Le Millésime rendra hommage à son fondateur Alain Gatheron avec un concert le samedi 21 novembre

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

FOCUS – Le 27 octobre 2019, l’annonce du décès accidentel d’Alain Gatheron frappait de stupeur et de tristesse tous les amoureux du festival œnologique et musical Le Millésime, dont il était le fondateur. Un an plus tard, et malgré la crise sanitaire, le festival compte bien rendre hommage à cet homme qui a profondément marqué tous ceux qui l’ont connu, à travers un concert prévu le samedi 21 novembre.

 

 

« Alain n’a pas eu d’en­fants, mais il laisse der­rière lui un sacré paquet d’or­phe­lins », esti­mait un ami proche, peu après sa bru­tale dis­pa­ri­tion. Le 27 octobre 2019, Alain Gatheron, fon­da­teur du fes­ti­val Le Millésime, venait de trou­ver la mort dans un acci­dent de moto, à la grande stu­pé­fac­tion et tris­tesse de ses proches, amis et col­la­bo­ra­teurs. Soit huit jours après la clô­ture du fes­ti­val. Un ren­dez-vous incon­tour­nable pour les amou­reux de musique et de vin, qui fêtait en 2019 sa 25e édi­tion. Et qui n’aura pas sur­vécu à la mort de son fon­da­teur.

 

Le festival Millésime place Victor-Hugo à Grenoble (ici en 2018) © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le fes­ti­val Millésime place Victor-Hugo à Grenoble (ici en 2018). © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Le Covid-19 et l’ar­rêt du Millésime dans sa forme tra­di­tion­nelle n’ont pas entamé la volonté de ses orga­ni­sa­teurs de saluer la mémoire du fon­da­teur du fes­ti­val. Ils avaient orga­nisé un concert hom­mage en son hon­neur samedi 10 octobre, place Saint-André à Grenoble. Mais de nou­velles mesures sani­taires sont venues per­tur­ber la tenue de ce moment d’hom­mage musi­cal, fina­le­ment repoussé au samedi 21 novembre. Le lieu sera com­mu­ni­qué ulté­rieu­re­ment sur le site du Millésime et sur sa page Facebook.

 

 

La Cinquième de Beethoven en hommage

 

Initialement pré­vue pour ouvrir la 26e édi­tion du Millésime, la Cinquième sym­pho­nie de Beethoven sera inter­pré­tée par un orchestre pour le moins dis­pa­rate, réunis­sant des étu­diants des conser­va­toires d’Eybens et de l’ag­glo­mé­ra­tion, des musi­ciens ama­teurs de l’or­chestre sym­pho­nique Ose d’Eybens, et encore des musi­ciens pro­fes­sion­nels. Le tout sous la direc­tion de Christine Antoine.

 

Alain Gatheron. DR

Alain Gatheron, fon­da­teur du fes­ti­val œno­lo­gique et musi­cale Le Millésime, dis­paru tra­gi­que­ment dans un acci­dent de moto, le 27 octobre 2019. DR

« Préparer ce concert a été pour eux un véri­table tour de force dans le contexte de crise sani­taire que nous connais­sons », écrit l’as­so­cia­tion. Non sans saluer le tra­vail d’une cheffe d’or­chestre « ins­pi­rée par l’énergie et le cha­risme que met­tait Alain Gatheron dans son enga­ge­ment sans limites dans le Festival le Millésime, et par leur com­pli­cité durant toutes ces années ».

 

Qui était Alain Gatheron ? Un homme qui a su s’at­ti­rer la sym­pa­thie et l’a­mi­tié de beau­coup dans l’ag­glo­mé­ra­tion, au vu du très grand nombre de per­sonnes venues lui rendre un der­nier hom­mage. Un homme « reconnu pour cette capa­cité a vivre libre­ment ses pas­sions, à les croi­ser, les mélan­ger, les par­ta­ger avec une grande sim­pli­cité », dira notam­ment de lui Éric Piolle. Et le maire de Grenoble de sou­li­gner encore la « com­pli­cité immé­diate » qu’il créait, « même quand il était au contact des ins­ti­tu­tions ».

 

 

Alain Gatheron, un homme libre, généreux et engagé

 

La liberté, tel est bien le maître mot qui res­sort des por­traits que cha­cun dresse d’un per­son­nage au carac­tère « inima­gi­nable », s’a­mu­sera l’un de ses amis. Libre, mais sans une once d’é­goïsme. « Il se sen­tait véri­ta­ble­ment res­pon­sable du bien-être de cha­cun de ses proches », pour­suit-il. Et de ses élèves ? Alain Gatheron était en effet pro­fes­seur à l’é­cole Supcréa de Grenoble. « Je pense que toute per­sonne qui a connu Alain de près ou de loin se sou­vien­dra d’un homme bon qui savait mar­quer les esprits par sa géné­ro­sité et sa péda­go­gie », écrit l’un d’eux.

 

L'amour du vin comme de la musique au coeur du festival Millésime © Joel Kermabon - placegrenet.fr

L’amour du vin comme de la musique au cœur du fes­ti­val Le Millésime. © Joël Kermabon – placegrenet.fr

Une liberté à l’o­ri­gine aussi de ses prises de posi­tion poli­tique. Le père du Millésime est issu d’une géné­ra­tion qui pla­çait ses espoirs en François Mitterrand… avant de déchan­ter. Son ami de longue date Philippe Descamps, rédac­teur en chef adjoint du Monde diplo­ma­tique, décrit un homme ancré à gauche, sinon à gauche de la gauche. Contre la guerre du Golfe en 1991. Le Traité de Maastricht, jugé trop libé­ral, en 1992. Le traité de consti­tu­tion euro­péenne pour les mêmes rai­sons en 2005. Et qui voyait d’un (très) bon œil le mou­ve­ment des Gilets Jaunes.

 

Un homme enfin qui aimait la musique et le vin, s’il faut encore le rap­pe­ler. Et qui aura offert à Grenoble un fes­ti­val pas comme les autres, à la ren­contre des saveurs et des mélo­dies. Ainsi que le résume un ami musi­cien : « Tu avais à cœur de nous rendre moins morose ce début d’au­tomne, et chaque feuille morte était pour toi le début d’une nou­velle chan­son, d’une nou­velle com­po­si­tion, d’une nou­velle aven­ture ». Quelques der­nières paroles, avant d’en­ton­ner, comme en avait l’ha­bi­tude Alain Gatheron lui-même, Les Copains d’a­bord de Georges Brassens.

 

Florent Mathieu

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
1353 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.