. © Ancelin Faure – Place Gre’net

Si les pâtu­rages reculent, le tou­risme, lui, s’in­ten­si­fie. Il requiert de nou­velles infra­struc­tures, modi­fie les espaces natu­rels et altère pro­fon­dé­ment la bio­di­ver­sité en mon­tagne, notam­ment en été.

Les habi­tats mon­ta­gnards alpins subissent ainsi une double pres­sion. Le rap­port sou­ligne une perte d’ha­bi­tat ver­ti­cal : le réchauf­fe­ment cli­ma­tique altère la bio­di­ver­sité en alti­tude et les acti­vi­tés pas­to­rales dégrade celle de l’é­tage du bas. Mais aussi une perte hori­zon­tale : le tou­risme et les amé­na­ge­ments réduisent les espaces pré­ser­vés pour les ani­maux sauvages.

Des espèces alpines mena­cées pour dif­fé­rentes rai­sons… liées à l’homme

La clas­si­fi­ca­tion d’une espèce en « mena­cée » est géné­ra­le­ment mul­ti­fac­to­rielle. Et il est dif­fi­cile de déter­mi­ner pré­ci­sé­ment l’im­pact de tel ou tel fac­teur sur la faune des mas­sifs alpins, selon Anaëlle Atamaniuk, membre de la Ligue pour la pro­tec­tion des oiseaux en Isère.

Par exemple, un dan­ger qui pèse sur un oiseau peut être lié à la chasse, aux tem­pé­ra­tures, à la séche­resse, aux acti­vi­tés humaines, à ses pré­da­teurs ou à ses res­sources en nour­ri­ture. Notamment à la raré­fac­tion des insectes, donc la pré­sence dépend elle-même de la dis­po­ni­bi­lité en eau…

Un oiseau volant au dessus du massif de Belledonne.

Un vau­tour fauve sur­vole le mas­sif de Belledonne. © Ancelin Faure – Place Gre’net

Cependant, plu­sieurs études scien­ti­fiques de longue haleine ont mis en évi­dence des para­mètres clés de l’é­vo­lu­tion de la bio­di­ver­sité en mon­tagne. Et les obser­va­tions empi­riques sou­lignent toutes le rôle majeur de l’homme.

Belledonne est un mas­sif alpin par­ti­cu­liè­re­ment affecté par les acti­vi­tés humaines. Or, il héberge plu­sieurs espèces emblé­ma­tiques. En par­ti­cu­lier, le tétras-lyre, la mar­motte, le bou­que­tin et le chamois.Que deviennent-ils dans ce contexte difficile ?

Le dan­ger du tou­risme exces­sif en Belledonne : le tétras-lyre menacé

Le tétras-lyre est une espèce d’oi­seau carac­té­ris­tique des Alpes. Les déboi­se­ments et l’ac­ti­vité agri­cole inten­sive détruisent son éco­sys­tème. Or, la végé­ta­tion lui est indis­pen­sable pour se nour­rir, se repro­duire et dormir.

Il souffre en outre beau­coup du « déran­ge­ment hiver­nal et notam­ment du ski sau­vage », alerte Anaëlle Atamaniuk. En effet, le tétras-lyre se construit un abri sous la neige (quand il y en a !), où il passe la plu­part de ses jour­nées. Cependant, les acti­vi­tés humaines l’o­bligent à se dépla­cer régu­liè­re­ment et à four­nir un effort sup­plé­men­taire, dans une période où la neige recouvre toute la végétation.

Le reste de l’an­née, le déran­ge­ment par les chiens non atta­chés ou les pro­me­neurs accen­tue encore le péril qui pèse sur lui. Résultat : la popu­la­tion « ne se porte pas très bien dans le dépar­te­ment », déplore ainsi Anaëlle.

Une zone de tranquillité pour les tétras lyre en Belledonne.

Une zone de tran­quillité pour les tétras-lyre en Belledonne. © Ancelin Faure – Place Gre’net

Conscientes du pro­blème, cer­taines com­munes ont ins­tauré des zones de quié­tude où sont inter­dites les acti­vi­tés sus­cep­tibles de déran­ger le tétras-lyre. De nom­breux pan­neaux sont ins­tal­lés afin de pré­ve­nir skieurs et randonneurs.

Les mar­mottes des Alpes déjà fra­gi­li­sées par le dérè­gle­ment climatique

Les mar­mottes subissent, quant à elles, essen­tiel­le­ment les consé­quences du réchauf­fe­ment cli­ma­tique. Avec un hiver doux et une fonte des neiges pré­coce, l’hi­ber­na­tion se com­plique en effet pour ces ron­geurs. D’une part car la couche de neige iso­lante pour leur ter­rier s’a­me­nuise, les pro­tège donc moins, et les rend vul­né­rables. D’autre part car elles doivent alors trou­ver des res­sources lorsque la végé­ta­tion n’est pas encore développée.

Un trou de marmotte en montagne.

Un trou de mar­motte. Dans cer­tains ter­ri­toires, ses sif­fle­ments se font désor­mais rare­ment entendre. © Ancelin Faure – Place Gre’net

En Isère, la mar­motte « se porte plu­tôt bien », selon Anaëlle Atamaniuk. Mais ce n’est pas le cas sur l’en­semble du ter­ri­toire. En Savoie par exemple, les cher­cheurs de l’Université de Lyon 1 ont conclu à une dimi­nu­tion du nombre de mar­mot­tons chaque année. La cause ? Sans conteste le réchauf­fe­ment du cli­mat selon les scientifiques.

Le réchauf­fe­ment cli­ma­tique cause d’hy­bri­da­tion du lièvre variable ?

L’anormale hausse des tem­pé­ra­tures consti­tue un réel défi pour la sur­vie du lièvre variable, dont la cou­leur de pelage change en fonc­tion des sai­sons, pas­sant du gris en été au blanc en hiver. En effet, « avec le réchauf­fe­ment cli­ma­tique, le lièvre com­mun remonte petit à petit dans les étages de mon­tagne et ren­contre plus le lièvre variable », détaille le rapport.

L’hybridation engen­drée pour­rait, à terme, mena­cer le lièvre variable. Des études sont tou­jours en cours afin de suivre les ten­dances démo­gra­phiques des popu­la­tions. Cependant, il a déjà dis­paru de la Chartreuse depuis plu­sieurs décen­nies indique la LPO Isère.

Les bou­que­tins de Belledonne mena­cés par le réchauf­fe­ment climatique ?

« Espèce ayant dis­paru de l’Isère suite à une forte pres­sion de la chasse jus­qu’au XIXe siècle, le bou­que­tin des Alpes a fait son retour dans les Alpes isé­roises grâce à des efforts de réin­tro­duc­tions », rap­pelle Nature Isère. Protégé, il ne subit plus la pres­sion de la chasse, et semble coexis­ter, dans les Alpes, avec les pra­ti­quants de la montagne.

Le bouquetin des Alpes, une espèce protégée.

Le bou­que­tin des Alpes, une espèce pro­té­gée. © Ancelin Faure – Place Gre’net

Cependant le réchauf­fe­ment cli­ma­tique influe direc­te­ment sur son mode de vie, constate l’ONCFS. Par exemple, « sur les ongu­lés de mon­tagne, le cli­mat a d’abord un effet direct, lié à la dépense éner­gé­tique via la thermo-régu­la­tion ou les dépla­ce­ments dans la neige et les adap­ta­tions com­por­te­men­tales ». De plus, il a aussi un effet indi­rect en modi­fiant la végé­ta­tion. Avec des séche­resses suc­ces­sives, la res­source en herbe, pré­cieuse, se raréfie.

Herbivore, le bouquetin aime vivre en haute altitude à condition qu'il puisse trouver de la verdure.

Herbivore, le bou­que­tin aime vivre en haute alti­tude à condi­tion qu’il puisse trou­ver de la ver­dure. © Ancelin Faure – Place Gre’net

Dès lors, selon le rap­port, un prin­temps chaud dimi­nue­rait les chances de sur­vie des femelles l’an­née d’a­près. Et un été chaud amoin­dri­rait celles des mâles l’an­née sui­vante. Un dan­ger pour ces bovi­dés. En défi­ni­tive, « nos résul­tats vont tous dans le sens d’un effet néga­tif du réchauf­fe­ment cli­ma­tique, mais les méca­nismes en jeu ne font pour l’instant que l’objet d’hypothèses », conclut le rapport.

Les cha­mois som­més de s’a­dap­ter au tou­risme et au réchauf­fe­ment climatique

À l’o­ri­gine, le cha­mois est un ani­mal de la forêt. Herbivore, son alti­tude de pré­di­lec­tion se situe entre 600 et 2300 m d’al­ti­tude. C’est-à-dire au niveau des espaces boi­sés et des zones pastorales.

La faune de Belledonne menacée par l'activité humaine. Un chamois proche de la forêt.

Contrairement aux idées reçues, le cha­mois n’est pas exclu­si­ve­ment un ani­mal de haute mon­tagne. © Ancelin Faure – Place Gre’net

Cependant, dans les Alpes, les acti­vi­tés humaines l’ont repoussé en hau­teur. La sai­son tou­ris­tique dérange en outre cet ani­mal de mon­tagne, chassé et donc crain­tif. Il fuit les che­mins de ran­don­née pour les som­mets, moins fré­quen­tés. Un com­por­te­ment cou­teux sur le plan éner­gé­tique. Il passe ainsi moins de temps à accu­mu­ler des réserves pour se pré­pa­rer à l’hiver.

Une horde de chamois sur la neige

Dérangés par l’homme, les cha­mois pri­vi­lé­gient les hau­teurs de Belledonne. © Ancelin Faure – Place Gre’net

Et ces der­nières années, la séche­resse a encore ampli­fié ce phé­no­mène de dis­per­sion de l’ha­bi­tat. Les tem­pé­ra­tures cani­cu­laires, le manque d’eau et l’ab­sence de végé­ta­tion poussent ainsi les cha­mois à mon­ter tou­jours plus haut, à la recherche de fraî­cheur. Mais cer­tains doivent aussi redes­cendre en forêt pour s’a­breu­ver durant la sai­son esti­vale et, sur­tout, en automne.

Pour l’ins­tant, ces adap­ta­tions for­cées per­mettent aux cha­mois de trom­per le réchauf­fe­ment cli­ma­tique. Et leur régime ali­men­taire diver­si­fié faci­lite ces chan­ge­ments d’ha­bi­tats. Mais pour com­bien de temps encore ? Aucune étude ne peut le pré­dire avec certitude.

Comment favo­ri­ser la bio­di­ver­sité autour d’une mai­son en montagne ?

• Limiter les tontes des gazons

• Mettre un bac d’eau dans son jar­din ou son bal­con pour les oiseaux

• Laisser grai­ner les fleurs

• Créer des haies diversifiées

Les règles à res­pec­ter en mon­tagne pour un tou­risme responsable :

• Attacher son chien ou ne pas le lais­ser cou­rir après les ani­maux sauvages

• Rester sur les sen­tiers bali­sés et faire atten­tion à ne pas déran­ger les animaux

• Éviter les bruits excessifs

• Ne pas lais­ser de déchets der­rière soi

Ancelin Faure

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Sécheresse en mon­tagne : le pas­to­ra­lisme en Belledonne en pre­mière ligne face au dérè­gle­ment climatique

REPORTAGE - Face aux canicules successives, l'alpage de haute altitude du Jas des Lièvres à Laval-en-Belledonne s'est métamorphosé en ce milieu d'été 2022. L'herbe grasse Lire plus

Canicule et sécheresse: quelle stratégie végétale pour la Ville de Grenoble face au réchauffement climatique?
Canicule et séche­resse : quelle stra­té­gie végé­tale pour la Ville de Grenoble face au réchauf­fe­ment climatique ?

FOCUS - Alors que les arbres, et plus généralement la végétation, souffrent eux aussi de la chaleur et de la sécheresse, la Ville de Grenoble Lire plus

Sécheresse et canicule: les annonces du ministre de la Transition écologique Christophe Béchu depuis l'Isère
Sécheresse et cani­cule : les annonces du ministre de la Transition éco­lo­gique Christophe Béchu depuis l’Isère

FLASH INFO - Visite “de terrain” pour Christophe Béchu: le ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoire se rendait lundi 1er Lire plus

L'Isère de nouveau placée en vigilance jaune canicule à compter du mercredi 10 août
Voirie et espaces verts : la Ville de Grenoble fait face à l’a­lerte séche­resse de niveau 4

FLASH INFO - Tout comme l'ensemble des localités du sud du département de l'Isère, la Ville de Grenoble est concernée par l'alerte sécheresse de niveau Lire plus

Jardin des plantes zone de fraîcheur
L’Isère placé en vigi­lance orange : la Ville de Grenoble active son plan canicule

FOCUS - Météo France a placé le département de l’Isère en vigilance orange à la canicule à compter du samedi 16 juillet 2022. Les températures Lire plus

Parc Mistral canicule
Face aux hausses de tem­pé­ra­tures, l’Isère entre en vigi­lance Jaune à la canicule

FLASH INFO - Alors que les températures en journée pourront atteindre 36 à 38°C en Isère ces prochains jours d'après les prévisions de Météo France, Lire plus

Flash Info

|

27/09

11h19

|

|

27/09

10h35

|

|

26/09

17h09

|

|

26/09

12h02

|

|

23/09

13h10

|

|

23/09

12h00

|

|

22/09

17h25

|

|

22/09

15h47

|

|

22/09

12h09

|

|

22/09

9h41

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 40 : « La res­tau­ra­tion de la tour Perret à Grenole »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 39 : « Le ren­voi en cor­rec­tion­nelle d’Éric Piolle »

Abonnement| Conseil muni­ci­pal : accu­sa­tions d’im­pos­ture, pro­cès en cor­rec­tion­nelle… Éric Piolle balaie les mises en cause

Agenda

Je partage !