Accusée de parti-pris en pleine campagne des municipales à Grenoble, Atmo soutient sa totale indépendance. Et revient sur les chiffres du confinement.

Pollution de l’air : Atmo réfute tout parti-pris et revient sur les chiffres du confinement

Pollution de l’air : Atmo réfute tout parti-pris et revient sur les chiffres du confinement

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

ENTRETIEN – Mis en cause par le collectif Grenoble à cœur et Émilie Chalas la candidate LREM aux élections municipales à Grenoble, l’association Atmo Auvergne Rhône-Alpes* réagit par la voix de son directeur. Dans un entretien accordé à Place Gre’net, Didier Chapuis réfute tout parti-pris dans les mesures et l’analyse de la qualité de l’air à Grenoble, un thème au cœur de la campagne électorale. Mais revient, pour les corriger, sur les effets du confinement sur la pollution dans la cuvette.

 

 

Place Gre’net : Grenoble à cœur et, derrière, la candidate LREM aux élections à Grenoble Émilie Chalas estiment que le chiffre de 72 % de baisse du dioxyde d’azote à Grenoble est biaisé car basé sur la seule station de mesures du boulevard Foch. De même que le chiffre d’une baisse de 30 % des particules fines car calculé sur une période, du 11 au 18 mars 2020, non représentative de l’évolution sur les deux mois de confinement… Qu’en est-il ?

 

Didier Chapuis, directeur d'Atmo Auvergne Rhône-Alpes - DR

Didier Chapuis, direc­teur d’Atmo Auvergne Rhône-Alpes, obser­va­toire agréé par le minis­tère de la Transition éco­lo­gique et soli­daire pour la sur­veillance et l’information sur la qua­lité de l’air dans cette région. DR

 

Didier Chapuis – À Grenoble comme dans la plu­part des agglo­mé­ra­tions, on a eu une baisse très impor­tante des oxydes d’a­zote [pol­luants essen­tiel­le­ment issus du tra­fic rou­tier, ndlr] : de l’ordre de 70 % à proxi­mité du tra­fic et de 50 % en situa­tion de fond. Par contre, sur les par­ti­cules fines, sur l’o­zone, on a au final des concen­tra­tions qui sont res­tées rela­ti­ve­ment proches de ce que l’on mesure habi­tuel­le­ment à cette période.

 

Pour lutter contre la pollution de l'air sur la région grenobloise, la Région Auvergne Rhône-Alpes met 4 millions d'euros sur la table.

© Véronique Serre

Avec cette crise, on a été confron­tés à des effec­tifs réduits mais, pour autant, on a été énor­mé­ment sol­li­ci­tés, presque quo­ti­dien­ne­ment, pour savoir jus­te­ment com­ment évo­luait la qua­lité de l’air.

 

On a essayé de com­mu­ni­quer le plus régu­liè­re­ment pos­sible. Mais ce que l’on a dit un jour n’é­tait pas for­cé­ment vrai le len­de­main. Car la qua­lité de l’air n’est pas figée.

 

Elle évo­lue en fonc­tion des émis­sions, des rejets et beau­coup de la météo… Or, dans cette période de confi­ne­ment, on a eu des épi­sodes météo­ro­lo­giques très dif­fé­rents. Ces chiffres, on avait dû les don­ner en début de confi­ne­ment car on avait été « har­ce­lés ». Après, les condi­tions météo­ro­lo­giques ont changé, ce qui a conduit à des constats un peu différents.

 

 

La baisse du trafic routier lié au confinement n’a donc pas eu d’impact sur l’évolution des niveaux des particules fines ?

 

Didier Chapuis – S’il n’y avait eu qu’une réduc­tion du tra­fic, peut-être aurait-on pu consta­ter une légère dimi­nu­tion des par­ti­cules fines. Mais, dans la mesure où cette réduc­tion du tra­fic a été com­pen­sée par un besoin de chauf­fage, il n’en a rien été.

 

On sait que le tra­fic repré­sente une part rela­ti­ve­ment faible des par­ti­cules fines régle­men­tées, les PM 2,5 et PM 10. De l’ordre de 20 %. L’essentiel des pous­sières est émis par le chauf­fage. Il est bon de tra­vailler sur la réduc­tion des émis­sions liée aux véhi­cules mais c’est sur le chauf­fage non per­for­mant qu’il y a un tra­vail encore impor­tant à faire, même si l’on a été pré­cur­seur en la matière avec la prime air-bois qui, depuis, a été généralisée.

 

 

La pollution de l’air est un des thèmes forts de la campagne des municipales. Certains vous accusent de parti-pris, voire de ne pas être si indépendante…

 

Didier ChapuisAtmo est une asso­cia­tion qui regroupe quatre col­lèges qui assurent notre indé­pen­dance et la trans­pa­rence de notre fonc­tion­ne­ment. Un pre­mier col­lège est repré­senté par l’État, un second par les col­lec­ti­vi­tés. Je ne connais pas Monsieur Piolle, mais je connais l’ag­glo­mé­ra­tion, avec qui on tra­vaille et on éva­lue des stra­té­gies imaginées.

 

Pollution: accusée de parti-pris à Grenoble, Atmo se défend

Pour Émilie Chalas et le col­lec­tif Grenoble à cœur, Atmo prend par­tie. © Florent Mathieu

Un troi­sième col­lège est consti­tué d’en­tre­prises et notam­ment les entre­prises qui paient la taxe géné­rale sur les acti­vi­tés pol­luantes (TGAP). Un qua­trième regroupe les asso­cia­tions de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment, de défense du consom­ma­teur, des per­son­na­li­tés qua­li­fiées, des médecins…

 

Ces asso­cia­tions ont été créées en 1986 au len­de­main de Tchernobyl. Il fal­lait trou­ver un mode de fonc­tion­ne­ment où l’in­for­ma­tion puisse être fiable et trans­pa­rente, qu’on ne dis­cute pas des mesures mais des actions qui doivent être por­tées pour amé­lio­rer la qua­lité de l’air. D’où l’i­dée de créer ces asso­cia­tions où l’on regroupe toutes les par­ties pre­nantes, y com­pris celles qui ont des avis opposés.

 

Didier Chapuis, directeur d'Atmo Auvergne Rhône-Alpes (capture d'écran 8-Mont-Blanc : https://www.dailymotion.com/video/x5hysdw)

Didier Chapuis (cap­ture d’é­cran 8‑Mont-Blanc : https://​www​.dai​ly​mo​tion​.com/​v​i​d​e​o​/​x​5​h​y​sdw)

C’est exac­te­ment le prin­cipe du ther­mo­mètre chez le méde­cin. Une fois que le méde­cin a pris la tem­pé­ra­ture, on ne remet jamais en cause si c’est 38 °C ou 38,5 °C. L’intérêt est de savoir s’il faut don­ner telle ou telle prescription.

 

La loi demande que chaque col­lège ait au moins un cin­quième des voix. On a sou­haité que cha­cun ait le même nombre de voix. Ainsi, cha­cun des col­lèges a 25 % des voix. C’est le prin­cipe de base et il n’a jamais été débattu.

 

Tout le monde adhère sachant que les finan­ce­ments ne sont pas for­cé­ment égaux pour les dif­fé­rents col­lèges. Le qua­trième n’est pas un col­lège qui finance l’as­so­cia­tion. Pour autant, ils ont le même nombre de voix. Les indus­triels qui aujourd’­hui financent le plus ont le même nombre de voix que les associations.

 

 

Votre indépendance dépend aussi de la pluralité des financements. Or depuis plusieurs années, le financement de l’État est à la baisse…

 

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 45 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

La Métropole de Grenoble et Atmo ont installé, en octobre 2021, des micro-capteurs de mesure de particules fines dans 30 communes du territoire métropolitain, comme ici à Noyarey, à l'école élémentaire Le Mûrier. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Des micro-capteurs de particules fines installés dans trente communes de la métropole grenobloise

FOCUS - Dans le cadre du dispositif Capto, lancé par la Métropole de Grenoble et Atmo Auvergne Rhône-Alpes, trente communes métropolitaines ont installé des micro-capteurs Lire plus

France Nature Environnement Isère organise une grande campagne de lutte contre les dépôts sauvages de déchets du 4 au 17 octobre 2021, en partenariat avec la Métropole de Grenoble. © FNE Isère
Une campagne pour inciter les habitants de la métropole grenobloise à signaler les dépôts sauvages de déchets

FLASH INFO - France nature environnement Isère organise à partir de ce lundi 4 octobre 2021 une campagne de lutte contre les dépôts sauvages, en Lire plus

Pollution à l'ozone: bassin grenoblois, bassin zone alpine et Nord-Isère placés en procédure de Recommandation
Pollution à l’ozone : bassin grenoblois, bassin zone alpine et Nord-Isère placés en procédure de Recommandation

FLASH INFO — La préfecture de l'Isère annonce l'activation de la procédure d'Information Recommandation à compter du jeudi 12 août à 17 heures, pour un Lire plus

COUV Sur le pont du Drac, Hervé Derriennic, secrétaire de l'Union de quartier Berriat Saint Bruno Europle, qui réclame un mur anti bruit, le long du quartier Bouchayer Viallet, pour pallier les nuisances sonores consécutives à l'élargissement de l'A480, 8 juin 2021. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
A480 élargie à Grenoble : des habitants de Berriat réclament les murs anti-bruit, quand d’autres à Mistral se sentent relégués derrière

DÉCRYPTAGE - Si l’élargissement de l’autoroute A480 a fait débat, les murs anti-bruit provoquent désormais leur lot de frustrations. À Berriat, les habitants déplorent leur absence, Lire plus

Sans surprise, Yassine Lakhnech succède à Patrick Lévy à la tête de la nouvelle Université Grenoble Alpes. Le processus d'intégration se poursuit
Pollution à Polytech : les syndicats accusent l’UGA de minimiser une situation « très sérieuse »

  EN BREF - Suite à la communication du président de l'Université Grenoble-Alpes (UGA) sur la pollution et la fermeture du site Polytech, les représentants Lire plus

A Grenoble, le nouvel indice de la qualité de l'air fait exploser le nombre de jours pollués. Et ? Rien. Car la règlementation n'a pas changé.
Ouverture prochaine de la concertation préalable pour un nouveau Plan de protection de l’atmosphère

  FLASH INFO — En route pour un troisième Plan de protection de l'atmosphère de l'agglomération grenobloise. Après un premier PPA adopté en 2006, puis Lire plus

Flash Info

|

22/10

8h00

|

|

21/10

19h40

|

|

20/10

18h24

|

|

20/10

17h45

|

|

20/10

16h19

|

|

20/10

12h51

|

|

20/10

9h13

|

|

19/10

19h14

|

|

19/10

18h03

|

|

19/10

15h11

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin