L’association Tero Loko se tourne vers l’é­pargne soli­daire pour finan­cer ses nou­veaux locaux

L’association Tero Loko se tourne vers l’é­pargne soli­daire pour finan­cer ses nou­veaux locaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FLASH INFO – L’épargne soli­daire pour sou­te­nir un pro­jet agroé­co­lo­gique et social ? C’est ce que pro­pose l’as­so­cia­tion Tero Loko, basée à Notre-Dame-de‑l’Osier, petite com­mune isé­roise à proxi­mité de Vinay. Contrainte de quit­ter ses locaux, la struc­ture est au coeur d’une cam­pagne d’ap­pel à l’épargne soli­daire, avec l’aide d’Emmaüs Épargne Solidaire. (voir encadré)

Le pro­jet de Tero Loko ? L’association « accueille et accom­pagne à la fois des per­sonnes réfu­giées et des habi­tants du ter­ri­toire en situa­tion de pré­ca­rité », afin de « [les] faire sor­tir de l’urgence sociale et de leur per­mettre d’entrer dans une dyna­mique de recons­truc­tion et d’insertion ». Le tout autour d’ac­ti­vi­tés « de maraî­chage, confec­tion de pain et vente directe en cir­cuit-court [qui] par­ti­cipe éga­le­ment à la dyna­mique de son ter­ri­toire ».

Le maraîchage fait (entre autres) partie des activités de Tero Loko. © Tero Loko

Le maraî­chage fait (entre autres) par­tie des acti­vi­tés de Tero Loko. © Tero Loko

Face à son démé­na­ge­ment imposé, pour­suit l’as­so­cia­tion, « Tero Loko a pris la déci­sion de faire construire son propre bâti­ment d’activité ». Le but : demeu­rer près des terres maraî­chères de l’as­so­cia­tion, avec à dis­po­si­tion un four­nil, une chambre froide pour les légumes, ainsi que des bureaux et des espaces com­muns. Le tout se vou­lant « bio­cli­ma­tique et conçu avec des maté­riaux locaux bio­sour­cés ». L’ouverture est pré­vue pour 2023.

Encore faut-il réunir les fonds néces­saires. Si le pro­jet devrait repré­sen­ter au total 1,4 mil­lions d’eu­ros, Emmaüs Épargne Solidaire fixe comme objec­tif de sa col­lecte 400 000 euros, afin de par­ti­ci­per à la construc­tion du nou­veau bâti­ment. En espé­rant séduire « toute per­sonne phy­sique ou morale qui sou­haite don­ner du sens à son épargne »… tout en ayant conscience des risques qu’un tel inves­tis­se­ment présuppose.

Emmaüs Épargne Solidaire a été créé en 2021 pour être un « nou­veau levier de soli­da­rité au sein du mou­ve­ment Emmaüs », en sou­te­nant les groupes Emmaüs ou les asso­cia­tions membres (comme c’est le cas pour Tero Loko). L’organisme s’est fixé pour objec­tif « le sou­tien de quinze pro­jets immo­bi­liers sur les dix pro­chaines années, grâce à une mobi­li­sa­tion de 10 mil­lions d’euros ».

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Visite de la parcelle de La Batie pendant l'Ecole d'été de l'agriculture urbaine 20 mai 2022 à Saint-Ismier (c) Elias Muhlstein - Place Gre'net
Saint-Ismier : l’é­cole d’été de l’a­gri­cul­ture urbaine donne le cap à Grenoble

FOCUS - L'école d'été de l'agriculture urbaine s'est tenue au lycée horticole de Grenoble-Saint-Ismier, les 18, 19 et 20 mai 2022. Durant ce rendez-vous annuel Lire plus

L'association Mille Pousses organisait une visite de son site de production à l'occasion des 48h de l'agriculture urbaine. © Anissa Duport-Levanti
Agriculture urbaine : l’association gre­no­bloise Mille Pousses démé­nage pour se diversifier

  EN BREF – Forte de son succès, l’association Mille Pousses qui s'est lancée fin 2018 à Grenoble s’installera dès l’automne prochain près du stade Lire plus

Jardinage collectif avec l'association Cultivons nos toits sur le toit de CCSTI Casemate, 17 mai 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net
Les 48 heures de l’agriculture urbaine sont de retour dans l’ag­glo­mé­ra­tion grenobloise

  FIL INFO - Événement national organisé dans l'agglomération grenobloise par l’association Cultivons nos toits, les 48 heures de l’agriculture urbaine reviennent pour une troisième Lire plus

Grenoble accueille les 48 heures de l’a­gri­cul­ture urbaine du ven­dredi 3 au dimanche 5 mai

FIL INFO - Organisées par l'association Cultivons nos toits, les 48 heures de l'agriculture urbaine reviennent à Grenoble pour une deuxième édition les vendredi 3, Lire plus

© Limatech
Finance éthique et agri­cul­ture urbaine au cœur de la Journée de la tran­si­tion citoyenne

FOCUS - Présenter des "solutions" garantissant une société plus "écologique, sociale et humaine". Voilà l'objectif de la journée de la transition citoyenne qui s'est déroulée Lire plus

Champ des agriculteurs biologiques de Chabons (Crédit Aymeric Manuel)
Du jar­din en ville à l’agriculture urbaine

BLOG ARCHITECTURE - Le retour de la nature en ville n’aura échappé à personne. Depuis plusieurs années maintenant, les initiatives se multiplient pour cultiver ou Lire plus

Flash Info

|

08/08

19h10

|

|

08/08

12h16

|

|

07/08

10h59

|

|

07/08

10h36

|

|

06/08

16h39

|

|

06/08

14h57

|

|

05/08

11h49

|

|

05/08

9h50

|

|

04/08

17h00

|

|

04/08

12h07

|

Les plus lus

Environnement| Sécheresse : Éric Piolle pointe du doigt les « greens » de golf qui conti­nuent d’être arrosés

À voir| Fête médié­vale à Saint-Antoine-L’Abbaye : « le chan­tier des bâtis­seurs » de retour les 6 et 7 août 2022

Abonnement| Sécheresse en mon­tagne : le pas­to­ra­lisme en Belledonne en pre­mière ligne face au dérè­gle­ment climatique

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin