Déconfinement : réouverture harmonisée des piscines de la Métro à partir du 1er juillet

sep article

Notre indépendance c

 

FOCUS — Entouré de plusieurs élus communaux, le président de la Métropole de Grenoble annonce la réouverture de quatorze piscines du territoire métropolitain, la plupart dès le mercredi 1er juillet. Si les centres nautiques relèvent de la compétence des mairies, la Métro n’en a pas moins coordonné les réouvertures afin d’harmoniser les pratiques et conditions sanitaires.

 

 

« Il n’y a pas de rai­sons que nous n’ayons pas de fortes cha­leurs cet été ». Si Christophe Ferrari n’a pas voca­tion à dif­fu­ser des pré­vi­sions sai­son­nières, il ne se fait guère d’illu­sions sur les épi­sodes cani­cu­laires qui attendent les Isérois cette année encore. C’est pour­quoi le pré­sident de la Métro juge « très impor­tant » de com­mu­ni­quer sur la réou­ver­ture coor­don­née des pis­cines du ter­ri­toire, espaces de loi­sir et de fraî­cheur par excel­lence.

 

Une conférence de presse du président de la Métropole de Grenoble entouré d'élus municipaux © Florent Mathieu - Place Gre'net

Conférence de presse du pré­sident de la Métropole de Grenoble entouré d’é­lus muni­ci­paux. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Pourquoi la Métro, alors que les pis­cines relèvent d’une com­pé­tence com­mu­nale ? Par souci d’har­mo­ni­sa­tion, explique Suzanne Dathé, conseillère métro­po­li­taine char­gée de la pré­ven­tion de la délin­quance. Faute de gérer les équi­pe­ment nau­tiques, la Métro a ainsi uti­lisé sa pla­te­forme “sécu­rité des pis­cines”, créée il y a plu­sieurs années suite à une hausse des inci­dents, pour mener ce tra­vail de réou­ver­tures en bonne intel­li­gence.

 

 

Un travail d’harmonisation entre communes

 

Par défi­ni­tion, le tra­vail a néces­sité un dia­logue avec l’en­semble des com­munes concer­nées. Aux côtés de Christophe Ferrari ? Des élus de Saint-Martin-d’Hères, de La Tronche, ainsi que le (tout) nou­veau maire de Saint-Égrève. De même que le pré­sident du syn­di­cat d’a­mé­na­ge­ment du Bois-Français. Preuve que la concer­ta­tion a dépassé les fron­tières de la Métro, puisque la base de loi­sirs se situe à che­val sur Saint-Ismier et Le Versoud.

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
3032 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Pendant ce temps là, aucun res­pects des pro­to­coles sur les ter­rasses de bars bon­dées ou les clients sont dos à dos ; et bien sur la muni­ci­pa­lité Grenobloise ne fait rien, pléo­nasme !

    sep article
  2. Je fré­quente régu­liè­re­ment les bas­sins de l’ag­glo­mé­ra­tion depuis plus de 35 ans. Corenc (la pis­cine n’existe plus), Meylan (une hiver et une été, cette der­nière ayant aussi dis­paru), Échirolles, puis Grenoble et Montbonnot. Pont de Claix et Flottibulle.
    A Grenoble : Jean Bron depuis presque ma nais­sance puis le Clos d’Or (inac­ces­sible désor­mais au grand public) et Bulle d’O (ex-Chorrier Berriat)
    Bref, j’en connais un rayon.
    Il faut savoir que les horaires de Bulle d’O se sont rétré­cis en 2020 comme peau de cha­grin à cause du déla­bre­ment (pré­vi­sible) de Vaucanson, ce qui a pro­vo­qué le report de nombres de cré­neaux d’un bas­sin à un autre.
    Et Piolle de pré­tendre par­ler d’un plan pis­cine !!!!
    En résumé : d’un côté les déci­sions « poli­tiques », les annonces, la com”, et de l’autre la réa­lité, la vraie vie, le concret.
    Au fait, j’ai oublié de par­ler délin­quance (à Jean Bron, par­tir avant 14 heures) et bur­quini (encou­ragé par cer­tains membres de la nou­velle équipe piol­lesque, de sorte que l’an der­nier à Jean Bron, c’é­tait quasi fouille au corps pour accé­der à l’é­ta­blis­se­ment).

    sep article
    • Ce matin, retour à Jean Bron.
      J’avais réservé ma séance.
      A l’en­trée, on vide son sac comme à l’aé­ro­port.
      Pourquoi ?
      Crainte de fiole avec Covid 19 ?
      Brurquini ?
      Doit-on rap­pe­ler pour l’his­toire que le fil­trage poli­cier a com­mencé l’an der­nier pour les rai­sons qu’on sait ?
      Bienvenue en Piollie !
      Le Meilleur des Mondes, mais vert, avec un bel arc huma­niste au fron­ton du camp.

      sep article