Les policiers de Grenoble et d’Échirolles à nouveau la cible de tirs de mortiers d’artifice

sep article



 

FLASH INFO – Depuis le début du mois, les policiers sont la cible récurrente de tirs de mortiers d’artifice dans la métropole. Dans la nuit du vendredi 30 octobre au samedi 31 octobre, les forces de l’ordre ont, à nouveau, été pris pour cible à Grenoble et à Échirolles.

 

L'hôtel de police de Grenoble. © Place Gre’net Tim Buisson

A Échirolles et à Grenoble, les poli­ciers ont été la cible des tirs de mor­tiers. © Place Gre’net Tim Buisson

Plusieurs véhi­cules de CRS ont ainsi essuyé des tirs de mor­tiers en début de soi­rée à Échirolles. Les forces de l’ordre patrouillaient sur l’a­ve­nue des États Généraux, l’avenue Salvador Allende et près de Grand Place. Des vio­lences sont éga­le­ment sur­ve­nues dans la rue de Normandie et aux abords du rond-point Pierre et Marie Curie.

 

Plus tard dans la soi­rée, les tirs de mor­tiers ont cassé le pare-brise ainsi que la porte et la vitre gauche d’un four­gon de CRS. Les mesures de confi­ne­ment, entrées en vigueur la veille, n’ont pas empê­ché ces nou­veaux inci­dents.

 

Les attaques deviennent récur­rentes ces der­nières semaines. Vendredi soir, la police a réper­to­rié pas moins de 60 impacts sur ses véhi­cules. La veille, c’est l’Hôtel de ville qui a été tou­ché. Le maire de la ville, Renzo Sulli (PCF) a déclaré « condam­ner avec la plus grande fer­meté » ces assauts. Aucune vic­time n’est à déplo­rer contrai­re­ment au 19 octobre der­nier. Un poli­cier avait alors été légè­re­ment blessé.

 

Des tirs de mortiers d’artifice également à Grenoble

 

Des offi­ciers de la Brigade anti-cri­mi­na­lité (BAC) sont aussi inter­ve­nus à Grenoble. Sur l’a­ve­nue Rhin-et-Danube, des tirs simi­laires sont réper­to­riés aux alen­tours de 22 heures. La police a répli­qué avec trois tirs de lan­ceurs de balles de défense (LBD). Au même moment, plu­sieurs tirs ont été enten­dus rue Elie Cartan, à l’ouest du Parc Paul Mistral.

 

Les inci­dents se mul­ti­plient ces der­nières semaines sur ces deux com­munes. Et ce en dépit d’une inter­dic­tion contre l’u­ti­li­sa­tion de ces mor­tiers le 23 octobre der­nier. Sans que cela ne par­vienne à faire retom­ber les ten­sions pour l’ins­tant.

 

Tim Buisson

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
5360 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.