Inspira : le rapporteur public demande l’annulation du projet de zone industrialo-portuaire

sep article

 

FLASH INFO – La justice va-t-elle mettre un coup d’arrêt à Inspira, du nom de ce projet d’aménagement d’une zone industrialo-portuaire dans le nord Isère ?

 

Le projet Inspira doit prendre forme dans la prolongation de l'actuelle plate-forme chimique de Salaise/Sanne © Patricia Cerinsek

Le pro­jet Inspira, dans la pro­lon­ga­tion de l’ac­tuelle plate-forme chi­mique de Salaise/Sanne, sera-t-il annulé comme le demande le rap­por­teur public ? © Patricia Cerinsek

L’affaire sera exa­mi­née mardi 6 avril 2021 par le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble après plu­sieurs recours dépo­sés par Vivre, l’as­so­cia­tion de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment basée à Salaise-sur-Sanne.

 

Un dos­sier sur lequel le rap­por­teur public, dont les avis sont en géné­ral suivi par le juge, va deman­der l’an­nu­la­tion. En ques­tion ? L’incompatibilité du pro­jet avec le schéma direc­teur d’a­mé­na­ge­ment et de ges­tion des eaux (Sdage ) concer­nant la ges­tion de la res­source en eau.

 

Le pro­jet Inspira est porté par la société publique locale Isère Aménagement, filiale d’Elegia, un grou­pe­ment d’in­te­rêt éco­no­mique pré­sidé par Jean-Pierre Barbier, le pré­sident du Département de l’Isère. Il pré­voit d’aménager sur 250 hec­tares sup­plé­men­taires au sud de Vienne une zone d’activités multi-modale, à la croi­sée du fer, du fleuve et de la route. A la clé ?  La pro­messe de 2 000 à 3 000 emplois à l’horizon 2040.

 

 

Avis unanimement défavorable de la commission d’enquête

 

Mais un pro­jet qui a reçu l’a­vis défa­vo­rable à l’u­na­ni­mité des trois com­mis­saires enquê­teurs. Dans ses conclu­sions, la com­mis­sion d’en­quête pré­si­dée par Gabriel Ullmann poin­tait notam­ment une défi­cience d’états des lieux, un manque de mesures concrètes ou un report constant à des études ulté­rieures mal­gré des urgences chro­niques.

 

Un avis que ne sui­vra pas le pré­fet, qui don­nera son feu vert en décembre 2018. Mais auquel sous­crivent les asso­cia­tions de pro­tec­tion de l’environnement. Elles pointent des risques d’i­non­da­tions sous-éva­lués, des réseaux d’évacuation des eaux plu­viales sous-dimen­sion­nés, des pré­lè­ve­ments dans la nappe phréa­tique du Rhône exces­sifs.

 

Le projet Inspira doit prendre forme dans la prolongation de l'actuelle plate-forme chimique de Salaise/Sanne © Patricia Cerinsek

Le pro­jet Inspira pré­voit d’aménager sur 250 hec­tares sup­plé­men­taires au sud de Vienne une zone d’activités cen­sée faire la part belle à la multi-moda­lité. © Patricia Cerinsek

 

 

 

« On est sur une nappe phréa­tique en défi­cit », sou­li­gnait en février 2019 à Place Gre’net Georges Montagne à l’as­so­cia­tion Vivre. « L’ancien Rhône n’est plus en crue et n’alimente plus la nappe de la même façon. »

 

Un dos­sier qui fai­sait éga­le­ment tiquer la mis­sion régio­nale d’au­to­rité envi­ron­ne­men­tale, dont l’in­dé­pen­dance sur le sujet, a été sérieu­se­ment écor­née. Le dos­sier « n’apporte pas d’informations sur la res­source sur laquelle se feront les pré­lè­ve­ments », sou­li­gnait-elle dans son avis.

 

Mardi 6 avril, la rap­por­teur public a demandé l’an­nu­la­tion totale ou par­tielle du pro­jet. Le juge­ment a été mis en déli­béré au 4 mai (article mis à jour le 6 avril 2021 à l’is­sue de l’au­dience).

 

PC

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
1402 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.