Vue plongeante sur l'agglomération grenobloise où l'on aperçoit des nuages brumeux qui cachent les montagnes ainsi que la longévité du cours jean jaurès. ©Muriel Beaudoing

Appel à Eric Piolle « pour un ras­sem­ble­ment gre­no­blois de la gauche et des écologistes »

Appel à Eric Piolle « pour un ras­sem­ble­ment gre­no­blois de la gauche et des écologistes »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

TRIBUNE LIBRE – Quatre piliers isé­rois du parti Génération.s ayant porté la can­di­da­ture de Benoit Hamon aux pré­si­den­tielles de 2017, lancent un appel au ras­sem­ble­ment à Eric Piolle et ses sou­tiens. Tous ont sou­tenu Grenoble nou­vel air, liste d’Olivier Noblecourt arri­vée en qua­trième posi­tion au pre­mier tour des muni­ci­pales. Mais pour eux, pas de doute : au-delà des cli­vages, la gauche gre­no­bloise doit se ras­sem­bler lar­ge­ment au ser­vice de ses électeurs.

De 150 à 200 personnes ont assisté au meeting de Benoît Hamon. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Participants au mee­ting de Benoît Hamon lors des euro­péennes de 2019. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Membres fon­da­teurs, anciens res­pon­sables de Génération.s en Isère et à Grenoble, ex-adhé­rent, adhé­rent, ancien membre de l’équipe de cam­pagne de Benoit Hamon pour les pré­si­den­tielles de 2017, nous avons fait le choix pour cer­tains d’entre nous cet automne de quit­ter le parti que nous avions créé et dont nous défen­dons encore lar­ge­ment les valeurs.

Nous pen­sons d’ailleurs qu’au cœur de celle-ci se situe l’union la plus large de la gauche, autour des idées et des par­tis qui la com­posent. Pour autant nous avons consi­déré, comme d’autres, au cours de cette élec­tion muni­ci­pale, que l’unité ne sup­po­sait pas l’unicité et que dans une ville aussi ancrée à gauche que Grenoble, le débat pou­vait avoir lieu jusqu’au pre­mier tour des élec­tions municipales.

C’est ainsi que nous avons décidé de rejoindre le col­lec­tif Grenoble Nouvel Air, tour­nant le dos à l’idée que la seule démarche pos­sible était celle qui pro­po­sait de construire Grenoble à par­tir d’une page blanche sans même por­ter un regard, fut il satis­fait, sur les six années écoulées.

« Aucune confu­sion pos­sible avec des poli­tiques néo­li­bé­rales au sein de Grenoble nou­vel air »

Sur le fond nous consi­dé­rions, sans vérité tra­cée mais en accord avec nos valeurs, que ces six années ont été mar­quées une réduc­tion du péri­mètre des poli­tiques sociales et par un désen­ga­ge­ment des quar­tiers popu­laires. Que l’idée d’un revenu de base local, était conforme à l’idée de Revenu Universel d’Existence que nous avions défen­due au cours de l’élections pré­si­den­tielle, et qui est aujourd’hui encore lar­ge­ment débat­tue comme une solu­tion d’avenir. Que l’idée de la gra­tuité des trans­ports, por­tée par la muni­ci­pa­lité sor­tante lors de son élec­tion, devait pros­pé­rer afin d’en faire une réa­lité au ser­vice des gre­no­blois. Nous n’avons pas man­qué tou­te­fois, de saluer l’engagement de la ville en matière de tran­si­tion écologique.

Au sein de Grenoble Nouvel Air, nous avons ren­con­tré des citoyens pleins de bonne volonté, très sou­vent enga­gés au sein des quar­tiers popu­laires, en direc­tion des plus dému­nis. Il n’y avait aucune confu­sion pos­sible avec des poli­tiques néo­li­bé­rales que nous avons tou­jours com­bat­tus et par­ti­cu­liè­re­ment depuis 2015 et l’avènement poli­tique de Monsieur Macron comme Ministre. Nous ne nous serions pas enga­gés dans un col­lec­tif qui por­tait cette vision-là de la société.

Pour l'équipe de Grenoble Nouvel Air, pas question de tomber dans le débat des petites phrases politiciennes. © Anissa Duport-Levanti

La liste Grenoble Nouvel Air est arri­vée en qua­trième posi­tion à l’is­sue du pre­mier tour des muni­ci­pales. © Anissa Duport-Levanti

Force est de consta­ter qu’aujourd’hui, loin du cynisme dont nous avons par­fois été accu­sés, loin des débats tac­tiques aux­quels nous avons été réduits, c’est sur la base des valeurs qui nous animent que nous nous posi­tion­nons : l’union de la gauche est la pre­mière d’entre elle. Après un débat démo­cra­tique légi­time, per­mis par l’élection à deux tours, la gauche doit se ras­sem­bler lar­ge­ment au ser­vice de ses électeurs.

« L’anathème jeté sur tel ou tel par­cours poli­tique, [n’est] pas à la hau­teur du débat »

Recevoir pour seule réponse l’anathème jeté sur tel ou tel par­cours poli­tique, ne nous paraît pas être à la hau­teur du débat dans lequel compte évo­luer Eric Piolle. On peut ne pas par­ta­ger le choix d’avoir accepté une mis­sion de délé­gué inter­mi­nis­té­riel à la lutte contre la pau­vreté, mais résu­mer vingt-cinq ans d’engagement à gauche et au ser­vice des poli­tiques sociales à « une col­lu­sion avec le gou­ver­ne­ment macro­niste » n’a pas plus de sens que de résu­mer l’engagement pour la pla­nète de Nicolas Hulot à son pas­sage au gou­ver­ne­ment d’Édouard Philippe. Et durant cette cam­pagne nous avons pu consta­ter la sin­cé­rité de l’engagement à gauche d’Olivier Noblecourt.

Éric Piolle est candidat à sa réélection à la mairie de Grenoble avec sa liste Grenoble en Commun. © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net

Éric Piolle est can­di­dat à sa réélec­tion à la mai­rie de Grenoble avec sa liste Grenoble en Commun. © Anissa Duport-Levanti – Place Gre’net

Si tou­te­fois, sa pré­sence devait consti­tuer un épou­van­tail à l’union de la gauche, celui-ci a fait savoir dès le soir du pre­mier tour qu’il était prêt à se reti­rer. Les choses sont ainsi claires. La seule ques­tion désor­mais légi­time nous parait être bien plus grande.

Quel pro­jet vou­lons-nous pour Grenoble dans les années qui viennent, quel spec­tacle poli­tique sou­hai­tons nous voir émer­ger face aux ombres que nous ren­con­trons ici et ailleurs et qui menacent l’essence même du débat démo­cra­tique. Celui du sec­ta­risme et de la petite phrase ? Celui du cli­vage sans cesse cultivé ? Celui des fron­tières et des portes closes ?

« Nous pen­sons que c’est au prix de l’union que l’avenir se prépare »

Au contraire, forte d’une assise de 46 % des voix au pre­mier tour la majo­rité sor­tante ne peut que se gran­dir encore à ras­sem­bler en son sein des cou­rants nou­veaux, en accep­tant le débat interne, en accep­tant des idées nou­velles conformes à ses valeurs. En accep­tant fina­le­ment au nom d’un idéal que nous avons en com­mun, celui de la sixième répu­blique, de s’unir et d’organiser la déli­bé­ra­tion la plus large pour les gre­no­blois, « sans idole ou modèle, pas à pas, humblement ».

Que cet accord inter­vienne ou non, aucun d’entre nous ne devien­dra conseiller muni­ci­pal, ainsi c’est mûs par notre seul désir de voir gran­dir encore notre ville que nous pre­nons la plume. Nous pen­sons que c’est au prix de l’union que l’avenir se pré­pare. Seul, on va peut-être plus vite… mais ensemble, on va plus loin !

Maxime Gonzalez, ex-adhé­rent, fon­da­teur et ancien res­pon­sable dépar­te­men­tal de Génération‑s en Isère 

Nais Matheron, adhé­rente de Génération‑s, res­pon­sable natio­nal de la mobi­li­sa­tion des jeunes avec Hamon en 2017 

Mallory Tetu, ex-adhé­rent de Génération‑s, membre de l’équipe natio­nale de la cam­pagne pré­si­den­tielle de Benoît Hamon 

Jérôme Oddoux, adhé­rent de Génération‑s et colis­tier de Grenoble nou­vel air

Les tri­bunes publiées sur Place Gre’net ont pour voca­tion de nour­rir le débat et de contri­buer à un échange construc­tif entre citoyens d’opinions diverses. Les pro­pos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opi­nions des jour­na­listes ou de la rédac­tion et n’engagent que leur auteur.

