Faute de compétences et de moyens, la lutte contre la pollution de l’air réduite à la portion congrue à Grenoble

sep article

 

FOCUS – Sur le front de la lutte contre la pollution de l’air, les rares mesures portées par la Ville de Grenoble sur les trois prochaines années ont laissé les oppositions municipales sur leur faim. Entre défaut de compétences et de moyens, l’exécutif poursuit le chemin tracé dans le précédent mandat. En vue ? Plus de place pour le vélo et les piétons et un nouveau plan de circulation à l’horizon 2023.

 

 

Pollution de l'air : la politique des petits pas à Grenoble. Sept candidats à Grenoble, deux minutes pour convaincreMairie de Grenoble

A Grenoble, la lutte contre la pol­lu­tion de l’air sur les trois pro­chaines années sera limi­tée par les com­pé­tences et les maigres moyens. © Nils Louna – placegrenet.fr

Quelles grandes actions la Ville de Grenoble va-t-elle entre­prendre dans les trois ans pour amé­lio­rer la qua­lité de l’air ? Elles sont réduites à la por­tion congrue. Questions de com­pé­tences, la plu­part étant entre les mains de la Métropole ou du syn­di­cat des mobi­li­tés, mais aussi de moyens.

 

C’est en tout cas ce qu’ont repro­ché les élus de l’op­po­si­tion aux mesures annon­cées par Pierre-André Juven, adjoint à l’ur­ba­nisme et à la santé, et Gilles Namur, adjoint à la nature en ville, lors du conseil muni­ci­pal ce mardi 29 mars 2021.

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
2749 visites | 8 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 8
  1. La mai­rie de Grenoble claque de l’argent entre potes pour des pro­jets fumeux : jar­dins par­ta­gés deve­nus des pou­belles , refuges à chauves sou­ris « anti mous­tiques » tom­bés par terre, cadran solaire géant à 221k€, … et a beau jeu de deman­der la gra­tuité à la Métro.

    Interdire les feux ouverts, brû­lage et les piz­zas cuites au feu de bois dans la ZFE gre­no­bloise serait sur­ement effi­cace mais il fau­drait que la police muni­ci­pale contrôle effec­ti­ve­ment !

    Reste qu’in­vo­quer les vilaines voi­tures et la frac­ture sociale per­met d’é­vi­ter de rendre des comptes.

    sep article
  2. Plus de 12,5 mil­lions d’eu­ros pour inter­dire la cir­cu­la­tion sur Agutte Sembat et 40000 euros par an pour lut­ter contre la pol­lu­tion du chauf­fage au bois. Alors qu’un seul feu de che­mi­née pol­lue plus que tout le tra­fic qui pas­sait sur le bou­le­vard !
    https://www.picbleu.fr/page/les-emissions-particules-fines-chauffage-bois-polluent-air
    C’est vrai­ment de la com” pour cacher qu’en vrai ils se foutent de nous et de nos pou­mons. La poli­tique c’est sou­vent pas brillant mais il n’y a pas pire poli­ti­ciens tor­dus que ces « verts » faus­se­ment éco­los.

    sep article
  3. Il y a déjà un plan de NON cir­cu­la­tion IMPOSÉ (par la ville/métropole/Smtc avec leur par­te­naire pri­vi­lé­gié l’ADTC) aux Grenoblois (et métro­po­li­tains) sans aucune étude d’im­pact indé­pen­dante , et qui a fait bon­dir Grenoble de la 10ème à la 4ème place des villes les plus embou­teillées de France en à peine 3 années !

    Et ils sont capables de faire pire !

    La preuve, mal­gré cet échec, la mise en place sous pre­texte de Covid de Tempovelos vides de cycles et qui longent de nou­veaux embou­teillages, et ils parlent dejà d’ac­cen­tuer la manoeuvre, de sup­pri­mer de nou­veaux axes de cir­cu­la­tions, aucune remise en ques­tion ni aucunes modi­fi­ca­tions depuis Avril 2017, date de mise en place de CVCM avec ses supres­sions d’ar­tères névral­giques de cir­cu­la­tions et ses reports logiques de flux ailleurs dans Grenoble, d’où la pro­gres­sion expo­nen­tielle des embou­teillages !

    Sans oublier les innom­brables sup­pres­sions de places de sta­tion­ne­ments à Grenoble et à l’es­pla­nade, sans solu­tions de rem­pla­ce­ment comme des par­king silos !

    Pourtant, bali­ser et sécu­ri­ser les axes cyclistes exis­tant étaient la prio­rité ainsi que des études d’im­pacts avant un nou­veau plan de cir­cu­la­tion, mais non !

    Me feront-ils men­tir ? Je ne peux que le sou­hai­ter mais sans aucune illu­sion. 🙄

    sep article
  4. Article à charge ?
    La « chasse aux pous­sières » de la ville de Grenoble ne sert à rien faute de coor­di­na­tion avec la prime Air Bois de la Métro. Mais si c’est Eybens ou La Tronche qui le fait (depuis 2015 ! Voilà qui est en avance et dis­rup­tif !) alors là c’est plu­tôt bien.

    (Nouvelles réac­tions après la lettre ouverte d’Eric Piolle | Place Gre’net
    « Le maire de Grenoble réclame à la Métro d’augmenter la prime air-bois, voire de la rendre gra­tuite pour les plus modestes ? Dans l’agglomération, des villes comme Eybens ou La Tronche l’ont déjà dou­blée. »)

    sep article
    • MB

      31/03/2021
      15:17

      Pour infor­ma­tion, ou rap­pel, la phrase que vous citez entre guille­mets et pro­ve­nant de l’ar­ticle Nouvelles réac­tions après la lettre ouverte d’Eric Piolle est une cita­tion indi­recte du groupe métro­po­li­tain Actes, où siège Christophe Ferrari.
      Quant à la « chasse aux pous­sières » ne ser­vant à rien, comme vous le dites, cette phrase dès le début de l’ar­ticle que vous com­men­tez a le mérite de la clarté : « C’est en tout cas ce qu’ont repro­ché les élus de l’opposition aux mesures annon­cées par Pierre-André Juven, adjoint à l’urbanisme et à la santé, et Gilles Namur, adjoint à la nature en ville, lors du conseil muni­ci­pal ce mardi 29 mars 2021. »

      sep article
      • Oui, ben c’est inté­res­sant de sou­li­gner que les oppo­si­tions trouvent la mesure pour­rie quand c’est fait à Grenoble et très bien quand c’est fait à La Tronche ou à Eybens. Et le titre de l’ar­ticle qui reprend les cri­tiques de l’op­po­si­tion sans le men­tion­ner (on dirait un fait éta­bli), je peux bien me deman­der si c’est pas un peu à charge. Votre liberté édi­to­riale, ma liberté de poser des ques­tions.

        Source : article Pollution de l’air : la poli­tique des petits pas à Grenoble | Place Gre’net – Place Gre’net

        sep article
        • PC

          31/03/2021
          17:43

          La mesure, dans ses moda­li­tés d’at­tri­bu­tion (réser­vée aux foyers les plus pré­caires comme dit dans l’ar­ticle) n’est pas la même à Grenoble, La Tronche et Eybens. C’est ce point pré­ci­sé­ment (une aide cir­cons­crite aux ménages le plus en dif­fi­culté, ménages déjà aidés par le dis­po­si­tif de l’Etat) qui est cri­ti­qué.
          Pour ce qui est du titre, oui, c’est un fait que la Ville n’a plus guère de com­pé­tences en la matière, ce qui limite du reste son champ d’ac­tions. Quant aux moyens, 69 000 euros sur 2021, 229 000 sur cinq ans, on peut rai­son­na­ble­ment par­ler de moyens limi­tés.

          sep article
  5. pas d’i­ma­gi­na­tion, pas de volonté, que de l’i­déo­lo­gie gau­cho facho. Et pire que ça, Piolle [modéré : pro­pos inju­rieux] et sa bande sont direc­te­ment res­pon­sables de la construc­tion de Biomax , cen­trale de cogé­né­ra­tion, qui rejette 8 tonnes (!!!) de PM2.5 par an dans l’air de Grenoble, sans par­ler des emis­sion du CO2. Bonjour les mala­dies res­pi­ra­toires pour les enfants et le can­cer pour les adultes.

    sep article