Saint-Martin-le-Vinoux : la lutte s’am­pli­fie aux jar­dins de la Buisserate contre “l’ar­ti­fi­cia­li­sa­tion”

Saint-Martin-le-Vinoux : la lutte s’am­pli­fie aux jar­dins de la Buisserate contre “l’ar­ti­fi­cia­li­sa­tion”

 

REPORTAGE – La mobilisation s'amplifie contre la construction d'immeubles à la place des jardins de la Buisserate à Saint-Martin-Le-Vinoux. Dans la nuit du 4 au 5 septembre dernier, six jeunes ont été interpellés pour association de malfaiteurs alors qu'ils tentaient de s'installer sur le terrain. Depuis, des vigiles empêchent l'accès aux jardins et surveillent le lopin de terre 24 heures sur 24.

 
 
Ce dimanche 13 septembre à Saint-Martin-Le-Vinoux, une trentaine de personnes sont présentes aux abords de la voie ferrée à hauteur du 138 rue Félix-Faure. Habituellement, ils se donnent rendez-vous aux jardins, juste en face, entre les barres d'immeubles décrépies. Mais depuis une semaine des vigiles gardent les entrées en permanence.
 
Hélène habite dans le quartier depuis huit ans. Elle venait régulièrement arroser le jardin avant que l'accès ne soit définitivement bloqué. "Jusqu'à présent les vigiles passaient en voiture. Ils ne rentraient pas dans les jardins la plupart du temps. Parfois, quand on arrosait les haricots ils nous demandaient de sortir, ce que l'on faisait", explique t-elle.
 

Les habitants cultivaient les jardins de la Buisserate jusqu'à ce que l'accès soit restreint la semaine dernière. © Tim Buisson - Place Gre'net


 
Mais dans la nuit du 4 au 5 septembre dernier, la brigade anti-criminalité de Grenoble a interpellé six jeunes gens. Tous ont passé 60 heures en garde à vue et sont désormais soumis à un contrôle judiciaire strict.
 

"On assiste à ce que l'on considère comme un délire policier autour de ces six soi-disant zadistes qui sont rentrés dans les jardins le week-end dernier", s'insurge Maude, du collectif Avenir des terres. Si l’initiative n'a pas été coordonnée par le collectif, elle réitère son soutien aux personnes arrêtées.
 
 

Une artificialisation des terres qui ne passe pas

 
Réunis sous une tente de fortune, la trentaine de personnes se presse autour du thermos de café et des jus de fruits. Ils observent les vigiles à une dizaine de mètres d'eux à l'ombre des arbres sur lesquels ils cueillaient des pommes et des figues quelques jours auparavant seulement. "Ce jardin, c'est un bien commun qu'il faut préserver, surtout avec les enjeux actuels de réchauffement climatique", clame Hélène qui s'était proposée pour s'occuper des poules.
 

Hélène habite le quartier depuis huit ans et s'occupe du jardin depuis quelques mois. © Tim Buisson - Place Gre'net


 
Ancien élu du groupe RCGE (Rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes) en 2014 à Grenoble avant d'en être exclu deux ans plus tard, Guy Tuscher partage ces préoccupations. Et pointe la dichotomie entre les paroles et les actes des élus de la métropole.
 
"J'ai bien regardé ce qui était dans le nouveau Plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi) voté par la majorité Piolle et par la métropole qui autorise encore et toujours une consommation des terres agricoles et des espaces en pleine terre. Ils ont prévu une légère diminution de cette consommation mais pas de beaucoup, ce qui est vraiment absolument aberrant quand on veut faire une écologie efficace », analyse t-il.
 
 

La mairie compte bien mener le projet à son terme

 
Cette artificialisation des terres entraîne de nombreuses conséquences pour l'environnement selon un rapport de France Stratégie : destruction de la biodiversité, augmentation du niveau de pollution et de CO2. Des conséquences qui ne passent pas à l'heure de la prise de conscience écologique.
 

Plusieurs associations et collectifs défendent les jardins, Jérémie d'Alternatiba ANV / Cop21 mais également France nature environnement, Les Amis de la Terre Isère et le collectif Avenir des terres. © Tim Buisson - Place Gre'net


 
Mais la mairie compte bien mener le projet à son terme. En décembre dernier, la municipalité s'agaçait déjà contre les rassemblements pour sauver le jardin triangulaire coincé entre la voie ferrée et les reliefs de la Chartreuse. Depuis la fin du confinement, la mobilisation s'amplifie. Et semble avoir pris un nouveau tournant la semaine dernière.
 
"De notre côté, il y avait quand même une volonté aussi de faire monter la pression parce qu'on sait qu'il y a un risque de chantier qui est imminent", confie Jérémie d'Alternatiba / ANV Cop 21. D'autres associations soutiennent la mobilisation pour les jardins de la Buisserate, notamment France nature environnement, le collectif Avenir des terres ou encore les Amis de la Terre.
 

Deux habitants en pleine récolte sur les jardins de la Buisserate quelques jours avant l'arrivée des vigiles. © Tim Buisson - Place Gre'net


 
Amorcé par l'ancien maire Yannick Ollivier (LR) dans le cadre de l'EPFL (Etablissement public foncier local) juridiquement propriétaire du terrain, le projet est désormais soutenu par son successeur Sylvain Laval (Divers gauche). Emplacement stratégique pour cette parcelle située à côté du tramway qui relie la ville à Grenoble depuis 2015.
 
En tout, 88 appartements devraient voir le jour dont 34 logements sociaux. Ce qui permettrait à la commune d'atteindre les 25% de logements sociaux prévus par la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain). Une aubaine pour le nouvel édile. Sauf que sur les 5 000 m2 de jardins disponibles aujourd’hui, seuls 700 m2 seraient conservés après la construction des immeubles. Et c'est là que le bât blesse.
 
 

Des animations toute la semaine près des Jardins de la Buisserate

 
Malgré un accès restreint, les habitants, les associations et le collectif de défense des jardins ont planché sur un programme d'animation. Sessions de jardinage, fabrication de confitures, formation à la désobéissance civile ou encore écoutes collectives, les activités sont nombreuses. "Cette semaine a vocation à préfigurer ce que pourraient être les jardins une fois libérés du projet immobilier", s'enthousiasme Maude du collectif Avenir des terres.
 
Pour l'occasion des affiches oranges et rouges sur lesquelles on peut lire "En cas de menace : Tout le monde aux jardins" ont été imprimées. Quelques-unes ont déjà été placardées à Grenoble, notamment dans le quartier Saint Bruno. Sans compter la distribution de programmes aux passants.
 

Des affiches ornent les grilles qui bloquent l'accès aux jardins de la Buisserate. © Tim Buisson


Deux vigiles veillent désormais jour et nuit afin que personne ne franchisse les barrières qui entourent la parcelle. "Je comprends que les habitants veuillent de la verdure en ville surtout en cette période post confinement, mais le compromis de vente a été signé depuis presque trois ans », explique Vincent Rémy, directeur général de l'EPFL.
 
C'est lui qui a instauré une "surveillance rapprochée" afin de sécuriser les lieux avant le terrassement. Terrassement dont il ignore la date de commencement. « Pour stopper le projet, il faudrait que la ville rachète le terrain ce qui coûterait plusieurs millions d'euros », précise t-il. Les vigiles ont ordre d'appeler la police en cas de franchissement.
 
 

"Peut-être qu'on va le faire quand même mais il va falloir qu'on s'organise"

 
"Si on doit passer 60 heures de garde-à-vue pour terrorisme pour arroser des tomates, évidemment c'est un petit peu intimidant. Peut-être qu'on va le faire quand même mais il va falloir qu'on s'organise », glisse Jérémie d'Alternatiba ANV / COP 21. Seul Raphaël, ancien résistant de 96 ans dont le Postillon dressait le portrait l'hiver dernier, peut encore accéder à sa cabane de fortune au milieu du jardin.
 
L'ancien employé de Merlin Gerin, groupe racheté dans les années 2000 par Schneider Electric, bénéficie d'un traitement de faveur et peut encore s'occuper des arbres et des plantes qu'il cultive depuis plus de 70 ans. Pour combien de temps encore ?
 

Tim Buisson

 

Simon Grange

Auteur

0 commentaire sur « Saint-Martin-le-Vinoux : la lutte s’am­pli­fie aux jar­dins de la Buisserate contre “l’ar­ti­fi­cia­li­sa­tion” »

  1. La gauche aime le tout béton, pas les espaces verts !

    sep article
  2. La gauche aime le tout béton, pas les espaces verts !

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Cartographie des aléas du projet de PPR Inondation, réunion du 15 mars 2022 à la Plateforme © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Sassenage : le pro­jet urbain Portes du Vercors enterré… avant celui du futur trans­port par câble ?

DÉCRYPTAGE - Le projet urbain Portes du Vercors sur la commune de Sassenage, près de Grenoble, consistait à urbaniser 20 ha de terres agricoles très Lire plus

Le Mag.tv permet à des personnes en situation de handicap de créer des contenus informatifs, ensuite diffusés sur des écrans au sein des établissements spécialisés. DR
Le Mag​.tv, conçu par et pour les per­sonnes han­di­ca­pées en Isère, est désor­mais sur les rails

FOCUS – Le Mag.tv, média à destination des personnes handicapées élaboré par certaines d'entre elles, permet la diffusion d'informations qui les concernent directement. À l'origine Lire plus

Plus 'une quinzaine de postières et de postiers tenaint un piquet de grève vendredi 24 mars 2023 devant la poste Chavant. © Joël Kermabon - Place Gre'net.
Les fac­teurs de Grenoble-Chavant en grève illi­mi­tée pour l’embauche et la titu­la­ri­sa­tion de tous les précaires

FOCUS - La quasi-totalité des factrices et facteurs du bureau de poste Grenoble-Chavant ont entamé, mercredi 22 mars 2023, une grève reconductible en faveur d'une Lire plus

Réforme des retraites : mani­fes­ta­tion sau­vage, ten­sions et pou­belles incen­diées dans les rues de Grenoble

EN BREF - Près de 300 personnes sont parties en manifestation sauvage, jeudi 23 mars 2023 au soir, dans les rues de Grenoble, après la Lire plus

Un octogénaire victime d'un coup de couteau à Échirolles, la police décrit une agression "hors-normes"
Saint-Martin-d’Hères : un homme griè­ve­ment blessé à coups de machette

FLASH INFO - Un homme âgé de 32 ans a été gravement blessé à coups de machette et également visé par un coup de fusil Lire plus

Le syndicat Sud Collectivités Territoriales a réuni une vingtaine de personnes en piquet de grève. Le rassemblement s'est tenu le 24 février 2023, rue Jacquard, à Grenoble. DR
Réforme des retraites : des agents de la Ville de Grenoble mobi­li­sés aux côtés de Sud Collectivités Territoriales

EN BREF - Le syndicat Sud Collectivités Territoriales demande, lui aussi, le retrait du projet de réforme des retraites, ainsi qu'un soutien concret de la Lire plus

Flash Info

|

24/03

20h11

|

|

23/03

18h50

|

|

23/03

10h29

|

|

23/03

10h00

|

|

22/03

22h43

|

|

22/03

20h04

|

|

22/03

17h13

|

|

22/03

11h47

|

|

21/03

18h48

|

Les plus lus

Politique| Affaire de la Fête des Tuiles : Éric Piolle et les six autres pré­ve­nus jugés en appel les 19 et 20 juin 2023

Politique| Sept élus de Grenoble annoncent leur exclu­sion de la majo­rité après avoir cri­ti­qué la hausse de 25 % de la taxe foncière

Économie| STMicroelectronics inau­gure un par­king à ombrières pho­to­vol­taïques sur son site grenoblois

Agenda

Je partage !