Pierre & Vacances jette l’éponge et abandonne son projet de Center parcs en Isère

sep article



 

EN BREF – Après dix ans de procédures judiciaires et six ans d’occupation du site par les zadistes, Pierre & Vacances annonce renoncer à son projet de Center parcs en Isère. En juin 2020, l’État, sommé par la justice administrative de communiquer l’intégralité de ses échanges avec le groupe immobilier et de loisirs, s’était pourvu en cassation.

 

 

Les anti-Center Parcs ont manifesté lundi, jour du démarrage des travaux dans le bois de Chambaran. Une action silencieuse, symbolique, alors que les associations de défense de l'environnement prévoient à nouveau de saisir le juge. © Patricia Cerinsek - placegrenet.fr

Les anti-Center Parcs le jour du démar­rage des tra­vaux avant le coup d’ar­rêt de la jus­tice © Patricia Cerinsek – placegrenet.fr

Fin du feuille­ton du Center parcs de Roybon, en Isère. Pierre & Vacances a annoncé, ce 8 juillet 2020, renon­cer à son pro­jet de construire mille cot­tages autour d’une bulle aqua­tique dans la forêt des Chambarans.

 

Après plus de dix années de pro­cé­dures judi­ciaires et six années d’oc­cu­pa­tion du site par les zadistes, le numéro un euro­péen auto­pro­clamé des centres de loi­sirs jette donc l’é­ponge dans un com­mu­ni­qué publié sur son site. Il faut dire que l’au­to­ri­sa­tion de défri­che­ment, pro­ro­gée deux fois, devait  – une nou­velle fois – arri­ver à son terme ce 12 juillet.

 

Une auto­ri­sa­tion qui posait, der­rière, la ques­tion des rela­tions troubles entre Pierre & Vacances et les plus hautes sphères de l’État, comme nous le sou­li­gnions le 18 juin der­nier. Sommé par la Commission d’ac­cès aux docu­ments admi­nis­tra­tifs (Cada) puis la jus­tice admi­nis­tra­tive de rendre publique l’in­té­gra­lité de ses échanges avec le pro­mo­teur immo­bi­lier, l’État s’y est tou­jours refusé. Jusqu’à enga­ger un pour­voi en cas­sa­tion contre l’o­bli­ga­tion qui lui avait été faite par le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Paris.

 

 

D’autres projets en France et en Europe pour Pierre & Vacances

 

Dix ans après que lui ait été déli­vré le per­mis de construire, fin de la par­tie donc pour le Center parcs de Roybon. Mais d’autres pro­jets suivent leur cours en France.

 

La coordination Center parcs Ni ici ni ailleurs devant les portes de la cour administrative d'appel de Lyon mardi 30 avril pour le retour devant les magistrats lyonnais du projet de Pierre & Vacances en Isère © Patricia Cerinsek

La coor­di­na­tion Center parcs Ni ici ni ailleurs devant la cour admi­nis­tra­tive d’ap­pel de Lyon le 30 avril 2019 pour le retour devant les magis­trats du pro­jet de Pierre & Vacances en Isère. © Patricia Cerinsek

Dans le Lot et Garonne, un Center parcs de 400 cot­tages devrait ouvrir ses portes en 2021. Un sem­blable pro­jet est sur les rails en Saône et Loire. Et, dans l’Eure, une exten­sion est en dis­cus­sion avec les asso­cia­tions de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment. C’est un peu plus com­pli­qué dans le Jura, où le pro­jet de Center parcs se heurte à la contes­ta­tion d’ha­bi­tants et d’as­so­cia­tions.

 

Après avoir sillonné l’Espagne, le groupe entend éga­le­ment se déve­lop­per en Allemagne et en Scandinavie. Reste que Pierre & Vacances ne va pas bien. En perte depuis 2011, le groupe a ter­miné son exer­cice 2018 – 2019 avec un défi­cit net de 33 mil­lions d’eu­ros pour un chiffre d’af­faires de 1,67 mil­liard, en hausse de 13,8 %, mais après une perte de 46 mil­lions un an plus tôt, sou­li­gnaient Les Echos en jan­vier der­nier. Et, avec la crise sani­taire, il disait s’at­tendre à une chute de 90 % de son acti­vité au troi­sième tri­mestre 2020.

 

Patricia Cerinsek

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
3492 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. J’avoue que je n’ai pas d’opinion très forte des­sus. D’un côté la conser­va­tion de la forêt de Chambaran c’est posi­tif. Mois de jobs pour le Departement c’est néga­tif. Mais quel genre de jobs ?! Femme de ménage, jar­di­niers, chauf­feurs etc ? Pas très glo­rieux

    sep article
  2. Oublions les emplois au rabais.
    Comment être tenté par ce genre de séjour bul­lesque ? Dans une nature fal­si­fiée, imi­tée, asep­ti­sée, cli­ma­ti­sée ?

    sep article
  3. Bonjour
    Le misé­ra­bi­lisme a encore gagné…une mino­rité ges­ti­cu­lante qui fait comme la grenouille:elle veut se faire plus grosse que le bœuf.
    L’avenir de nos enfants est déjà lar­ge­ment com­pro­mis par une bande de soixante-hui­tards attar­dés qui après une vie où il était inter­dit d’interdire se met à vivre en moine trap­piste.…

    ALLONS-QUARTIERS
    BENYOUB.A

    sep article
  4. Et quelques cen­taines d’emplois en moins 😀
    en cette période de « crise » c’est pil poil ce qu’il faut:D
    Ne pas se diver­si­fier
    Allez les jeunes, quit­tez la région et allez trou­ver du taf ailleurs.
    Bravo à tous, une belle réus­site com­mune
    On va mettre de champs avec de beaux pes­ti­cides à la place 😀

    sep article