Vous sou­hai­tez nous sou­mettre une tri­bune ? Merci de prendre au préa­lable connais­sance de la charte les régis­sant.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Place Gre'net

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Des enseignants des collèges Vercors, Lucie Aubrac, Fantin Latour et Marcel Cuynat se sont rassemblés devant le rectorat de l'académie de Grenoble ce jeudi 30 juin 2022. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Classes sur­char­gées en Isère : les col­lèges Lucie-Aubrac, Fantin-Latour et Marcel-Cuynat emboîtent le pas au col­lège Vercors

FOCUS - La mobilisation initiée en mai 2022 par le collège Vercors contre les classes surchargées ou supprimées fait tâche d'huile en Isère. Jeudi 30 Lire plus

Journée de grève nationale des agents territoriaux ce 31 mars 2022 : rassemblement à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Très faible mobi­li­sa­tion à Grenoble pour la jour­née natio­nale de grève des agents territoriaux

FOCUS - Ce jeudi 31 mars 2022, journée de grève nationale des agents territoriaux, guère plus de 70 personnes se sont rassemblées vers 10 heures Lire plus

Les syndicats Sud-Solidaires, FSU, Unsa, Unef et MNL organisaient ce jeudi 17 mars 2022 un rassemblement sur la place de Verdun, dans le cadre de la journée nationale d'action pour les salaires et le pouvoir d'achat. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : un ras­sem­ble­ment inter­pro­fes­sion­nel et inter­syn­di­cal, place de Verdun, pour l’aug­men­ta­tion des salaires

FOCUS - Sud-Solidaires, la Fédération syndicale unitaire (FSU), l'Union nationale des syndicats autonomes (Unsa), l'Union nationale des étudiants de France (Unef) et le Mouvement national Lire plus

Grenoble : plu­sieurs cen­taines de per­sonnes ras­sem­blées contre la guerre en Ukraine, aux cris de « Poutine, assassin »

REPORTAGE - Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées contre la guerre en Ukraine ce samedi 5 mars 2022, à Grenoble, défilant de la rue Lire plus

Rassemblement contre la guerre en Ukraine à Grenoble, le 26 février 2022. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : entre 650 et 1 000 per­sonnes ont mani­festé leur sou­tien à l’Ukraine et dénoncé l’in­va­sion « cri­mi­nelle » de Vladimir Poutine

REPORTAGE VIDÉO - Entre 650 et 1 000 personnes se sont rassemblées rue Félix-Poulat ce samedi 26 février 2022 à 15 heures à Grenoble en Lire plus

Rassemblement organisé par la section, grenobloise d'Amnesty International contre les exactions exercées par la Chine contre la minorité musulmane des Ouïghours. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Droits humains : Amnesty inter­na­tio­nal dénonce à Grenoble les exac­tions de la Chine

EN BREF - La section grenobloise d'Amnesty international organisait, ce mardi 25 janvier 2022, un rassemblement rue Félix-Poulat à Grenoble pour dénoncer les atteintes aux Lire plus

Flash Info

|

08/08

19h10

|

|

08/08

12h16

|

|

07/08

10h59

|

|

07/08

10h36

|

|

06/08

16h39

|

|

06/08

14h57

|

|

05/08

11h49

|

|

05/08

9h50

|

|

04/08

17h00

|

|

04/08

12h07

|

Les plus lus

Environnement| Sécheresse : Éric Piolle pointe du doigt les « greens » de golf qui conti­nuent d’être arrosés

À voir| Fête médié­vale à Saint-Antoine-L’Abbaye : « le chan­tier des bâtis­seurs » de retour les 6 et 7 août 2022

Abonnement| Sécheresse en mon­tagne : le pas­to­ra­lisme en Belledonne en pre­mière ligne face au dérè­gle­ment climatique

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin