Accusée de parti-pris en pleine campagne des municipales à Grenoble, Atmo soutient sa totale indépendance. Et revient sur les chiffres du confinement.

Pollution de l’air : Atmo réfute tout parti-pris et revient sur les chiffres du confinement

Pollution de l’air : Atmo réfute tout parti-pris et revient sur les chiffres du confinement

 

ENTRETIEN – Mis en cause par le collectif Grenoble à cœur et Émilie Chalas la candidate LREM aux élections municipales à Grenoble, l'association Atmo Auvergne Rhône-Alpes* réagit par la voix de son directeur. Dans un entretien accordé à Place Gre'net, Didier Chapuis réfute tout parti-pris dans les mesures et l'analyse de la qualité de l'air à Grenoble, un thème au cœur de la campagne électorale. Mais revient, pour les corriger, sur les effets du confinement sur la pollution dans la cuvette.

 

 

Place Gre'net : Grenoble à cœur et, derrière, la candidate LREM aux élections à Grenoble Émilie Chalas estiment que le chiffre de 72 % de baisse du dioxyde d'azote à Grenoble est biaisé car basé sur la seule station de mesures du boulevard Foch. De même que le chiffre d'une baisse de 30 % des particules fines car calculé sur une période, du 11 au 18 mars 2020, non représentative de l'évolution sur les deux mois de confinement… Qu'en est-il ?

 

Didier Chapuis, directeur d'Atmo Auvergne Rhône-Alpes - DR

Didier Chapuis, directeur d'Atmo Auvergne Rhône-Alpes, observatoire agréé par le ministère de la Transition écologique et solidaire pour la surveillance et l’information sur la qualité de l’air dans cette région. DR

 

Didier Chapuis – À Grenoble comme dans la plupart des agglomérations, on a eu une baisse très importante des oxydes d'azote [polluants essentiellement issus du trafic routier, ndlr] : de l'ordre de 70 % à proximité du trafic et de 50 % en situation de fond. Par contre, sur les particules fines, sur l'ozone, on a au final des concentrations qui sont restées relativement proches de ce que l'on mesure habituellement à cette période.

 

Pour lutter contre la pollution de l'air sur la région grenobloise, la Région Auvergne Rhône-Alpes met 4 millions d'euros sur la table.

© Véronique Serre

Avec cette crise, on a été confrontés à des effectifs réduits mais, pour autant, on a été énormément sollicités, presque quotidiennement, pour savoir justement comment évoluait la qualité de l'air.

 

On a essayé de communiquer le plus régulièrement possible. Mais ce que l'on a dit un jour n'était pas forcément vrai le lendemain. Car la qualité de l'air n'est pas figée.

 

Elle évolue en fonction des émissions, des rejets et beaucoup de la météo… Or, dans cette période de confinement, on a eu des épisodes météorologiques très différents. Ces chiffres, on avait dû les donner en début de confinement car on avait été "harcelés". Après, les conditions météorologiques ont changé, ce qui a conduit à des constats un peu différents.

 

 

La baisse du trafic routier lié au confinement n'a donc pas eu d'impact sur l'évolution des niveaux des particules fines ?

 

Didier Chapuis – S'il n'y avait eu qu'une réduction du trafic, peut-être aurait-on pu constater une légère diminution des particules fines. Mais, dans la mesure où cette réduction du trafic a été compensée par un besoin de chauffage, il n'en a rien été.

 

On sait que le trafic représente une part relativement faible des particules fines réglementées, les PM 2,5 et PM 10. De l'ordre de 20 %. L'essentiel des poussières est émis par le chauffage. Il est bon de travailler sur la réduction des émissions liée aux véhicules mais c'est sur le chauffage non performant qu'il y a un travail encore important à faire, même si l'on a été précurseur en la matière avec la prime air-bois qui, depuis, a été généralisée.

 

 

La pollution de l'air est un des thèmes forts de la campagne des municipales. Certains vous accusent de parti-pris, voire de ne pas être si indépendante…

 

Didier ChapuisAtmo est une association qui regroupe quatre collèges qui assurent notre indépendance et la transparence de notre fonctionnement. Un premier collège est représenté par l’État, un second par les collectivités. Je ne connais pas Monsieur Piolle, mais je connais l'agglomération, avec qui on travaille et on évalue des stratégies imaginées.

