La Ville de Grenoble a mandaté un de ses adjoints pour suivre les procdures pénales engagées sur le dossier du Crédit agricole.

Rachat du siège du Crédit agri­cole : la Ville de Grenoble man­date un adjoint pour suivre les pro­cé­dures pénales

Rachat du siège du Crédit agri­cole : la Ville de Grenoble man­date un adjoint pour suivre les pro­cé­dures pénales

 

EN BREF - La Ville de Grenoble ne se portera pas partie civile sur les dossiers de la Fête des tuiles et du rachat du bâtiment du Crédit agricole, comme le réclamait l'élu d'opposition Alain Carignon. Mais elle a désigné un de ses adjoints pour suivre la procédure engagée sur le dossier qui la lie à l'établissement bancaire. Et (momentanément ?) coupé l'herbe sous le pied de l'ancien maire de Grenoble.

 
 

Défilé des géants lors de la fête des tuiles 2015 sur le cours Jean Jaurès à Grenoble. © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

Défilé des géants lors de la fête des tuiles 2015 sur le cours Jean-Jaurès à Grenoble. © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr


La Ville de Grenoble ne se constituera pas partie civile sur les dossiers de la fête des Tuiles et du rachat du bâtiment du Crédit agricole. Tout du moins pas tout de suite et pas sur les deux dossiers.
 
La délibération, soumise par le conseiller municipal d'opposition Alain Carignon lors du conseil municipal du 28 septembre 2020, a de fait été amendée par la majorité municipale.
 

Pas d'action en vue donc sur le dossier des marchés 2015 et 2016 de la fête des tuiles. Un dossier, épinglé et signalé par la chambre régionale des comptes, qui, depuis 2018, suit son cours au parquet de Valence. Raison pour laquelle la Ville de Grenoble, par la voix de son adjoint chargé du contentieux, a officiellement décidé de ne pas s'en mêler. « Une enquête préliminaire est en cours, a ainsi souligné Vincent Fristot. Un dépôt de plainte est sans objet et une constitution de partie civile irrecevable à ce stade de la procédure. »
 
 

Plusieurs plaintes sur le dossier du Crédit agricole pour l'heure sans réponse pénale

 
Il en est différemment de l'autre dossier, sur lequel les magistrats financiers ont pointé de graves irrégularités. Pour l'heure, aucune des plaintes déposées sur les conditions du rachat du siège du Crédit agricole par la Ville de Grenoble ne s'est traduite par une réponse pénale.
 

Siège de la banque Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes à Grenoble. © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr

Siège de la banque Crédit agricole Sud Rhône-Alpes à Grenoble. © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr


 
Alain Carignon, lui, veut en avoir le cœur net. « Pour la ville, les conséquences sont aussi financières. Des sommes importantes qui émanent du budget municipal ont été données soit à des associations [pour la fête des tuiles, ndlr], soit pour l'acquisition du siège [du Crédit agricole, ndlr] qui peuvent être de nature à porter préjudice au conseil municipal et à la Ville de Grenoble, a pointé l'élu. Il est normal et naturel que la Ville se porte partie civile pour participer à l'instruction et défendre le contribuable. »
 
 

La Ville de Grenoble accusée d'être juge et partie dans la procédure

 
Message entendu ? La municipalité grenobloise a finalement mandaté Vincent Fristot pour suivre les procédures pénales engagées, mais sur le seul dossier du Crédit agricole. En cas de renvoi vers un tribunal, l'adjoint représentera donc la Ville de Grenoble. « Et le cas échéant », dixit l'élu écologiste, celui-ci se constituera partie civile pour le compte de la Ville.
 
De quoi couper l'herbe sous le pied d'Alain Carignon, qui s'étranglait de voir la Ville « juge et partie » dans la procédure ? L'élu d'opposition escomptait en effet, en cas de vote contre, saisir le tribunal administratif pour lui demander de pouvoir agir au nom de la collectivité, jugée de fait défaillante...
 
Patricia Cerinsek
 

Simon Grange

Auteur

0 réflexion sur « Rachat du siège du Crédit agri­cole : la Ville de Grenoble man­date un adjoint pour suivre les pro­cé­dures pénales »

  1. Encore un tru­blion payé à rien foutre. Mandaté pour suivre la pro­cé­dure pénale =payé à lire le jour­nal. La ville n’é­tant pas par­tie civile, l’ad­joint ne peut avoir accès au dos­sier, avoir com­mu­ni­ca­tion des pièces et des demandes de cha­cun. DONC IL N’A ACCES A RIEN. Il est donc un adjoint payé à ne rien foutre.

    sep article
    • MB

      06/10/2020
      9:30

      A noter que Vincent Fristot a plu­sieurs délé­ga­tions : tran­si­tion éner­gé­tique et immo­bi­lier muni­ci­pal, conten­tieux et pré-contentieux

      sep article
  2. La cour des comptes a écrit : « Ce coût d’ac­qui­si­tion est ainsi à minima de 9,2 M€ contre 8 M€ affi­chés. Cette pro­cé­dure est irré­gu­lière puis­qu’elle conduit à contrac­ter dépenses et recettes et qu’elle a pour effet de mas­quer le prix réel d’acquisition. »
    Vous et moi serions déjà lour­de­ment condam­nés depuis long­temps si nous avions tri­ché avec 1,2 M€ d’argent public.

    sep article
  3. sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Suicide de Cyrille Minard: des perquisitions au Sdis 38 dans le cadre d'une enquête pour homicide involontaire
Suicide de Cyrille Minard : des per­qui­si­tions au Sdis 38 dans le cadre d’une enquête pour homi­cide involontaire

FLASH INFO - Des enquêteurs de la police judiciaire de Grenoble ont procédé à des perquisitions dans les locaux de la direction du Sdis de Lire plus

La CGT du Crous Grenoble-Alpes boycotte la venue à Grenoble de la présidente du Cnous Bénédicte Durand
La CGT du Crous Grenoble-Alpes boy­cotte la venue à Grenoble de la pré­si­dente du Cnous Bénédicte Durand

FLASH INFO - Les tensions entre la CGT et le Crous Grenoble-Alpes ne semblent pas retomber. En témoigne un nouvel échange au vitriol entre le Lire plus

La Ville de Grenoble accueille le Printemps des services publics, ouvert aux agents et aux citoyens
La Ville de Grenoble accueille le Printemps des ser­vices publics, ouvert aux agents et aux citoyens

FLASH INFO - L'hôtel de Ville de Grenoble accueille le Printemps des services publics le jeudi 30 mai 2024 de 8 h 45 à 18 Lire plus

Etien' en train de peindre une une fresque à Galienni lors du Street Art Fest 2021 (c) Ilan Khalifa--Delclos | Place Gre'net
Le Street Art Fest Grenoble-Alpes est-il en dif­fi­culté à cause du « désen­ga­ge­ment » des col­lec­ti­vi­tés publiques ?

FOCUS - Au lendemain de l’annulation de l’événement « Bomb » qui devait ouvrir la 10e édition du Street Art Fest Grenoble-Alpes, le directeur du festival Lire plus

Saisi par les associations Biodiversité sous nos pieds et FNE Isère, le tribunal administratif de Grenoble a suspendu, le 4 octobre 2021, l'arrêté préfectoral autorisant le projet d'extension de la carrière du Peuye, aux Deux-Alpes. © DR
Bourg d’Oisans : le pro­jet d’ins­tal­la­tion de sto­ckage de déchets inertes dans la val­lée du Vénéon au point mort

FOCUS - Contesté par un collectif d'habitants, le projet d'une installation de stockage de déchets inertes (ISDI) dans la vallée du Vénéon se retrouve au Lire plus

Gabriel Ullmann dénonce un mode d'inscription des commissaires-enquêteurs favorisant les parti-pris et les conflits d'intérêt
Enquêtes publiques : vers un « me too des com­mis­saires-enquê­teurs » pour lut­ter contre les conflits d’intérêt ?

FOCUS - Après avoir connu plusieurs déboires finalement suivis de victoires juridiques, le commissaire-enquêteur isérois Gabriel Ullmann dénonce un système qui favorise à ses yeux Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !