Pour le deuxième anniversaire du mouvement, les Gilets jaunes avaient décider de manifester aux flambeaux. © Joël Kermabon - Place Grenet

Près d’une centaine de Gilets jaunes ont défilé à Grenoble pour leur deuxième anniversaire

Près d’une centaine de Gilets jaunes ont défilé à Grenoble pour leur deuxième anniversaire

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

REPORTAGE VIDÉO – Près d’une centaine de Gilets jaunes ont manifesté dans Grenoble ce mardi 17 novembre 2020 à l’occasion du deuxième anniversaire du mouvement citoyen lancé en 2018. Un sursaut revendicatif pour réclamer des postes et des moyens pour les services publics, les étudiants, les indépendants et les travailleurs et pour que « tous puissent vivre décemment ». 

 

 

© Joël Kermabon - Place Grenet

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Venez por­ter vos reven­di­ca­tions dans la rue ! Réagissons ! Rejoignez-nous ! On lâche rien !», invi­tait la page Facebook du groupe Gilets jaunes uni­taires du rond-point Pierre et Marie Curie. Les orga­ni­sa­teurs appe­laient ainsi à mani­fes­ter aux flam­beaux dans Grenoble, ce mardi 17 novembre 2020 à 18 heures, à par­tir de la place Hubert-Dubedout.

 

Une manière de mar­quer le deuxième anni­ver­saire de la vague jaune qui, sur­pre­nant tout le monde, avait déferlé sur la France en novembre 2018. Les gilets jaunes reven­di­quaient notam­ment plus de jus­tice fis­cale et sociale, ainsi que la mise en place de la clé de voûte du mou­ve­ment : le Référendum d’i­ni­tia­tive citoyenne (Ric).

 

 

Les gilets jaunes ont rendu hommage à leurs « morts mutilés et prisonniers »

 

Depuis, les fon­da­men­taux du mou­ve­ment n’ont pas vrai­ment changé. Certains ont même évo­lué dans le sens d’une conver­gence des luttes, à l’oc­ca­sion de son pre­mier anni­ver­saire en 2019. Cependant, après quelques erre­ments et dis­sen­sions en interne, la mobi­li­sa­tion s’est peu à peu étio­lée lors des der­nières mani­fes­ta­tions gre­no­bloises. De sur­croît, la crise sani­taire n’a rien arrangé. C’est d’ailleurs aussi contre les mesures du gou­ver­ne­ment pour ten­ter d’é­ra­di­quer le Covid-19 que les mani­fes­tants pro­tes­taient ce mardi soir dans les rues de Grenoble.

 

© Joël Kermabon - Place Grenet

© Joël Kermabon – Place Grenet

Que demandent les gilets jaunes gre­no­blois ? « Des postes et des moyens pour les ser­vices publics, écoles et hôpi­taux. Des moyens pour tous pour vivre décem­ment et pour les étu­diants, les indé­pen­dants et les tra­vailleurs. »

 

Les mani­fes­tants ont déam­bulé dans le calme sur les quais et dans le centre-ville de Grenoble. Le tout sur fond de sif­flets stri­dents, tout en enton­nant La Marseillaise ou encore le Chant des par­ti­sans. Avant de rejoindre le ras­sem­ble­ment sta­tique orga­nisé rue Félix-Poulat contre la loi de « sécu­rité glo­bale » exa­mi­née le même jour à l’Assemblée nationale.

 

L’occasion pour les gilets jaunes de redy­na­mi­ser la foule en dan­sant et en chan­tant sur l’air bien connu de Joyeux anni­ver­saire. Après quelques prises de parole ren­dant hom­mage à leurs « morts, muti­lés et pri­son­niers », ils ont appelé « au Ric, à la révolte et à l’in­sou­mis­sion » dans la dignité.

 

 

Après l’anniversaire, une manifestation prévue à Crolles le 28 novembre

 

Au moment de la dis­per­sion, des ten­sions sont appa­rues entre des mani­fes­tants et des agents de la Tag. Ce alors que cer­tains, plus radi­caux, ten­taient d’en­tra­ver la cir­cu­la­tion des tram­ways, arguant d’une mani­fes­ta­tion auto­ri­sée jus­qu’à 21 heures. D’autres par­ti­ci­pants ont ensuite invité l’as­sis­tance à par­tir en mani­fes­ta­tion sau­vage. Sans succès.

 

© Joël Kermabon - Place Grenet

© Joël Kermabon – Place Grenet

Et pour cause. Outre un manque d’en­thou­siasme pal­pable, un dis­po­si­tif poli­cier s’ap­pro­chait, dis­sua­dant ainsi toute vel­léité de mani­fes­ta­tion non auto­ri­sée. À 19 h 45, la cir­cu­la­tion des tram­ways a pu ainsi reprendre nor­ma­le­ment, tan­dis que la mani­fes­ta­tion se disloquait.

 

Une chose est sûre : les gilets jaunes n’ont pas avalé le déman­tè­le­ment de leur QG du rond-point his­to­rique du Raffour à Crolles et sont déter­mi­nés à pour­suivre leurs actions ces pro­chaines semaines. Ils ont ainsi acté, au cours de l’as­sem­blée géné­rale du 11 novembre der­nier, entre autres déci­sions, l’or­ga­ni­sa­tion d’une mani­fes­ta­tion le 28 novembre à 10 heures sur la com­mune de Crolles, à l’i­ni­tia­tive du groupe Action Crolles 38.

 

Joël Kermabon

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Des militants de la liste Union essentielle en campagne. © Union essentielle
Régionales et départementales : la liste citoyenne Union essentielle souhaite rendre le pouvoir de décision aux citoyens

FOCUS - À la tête de la liste citoyenne Union essentielle résolument apartisane, Shella Gill est candidate aux élections régionales d'Auvergne-Rhône-Alpes ces 20 et 27 Lire plus

COUV "Il s'agit de ne jamais démolir", le manifeste de Lacaton et Vassal, Pritzker 2021, repris par le collectif RIC Arlequin de Grenoble qui s'oppose aux démolitions à la Villeneuve de Grenoble (tout comme les deux architectes en 2010. vendredi 26 mars 2021 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net
Le “Nobel” de l’architecture décerné à Lacaton et Vassal, tous deux opposés aux démolitions à la Villeneuve de Grenoble

  FOCUS - Refusant de démolir des logements à la Villeneuve de Grenoble, les architectes Lacaton et Vassal ont été remerciés par Grenoble. Ironie du Lire plus

Référendum d'initiative citoyenne à la Villeneuve mercredi 16 octobre 2019. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Projet urbain de la Villeneuve : que reste-t-il, un an après, du Ric contre les démolitions de logements sociaux ?

  REPORTAGE VIDÉO - Un an après le Référendum d'initiative citoyenne (Ric) contre les démolitions de logements sociaux à la Villeneuve, le Ric participe à Lire plus

Conférence de presse de La commune est à nous qui prône sur les transports en commun gratuits, le 31 janvier 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Gratuité des transports publics dans l’agglo grenobloise : La commune est à nous ! lance une pétition pour un Ric

  FOCUS - Les transports publics doivent être gratuits tous les jours, martèle La commune est à nous !, en lice pour les municipales à Lire plus

Première assemblée de La commune est à nous, samedi 25 janvier 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Première “assemblée populaire” de La commune est à nous ! : “C’est un peu un laboratoire !”

  FOCUS –  Désormais dans la course aux municipales, La commune est à nous ! a tenu sa première assemblée populaire ce samedi 25 janvier, Lire plus

UNE Première conférence de presse de La commune est à nous ! au Patio, samedi 18 janvier 2020. Bruno de Lescure, Bernadette Richard-Finot, Chiaka Fane, Marion Bottard, Thibaut Michoux, Guy Tuscher © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
La commune est à nous ! organise des assemblées populaires en vue d’établir liste et programme

  FOCUS - Nouvelle liste ancrée bien à gauche pour les municipales 2020 à Grenoble, La commune est à nous ! doit encore construire son Lire plus

Flash Info

|

27/11

10h31

|

|

26/11

19h48

|

|

26/11

11h47

|

|

25/11

18h43

|

|

25/11

12h10

|

|

25/11

10h26

|

|

25/11

8h00

|

|

25/11

1h23

|

|

23/11

19h30

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin