« Les vents ont chassé la Covid-19 de l’agglomération grenobloise »

sep article



 

TRIBUNE LIBRE – Alors que la plaine du Pô en Italie a été durement frappée par la Covid-19, l’agglomération grenobloise a été plutôt épargnée. Intrigué par cette situation contrastée et inattendue de prime abord, le météorologue retraité Jean-Jacques Thillet résidant à Meylan a cherché à comprendre les mécanismes à l’œuvre. Et à mettre en exergue des circonstances météorologiques bel et bien différentes sur ces deux territoires durant la période de l’épidémie. L’expert expose, ici, son analyse et ses conclusions.

 

 

JEAN-JACQUES THILLET,  SPÉCIALISTE DE LA MÉTÉO EN MONTAGNE

 

Jean-Jacques Thillet, ingénieur-météorologue retraité

Jean-Jacques Thillet, ingé­nieur-météo­ro­logue retraité

Formé à l’École de la météo­ro­lo­gie natio­nale à Bois-d’Arcy, Jean-Jacques Thillet est devenu en 1969 le pre­mier pré­vi­sion­niste local de la météo­ro­lo­gie natio­nale au ser­vice des alpi­nistes, fonc­tion qu’il a occu­pée à Chamonix. Pendant dix ans, il a alors cha­peauté ce ser­vice, d’a­bord antenne météo esti­vale, puis centre à plein temps.

 

Jusqu’à fin 2000, il a ensuite dirigé le centre dépar­te­men­tal de météo­ro­lo­gie de Saint-Martin-d’Hères. Puis il a été en charge à par­tir de 2001 de la com­mu­ni­ca­tion météo à Tahiti. Il est aussi l’au­teur deux livres sur la météo de mon­tagne.

 

 

Le bassin du Pô, enchâssé dans les reliefs, sauf à l’est (carte fracademic.com) (Tribune de Jean-Jacques Thillet)

Le bas­sin du Pô, enchâssé dans les reliefs, sauf à l’Est (carte fracademic.com) Tribune de Jean-Jacques Thillet

Au départ de ma réflexion, début mars, l’é­vo­lu­tion très contras­tée de la pan­dé­mie en Italie m’a inter­pellé : au Nord, elle fut explo­sive, au Sud appa­rem­ment mieux conte­nue.

 

La plaine du Pô est sou­mise à un cli­mat très par­ti­cu­lier, dif­fi­cile (chaud et humide en été, froid et bru­meux l’hiver).

 

Des carac­té­ris­tiques dic­tées par son encla­ve­ment. Elle est entou­rée de reliefs, sauf vers l’Adriatique. Elle est, en quelque sorte, imper­méable aux vents océa­niques domi­nants (Ouest, Nord-Ouest). En géné­ral ce vaste bas­sin est assez peu venté, son air peine à s’y renou­ve­ler.

 

 

Propagation du virus dans la Plaine du Pô : plusieurs facteurs aggravants

 

Le « confi­ne­ment » géo­gra­phique de la Plaine du Pô m’est apparu comme sus­cep­tible d’ex­pli­quer en par­tie la très rapide dis­per­sion du virus dans ce sec­teur. Depuis, des études scien­ti­fiques ont apporté du cré­dit à cette approche, dans la mesure où elles mettent en évi­dence que la pol­lu­tion joue­rait un rôle impor­tant. On nous explique désor­mais que les contextes de non-cir­cu­la­tion de l’air (salles de cinéma, de spec­tacles, res­tau­rants…) sont favo­rables à la dis­tri­bu­tion du virus (micro-pos­tillons flot­tant dans un air non renou­velé).

 

La faible mobi­lité de l’air est un fac­teur très aggra­vant pour le Nord indus­triel de l’Italie (Milan, Turin…) : la pol­lu­tion y est très au-delà des normes sani­taires de l’OMS (Rome, mieux aérée, fut, je crois, moins affec­tée). Les « inver­sions de tem­pé­ra­tures » hiver­nales, qui forment très fré­quem­ment un « cou­vercle », dimi­nuent encore, à la ver­ti­cale, le volume de dis­per­sion dis­po­nible. Les pol­luants solides + les micro-gout­te­lettes des brumes et brouillards en sus­pen­sion jouent le rôle de sup­ports pour les virus (« aéro­sol » ou « bouillon de culture »).

 

Autre fac­teur aggra­vant en zone très fré­quem­ment pol­luée (là, je sors de mon domaine de com­pé­tence), les orga­nismes (appa­reil res­pi­ra­toire notam­ment) sont agres­sés, affai­blis par cette ambiance délé­tère chro­nique, ce qui les rend plus vul­né­rables que dans les milieux sains.

 

Peu de pollution au-dessus de Grenoble pendant la pandémie

 

L’agglomération de Grenoble s’é­tale dans une cuvette fer­mée. On évoque sou­vent sa pol­lu­tion. Alors on pour­rait s’at­tendre aussi à une forte conta­mi­na­tion. Mais c’est l’in­verse qui s’est pro­duit.

 

Carte montrant la faiblesse de la contamination de l'Isère au Covid-19, le 1er mai 2020, Source Le Monde (Tribune de Jean-Jacques Thillet)

Carte mon­trant la fai­blesse de la conta­mi­na­tion de l’Isère au Covid-19, le 1er mai 2020, Le Monde (Tribune de Jean-Jacques Thillet)

 

La carte ci-des­sus, qui fut quo­ti­dien­ne­ment mise à jour, montre la fai­blesse de la conta­mi­na­tion de l’Isère au 1er mai (en réa­lité les contrastes furent supé­rieurs avec les dépar­te­ments voi­sins au cœur de la crise). Le nombre de per­sonnes hos­pi­ta­li­sées pour 10 000 habi­tants est une moyenne dépar­te­men­tale.

 

On peut en plus très rai­son­na­ble­ment sup­po­ser que le sec­teur urba­nisé du Nord-Isère (La Verpillière, L’Isle-d’Abeau, Bourgoin-Jallieu…) était sous l’in­fluence de la forte conta­mi­na­tion du Rhône, de la Loire, de l’Ardèche. Il s’en­suit que l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise était encore moins pol­luée que la don­née dépar­te­men­tale ne l’af­fiche. Étrange para­doxe… appa­rent.

 

PETITE INTRODUCTION À L’AÉROLOGIE DE MONTAGNE 

 

Deux sché­mas réa­li­sés par Dominique Schueller per­mettent de com­prendre rapi­de­ment le fonc­tion­ne­ment de l’aé­ro­lo­gie de  mon­tagne

 

Aérologie de montagne © Dominique Schueller (Tribune de Jean-Jacques Thillet)

Aérologie de mon­tagne. © Dominique Schueller (Tribune de Jean-Jacques Thillet)

 

- « Brise aval ». Essentiellement à la belle sai­son. Les pentes chauf­fées par le soleil en jour­née déclenchent des « ascen­dances ther­miques ». Celles qui portent les pla­neurs, les libé­ristes, qui amorcent la fabri­ca­tion de nuages.

 

- « Brise amont ». Essentiellement en hiver. Dans la nuit, de l’air froid coule des ver­sants vers la val­lée, sur­tout quand les pentes sont ennei­gées. Ces « ruis­seaux » de froid se ras­semblent par gra­vité en fond de val­lée pour y for­mer un « fleuve aérien ».

 

 

L’agglomération grenobloise a bénéficié d’une « gigantesque clim » renouvelant l’air

 

Les flèches bleues dans le schéma ci-des­sous montrent l’é­cou­le­ment de l’air froid en fond de val­lée. Très natu­rel­le­ment, il suit la pente par gra­vité. Un vent froid résul­tant s’é­chappe vers le Nord-Ouest par la cluse de Voreppe, entre Vercors et Chartreuse. Ici, on l’ap­pelle « la Matinière », car il souffle régu­liè­re­ment et plus fort le matin. Il balaye le pays au débou­ché de l’exutoire, notam­ment les « Terres froides » (hachures bleues), froides parce que les col­lines approchent les 1 000 m, froides… à cause de cette pul­sion d’air venu des Alpes.

 

Circulation de l’air dans l'agglomération grenobloise en situation de “brise amont” (descendue des pentes vers l'agglomération) -  (fond de carte Google) (Tribune de Jean-Jacques Thillet)

Circulation de l’air dans le “Y” gre­no­blois en situa­tion de “brise amont” (des­cen­due des pentes vers l’ag­glo­mé­ra­tion) – (fond de carte Google) Tribune de Jean-Jacques Thillet

 

En hiver, la « brise amont » l’emporte lar­ge­ment, expul­sant l’air refroidi par les pentes ennei­gées. Le souffle à tra­vers la cluse est quasi per­ma­nent. On com­prend, dès lors, que l’ag­glo­mé­ra­tion de Grenoble n’est pas du tout sous la même influence aéro­lo­gique que la Plaine du Pô. À Grenoble, l’air cir­cule, la pol­lu­tion s’é­va­cue ; dans la Plaine du Pô, il est le plus sou­vent immo­bile, la pol­lu­tion s’ac­cu­mule. Cet hiver, mal­gré des condi­tions anti­cy­clo­niques durables, il n’y a pra­ti­que­ment pas eu d’a­lerte pol­lu­tion dans l’ag­glo­mé­ra­tion, jus­ti­fiant un ralen­tis­se­ment de la vitesse des voi­tures, une seule selon mes sou­ve­nirs.

 

Ainsi pour­rait s’ex­pli­quer le para­doxe gre­no­blois de faible conta­mi­na­tion. Certains se méfient de la clim dans les res­tau­rants, dans l’a­vion… : air confiné brassé, pensent-ils. Mais des spé­cia­listes ont répondu : “Non, c’est un air renou­velé, par cap­tage de l’air exté­rieur, tout par­ti­cu­liè­re­ment dans les avions”. Voilà qui apporte de l’eau à mon mou­lin.

 

Agglomération grenobloise.

L’agglomération gre­no­bloise vue d’en haut © Véronique Serre – Place Gre’net

La Plaine du Pô repré­sente un vaste volume de « confi­ne­ment géo­gra­phique » qui accu­mule les par­ti­cules fines de la pol­lu­tion humaine et les gout­te­lettes micro­sco­piques des brumes et brouillards.

 

À Grenoble, les condi­tions météo par­ti­cu­lières du der­nier hiver ont faci­lité le renou­vel­le­ment de l’air par les brises de mon­tagne, à l’ins­tar d’une « gigan­tesque clim » (entrée d’air sain des­cendu des som­mets, expul­sion vers l’ex­té­rieur par la cluse de Voreppe), l’in­verse donc du Nord de l’Italie, avec les bilans oppo­sés qu’on connaît, en accord avec cette hypo­thèse.

 

 

Un climat doux qui a facilité la circulation des vents sur l’agglomération

 

J’ai décou­vert sur Place Gre’net, alors que je rédi­geais cette tri­bune, le bilan de la pol­lu­tion éta­bli par Atmo (sur­veillance régio­nale de la qua­lité de l’air) pour la période du décon­fi­ne­ment. Il fait état d’un main­tien du niveau de pol­lu­tion de l’ag­glo­mé­ra­tion, mal­gré la réduc­tion impor­tante de la cir­cu­la­tion auto­mo­bile. J’ai eu un ins­tant d’hé­si­ta­tion : allais-je déve­lop­per un article van­tant, à contre-cou­rant, une sorte de salu­brité de l’air gre­no­blois ? À la réflexion, il ne me semble pas y avoir « téles­co­page ». Pollution certes, mais une pol­lu­tion qui, à l’in­verse de celle du Nord de l’Italie, s’é­va­cue, se régé­nère en entraî­nant avec elle, hors de nos murs, son virus en pas­sa­ger clan­des­tin.

 

Agglomération grenobloise © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

Vue sur l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

Toutefois il ne faut pas tirer des conclu­sions défi­ni­tives à par­tir des der­niers mois. On le sait, l’hi­ver fut le plus chaud et le plus beau jamais observé en France, le prin­temps a suivi cette tra­jec­toire. La cir­cu­la­tion d’air appa­rem­ment béné­fique décrite ici a cor­res­pondu à un type de temps excep­tion­nel.

 

En hiver « nor­mal », le méca­nisme ne serait pas aussi bien huilé. Les Grenoblois savent que, d’ha­bi­tude, il s’ins­talle assez sou­vent des « inver­sions » durables appor­tant leur lot de temps gris, froid et humide dans la val­lée, tan­dis que, au-des­sus de 1 000 à 1 500 m selon les cas, le soleil illu­mine les jours de la mon­tagne.

 

Pollution et bilan climatique à Grenoble de février à avril 2020 Atmo (données mises en forme par Dominique Schueller)

Pollution et bilan cli­ma­tique à Grenoble de février à avril 2020 (don­nées Atmo mises en forme par Dominique Schueller)

 

 

Dans ces confi­gu­ra­tions, il y a une sorte de dis­so­cia­tion entre le temps d’en haut et celui d’en bas. L’écoulement des brises en est per­turbé. Leur effet n’est pas aussi favo­rable que celui observé ces der­niers mois. Au contraire, cer­taines inver­sions très mar­quées piègent la pol­lu­tion qui peut s’in­ten­si­fier par cumul plu­sieurs jours de suite. Le contexte gre­no­blois se rap­proche alors, au moins tem­po­rai­re­ment, de celui de la val­lée du Pô, jus­ti­fiant des limi­ta­tions de vitesse des auto­mo­biles.

 

 

Une inversion du contexte pollution par rapport au bassin du Pô

 

Les bilans Atmo prouvent à l’évidence que les pre­miers mois de 2020 furent par­ti­cu­liè­re­ment peu pol­lués dans l’agglomération gre­no­bloise. On tient bien là la démons­tra­tion de l’inversion du contexte pol­lu­tion par rap­port au bas­sin du Pô. De leur côté, les résul­tats météo de Saint-Martin‑d’Hères* confirment le carac­tère météo excep­tion­nel de la période, ceci expli­quant cela. Sur le gra­phique de droite figurent, dans la par­tie haute, du 1er jan­vier au 31 mai, les écarts quo­ti­diens de la tem­pé­ra­ture moyenne par rap­port à la tem­pé­ra­ture moyenne de la période.

 

Il saute aux yeux que les périodes « froides » (en bleu) furent plus que dis­crètes. Dans la par­tie basse, les quan­ti­tés de pré­ci­pi­ta­tions en mm au jour le jour. On note la lon­gueur remar­quable de la séche­resse du 14 mars au 24 avril, un record. Ambiance sèche signi­fie pri­va­tion pour les virus de sup­ports en micro-gout­te­lettes en sus­pen­sion dans l’atmosphère. Au total, la pré­do­mi­nance du beau temps a indé­nia­ble­ment favo­risé le renou­vel­le­ment de l’air et par là même la pro­bable dif­fi­culté du virus à s’installer.

 

Deux cas (Pô et Grenoble) ne suf­fisent pas à éta­blir une règle, mais pour tra­cer une piste à explo­rer, si.

 

Jean-Jacques Thillet

 

 

NB : Merci à Dominique Schueller, col­lègue, pour ses gra­phiques et sa relec­ture avi­sée et construc­tive. Merci à Stéphane André, obser­va­teur béné­vole pour Météo-France à Saint-Martin‑d’Hères, pour son assi­duité et sa rigueur pas­sion­nées qui per­mettent de dis­po­ser de mesures météo com­plètes depuis bien­tôt vingt ans. Des réfé­rences utiles pour suivre le cli­mat de l’agglomération.

 

 

Les tri­bunes publiées sur Place Gre’net ont pour voca­tion de nour­rir le débat et de contri­buer à un échange construc­tif entre citoyens d’opinions diverses. Les pro­pos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opi­nions des jour­na­listes ou de la rédac­tion et n’engagent que leur auteur.

 

Vous sou­hai­tez nous sou­mettre une tri­bune ? Merci de prendre au préa­lable connais­sance de la charte les régis­sant.

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
16661 visites | 16 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 16
  1. Bonjour, Remarque inté­res­sante et légi­time. D’abord, je n’émets qu’une hypo­thèse sans appui sur des mesures et encore moins des sta­tis­tiques. Ma réflexion s’est nour­rie du cas de la Lombardie. On sait que ce fut l’endroit le plus cruel­le­ment tou­ché par le Corona. Sauf erreur, je n’ai pas entendu que les autres grandes villes d’Italie (Florence, Rome, Naples, Messine, Bari…) furent autant conta­mi­nées et endeuillées que les cités indus­trielles du bas­sin du Pô. Le fac­teur indus­triel est évi­dem­ment à prendre en compte. Mais une autre grande dif­fé­rence repose sur la cir­cu­la­tion de l’air. Dans la val­lée du Pô, je l’ai expli­qué, elle est par­ti­cu­liè­re­ment entra­vée. Si la conta­mi­na­tion était essen­tiel­le­ment d’ordre inté­rieur, pour­quoi cette dif­fé­rence entre les cités trans­al­pines ? Bien sûr que je com­prends la logique de trans­mis­sion faci­li­tée en « vase clos ». Mais cette logique je l’applique aussi à l’air exté­rieur. Dans une grande ville où l’air est dura­ble­ment quasi immo­bile, com­ment ne pas ima­gi­ner que des mil­lions de per­sonnes ne peuvent exha­ler des par­ti­cules infec­tées, qui flottent dans l’air long­temps – donc en se concen­trant jour après jour -, à l’instar de ce qu’il se passe dans un local sans aéra­tion suf­fi­sante ? A contra­rio, j’ai tenté d’expliquer pour­quoi, l’hiver excep­tion­nel que nous avons connu à Grenoble, a faci­lité une ven­ti­la­tion natu­relle de l’agglomération (les résul­tats d’Atmo prouvent que la pol­lu­tion géné­rale fut par­ti­cu­liè­re­ment faible). J’extrapole alors dans un domaine qui sort de mes com­pé­tences : la conta­mi­na­tion « interne » est for­cé­ment accrue si la cir­cu­la­tion « externe » du virus est faci­li­tée par le contexte aéro­lo­gique (une « réson­nance » en quelque sorte). Ceci dit je n’ai pas la pré­ten­tion de prou­ver quoi que ce soit, mais d’ouvrir une piste pos­sible, confor­tée par les bilans res­pec­tifs inverses des Milan, Turin… et de l’agglo gre­no­bloise. Al’évidence, beau­coup de mys­tères entourent encore cette fichue épi­dé­mie par­ti­cu­liè­re­ment véné­neuse et vicieuse.

    sep article
  2. Bonjour et merci pour cet article,
    Le pré­sup­posé sous-jacent me semble insuf­fi­sam­ment expli­cite : est-ce à dire que les mou­ve­ments géné­raux de l’air ont favo­risé la ven­ti­la­tion natu­relle de chaque local clos, selon la thèse de leur pré­pon­dé­rance dans la conta­mi­na­tion, ou que le conta­mi­nant serait dans l” « air pol­lué en géné­ral », ce qui dans ce second cas me semble infirmé ou peu vrai­sem­blable.

    sep article
  3. Vous êtes vrai­ment sur que gre­noble béne­fi­cie d’une cli­ma­ti­sa­tion natu­relle ?
    Je n’y crois vu la cha­leur etou­fante qui y règne en été .

    sep article
    • L’article s’ap­plique à l’hi­ver et au début du prin­temps La dis­tri­bu­tion des vents change avec la sai­son. Certains sec­teurs de l”  »Y » sont peu ou mal ven­ti­lés, ce qui se révèle comme un avan­tage l’hi­ver et un incon­vé­nient l’été. Pour d’autres, c’est l’in­verse. Climat com­plexe, à l’é­vi­dence… Et puis, j’ai bien insisté sur le carac­tère très par­ti­cu­lier (très doux et beau) de l’hi­ver et du début du prin­temps 2020.
      En été, sur les pentes rési­den­tielles, les brises noc­turnes qui des­cendent de la mon­tagne apportent un réel confort, une fois le soleil cou­ché.

      sep article
  4. C’est peut être un fac­teur d’ex­pli­ca­tion. Peut-être aussi que le confi­ne­ment a été déclen­ché avant que le Covid ne vienne vrai­ment ici. Nous étions en effet confi­nés dans la période du « 14 mars au 24 avril où l’am­biance sèche a signi­fié pri­va­tion pour les virus de sup­ports en micro-gout­te­lettes en sus­pen­sion dans l’atmosphère. »
    En tous cas, c’est inté­res­sant, comme est ins­truc­trive aussi la lettre ouverte de Grenoble à Coeur sur ce sujet.
    https://www.placegrenet.fr/2020/05/07/grenoble-a-coeur-pollution-chauffage-et-pas-voiture/293716

    sep article
    • C’est une hypo­thèse d’ex­pli­ca­tion par­tielle. Je sup­pose que si Grenoble avait accueilli un match comme le Lyon-Turin, les choses auraient été très dif­fé­rentes, quoique sans doute mino­rées par le contexte cli­ma­tique que j’ai déve­loppé. Des scien­ti­fiques ont mis en évi­dence que la pol­lu­tion est un fac­teur aggra­vant (ex : le Nord de l’Italie). A contra­rio, sa fai­blesse est un atout. Le bilan d’Atmo démontre bien que lors des mois cri­tiques la pol­lu­tion fut très faible, pro­ba­ble­ment bien moins que d’ha­bi­tude, avant même que la réduc­tion de la cir­cu­la­tion ne la réduise.

      sep article
  5. Cette hypo­thèse étayée me semble tout-à-fait digne d’in­té­rêt. Une piste de recherche est tra­cée, sou­hai­tons qu’elle sus­cite l’in­té­rêt de l’en­semble de la com­mu­nauté scien­ti­fique, et pour­quoi pas, un appro­fon­dis­se­ment inter­dis­ci­pli­naire métho­dique et scru­pu­leux serait seul à même de la vali­der (ou pas). Merci !
    Jean-Marc BOREL

    sep article
    • Bonjour JMB, vous n’êtes pas « habi­tant de la métro » aujourd’­hui ? Sinon j’ai bien lu votre pam­phlet dans le bul­le­tin de mai de l’ADTC où vous vous offus­quez que les pié­tons, dont je suis, en aient raz le bol de faire les frais du tout vélo.
      Je trouve dom­mage que l’ADTC publie de telles inep­ties, mais bon, ça ne m’é­tonne pas puisque le sec­ta­risme a mis la main sur l’as­so­cia­tion et a fait fuir les cyclistes de bon sens.

      sep article
      • Faut mettre des lunettes mon petit vieux, voire deman­der à ce qu’on vous fasse la lec­ture. Confondre deux per­sonnes dont les ini­tiales sont iden­tiques… Pas éton­nant que vos com­men­taires soient aussi peu fiables en matière d’in­for­ma­tion…

        sep article
        • Initiales très dif­fé­rentes : JMB contre JJT…
          En fait, je crois qu’il y a confu­sion totale et je ne me sens pas concerné.

          sep article
        • Bonjour DeuxYeuxEnFaceDesTrous, alias JMB, alias Utilisateur biblio­thèque, alias habi­tant de la Métro, et j’en passe.

          sep article
      • Je ne suis pas JMB. Je ne peux répondre à sa place pour une remarque que mes profs d’an­tan auraient biffé de la men­tion « hors sujet ».

        sep article
    • Je suis per­suadé que le « cata­clysme » Covid-2019 sera exa­miné au micro­scope sous toutes ses cou­tures, par­tout dans le monde. A Grenoble, il existe suf­fi­sam­ment de cher­cheurs de qua­lité pour s’emparer du sujet. Je pren­drai connais­sance avec grand inté­rêt des suites dans le volet pollution/météo (une évi­dente proxi­mité).

      sep article
      • M. Thillet, je confirme que je ne m’a­dresse pas à vous mais à JMB, bien connu sur ce site. JMB alias Utilisateur biblio­thèque, alias habi­tant de la Métro, alias DeuxYeuxEnFaceDesTrous, et j’en passe.

        sep article
        • Reconnaissez que j’ai pu être intri­gué…
          Pas grave, je vous laisse entre connais­sances.

          sep article
        • Vous n’êtes visi­ble­ment pas un fami­lier de la numo­theque ( numotheque.bm-grenoble.fr ) et Dommage car c’est un excellent ser­vice que l’on doit aux muni­ci­pa­li­tés de la Métro. Ce ser­vice offre à ses usa­gers un bou­quet d’ac­cès à dif­fe­rents medias en ligne, dont pla­ce­gre­net.
          Et de fait, lors­qu’un lec­teur poste un com­men­taire ici via la numo­thèque la signa­ture est tou­jours, et pour tous.tes « Utilisateur Bibliotheque ». Espérant avoir dis­sipé le mys­tère et éclairé un peu votre lan­terne, je ne peux qu’in­vi­ter les heu­reux habi­tants de la Metro à décou­vrir cet excellent ser­vice gra­tuit et vous rend à vos acti­vi­tés trol­lesques.
          Cordialement.
          Jean-Marc BOREL

          sep article