Des jeunes majeurs étrangers campent devant le rectorat de Grenoble

sep article



 

FOCUS – Des jeunes majeurs étrangers risquant l’expulsion ont installé un campement sous les fenêtres du rectorat de Grenoble ce mercredi 1 juillet 2020 vers 18 heures. Leurs objectifs ? Obtenir du rectorat un internat pour l’été et des garanties de places dans les internats pour la prochaine année scolaire. Ils revendiquent également le droit de travailler, leur relogement, la signature de contrats jeunes majeurs, la levée des obligations de quitter le territoire français et l’arrêt des remises à la rue.

 

 

Le cortège en soutien aux jeunes majeurs s'engage place Notre-Dame. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le cor­tège en sou­tien aux jeunes majeurs s’en­ga­geant place Notre-Dame. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Étudiant la jour­née, SDF la nuit, un toit pour tous, oui, oui, oui ! », ou encore « Égaux, égal, per­sonne n’est illé­gal » fai­saient par­tie des slo­gans scan­dés par les quelque 150 mani­fes­tants qui ont déam­bulé dans les rues de Grenoble ce mer­credi 1er juillet 2020 en milieu d’a­près-midi.

 

Une mani­fes­ta­tion à l’i­ni­tia­tive du Collectif jeunes majeurs étran­gers et de nom­breuses asso­cia­tions1Voir note de bas de page pour dénon­cer « la mise à la rue de jeunes », la plu­part frap­pés d’une obli­ga­tion de quit­ter le ter­ri­toire fran­çais (OQTF). Après plu­sieurs haltes devant le Conseil dépar­te­men­tal, la pré­fec­ture de l’Isère et le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif, les jeunes majeurs et leur sou­tiens ont ral­lié le rec­to­rat de Grenoble. Avant d’y ins­tal­ler un cam­pe­ment de for­tune, dans la ferme inten­tion d’y res­ter « jus­qu’à ce que leurs reven­di­ca­tions soient enten­dues ».

 

 

Des jeunes majeurs étrangers en formation qui dorment dans la rue

 

« Au 31 août, encore des dizaines de jeunes lycéens seront jetés à la rue par le Conseil dépar­te­men­tal et la pré­fec­ture de l’Isère alors qu’ils sont en pleine sco­la­rité », dénonce le col­lec­tif Jeunes majeurs. « Ils sont en for­ma­tion, la plu­part pour des CAP, sont sans res­sources et ils dorment à la rue chaque soir. Le Département ne les prend plus en charge. Ils n’ont pas pu inté­grer des contrats jeunes majeurs (CJM) », explique une jeune mili­tante.

 

La manifestation a fait halte devant l'hôtel du Département. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La mani­fes­ta­tion a fait halte devant l’hô­tel du Département. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
3091 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. C’est posi­tif ! Tous au même endroit?! Ça faci­lite le tra­vail pour la police : déten­tion, expul­sion, inter­dic­tion tu ter­ri­toire à vie.

    sep article