Jean-Michel Blanquer dans le viseur d’un rassemblement devant le rectorat de Grenoble

sep article



 

EN BREF – À l’appel du Collectif pour la défense du service d’éducation 38, plusieurs dizaines de personnes se sont réunies devant le rectorat de Grenoble mercredi 1er juillet. Objectif ? Dire tout le mal qu’ils pensent du ministre de l’Éducation nationale et de sa vision supposée de l’école. Un mouvement rapidement rejoint par celui des jeunes majeurs étrangers, qui concluaient ainsi leur manifestation dans les rues de Grenoble.

 

 

Jeu de mas­sacre et piñata (figu­rine) à l’ef­fi­gie de Jean-Michel Blanquer, pêche aux points de retraite et bar­be­cue pour conclure la soi­rée… Le ras­sem­ble­ment devant le rec­to­rat de Grenoble mer­credi 1er juillet tenait autant de la mani­fes­ta­tion que d’un moment de retrou­vailles fes­tives. Le tout pour deman­der pure­ment et sim­ple­ment la démis­sion du ministre de l’Éducation natio­nale, tout comme une péti­tion lan­cée sur le site Change.

 

Rassemblement devant le rectorat de Grenoble me 1er juillet 2020 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Rassemblement devant le rec­to­rat de Grenoble me 1er juillet 2020. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Pourquoi tant de colère ? Pour Xavier Lecoq, pro­fes­seur d’es­pa­gnol au lycée et membre du col­lec­tif pour la défense du ser­vice d’é­du­ca­tion 38, Jean-Michel Blanquer sym­bo­lise un « pro­jet réac­tion­naire et néo-libé­ral de l’é­cole ». Aux yeux du col­lec­tif, qui regroupe syn­di­cats, ensei­gnants et parents d’é­lève, le ministre « sabote » lit­té­ra­le­ment l’é­cole publique au pro­fit de l’en­sei­gne­ment privé.

 

 

L’occasion pour chacun de se retrouver

 

Pour les mani­fes­tants, Jean-Michel Blanquer se rend éga­le­ment cou­pable de tenir un « double dis­cours ». « On l’a vécu pen­dant le confi­ne­ment : le ministre inter­ve­nait dans les médias, c’é­tait “à moi les pla­teaux, à moi les grandes décla­ra­tions”… Et sur le ter­rain, c’é­tait : “démer­dez-vous sans maté­riel !” », dénonce Xavier Lecoq. Double dis­cours aussi concer­nant le “suc­cès” des E3C et les « 99,9 % » de pro­fes­seurs favo­rables à la réforme du bac­ca­lau­réat.

 

Au programme, des activités comme un jeu de massacre... sur des boîtes à l'effigie de Jean-Michel Blanquer © Florent Mathieu - Place Gre'net

Au pro­gramme, des acti­vi­tés comme un jeu de mas­sacre… sur des boîtes à l’ef­fi­gie de Jean-Michel Blanquer. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Inutile de dire, dans ce contexte, que l’en­sei­gnant n’est guère impres­sionné par le concept de « vacances appre­nantes » ou le dis­po­si­tif 2S2C (sport-santé-culture-civisme), annon­cés par le ministre. « On n’a pas vrai­ment d’in­for­ma­tions », explique Xavier Lecoq. Pour qui « ces décla­ra­tions ne sont concrè­te­ment pas sui­vies d’ef­fet ». Ou illus­trent la volonté du ministre de res­ser­rer l’en­sei­gne­ment sur les fon­da­men­taux, au mépris d’autres dis­ci­plines.

 

Un cercueil improvisé dans la cour du rectorat de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Un cer­cueil impro­visé dans la cour du rec­to­rat de Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Mais le ras­sem­ble­ment avait aussi pour objec­tif de per­mettre à cha­cun de se retrou­ver. « Une des stra­té­gies du ministre, c’est de divi­ser pour mieux régner. L’ambiance dans les éta­blis­se­ments est com­pli­quée, entre les E3C et la période de confi­ne­ment où tout le monde s’est retrouvé ato­misé dans son coin », explique Xavier Lecoq.

 

Ce der­nier espère qu’une « réponse col­lec­tive » saura tou­te­fois s’or­ga­ni­ser pour la ren­trée de sep­tembre. Que Jean-Michel Blanquer, au hasard d’un rema­nie­ment, soit tou­jours ministre ou non…

 

Malgré un ciel mena­çant, plu­sieurs dizaines de syn­di­ca­listes et ensei­gnants ont pris part à ce der­nier ras­sem­ble­ment avant les vacances d’été. Un mou­ve­ment d’hu­meur rapi­de­ment rejoint par les jeunes majeurs étran­gers et leurs sou­tiens, en conclu­sion d’une mani­fes­ta­tion dans les rues de Grenoble. De quoi consi­dé­ra­ble­ment den­si­fier l’af­fluence, avec prises de paroles com­munes à la clé.

 

Florent Mathieu

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
4332 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.