Prises de parole des soignants sur le parvis Belledonne du CHU de Grenoble.© Joël Kermabon - Place Gre'net

Les per­son­nels soi­gnants ont à nou­veau mani­festé à Grenoble pour peser sur le « Ségur de la santé »

Les per­son­nels soi­gnants ont à nou­veau mani­festé à Grenoble pour peser sur le « Ségur de la santé »

FOCUS – Alors que la clô­ture du « Ségur de la santé » approche, les pro­fes­sion­nels de la santé ont à nou­veau mani­festé à Grenoble ce mardi 30 juin 2020. Estimant que les annonces faites par le gou­ver­ne­ment ne répondent pas à leurs besoins, les mani­fes­tants enten­daient ainsi peser sur les négo­cia­tions en cours. Et ce mal­gré les 6 mil­liards d’eu­ros annon­cés par Olivier Véran, le ministre de la Santé.

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Le gou­ver­ne­ment s’é­tait donné sept semaines pour répondre aux attentes des per­son­nels hos­pi­ta­liers à tra­vers son « Ségur de la santé » censé « refon­der » le sys­tème de soins français.

Lancée le 25 mai der­nier, cette vaste concer­ta­tion qui doit concré­ti­ser « un plan mas­sif d’in­ves­tis­se­ment et de reva­lo­ri­sa­tion » arrive à son terme ce ven­dredi 3 juillet 2020.

S’appuyant sur ce qui en a fil­tré et sur les récentes annonces, les per­son­nels soi­gnants estiment que le compte n’y est pas. C’est ainsi que forts de la mobi­li­sa­tion du 16 juin der­nier, les col­lec­tifs inter-hôpi­taux et inter-urgences sou­te­nus par une Intersyndicale orga­ni­saient une nou­velle mobi­li­sa­tion ce mardi 30 juin 2020 à Grenoble et dans toute la France. Et appe­laient l’en­semble des pro­fes­sion­nels de la santé, des Ehpad, du social et médico-social à venir mani­fes­ter avec l’en­semble des usa­gers les ayant sou­te­nus durant la crise sanitaire.

Ainsi, après quelques témoi­gnages et prises de parole, près d’un mil­lier de per­sonnes (650 pour les auto­ri­tés) ont défilé du CHU jus­qu’au Jardin de ville pour faire valoir leur revendications.

« Il va fal­loir mieux nous payer ! », clament les soignants

Les reven­di­ca­tions n’ont guère changé depuis main­te­nant plus d’un an. Les mani­fes­tants réclament encore et tou­jours 300 euros d’aug­men­ta­tion de salaire pour tous et plus de moyens pour l’hô­pi­tal. Mais aussi un plan de recru­te­ment, de for­ma­tion, ainsi que l’arrêt des fer­me­tures d’établissements, de ser­vices et de lits. L’autre objec­tif de cette nou­velle mani­fes­ta­tion pour les soi­gnants ? Peser de tout leur poids autant sur les négo­cia­tions du “Ségur” que sur l’ar­bi­trage du chef de l’État qui devrait suivre, notam­ment sur la très atten­due reva­lo­ri­sa­tion des salaires.

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Un an de burn-out ! La haine contre ce sys­tème. Adieu mon métier d’in­fir­mière ! » Ou encore « Soigne et tue toi ! », pou­vait-on lire sur quelques pan­cartes tenues à bout de bras.

Et pour cause, pour la majo­rité, la crise sani­taire n’a vrai­ment rien changé : le monde hos­pi­ta­lier d’a­près res­semble déses­pé­ré­ment à celui d’a­vant et les héros d’hier ont été vite oubliés.

Ce qu’illustre la prise de parole de cette infir­mière de bloc, en forme de réqui­si­toire. « Ça fait un an et demi que je mani­feste et ça fait autant de temps que nous deman­dons plus de tout. On ne peut pas lais­ser des infir­mières à 1 750 euros par mois et des aides-soi­gnants à 1 400 euros. Il va fal­loir mieux nous payer et nous don­ner les moyens de mieux soi­gner cor­rec­te­ment en toute huma­nité ! »

Autre témoi­gnage que celui de Samir Baloul, bran­car­dier au CHU depuis six ans. Estimant faire par­tie des « oubliés de la santé », ce der­nier réclame la recon­nais­sance de son sta­tut pour un meilleur salaire et plus de considération.

Six mil­liards d’eu­ros sur la table pour la reva­lo­ri­sa­tion des salaires

« Nos reven­di­ca­tions n’ont pas abouti et le minis­tère de la Santé ne répond pas à nos exi­gences », lance au méga­phone Kevin, cadre santé et membre de l’in­ter­syn­di­cale. « Le gou­ver­ne­ment pro­pose d’aug­men­ter cer­tains salaires, cer­taines pro­fes­sions et pas d’autres, pour­suit-il. Nous, ce que nous vou­lons c’est une aug­men­ta­tion pour toutes les pro­fes­sions de santé et du médico-social. »

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

De fait, Olivier Véran, le ministre de la Santé a déjà lâché du lest en allouant 6 mil­liards d’eu­ros à la reva­lo­ri­sa­tion des salaires des per­son­nels soi­gnants « hors méde­cins ». Une somme à par­ta­ger entre les hôpi­taux, les Ehpad publics, mais aussi, pour par­tie, le sec­teur privé.

« Nous avons une enve­loppe mais aucun chif­frage, pas d’é­chéance et aucun détail des mesures qui seront prises », déplore Chantal Sala, secré­taire géné­rale CGT Santé au CHU. D’ailleurs, pour le syn­di­cat, cette somme s’a­vère insuf­fi­sante et n’est pas « à la hau­teur des remer­cie­ments aux soi­gnants ».

Car, estime la cen­trale syn­di­cale, « il en fau­drait bien plus pour pal­lier les manques bud­gé­taires cumu­lés que nous dénon­çons depuis des années ».

Prochain ren­dez-vous le 14 juillet, jour d’hom­mage aux soignants

Autre motif d’in­sa­tis­fac­tion pour les syn­di­cats : la ral­longe de 300 mil­lions d’eu­ros des­ti­née à reva­lo­ri­ser les salaires des méde­cins hos­pi­ta­liers. Une somme jugée « déce­vante » et au sujet de laquelle ils demandent ins­tam­ment au ministre de révi­ser sa copie.

Face à ce conflit social qui n’en finit plus, le ministre des Finances, Bruno Le Maire a assuré ce mardi qu’il serait au ren­dez-vous « pour faire ce qu’il faut pour les per­son­nels soi­gnants ». Sans tou­te­fois citer aucun chiffre

Ségur de la santé : les soignants déterminés à peser. © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Échaudés, les syn­di­cats dénoncent, quant à eux, le déca­lage « entre ce qui a été dit pen­dant des mois qu’il serait fait pour l’hô­pi­tal et la réa­lité des annonces ». Et évoquent la date du 14 juillet pour une future mobi­li­sa­tion des per­son­nels hos­pi­ta­liers. Pile le jour choisi par Emmanuel Macron pour rendre hom­mage aux soi­gnants n’ayant pas ménagé leur peine pen­dant la crise du coronavirus.

Joël Kermabon

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La ville a signé un bail emphytéotique avec la SAS des Minimes, qui sera désormais seule gestionnaire du lieu. © Martin de Kerimel - Place Gre'net
À Grenoble, la nou­velle vie du Couvent des Minimes devrait s’é­crire au début de l’été 2023

FOCUS - D'importants travaux ont commencé au Couvent des Minimes, à Grenoble. Objectif : donner au lieu une nouvelle vie, à partir de l'été 2023. Lire plus

Grenoble-Alpes en lice pour le titre de "meilleure destination européenne 2023" jusqu'au 10 février
Grenoble-Alpes en lice pour le titre de « meilleure des­ti­na­tion euro­péenne 2023 » jus­qu’au 10 février

FLASH INFO - Il ne reste plus que quelques heures pour voter en faveur de Grenoble-Alpes comme "meilleure destination européenne 2023", dans le cadre du Lire plus

Une militante du groupe grenoblois d'Extinction Rebellion en train d'enduire de « faux pétrole » un distributeurs de billets de la banque BNP Paribas. © Extinction Rebellion
Grenoble : action choc de mili­tants d’Extinction Rebellion contre la BNP, accu­sée de « greenwashing »

FOCUS - Des militants grenoblois d'Extinction Rebellion ont dégradé quatre distributeurs de billets de la BNP Paribas dans la nuit du 6 au 7 février Lire plus

Nouvelle labellisation Grand Insep, dédiée à la performance sportive de haut niveau, pour le campus de la Brunerie de Voiron
Nouvelle label­li­sa­tion Grand Insep, dédiée à la per­for­mance spor­tive de haut niveau, pour le cam­pus de la Brunerie de Voiron

FLASH INFO - Le campus de la Brunerie de Voiron a vu son label Grand Insep renouvelé vendredi 27 janvier 2023, à l'occasion d'une cérémonie Lire plus

Le Mois décolonial de retour à Grenoble pour sa troisième édition, du 4 mars au 8 avril 2023
Le Mois déco­lo­nial de retour à Grenoble pour sa troi­sième édi­tion, du 4 mars au 8 avril 2023

FOCUS - La troisième édition du Mois décolonial se tient à Grenoble du 4 mars au 8 avril 2023, avec une quarantaine d’événements. La Ville Lire plus

Entre 11 500 et 27 000 manifestants se sont mobilisés contre la réforme des retraites le 7 février 2023 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Manifestation du 7 février contre la réforme des retraites : mobi­li­sa­tion tou­jours sou­te­nue mais en baisse à Grenoble

REPORTAGE VIDÉO - Entre 11 500 et 27 000 manifestants ont défilé à Grenoble, mardi 7 février 2023, pour la troisième grande journée de mobilisation contre Lire plus

Flash Info

|

09/02

12h28

|

|

08/02

18h42

|

|

08/02

15h37

|

|

07/02

18h55

|

|

07/02

11h46

|

|

07/02

10h52

|

|

07/02

9h50

|

|

06/02

18h52

|

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Réforme des retraites : blo­cage à Sciences Po Grenoble, le syn­di­cat Uni réagit, les blo­queurs répliquent

Politique| Nouvel appel à la mobi­li­sa­tion à Grenoble contre la réforme des retraites mardi 31 jan­vier 2023

Agenda

Je partage !