 

Pollution: accusée de parti-pris à Grenoble, Atmo se défend

Pour Émilie Chalas et le collectif Grenoble à cœur, Atmo prend partie. © Florent Mathieu

Un troisième collège est constitué d'entreprises et notamment les entreprises qui paient la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP). Un quatrième regroupe les associations de protection de l'environnement, de défense du consommateur, des personnalités qualifiées, des médecins…

 

Ces associations ont été créées en 1986 au lendemain de Tchernobyl. Il fallait trouver un mode de fonctionnement où l'information puisse être fiable et transparente, qu'on ne discute pas des mesures mais des actions qui doivent être portées pour améliorer la qualité de l'air. D'où l'idée de créer ces associations où l'on regroupe toutes les parties prenantes, y compris celles qui ont des avis opposés.

 

Didier Chapuis, directeur d'Atmo Auvergne Rhône-Alpes (capture d'écran 8-Mont-Blanc : https://www.dailymotion.com/video/x5hysdw)

Didier Chapuis (capture d'écran 8-Mont-Blanc : https://www.dailymotion.com/video/x5hysdw)

C'est exactement le principe du thermomètre chez le médecin. Une fois que le médecin a pris la température, on ne remet jamais en cause si c'est 38 °C ou 38,5 °C. L'intérêt est de savoir s'il faut donner telle ou telle prescription.

 

La loi demande que chaque collège ait au moins un cinquième des voix. On a souhaité que chacun ait le même nombre de voix. Ainsi, chacun des collèges a 25 % des voix. C'est le principe de base et il n'a jamais été débattu.

 

Tout le monde adhère sachant que les financements ne sont pas forcément égaux pour les différents collèges. Le quatrième n'est pas un collège qui finance l'association. Pour autant, ils ont le même nombre de voix. Les industriels qui aujourd'hui financent le plus ont le même nombre de voix que les associations.

 

 

Votre indépendance dépend aussi de la pluralité des financements. Or depuis plusieurs années, le financement de l'État est à la baisse…

 

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 45 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Après les parcs Marliave et Flaubert de Grenoble, la Maison des Collines accueille un refuge LPO
Après les parcs Marliave et Flaubert de Grenoble, la Maison des Collines accueille un refuge LPO

FLASH INFO - La Ville de Grenoble a adopté lors de son conseil municipal du 13 mai 2024 une convention avec la Ligue protectrice des Lire plus

Un second Chatipi, refuge pour chats errants, prochainement implanté rue Anatole-France à Grenoble
Un second Chatipi, refuge pour chats errants, pro­chai­ne­ment ins­tallé rue Anatole-France à Grenoble

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce l'installation prochaine d'un second "Chatipi" sur son territoire, après celui mis en place en décembre 2022 quai Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Mehdi Boulenouane, ex-figure du nar­co­tra­fic dans le quar­tier Mistral, exé­cuté par balles en Seine-Saint-Denis

FLASH INFO - Mehdi Boulenouane, ex-caïd du trafic de stupéfiants dans le quartier Mistral, a été abattu par balles, jeudi 16 mai 2024, en fin Lire plus

Yassine Lakhnech (encore) réélu à la présidence de l'UGA, ses opposants pointent du doigt des failles démocratiques
Yassine Lakhnech (encore) réélu à la pré­si­dence de l’UGA : ses oppo­sants dénoncent des failles démocratiques

FOCUS - Alors que sa réélection en janvier 2024 avait été annulée par le tribunal administratif, Yassine Lakhnech a été ré-réélu président de l'UGA par Lire plus

"Femme et racisée", Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité grenobloise après s'être vue refuser la délégation Égalité des droits?
« Femme et raci­sée », Maude Wadelec a‑t-elle quitté la majo­rité gre­no­bloise après s’être vue refu­ser la délé­ga­tion Égalité des droits ?

FOCUS - Pour quelles raisons Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité du conseil municipal pour figurer désormais parmi les élus d'opposition, en tant que non Lire plus

Le Mois des fiertés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa traditionnelle Marche des fiertés samedi 1er juin
Le Mois des fier­tés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa tra­di­tion­nelle Marche des fier­tés samedi 1er juin

FLASH INFO - Le Mois des fiertés de Grenoble, porté par l'association Grenoble Fiertés, prend son envol jeudi 16 mai et se poursuivra jusqu'au dimanche Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !