La voie dans le sens Grenoble - Fontaine du pont Esclangon toujours interdite aux véhicules motorisés. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fermeture à la circulation du pont Esclangon : la Ville de Grenoble condamnée aux dépens par la justice administrative

Fermeture à la circulation du pont Esclangon : la Ville de Grenoble condamnée aux dépens par la justice administrative

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – La justice administrative a condamné, ce vendredi 22 octobre 2021, la Ville de Grenoble à verser 1 500 euros à la Métropole. Ce au titre des dépens concernant une requête en référé de la Métro demandant le rétablissement de la circulation sur le pont Esclangon dans le sens Grenoble-Fontaine. La Ville de Grenoble a réagi en affirmant se préoccuper avant tout de la sécurité des piétons, personnes à mobilité réduite et cyclistes lors de leur traversée du pont.

Après sa déci­sion ordon­nant à la Ville de Grenoble la sus­pen­sion de l’arrêté orga­ni­sant les pié­ton­ni­sa­tions Place(s) aux enfants, la jus­tice admi­nis­tra­tive vient une nou­velle fois de se pro­non­cer sur un arrêté muni­ci­pal. Ce deux jours après la fronde des élus fon­tai­nois bra­qués contre les arrê­tés suc­ces­sifs de la Ville de Grenoble por­tant sur la fer­me­ture par­tielle du pont Esclangon.

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

La requête de la Métropole exa­mi­née en référé concer­nait l’ar­rêté condam­nant la rampe d’ac­cès au pont dans le sens Grenoble-Fontaine du 14 sep­tembre au 14 octobre 2021. Une déci­sion qui avait sur­pris les élus fon­tai­nois, les­quels s’at­ten­daient à sa réou­ver­ture dès le 10 sep­tembre, à l’is­sue de longs travaux.

Entre temps, un autre arrêté en date du 15 octobre pro­lon­geait de deux mois sup­plé­men­taires la fer­me­ture du pont Esclangon. Le pre­mier arrêté, objet du référé, se voyant ainsi abrogé, le juge admi­nis­tra­tif a consi­déré « qu’il n’y avait donc plus lieu d’y sta­tuer ».

Franck Longo : « ce n’est qu’une première victoire »

Conséquence de cette déci­sion en demi-teinte ? Le pont res­tera fermé à toute cir­cu­la­tion moto­ri­sée dans le sens Grenoble-Fontaine, seuls les cycles et les pié­tons pou­vant l’emprunter.  Le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif a par ailleurs condamné la Ville de Grenoble à ver­ser à la Métropole la somme de 1 500 euros au titre des dépens, rap­porte le Dauphiné libéré. En effet, a jus­ti­fié le tri­bu­nal dans ses atten­dus, « la Ville de Grenoble doit être regar­dée comme la par­tie per­dante dans la pré­sente ins­tance de référé ».

Sylvain Laval, vice-pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole chargé de l’espace public, de la voi­rie, des infra­struc­tures cyclables et des mobi­li­tés douces, s’est féli­cité de cette déci­sion. Tout comme la Ville de Fontaine. « Cette déci­sion a mis la Ville de Grenoble face à ses res­pon­sa­bi­li­tés en recon­nais­sant une faute », écrit-elle dans un com­mu­ni­qué. Pour Franck Longo, maire de Fontaine, qui prend acte des conclu­sions du tri­bu­nal, « ce n’est qu’une pre­mière vic­toire ».

« Malheureusement, le pont reste fermé, regrette l’é­dile. Nous devons pour­suivre la mobi­li­sa­tion et ainsi per­mettre [sa] réou­ver­ture à la cir­cu­la­tion dans les plus brefs délais. »

 

La Ville de Grenoble réagit au non-lieu et met en avant « la sécurité avant tout »

La Ville de Grenoble qui a publié un com­mu­ni­qué ce dimanche 24 octobre 2021 en fin de jour­née, se féli­cite du non-lieu pro­noncé par le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif. « [Il] per­met, assure-t-elle, de pré­ser­ver une tra­ver­sée sécu­ri­sée du Drac pour les pié­tons, per­sonnes à mobi­lité réduite et cyclistes sur le pont Esclangon ». La Ville confirme aussi qu’elle « pro­lon­gera l’exis­tence de cette voie sécu­ri­sée tant que la situa­tion sera acci­den­to­gène sur le pont du Vercors ». Dans cet objec­tif, indique-t-elle, « les échanges tech­niques se pour­suivent actuel­le­ment entre col­lec­ti­vi­tés afin de garan­tir la sécu­rité de la tra­ver­sée ».

« Nous sommes très sur­pris des pro­pos du vice-pré­sident de la Métropole [Sylvain Laval, ndlr] qui appelle la Ville de Grenoble à “entendre rai­son”1Des pro­pos tenus par Sylvain Laval inter­rogé par le Dauphiné libéré », réagit, quant à lui, Gilles Namur, adjoint au maire de Grenoble.

« Nous l’ap­pe­lons nous à faire preuve sur­tout de res­pon­sa­bi­lité face aux dan­gers que courent les pié­tons, per­sonnes à mobi­lité réduite et cyclistes sur cette tra­ver­sée du Drac », rétorque-t-il. « Par notre arrêté de sep­tembre, nous avons enfin obtenu qu’il étu­die la sécu­ri­sa­tion de cette tra­ver­sée après des demandes res­tées sans réponses depuis des mois ».

Gilles NAMUR

Gilles Namur, adjoint au maire de Grenoble © Corentin Bemol – Place Gre’net

« La sécurité des piétons, personnes à mobilité réduite et cyclistes n’est pas une variable d’ajustement »

« Refusant à ce stade d’é­tu­dier la solu­tion Esclangon pour­tant aisée à mettre en œuvre, la Métropole nous a fait par­ve­nir des pre­mières pro­po­si­tions de sécu­ri­sa­tion du pont du Vercors », pour­suit Gille Namur. Qui indique que la Ville les a « étu­diées dès récep­tion avec la plus grande atten­tion ». D’ailleurs, ajoute-t-il, « plu­sieurs réunions ont déjà eu lieu avec la Métropole et la Ville de Fontaine. Plusieurs points nous posent aujourd’­hui encore des ques­tions, ques­tions que nous ne pre­nons pas à la légère car elles concernent la sécu­rité des pié­tons, notam­ment les plus vul­né­rables […] ».  La Ville l’af­firme, « leur sécu­rité n’est pas une variable d’a­jus­te­ment, nous agis­sons de manière lucide et res­pon­sable ».

Ainsi, explique la Ville de Grenoble, « grâce à la déci­sion du tri­bu­nal, nous regar­de­rons et étu­die­rons serei­ne­ment ces enjeux dès la semaine pro­chaine afin de garan­tir la sécu­rité des habi­tants ». Nous sommes convain­cus, conclut-elle, « qu’une solu­tion peut être trou­vée rapi­de­ment en lien avec les asso­cia­tions spé­cia­li­sées pour garan­tir une tra­ver­sée sécu­ri­sée soit sur le pont du Vercors soit sur le pont Esclangon, en fonc­tion des phases du chan­tier ».

 

Cet article a été modi­fié (titre et chapô) ce dimanche 24 octobre à 14 heures pour appor­ter plus de pré­ci­sions et lever cer­taines ambi­guï­tés. Une deuxième modi­fi­ca­tion a suivi ce même jour, à 19 h 30, pour inté­grer en enca­dré la réac­tion de la Ville de Grenoble qui nous est par­ve­nue plus tardivement.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Franck Longo, maire de Fontaine, lors de sa prise de parole pendant le rassemblement contre la fermeture du pont Esclangon. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Fermeture du pont Esclangon : les élus de Fontaine « tous sur le pont » mais la Ville de Grenoble campe sur ses positions

REPORTAGE VIDÉO - La polémique entre la Ville de Fontaine, la Métropole et la Ville de Grenoble au sujet de la fermeture du pont Esclangon Lire plus

Fermeture du pont Esclangon: Fontaine appelle à manifester contre le "mépris des élus grenoblois"
Fermeture du pont Esclangon : Fontaine appelle à manifester contre le « mépris des élus grenoblois »

FLASH INFO — Les municipalités de Grenoble et de Fontaine sur le point de couper les ponts, au sens littéral du terme? Alors que la Lire plus

Fermeture d'Esclangon: Grenoble coupe-t-elle les ponts avec la Ville de Fontaine et la Métropole?
Fermeture d’Esclangon : Grenoble coupe-t-elle les ponts avec la Ville de Fontaine et la Métropole ?

FOCUS - La décision de la Ville de Grenoble de ne pas rouvrir, comme attendu, le pont Esclangon dans son sens Grenoble-Fontaine provoque la colère Lire plus

La justice ordonne la suspension de l'arrêté organisant les piétonnisations Place(s) aux enfants sur Grenoble
La justice ordonne la suspension de l’arrêté organisant les piétonnisations Place(s) aux enfants sur Grenoble

FIL INFO — Le tribunal administratif de Grenoble ordonne à la Ville de Grenoble la suspension de l'arrêté organisant les piétonnisations siglées Place(s) aux enfants. Lire plus

Place(s) aux enfants: nouvelles polémiques autour de la piétonnisation de plusieurs rues à Grenoble
Place(s) aux enfants : nouvelles polémiques autour de la piétonnisation de plusieurs rues à Grenoble

FOCUS - Alors que la Ville de Grenoble vient de présenter (de nouveau) le déploiement du dispositif Place(s) aux enfants, la colère contre la piétonnisation d'une dizaine Lire plus

Place(s) aux enfants: l'Union de quartier Berriat demande l'annulation des PV dressés durant l'été
Place(s) aux enfants : l’Union de quartier Berriat demande l’annulation des PV dressés durant l’été

FLASH INFO — Nouvelle polémique autour du programme de piétonnisation Place(s) aux enfants, mis en place par la Ville de Grenoble. Après l'action en justice Lire plus

Flash Info

|

30/11

19h38

|

|

30/11

17h09

|

|

30/11

12h42

|

|

30/11

12h10

|

|

30/11

11h46

|

|

30/11

11h01

|

|

30/11

10h04

|

|

29/11

18h12

|

|

29/11

16h01

|

|

29/11

11h15

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin