Manifestation contre la réforme Taquet à Grenoble le mardi 30 mars 2021. © Tim Buisson – Place Gre’net

Grenoble : les professionnels de la petite enfance en grève contre le projet Taquet

Grenoble : les professionnels de la petite enfance en grève contre le projet Taquet

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Une centaine de personnes se sont rassemblées, mardi 30 mars place de Verdun à Grenoble, pour protester contre le projet Taquet. Cette réforme qui porte le nom du secrétaire d’État chargé de la petite enfance suscite la colère des professionnels depuis des mois.

 

 

Manifestation contre la réforme Taquet à Grenoble le mardi 30 mars 2021. © Tim Buisson – Place Gre’net

Manifestation contre la réforme Taquet à Grenoble le mardi 30 mars 2021. © Tim Buisson – Place Gre’net

« Nous, qui sommes sur le ter­rain tous les jours, on se rend bien compte qu’un enfant a besoin d’at­ten­tion, se désole Justine. Ce ne sont pas des chiffres ! » L’éducatrice de jeunes enfants qui exerce dans le Grésivaudan est venue mani­fes­ter place de Verdun à Grenoble avec sa col­lègue Catherine, auxi­liaire de pué­ri­cul­ture. Sur la pan­carte accro­chée à son cou, on peut lire : « Pas de bébés à la consigne ». Soit le nom du col­lec­tif à l’o­ri­gine de ce mou­ve­ment natio­nal.

 

Une cen­taine de per­sonnes ont ainsi fait le dépla­ce­ment ce 30 mars afin de pro­tes­ter contre le pro­jet de loi Taquet. Plus d’une tren­taine de mani­fes­ta­tions avaient lieu en même temps dans toute la France.

 

Manifestation des professionnels de la petite enfance à Grenoble mardi 30 mars 2021. © Tim Buisson – Place Gre’net

Manifestation des pro­fes­sion­nels de la petite enfance à Grenoble, mardi 30 mars 2021. © Tim Buisson – Place Gre’net

 

Les pro­fes­sion­nels des modes d’ac­cueil, en très grande majo­rité des femmes, craignent pour leurs condi­tions de tra­vail avec cette réforme. Et leur colère ne dimi­nue pas depuis que le secré­taire d’État Adrien Taquet l’a pré­sen­tée. En mars 2019, plus de 200 per­sonnes avaient ainsi déjà mani­festé place de Verdun.

 

 

De cinq à six enfants par professionnel

 

Le pro­jet Taquet pré­voit notam­ment de pas­ser le taux d’en­ca­dre­ment à six enfants qui ne marchent pour un adulte, au lieu de cinq. « Imaginez six enfants de quatre mois à l’heure du repas ! Ça demande une atten­tion par­ti­cu­lière », assure Marianne, édu­ca­trice de jeunes enfants sur Grenoble. Qui tient, elle aussi, une pan­carte avec sa col­lègue du centre com­mu­nal d’ac­tion sociale (CCAS).

 

Nathalie Uchet, déléguée syndicale CGT et Arezky Oussalah, représentant syndical départemental CGT service public. © Tim Buisson – Place Gre’net

Nathalie Uchet, délé­guée syn­di­cale CGT, et Arezky Oussalah, repré­sen­tant syn­di­cal dépar­te­men­tal CGT ser­vice public. © Tim Buisson – Place Gre’net

La charge de tra­vail sup­plé­men­taire va for­cé­ment peser sur les pro­fes­sion­nels, sou­ligne la CGT, à l’i­ni­tia­tive de ce mou­ve­ment. Un mou­ve­ment suivi par la CFDT, la FSU, FO, Sud et le tout nou­veau Syndicat natio­nal des pro­fes­sion­nels de la petite enfance (SNPPE). « Avec la fatigue de tous les agents qui encadrent les enfants, il va y avoir un pro­blème de sécu­rité », pré­vient Arezky Oussalah, repré­sen­tant syn­di­cal dépar­te­men­tal CGT ser­vice public.

 

D’autant plus que la réforme risque de dimi­nuer le nombre de titu­laires, au pro­fit de sala­riés “volants”, qui tournent dans les éta­blis­se­ments d’ac­cueil. « On s’a­per­çoit que du per­son­nel en rem­pla­ce­ment n’est pas formé », rap­porte Nathalie Uchet du CCAS de Grenoble, en charge d’en­fants de deux mois et demi à trois ans, et par ailleurs délé­guée syn­di­cale CGT. 

 

 

Des directions moins formées qu’auparavant

 

Les mani­fes­tants craignent éga­le­ment que les direc­trices soient moins bien for­mées. « On demande que les direc­trices aient une expé­rience pro­fes­sion­nelle en crèche de plu­sieurs années. Là, ce ne sera plus le cas », déplore Catherine, auxi­liaire de pué­ri­cul­ture au sein d’une struc­ture accueillant trente jeunes enfants.

 

Justine et Catherine travaillent dans une crèche dans le Grésivaudan. © Tim Buisson – Place Gre’net

Justine et Catherine tra­vaillent dans une crèche dans le Grésivaudan. © Tim Buisson – Place Gre’net

« C’est plu­sieurs années de for­ma­tion pour connaître l’en­fant et ses besoins, mais aussi ceux des familles, ajoute sa col­lègue Justine. S’il y a tou­jours plus d’en­fants avec moins de per­son­nel, on ne pourra pas faire notre tra­vail comme on l’entend. »

 

Leur éta­blis­se­ment a fermé ses portes mardi 30 mars au matin et accueille peu d’en­fants l’a­près-midi. L’occasion d’in­for­mer les parents. « Actuellement, je pense qu’il n’y a que les pro­fes­sion­nels qui sont au cou­rant de cette réforme », déplore Catherine. Qui sou­ligne que les parents res­tent plu­tôt com­pré­hen­sifs face à ce mouvement.

 

D’autant plus que la sur­face légale par enfant accueilli pour­rait pas­ser de 7 à 5,5 m2 dans les zones très den­sé­ment peu­plées. « Les bébés ne sont pas des sar­dines. Pas de bébés à la consigne », peut-on lire au feutre bleu sur le car­ton de Julie.

 

 

Moins d’analyse de pratique avec le projet Taquet

 

Les pro­fes­sion­nelles béné­fi­cient en outre actuel­le­ment de deux heures d’a­na­lyse de pra­tique par mois. La réforme pré­voit de pas­ser à une demi-heure. « Ça va bais­ser en qua­lité, c’est sûr !, s’a­gace Marianne. Cela per­met aux équipes d’é­chan­ger avec une psy­cho­logue pour avoir du recul, pour trou­ver des solu­tions afin de mettre en place des moyens pour aider les enfants et les familles. »

 

La date limite de publi­ca­tion de l’or­don­nance est fixée au 7 juin 2021. D’ici-là, les pro­fes­sion­nels de la petite enfance espèrent obte­nir gain de cause auprès du secré­taire d’État.

 

Tim Buisson

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Tim Buisson

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

UGA : les syndicats protestent contre un plan d'austérité
UGA : les syndicats étudiants et de personnels protestent contre un plan d’austérité prévoyant le gel de 256 postes d’ici 2028

FOCUS - Des étudiants et personnels de l'Université Grenoble Alpes (UGA) se sont rassemblés devant le conseil d'administration de l'Université, ce lundi 11 octobre 2021, Lire plus

Entre 1400 et 3000 personnes ont manifesté ce mardi 5 octobre 2021 à Grenoble dans le cadre de la journée de grève nationale. © Paul Turenne - Place Gre'net
Entre 1400 et 3000 manifestants à Grenoble pour l’emploi et les salaires et contre les réformes des retraites et de l’assurance chômage

REPORTAGE - De 1400 (selon la police) à 3000 (selon les organisateurs) manifestants ont défilé, ce mardi 5 octobre 2021, dans les rues de Grenoble Lire plus

La Ville de Grenoble annonce des mesures de "déprécarisation" pour ses agents éducation et jeunesse
La Ville de Grenoble annonce des mesures de « déprécarisation » pour ses agents éducation et jeunesse

FLASH INFO — "Poursuivre l’effort de déprécarisation des agent-es et améliorer leurs conditions de travail". Tel est le programme annoncé par la Ville de Grenoble Lire plus

Rassemblement intersyndical contre le maintien des épreuves du baccalauréat 2021

FIL INFO – La dénonciation du maintien des épreuves du baccalauréat était au centre du rassemblement de professeurs devant le rectorat de Grenoble ce jeudi Lire plus

Pour garder sa capacité d'investir, la Métro a choisi d'échelonner le rachat des actions que la ville de Grenoble détient dans Gaz Électricité de Grenoble.
Gaz électricité de Grenoble au secours de la Tag ? La redistribution des dividendes fait des étincelles

  FOCUS – À Grenoble, les dividendes de Gaz électricité de Grenoble, détenue à majorité par la Ville et la Métro, seront redistribués pour venir Lire plus

Mobilisation des salariés de Teisseire sur le site de Crolles. Photo DR
Inquiets pour l’avenir de leur usine à Crolles, les salariés de Teisseire entament une grève reconductible

  EN BREF - Les salariés de l'entreprise Teisseire basée à Crolles ont entamé une grève reconductible jeudi 8 avril. Ils souhaitent "un dialogue plus Lire plus

Flash Info

|

22/10

8h00

|

|

21/10

19h40

|

|

20/10

18h24

|

|

20/10

17h45

|

|

20/10

16h19

|

|

20/10

12h51

|

|

20/10

9h13

|

|

19/10

19h14

|

|

19/10

18h03

|

|

19/10

15h11

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin